La dhimma

En 1492, les rois d’Espagne, Isabelle de Castille et Ferdinand d’Aragon, ont conquis le dernier bastion arabe, le royaume de Grenade. L’Espagne est totalement aux mains des souverains catholiques. Quelques semaines plus tard, le 2 août 1492, soit le 9 Ab du calendrier juif, jour de deuil commémorant la destruction du temple de Jérusalem en 70, ils expulsent les juifs. Ou du moins, ils leur donnent le choix : se convertir ou partir. Ceux qui partent ne peuvent emporter que des lettres de change et seront fouillés à la frontière. Environ un quart des quelques 300.000 juifs, d’après les estimations, que compte l’Espagne partiront. Les autres, nouveaux convertis au catholicisme, seront à la merci de l’Inquisition qui va espionner le moindre de leurs gestes déviants. L’Inquisition est aux ordres des souverains et toute condamnation entraîne la confiscation des biens qui reviennent à la couronne.

Vers quelle destination vont se diriger les expulsés ? Vers les pays voisins, le Portugal et la France ? Ceux qui auraient opté pour le Portugal subiront le même sort 5 ans plus tard. Non, la majorité partira vers des pays musulmans, le Maghreb ou l’Empire ottoman et les villes de Smyrne (actuellement Izmir) et d’Istanbul. Pourquoi ? Les musulmans sont-ils plus tolérants ? Mais que veut dire tolérant ? Aujourd’hui cette notion a une connotation positive, mais à l’époque, où chaque religion est convaincue de détenir la vérité, permettre le culte d’une autre religion, c’est accepter le droit à l’erreur. Donc non, les pays musulmans ne sont pas plus tolérants, mais ils supportent les religions juives et chrétiennes, comme s’ils pardonnaient à des coupables. Ces pays n’offrent pas la tolérance, mais un cadre juridique apportant la stabilité. C’est la dhimma. Les juifs et les chrétiens sont des dhimmis, ils sont protégés. En échange de discriminations fiscales et civiles ils peuvent exercer leur culte et organiser juridiquement leur communauté.

La dhimma

En quoi consiste la dhimma ?
Les nombreuses discriminations n’ont pas été appliquées avec la même vigueur, ni la même régularité partout en tout temps. Voici les principales.

  • Le dhimmi sera soumis à un impôt foncier (kharaj). Les conquérants arabes avaient pris possession de toutes les terres, les paysans dépossédés étaient devenus des métayers.
  • Il devra s’acquitté d’un impôt sur les personnes physiques (jizya) en vertu du verset 29 de la sourate 9 : « Combattez-les jusqu’à ce qu’ils paient le tribut après s’être humiliés. » Durant certaines périodes, le dhimmi devait payer individuellement au receveur en s’inclinant devant lui, en s’humiliant. En échange, il était dispensé du service militaire et de l’aumône, obligatoire pour les musulmans. Au début, l’impôt était fixé à un dinar d’or byzantin, soit 4,55 g, par an et par personne, quelque soit ses revenus.
  • Il ne devra exercer aucune autorité sur un musulman. Donc, les dhimmis étaient exclus des fonctions publiques… théoriquement. On retrouvera des médecins juifs dans l’entourage du sultan comme des généraux chrétiens à la tête de ses armées.
  • Il ne pourra témoigner contre un musulman. Il ne peut pas frapper un musulman… même en état de légitime défense.
  • Il ne construira pas de nouvelles églises ou de nouvelles synagogues. Toute réparation aux anciens édifices sera soumise à l’approbation d’une autorité musulmane.
  • Il devra accueillir durant trois jours tout musulman de passage qui en fera la demande.
  • Il lui sera interdit de cacher des musulmans recherchés par les autorités.
  • Il n’enseignera pas le Coran à ses enfants.
  • Il ne fera pas de prosélytisme et n’empêchera pas un membre de sa famille de se convertir à l’islam.
  • Il se vêtira différemment des musulmans.
  • Il sera déférent envers les musulmans et leur cédera la place, que se soit en rue, où il s’effacera devant eux, ou dans une réunion, où il cédera son siège.
  • Il ne pourra chevaucher sur une selle. Il devra préférer une mule à un cheval.
  • Il ne portera pas d’arme.
  • Il ne vendra pas de porc.
  • Les dhimmi juifs couperont leurs mèches de cheveux.
  • Il ne montrera pas de croix ou de livre saint dans les rues empruntées par les musulmans. Les prières seront récitées à voix basse. Faire sonner les cloches des églises est interdit.
  • Il ne pourra pas construire d’édifice plus élevés que ceux des musulmans.
Qui a instauré la dhimma ?

