Les Berbères contre les Arabes

Introduction

Les Berbères occupaient ce qu’on appelle aujourd’hui le Maghreb (ⵜⴰⵎⴰⵣⵖⴰ en berbère), c’est à dire le couchant. Dans l’Histoire, ils ont reçu plusieurs dénominations. Les Grecs les appelaient les Libyens, pour les Phéniciens qui ont fondé Carthage, c’étaient des Numides et pour les Romains, des Maures. Le mot « berbère » vient de « barbare », nom que donnaient les Grecs puis les Romains à tous les peuples dont ils ne comprenaient pas la langue ou qui avaient une culture différente.
Les Berbères formaient plusieurs tribus très indépendantes les unes des autres. Il n’était pas rare qu’ils combattent dans des camps différents, comme ce fut le cas lors des guerres puniques, durant lesquelles ils appuyaient et les Carthaginois et les Romains.

Les Berbères occupent cette région depuis la « nuit des temps ». Ils ont laissé des peintures rupestres à Tassili n’Ajjer, dans le Sahara algérien. Ces peintures ont plus de 10.000 ans. A cette époque, le Sahara était une savane qui s’est asséchée progressivement avec la fin de la dernière ère glacière (voir l’article sur le Déluge).

La région fut conquise par les Vandales vers 430. C’est tout un peuple germanique qui s’installe dans le nord de l’Afrique. Ils n’occupent que les terres agricoles proches de la côte, surtout dans l’est, aujourd’hui en Tunisie. Les Berbères jouissent alors d’une très grande autonomie dans les zones montagneuses et désertiques. Ils sont en majorité chrétiens et leur culture est un mélange d’éléments maures et byzantins. Un de leur roi se présentait comme « le roi des Maures et des Romains« , un autre comme « chef et empereur, qui ne fut jamais déloyal envers les Maures et les Romains« .

En 530, les Romains de Byzance reprennent le contrôle de la région et tentent d’imposer leur autorité. Les Berbères se révoltent. Il faudra quatre ans aux Byzantins (544-548) pour mater le soulèvement… mais la confiance était rompue, jamais une paix complète ne fut rétablie.

Islamisation

En 647, les premiers contingents arabes font leur apparition dans ce qui est aujourd’hui la Tunisie (la province Proconsulaire pour les Romains). Ils ne rencontrèrent pas une grande résistance de la part des Byzantins. Les Arabes fondent la ville de Kairouan, à 160 kilomètres au sud de l’actuelle Tunis, une ville de garnison d’où ils vont pouvoir mener la conquête du reste du Maghreb.

En 670, les Arabes s’aventurent plus à l’ouest, en Maurétanie romaine. Mais là, ils vont se heurter aux armées d’un certain Kusayla qui a réussi à fédérer les Berbères et les Byzantins. En 689, il prend même Kairouan. Mais cette occupation ne sera que temporaire. Les Arabes se réorganisent, des troupes fraîches arrivent d’Égypte et de Syrie.

En 695, puis en 698, Carthage, qui était restée byzantine, tombe. Les Arabes peuvent progresser vers l’ouest. Mais ils vont devoir faire face à une nouvelle opposition dans les Aurès, dans le nord-est de l’Algérie moderne. Une femme, Dihya, appelée la Kahina (prophétesse) a rassemblé une armée de Berbères. Elle va mener la vie dure aux conquérants de 692 à 697.

Au fur et à mesure des conquêtes, l’islamisation progresse. Les Arabes enrôlent des Berbères dans leurs armées et les convertissent. En 708, les Arabes prennent Tanger à l’extrême ouest du Maghreb. Mais la conquête n’est pas complète. La région est un vrai patchwork. Certaines régions sont toujours aux mains des Berbères et les Byzantins résistent encore à certains endroits, comme dans le port de Ceuta, aujourd’hui ville espagnole du Maroc.

