Elohim est-il un pluriel ?

Dans le livre « Les religions monothéistes face à l’Histoire » (éditions Amalthée), j’ai écrit :

« [Dans la Bible,] il y a deux récits de la création dont les auteurs sont différents. Le premier récit (Gn. 1,1-2,4a) met en scène Elohim et le second (Gn. 2,4b-3,24), YHWH. Or Elohim est le pluriel de Eloha (ou El) qui signifie « dieu » et qui donne en arabe Allah. »

Cette subtilité n’apparaît pas dans les traductions françaises de la Bible ou les deux mots sont traduits par « Dieu », sauf dans la Bible éditée par la Pléiade.

Elohim est bien un pluriel car en hébreu, il n’y a pas de pluriel de majesté. On doit donc lire « les dieux » ou « les divinités ».

Le problème n’a pas échappé aux kabbalistes, ces mystiques juifs qui apparaissent en Europe de l’est à partir du X° siècle. Comment l’élucider ?

Dans un des livres de la Kabbale, le Zohar, on lit que Dieu fit faillir une étincelle qui fut appelée MI (qui signifie « qui ? » en hébreu), elle créa ELEH (ceux-ci). Les lettres des deux mots Eleh et MI se mêlèrent alors pour former le nom complet Elohim. Je rappelle que la Kabbale est l’aspect ésotérique du judaïsme… il ne faut pas chercher à comprendre.

D’autres kabbalistes justifient le pluriel par la puissance de Dieu qui contiendrait toutes les qualités.