La tradition veut que la dhimma ait été instituée par le deuxième calife, Umar. Cette tradition assigne un rôle particulier aux califes « bien guidés » qui ont succédé directement à Mahomet. Abu Bakr a converti toutes les tribus arabes à l’islam (il n’a régné que deux ans !). Umar est le législateur et Uthman le collecteur du Coran.

Il est peu vraisemblable que le deuxième calife ait imposé la dhimma. A son époque et pour plus de 50 ans encore, l’administration est restée aux mains des chrétiens dans l’ex-empire byzantin et aux mains des Perses à l’est de l’Euphrate. Les auteurs chrétiens, dont Jean Damascène (676-749), n’en parlent pas. Jean Bar Penkayê, un moine chrétien de la fin du VIIe siècle témoigne : « Un homme parmi eux, nommé Muawiya (le premier calife omeyyade), prit les rênes du gouvernement des deux empires : persan et romain. La justice prospéra sous son règne, et une grande paix s’établit dans les pays qui étaient sous son gouvernement, et permit à chacun de vivre comme il le souhaitait ».

Un texte chrétien se plaint qu’après le recensement organisé en 691 par le calife Abd al-Malik, l’impôt de capitation (sur les personnes) a été exigé alors que les Byzantins ne prélevaient que l’impôt foncier (sur la terre).

Ibn Qayyim al-Jawagiyya, un juriste de Damas (1291-1350) signale que la dhimma a été instaurée par Umar II qui a rédigé le « Pacte d’Umar » en 717, document qui ne nous est pas parvenu dans sa version originale. Mais à Damas, la basilique, qui est aujourd’hui la grande mosquée, servait de lieu de culte conjoint aux chrétiens et aux musulmans et l’omeyyade Abd Al-Rahman n’avait pas l’air de connaître la dhimma lorsqu’il créa l’émirat de Cordoue vers 750. En 822, c’est toujours un chrétien qui dirige l’armée de l’émirat. Ensuite, des juifs servirent non seulement comme chefs des armées, mais aussi comme médecin personnel du premier calife de Cordoue ou comme Premier Ministre (voir l’article sur la fin des califats).

A moins que l’instauration de la dhimma soit plus récente et date du calife Jafar al-Mutawakkil (821-861) dont j’ai déjà parlé dans mon article sur le mutazilisme, l’islam éclairé. C’est lui qui a mis fin à cette période d’ouverture u’est le mutazilisme pour restaurer l’orthodoxie sunnite. Après avoir persécuté les chiites, il s’en prend aux juifs et aux chrétiens les obligeant à porter des vêtements distinctifs, à raser les édifices trop élevés. Il les chasse des fonctions officielles. Il met donc en pratique ce qui ressemble très fort à la dhimma.

Certains auteurs y voient une influence des lois chrétiennes, ajoutées au droit romain qui prévoyaient la protection des juifs en contrepartie de certaines vexations. Si les juifs en tant que personnes physiques étaient protégés, si leurs synagogues étaient des endroits sacrés, si on ne pouvait pas faire déplacer un juif pour raison administrative ou judiciaire le jour du shabbat, par contre, ils ne pouvaient pas épouser une chrétienne, ils ne pouvaient pas avoir de domestiques chrétiens et ils ne pouvaient pas exercer de fonction impliquant la domination sur des chrétiens.

Ces lois n’ont pas été appliquées partout avec la même vigueur. Ainsi, en Espagne, l’Al-Andalus musulmane, les chrétiens et les juifs ont vécu relativement libres jusqu’à l’arrivée des Almoravides (1056-1147) et des Almohades (1130-1269) venant du Maghreb. Ces fous de Dieu ont alors persécuté les non musulmans qui se sont convertis ou se sont réfugiés dans les territoires reconquis par les rois chrétiens. Ainsi, le symbole de l’Espagne pluriculturelle, le philosophe et théologien juif Maïmonide (1138-1204) qui a sa statue à Cordoue, a dû fuir Al-Andalus. Sa famille obligée de se convertir s’est réfugiée à Fez avant de gagner l’Egypte. En sécurité, il est revenu au judaïsme, devint rabbin et médecin. Il est l’auteur d’une oeuvre philosophique et scientifique, en arabe, mondialement reconnue.