La conquête de l’Espagne

L’Espagne est un royaume wisigoth divisé en principautés autonomes. La Septimanie autour de Narbonne (grosso modo le Languedoc-Roussillon actuel) et les Vascons (la Gascogne, le Pays basque) ont déjà fait sécession. Depuis plus d’un siècle, les Wisigoths sont devenus catholiques alors qu’ils étaient ariens (voir l’article). Ce changement fut néfaste aux Juifs brimés puis persécutés.

En 711, le roi Wittiza meurt. Un noble du nom de Rodéric brigue le pouvoir. Il fait appel au comte byzantin de Ceuta, Julien, qui lève une armée de Berbères et organise la logistique pour son passage vers l’Espagne. Les troupes berbères sont commandées par le musulman Tariq ben Zayd, commandant de la place de Tanger. C’est le début de l’occupation musulmane de l’Espagne. Avec l’aide des communautés juives et s’alliant à des nobles wisigoths en échange de leur indépendance, les musulmans vont progressivement conquérir une grande partie de la péninsule espagnole.

Tariq va laisser son nom au rocher de Gibraltar (Djebel Tariq, le mont de Tariq).

La révolte des Berbères

Mais bientôt, le calife Abd al-Malik mène une politique pro-arabe. Les Berbères, bien que musulmans, sont considérés comme des citoyens de seconde zone, ils doivent payer l’impôt comme les non-musulmans. En Espagne, les Arabes se sont appropriés les meilleures terres. Les Berbères adhèrent alors à des mouvements radicaux s’opposant au calife. Des révoltes éclatent dans tout l’ouest du Maghreb, les Berbères chassent les Arabes du pouvoir et constituent des royaumes indépendants.

Notons que la politique élitiste pro-arabe des Omeyyades leur sera fatale. En 747, ce sont des convertis non-arabes qui vont se révolter dans l’est de la Perse et porter au pouvoir la dynastie des Abbassides. Le calife va quitter Damas pour s’établir en territoire perse et fonder la ville de Bagdad.

Le Maghreb au VIIIe siècle : des royaumes berbères indépendants. En rose, les régions contrôlées par les Berbères.
Les empires indépendants

En 1061, alors que le califat de Bagdad perd un a un ses territoires (voir l’article sur la fin des califats), une tribu berbère venant du grand sud désertique prend le contrôle de tout le Maghreb, du fleuve Sénégal à la Méditerranée. Cette riche tribu qui contrôle les routes caravanières de l’ouest, fonde l’empire almoravide. A l’initiative d’un religieux radical, elle est mue par l’esprit de guerre sainte. Elle installe sa capitale à Marrakech.
Le calife de Cordoue fait appel à eux pour contenir les rois chrétiens du nord de l’Espagne qui contestent son pouvoir. Mais à la mort du calife, les Almoravides chassent les derniers Omeyyades et prennent le contrôle de l’Espagne (al-Andalus).

Divers émirats, indépendants et concurrents, vont se partager ce territoire, ce sont les taïfas (faction en arabe). Al-Andalus ne forme plus un Etat unique.

En 1147, une autre tribu berbère, issue des monts Anti-Atlas, dans le sud du Maroc actuel, va s’imposer et créer un nouvel empire sur les ruines de l’empire almoravide. Ce sont les Almohades dont le nom signifie « les unificateurs« . Eux aussi sont conduits sur le chemin du djihad par un prédicateur radical qui prône une morale rigoureuse. En Andalus, ils repoussent les assauts des rois chrétiens à Alarcos en 1195, mais ils sont défaits en 1212 à Las Navas de Tolosa face aux 12.000 hommes des royaumes chrétiens coalisés (Aragon, Castille, Léeon, etc.). Ils délaissent alors Al-Andalus et se replient sur le Maghreb où ils furent supplantés par une autre dynastie berbère, les Mérinides, qui subsista jusqu’en 1465.
En Andalus, ils furent remplacés dès 1237 par une dynastie arabe, les Nasrides, qui régna sur le dernier bastion musulman, le royaume de Grenade, jusqu’en 1492.

