Le christianisme au deuxième siècle

Le temps nous a donné une idée totalement fausse du christianisme tel qu’il a été perçu dans l’empire romain au deuxième siècle, quand il a commencé à se faire connaître. Le christianisme d’hier n’a rien à voir avec celui d’aujourd’hui. Un petit retour en arrière peut nous faire comprendre pourquoi le christianisme a bien été accueilli par les Romains.

Il faut garder à l’esprit que le christianisme né en Judée a perdu tout lien avec son milieu d’origine lorsqu’il a été adopté par le monde grec. Les premiers théologiens chrétiens, les pères de l’Eglise, avaient baignés dans la philosophie grecque. Le stoïcisme, l’épicurisme, le (néo-)platonisme leur étaient familiers. Avant d’être chrétiens, ils étaient philosophes.

Les Romains aspirent à comprendre le monde, le cosmos, à entrer en relation avec Dieu, non pas Zeus, mais un dieu transcendant. En quoi consiste leur philosophie, leur vision de Dieu et du Cosmos.

Partons du début de l’Évangile de Jean, qui n’a certainement pas été écrit par un apôtre nourri à la culture juive : « Au commencement était le Verbe et le Verbe était tourné vers Dieu [et le Verbe était Dieu] ». La partie entre crochets est probablement un ajout ultérieur. Dis comme cela, ça n’a pas beaucoup de sens. Benoît XVI l’a traduit comme suit « au commencement de toutes choses est la force créative de la raison » (conférence donnée à la Sorbonne en 1999). Voilà ce qui est plus en accord avec notre propos. Le mot grec traduit dans l’évangile par « verbe » est le mot « logos ».

Pour les philosophes grecs, Dieu est immatériel, sans substance corruptible, sans souillure. Il est inaccessible. Pour entrer en relation avec lui, il y a le Logos, la raison divine, chargé des fonctions de création, de providence et de révélation. Il est en contact avec la matière, il est un intermédiaire entre Dieu et les hommes. Pour eux, la voix de Dieu qui parle à travers les prophètes, c’est le Logos. Le buisson ardent de Moïse, c’est le Logos. Jésus, c’est le Logos. L’Évangile de Jean a donc été compris par les philosophes de son temps.

Pour d’autres philosophes, les intermédiaires entre Dieu et les hommes, ce sont les « daemons« , que l’on ne peut pas traduire par « démons », mais peut-être par « génies« . Ils participent aux passions et aux peines des hommes, mais ils contiennent une partie de nature divine. Jésus peut également se confondre avec eux. Les « daemons » sont une autre vision du Logos.

Donc, le Logos est subordonné à Dieu, c’est son intermédiaire, c’est le premier des êtres créés. C’est comme cela que les Romains ont dû voir Jésus dans les premiers siècles. C’est comme cela que les premiers pères de l’Eglise le présente. Il n’est plus juif, il a été adopté par le monde gréco-romain.

 

L’apôtre Pierre est-il mort à Rome ?

Que savons-nous de la mort de Pierre ? Dans le livre I de son Histoire ecclésiastique (IV° siècle), Eusèbe de Césarée nous dit que sous Néron, « Paul fut décapité et Pierre crucifié à Rome ». Il ajoute qu’ils ont « subi tous les deux le martyre au même temps ». C’est tout, il ne nous livre aucun détail et ne parle pas de l’incendie de Rome. Pourtant, un livre du début du III° siècle, les Actes de Pierre, fourmille de détails. Mais Eusèbe déclare dans son livre III qu’il ne les a pas reçu parmi les « œuvres incontestées ». Est-ce le merveilleux dans lequel baigne ce livre qui l’en détourne : on y rencontre un bébé, un chien et même un hareng fumé parlant, un homme qui vole dans le ciel et on assiste à des dizaines de résurrection ? Non, ces évènements font partie du quotidien d’Eusèbe. En fait, il considère le livre comme hérétique : Pierre remplace Paul à Rome car celui-ci est appelé en Espagne, ils n’ont donc pas subi le martyre ensemble, mais aussi, ce livre conteste l’aspect humain de Jésus : « il n’est pas né du ventre d’une femme, mais il est descendu d’un lieu céleste« . Voilà qui suffit à le condamner !

Ce livre est néanmoins très instructif d’un point de vue historique.
Que nous raconte-t-il ?
Suite au départ de Rome de Paul, Pierre est choisi par le Saint-esprit pour le remplacer et combattre Simon le Magicien, en fait, Simon de Samarie qui est un chrétien gnostique du I° siècle. Après le défait de Simon, Pierre évangélise Rome, sans aucune contrainte. Un sénateur ne lui dit-t-il pas : « Montre-nous Pierre quel est ton dieu… Ne sois pas méfiant à l’égard des Romains, ils aiment les dieux.« . Les Actes de Pierre ont été écrits vers 200 et il ne parle pas de persécutions des chrétiens ni d’interdiction de la religion.
Mais alors pourquoi Pierre est-il crucifié ? Suite à l’incendie de Rome ? Non, le livre n’en parle pas.
Pierre est arrêté, seul, car il prêche la chasteté et les quatre maîtresses du préfet Agrippa se refusent à lui. Il fait donc condamner Pierre pour athéisme (?). Pierre demande a être crucifié la tête en bas. Il s’explique par une longue tirade philosophique qui se termine par « Si vous ne mettez pas à gauche ce qui est à droite et à droite ce qui est à gauche, en bas ce qui est en haut et en haut ce qui est en bas et devant ce qui est derrière, non, jamais nous ne connaîtrez le royaume. ».

Il faudra attendre un livre plus tardif : La Passion de Pierre, qui reprend la fin des Actes de Pierre pour lire juste après la phrase que j’ai citée : « Car il ne convient pas que le dernier des serviteurs soit crucifié de la manière dont le maître de l’univers a accepté de souffrir… ».

Pierre a-t-il été enterré sous la Basilique Saint-Pierre au Vatican ?
Eusèbe dans son deuxième livre affirme que Gaïus (fin du I° siècle) aurait dit : « Je peux vous montrer les trophées des apôtres. Va au Vaticanum (pour Pierre NDLR) ou sur la voie d’Ostie (pour Paul NDLR) ; tu trouveras les trophées des fondateurs de cette église. ». Il faut savoir qu’à l’époque de Néron, l’emplacement actuel du Vatican était un cirque privé construit pas Caïus Calligula, le circus vaticanus.

Chacun se fera sa propre idée sur la mort de Pierre. Personnellement, je pense qu’on ignore tout de sa vie et de sa mort.

Je profite de ce blog pour rendre justice à Eusèbe de Césarée que j’ai traité de faussaire dans mon livre. Il est vrai qu’il a donné à jamais une fausse image du christianisme des premiers siècles en colportant tous les récits antérieurs sans en vérifier la valeur. Il n’a pas hésité non plus à « interpréter » les textes qu’il cite. Mais il a voulu combler un vide, il a voulu relater l’histoire de sa religion et il l’a fait de bonne foi. Il mérite d’être lu… à défaut d’être cru.