La Dhimma de nos jours

 Le dernier décret ottoman ordonnant des habits différents pour les dhimmis a été promulgué en 1837 par Mahmoud II, mais quelques années plus tard, la dhimma a été abolie (1856).

Lors de la première guerre entre Israël et les pays arabes, en 1948, les juifs furent victimes de pogroms en Egypte, en Libye, en Syrie, en Irak et au Yémen, ce qui amena des dizaines de milliers de juifs à se réfugier en Israël… renforçant par là même les forces armées israéliennes.
En Algérie, les juifs considérés comme Français depuis le décret Crémieux de 1870, ont quitté le pays avec les Français en 1961 et 1962.

Invasion musulmane ou conquête arabe ?

Vers 630, un grand bouleversement va changer à jamais la géopolitique du Moyen Orient, détruisant l’empire perse et mettant à mal l’empire romain de Byzance. Que s’est-il passé ? Notre source la plus complète nous vient de l’islam. D’après la tradition, à la mort de Mahomet (632), son beau-père, Abu Bakr, lui succède et en deux ans de règne, va convertir toutes les tribus de la péninsule arabique et les fédérer dans un projet commun : répandre la nouvelle foi. C’est son successeur, Umar (634-644) qui va lancer la conquête et envahir la Palestine, la Syrie, l’Egypte et l’Irak. A sa mort, un autre beau-fils du prophète, Uthman (644-656) va continuer l’oeuvre d’expansion et compiler le Coran. Enfin, le dernier gendre et neveu de Mahomet, Ali (656-661), nommé calife à 56 ans, va entrer en conflit avec les compagnons du prophète et  provoquer la scission de l’islam : ces fidèles créant le courant chiite.

Mais, ce récit occulte certains évènements historiques et ignore des écrits chrétiens ou juifs qui pourraient nous amener à revoir cette légende. Énumérons d’abord ces faits.

  • La conquête s’est faite sans grand impact sur les populations existantes. Certains se sont même réjouis du changement de gouvernement. Les monastères et les églises ont été protégés.
  • Alors que le siège de Jérusalem va durer de 2 à 4 ans, les reliques dont la « Sainte-croix » ne sont pas mises en sécurité, elles restent dans la ville.
  • La conquête s’est doublée d’une guerre en clans. Trois des quatre successeurs de Mahomet ont été assassinés (Umar, Uthman et Ali).
  • Un document musulman connu sous le nom de « charte de Yathrib » indique que Mahomet a pris la tête d’une coalition de huit tribus arabes et de leurs alliés juifs.
  • La présence de juifs au sein des troupes arabes est corroborée par un écrit chrétien mentionnant que les juifs chassés d’Edesse par l’empereur byzantin se sont alliés aux Arabes.
  • Jean de Damas (676-749), ancien conseillé d’un calife, fait de l’islam une hérésie chrétienne.
  • Où sont passés les deux fédérations de tribus arabes contrôlant les déserts de Palestine, de Syrie et d’Irak : les Ghassanides au service de Byzance et les Lakhmides au service des Perses. Ces Arabes sont chrétiens, bien que non orthodoxes.
  • Pourquoi les premières pièces de monnaie frappées par les califes arborent-elles une croix ? D’autres faisant enfin référence à Mahomet (vers 685, après 50 ans de silence sur le prophète) sont ornées du symbole perse d’Ahura-Mazda.
    Monnaie3
  • Jérusalem est sous la menace des Arabes dès 634, le patriarche ne peut pas se rendre à Bethléem pour la messe de Noël, mais la ville ne tombe, sans combat, qu’en 636 ou 638.
  • Comment les successeurs de Mahomet ont-ils pu enrôler des dizaines de milliers de combattants alors qu’en 1917, les Anglais, avec le concours du chérif de la Mecque à qui ils avaient promis la création d’un immense royaume arabe, n’ont réuni que 2000 hommes pour combattre les Turcs ?