Les richesses des Almohades leur ont permis de bâtir de somptueux édifices telle la mosquée de Séville dont le minaret a été incorporé à la cathédrale après la reconquête de l’Espagne. Ce minaret est appelé « Giralda« .

Cathédrale de Séville. La Giralda s’élève à gauche.

Toutes les cartes de cet article sont extraites de l’Atlas historique mondial de Christian Grataloup (Les Arènes) que je recommande vivement.

Islam : la prière en question

Allah a imposé à ses fidèles de le vénérer cinq fois par jour. Il a codifié le rituel de la prière : la génuflexion, la prosternation et la direction de celle-ci. Mais il a oublié que le monde, qu’il est censé avoir créé, évolue.

Le 10 octobre 2007, le médecin Sheikh Muszaphar Shukor s’envole à bord du vaisseau Soyouz TMA-11 pour une mission de 10 jours à bord de la Station spatiale international (ISS). Le médecin est malaisien et musulman.

Un comité d’oulémas se réunit en urgence pour déterminer comment il devra prier une fois arrivé là haut, où physiquement tout est différent : la station fait 16 fois le tour de la Terre par jour, on a donc une succession de 16 jours et de 16 nuits par 24 heures, la station tourne sur elle-même et tous les modules ne sont pas pressurisés : les passagers sont souvent en apesanteur. De plus, le planning est très strict et l’espace exigu.

Le travail des oulémas n’est pas facile, mais il faut définir un mode de prière adéquat, car Sheikh Muszaphar Shukor est maintenant un homme public, héro vers qui toute la Malaisie porte les yeux. Première chose, sa femme devra porter le voile, ce qu’elle ne portait sur les premières photos du couple.

Très vite, les oulémas oublient la direction de la prière, trop difficile à déterminer alors que rien n’assure que l’astronaute sera face à la Terre, il se présentera peut-être de dos. Ils passent sous silence les ablutions et le changement de vêtement qui précédent la prière… impossibles dans la station spatiale.
Dans la mesure du possible, il devra placer son front sur le sol de l’habitable, mais il sera dispensé du rite de la génuflexion que l’apesanteur rend trop difficile. Si la prière rituelle n’est pas possible, on lui demande de trouver un lieu et un geste approprié. En dernier recours, il devra se contenter de s’imaginer qu’il prie, de prier dans sa tête. L’important n’est pas le cérémonial, mais la sincérité de la prière.

Est-ce valable pour tous les musulmans ?

Rappelons que les modalités de la prière ne sont pas fixées par le Coran qui ne spécifie pas comment prier, ni quand prier. J’ai traité ce sujet en détail dans un article sur le salafisme.

La circoncision

« Huit jours plus tard, quand vint le moment de circoncire l’enfant, on l’appela du nom de Jésus… » (Luc 2, 21). Jésus était juif, il fut donc circoncis. Dans l’Antiquité, la circoncision était déjà pratiquée par les Égyptiens. Une stèle du site de Saqqarah montre un prêtre accroupi pratiquant une circoncision sur un homme debout. Mais on ignore la portée de cet acte et son ampleur. La circoncision était-elle généralisée ou était-ce un marqueur social ? Cette pratique faisait horreur aux Grecs et aux Romains, qui l’assimilaient à une mutilation.

La circoncision, comme acte rituel, est une « obligation » religieuse pour tous les garçons juifs d’après la Bible. Elle se pratique le huitième jour de la naissance. En Genèse 17, 10-12, Dieu dit à Abraham : « Et voici mon alliance qui sera observée entre moi et vous, et ta postérité après toi : que tous vos mâles soient circoncis. Vous ferez circoncire la chair de votre prépuce, et ce sera le signe de l’alliance entre moi et vous. Quand ils auront huit jours, tous vos mâles seront circoncis, de génération en génération. »

Le Coran n’en parle pas. Malgré la centaine de versets sur Abraham, pas de trace de la circoncision. Il faut recourir aux hadiths pour expliquer le rituel musulman. Quand les fidèles se posaient des questions comme « faut-il circoncire mon garçon ? », quelqu’un se souvenait des paroles du prophète : « j’ai entendu dire par X qui le tenait de Y que le prophète a dit… ». Et un nouvel hadith prenait vie. En 20 ans de révélations, Allah a fait descendre 6236 versets du Coran. Pendant la même période, Mahomet a prononcé des dizaines de milliers de hadiths. Entre autres, il aurait dit : « Cinq actes font partie de la nature saine originelle : la circoncision, le rasage du pubis, le fait de se couper la moustache, le fait de se couper les ongles et l’épilation des aisselles« .

Situations en Europe

En France

Autrefois, fête tribale ou rituel religieux, la circoncision est devenue une banale opération chirurgicale effectuée en clinique, bien souvent aux frais de la société, dans laquelle les communautés musulmanes et juives sont minoritaires. Donc, dans certains pays, c’est la Sécurité Sociale qui prend en charge l’acte médical, dans d’autres pays, ce sont les parents qui paient l’intervention. Ainsi, en France, une circoncision coûte environ 900 EUR aux parents.

En Belgique

En Belgique, en 2012, l’assurance maladie-invalidité (INAMI) est intervenue pour 25.286 circoncisions, pour un coût total de 2,476 millions d’euros, révèle le quotidien Le Soir (10/8/2012). Alors que certains s’interrogent sur la pertinence du remboursement de cet acte chirurgical, le nombre d’interventions prises en charge par l’INAMI aurait augmenté de 21% entre 2006 et 2011. On estime que depuis 25 ans, environ un garçon sur trois né en Belgique serait circoncis. Si aucune statistique officielle ne permet de distinguer les circoncisions effectuées pour raisons médicales, personnelles ou rituelles (l’INAMI n’impose pas au médecin de spécifier les raisons de la circoncision), selon les hôpitaux wallons et bruxellois, 80 à 90 % des cas répondraient à un impératif culturel et/ou religieux.

En 2017, le Comité d’éthique médicale des hôpitaux de Bruxelles, a émis un certain nombre de questions :

  • Est-il éthiquement admissible de procéder à une circoncision en dehors de toute indication médicale ?
  • Est-il éthiquement admissible qu’une circoncision en dehors de toute indication médicale soit pratiquée par un médecin et en milieu hospitalier ?
  • Est-il éthiquement admissible que cette intervention soit à charge de la sécurité sociale ?
  • Est-il éthiquement admissible que la loi traite différemment la circoncision masculine et la circoncision féminine (excision) ?

[NB : l’excision est qualifiée de “torture” selon l’article 3 de la Convention Européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales. Elle est passible de 15 ans de prison et 150.000 d’amende en France, qui poursuit également les délits commis hors de son territoire. Tous les pays européens ont des législations équivalentes.]

Le Comité bruxellois précise : « Le simple fait de poser une question éthique, même lorsqu’elle entretient un rapport étroit avec des prescrits religieux ou des conformités culturelles, ne peut, dans une société pluraliste et tolérante comme la nôtre, être compris comme une atteinte à cette religion, à cette culture ou à la liberté de religion ou d’opinion et à la liberté de manifester celles-ci« .

Allemagne

En Allemagne, toujours en 2012, une polémique est née après une circoncision ratée par un médecin.
La justice allemande a estimé que la circoncision d’un enfant pour des motifs religieux était une blessure corporelle passible d’une condamnation. Dans son jugement, le tribunal de grande instance de Cologne a estimé que « le corps d’un enfant était modifié durablement et de manière irréparable par la circoncision. Cette modification est contraire à l’intérêt de l’enfant qui doit décider plus tard par lui-même de son appartenance religieuse. Le droit d’un enfant à son intégrité physique prime sur le droit des parents« .
Les droits des parents en matière d’éducation et de liberté religieuse ne sont pas bafoués s’ils attendent que l’enfant soit en mesure de décider d’une circoncision comme « signe visible d’appartenance à l’islam », poursuit le tribunal.
Mais le gouvernement n’a pas suivi la Justice. Le circoncision reste permise. On ne s’érige pas contre une communauté de 4 millions de personnes qui sont de potentiels électeurs. Depuis la fin des années 1970, tout ce qui touche à l’islam est devenu tabou. L’Europe a peur. Même les historiens hésitent à défendre des thèses allant à l’encontre de la tradition musulmane : la Sîra et les récits des expéditions et de la conquête, écrits au IXe siècle, sont devenus la référence.