Hypothèse

Les disciples de Mahomet, « marchant sur le chemin de Dieu« , comme le proclame la charte de Yathrib envisagent de prendre Jérusalem et d’y reconstruire le temple, ce qu’ils feront dès la chute de la ville mais il sera probablement détruit par un tremblement de terre car en 670, un pèlerin le décrit en piteux état. Ils envahissent le sud de la Palestine et menacent la ville.
La fédération des Ghassanides, qui ne sont plus payés par les Byzantins au bord de la faillite suite à la guerre qu’ils ont menée contre les Perses de 616 à 622, en profitent pour se payer sur le pays (qu’ils contrôlent) au cri de « cette terre est à nous« . Ils prennent Damas en 634 et font leur jonction avec les Arabes de Mahomet qu’ils aident à prendre Jérusalem : ce sont des guerriers habitués aux sièges qui s’allient à des bédouins rompus aux razzias.

Sur la carte remarquez la situation des « royaumes » Ghassanides et Lakhmides, fédérations d’Arabes chrétiens. Les premières grandes victoires arabes, signalées sur la carte, se trouvent à proximité des terres contrôlées par ces « royaumes ».

Cette carte est issue de l’Atlas historique mondial de Christian Grataloup

La conquête vire très vite à l’anarchie, chaque chef de tribu ayant son propre plan d’action. Les dissensions tournent à la guerre civile : des chefs sont assassinés (Umar et Uthman), d’autres font sécession comme Ali et Ibn Al-Zubayr. A cela se superpose les convictions religieuses : disciple de Mahomet, juifs et chrétiens. Il faudra attendre Abd al-Malik (calife en 685), probablement un Ghassanide, pour qu’une paix relative s’impose. Il prône l’association de Mahomet et de Jésus comme prophètes. Le Dôme du Rocher qu’il fait construire en 692 et qui est la première construction musulmane a être parvenue jusqu’à nous, en est la preuve : les textes qui ornent les panneaux du déambulatoire intérieur sont à la gloire des deux personnages.

domedurocher.png


Pour rétablir la paix, il renvoie les chef de tribus chez eux et instaure une armée de métier. Les fonctionnaires grecs et perses qui étaient restés en place sont progressivement remplacer par des Arabes et la langue officielle devient l’arabe.

Dans l’islam sunnite, Jésus est un personnage très important : c’est lui qui présidera au jugement dernier. Il n’est pas mort, mais il est monté au ciel. Par contre, dans l’islam chiite, il ne joue aucun rôle, c’est l’imam caché qui reviendra à la fin des temps : la mahdi. Notons que les chiites, les partisans l’Ali, ont peu côtoyer les tribus chrétiennes, ils se sont dirigés vers le sud de l’Irak actuel d’où ils se dont toujours opposés aux califes omeyyades, issus de la fédération ghassanide.

Mahomet est-il un personnage historique ?

Alors que nous n’avons pas de documents objectifs contemporains de Moïse (je pense aux archives égyptiennes) ou de Jésus (les écrivains romains), il existe deux textes chrétiens écrits vers 640, soit huit ans après la mort présumée de Mahomet.

Le premier, la « Doctrina Jacobi », met en scène deux juifs. Voici son contenu :

« Le patrice (gouverneur byzantin NDLR) a été tué. Et nous les juifs, nous étions en grande joie. On disait que le prophète était apparu, venant avec les Saracènes, et qu’il proclamait l’arrivée du Messie qui allait venir… Je m’arrêtai chez un ancien très versé dans l’Ecriture, et je lui dis : que me dis-tu du prophète qui est apparu avec les Saracènes ? Et il me répond en gémissant profondément : c’est un faux prophète, les prophètes viennent-ils armés de pied en cap ? « 

Que nous apprend ce texte ?
Qu’une personne, se présentant comme un prophète, a envahi le sud de la Palestine (où a été tué le patrice) à la tête d’une armée d’Arabes, les Saracènes, des bédouins pour les Grecs et les juifs de l’empire byzantin s’en réjouissent.

Le second, la « Chronica Minor » nous raconte le premier contact de troupes arabes avec les Byzantins.

« Le 4 février 634, à midi, eut lieu un combat entre les Romans et des Tayayè de Mahomet (Mhmt NDLR) en Palestine, à 12 miles à l’est de Gaza. Les Romains s’enfuirent, abandonnant le patrice Bar Yardan que les Tayayè tuèrent. Furent tués là environ 4000 paysans pauvres de Palestine, chrétiens, juifs et samaritains. Et les Tayayè dévastèrent toute la région.« 

Cette confirmation de l’existence que Mahomet ne doit cependant pas nous faire adhérer à l’histoire romancée de celui-ci que nous conte la Sira, sa biographie « officielle ».