L’idée que chacun puisse disposer de son corps à sa guise est très louable… mais contraire à la charia. Tout enfant né d’un père musulman est musulman de facto. Une musulmane ne peut épouser qu’un musulman… pour ne pas se laisser convaincre par son mari. On est musulman à vie : tout apostat est puni de mort. Cette loi a probablement été édictée au début de la conquête arabe lorsque les non musulmans se sont convertis en masse pour bénéficier des avantages accordés aux musulmans (respect, impôts, libertés). Une fois musulmans, ils ne pouvaient plus revenir à leur religion d’origine sous peine de mort.

Union européenne

En octobre 2013, l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe adopte, par 77 voix pour et 19 contre, la résolution 1952 invitant les États membres à prendre des mesures contre les « violations de l’intégrité physique des enfants« . Les parlementaires recommandent d' »adopter des dispositions juridiques spécifiques pour que certaines interventions et pratiques ne soient pas réalisées avant qu’un enfant soit en âge d’être consulté« .
Cette résolution, qui ne cite pas nommément la circoncision, n’a jamais été mise en application dans la législation des pays membres.

Deux poids, deux mesures : le tatouage

Dans la Bible, le livre du Lévitique 19, 28 proclame « Vous ne vous ferez pas d’incisions sur le corps pour un mort et vous ne vous ferez pas de tatouages« . Les rabbins justifient cette interdiction en rappelant que le corps est un don de Dieu, le temple du Seigneur. Il faut le conserver tel quel pour ne pas lui manquer de respect. Il était interdit aux mutilés de pénétrer dans le temple. Donc, pour les juifs, la circoncision n’est pas une mutilation, enlever le prépuce n’est pas une modification du corps, temple de Dieu ?

[NB : dans certaines sociétés tribales, on s’incisait le corps lors de la mort d’un proche pour marquer son deuil.]

La même interdiction des tatouages se retrouve, bien entendu, dans l’islam, bien que le Coran n’en parle pas.
A la question « Pourquoi les tatouages sont-ils interdits en Islam alors qu’ils n’ont aucun effet sur la santé ? « , un spécialiste de la loi islamique (un ouléma) donne un avis juridique (une fatwa) sur le site islamweb.net : le tatouage est considéré comme un changement dans la création d’Allah, donc interdit… mais pas la circoncision, ni l’excision.

Voici le texte intégral de la fatwa. Certains musulmans sont atteints de schizophrénie qui « se caractérise par des pensées ou des expériences qui semblent complètement détachées de la réalité, un discours ou un comportement désorganisé« . Vouloir appliquer des normes tribales d’un autre temps à la réalité d’une société interconnectée conduit inexorablement à un dérèglement mental. Satan doit être omniprésent dans leur monde.

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :

Sachez, qu’Allah, exalté soit-Il, est Sage dans Ses Lois et Ses Décrets. Toutes Ses Paroles sont véridiques et tous Ses jugements sont équitables. Il dit (sens du verset) : « Et la parole de ton Seigneur s’est accomplie en toute vérité et équité… » (Coran : 6/115). Sa Législation tout entière émane d’une parfaite Sagesse. Il nous rend licites des choses en raison de leurs immenses bénéfices et Il rend illicites des choses en raison de leurs immenses méfaits. Il se peut que l’être humain ne soit pas au courant de tous ces bénéfices et ces méfaits.

C’est pour cela qu’il incombe au musulman de se soumettre aux ordres d’Allah, exalté soit-Il. Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset) : « Il n’appartient pas à un croyant ou à une croyante, une fois qu’Allah et Son messager ont décidé d’une chose d’avoir encore le choix dans leur façon d’agir…  » (Coran 33/36)

Le mieux que nous puissions dire concernant l’interdiction du tatouage est que cette interdiction provient du Messager d’Allah et est une Révélation d’Allah, exalté soit-Il. Abû Djuhayfa a dit : « Le Prophète a maudit les tatoueuses et les tatouées. » (Boukhari : NB : Boukhari et Mouslim sont des collecteurs d’hadiths)

Il n’y a pas d’inconvénient à chercher la sagesse contenue dans certaines interdictions après  avoir cru et s’être conformé aux ordres pour augmenter la foi dans le cœur. Parmi les sagesses mentionnées par les oulémas figure le fait que le tatouage est un changement de la création d’Allah, exalté soit-Il. Certains hadiths font allusion à ce fait : «[…] modifiant ainsi la création d’Allah.  » (Boukhari et Mouslim). Aussi, le tatouage peut causer des dommages au corps et n’a aucun bénéfice véritable.

Sachez enfin que les tatouages n’ont aucune incidence sur les ablutions car ils se trouvent sous la peau et n’empêchent pas l’eau d’atteindre celle-ci.

Et Allah sait mieux.

Jésus n’est pas né le 25 décembre

J’ai déjà consacré un article à la naissance pour le moins invraisemblable de Jésus. Et je ne parle que du point de vue historique. Je ne veux même pas aborder l’aspect théologique d’une naissance miraculeuse. En quelques mots, je résume l’article mentionné.
Seuls deux évangiles relatent la naissance de Jésus. L’Évangile de Matthieu le fait naître dans la maison de ses parents à Bethléem : « Il prit chez lui son épouse mais ne la connut pas jusqu’à ce qu’elle eut enfanté un fils auquel il donna le nom de Jésus. Jésus étant né à Bethléem… » (Ma. 1, 24-25 et 2, 1). Celui de Luc, que suit la tradition chrétienne, est plus magique, plus féerique, mais absurde d’un point de vue historique. Les parents de Jésus, qui habitent Nazareth en Galilée, se rendent à Bethléem en Judée pour se faire recenser par le romain Quirinus, alors qu’Hérode est roi de Judée. Toutes les auberges étant complètes, ils sont hébergés dans une étable où Jésus né.
Ce qui ne va pas dans cette histoire, ce sont les dates : Jésus est né sous Hérode qui est mort en -4 et le recensement de Quirinus a eu lieu en 6 ou 7, alors que les Romains avaient pris le contrôle de la Judée. Le recensement servant à déterminer l’impôt. La Galilée restait indépendante et ses habitants n’étaient donc pas recensés.
Dans l’article précité, j’élabore une hypothèse sur l’ajout de la naissance de Jésus dans les évangiles.

Donc, pour la Noël, pas d’étable, pas de crèche, pas de vache, ni d’âne, encore moins de bergers avec leurs agneaux, agneaux qui même en Judée, naissent au printemps !

Alors pourquoi le 25 décembre ?
Le 25 décembre fait partie de ces quelques jours où le soleil semble se figer sur l’horizon à son lever avant d’inaugurer des jours de plus en plus longs : c’est le solstice d’hiver qui met fin au raccourcissement des jours. Le mot Solstice décrit bien le phénomène : sol (soleil) stare (se tenir immobile). Les peuples de l’Antiquité n’ont pas attendu les chrétiens pour célébrer le solstice d’hiver. A Rome, une fête appelée Dies Natalis Solis Invicti, « jour de la naissance du soleil invaincu » avait été fixée au 25 décembre par l’empereur Aurélien en 274, comme grande fête du culte de Sol Invictus (le soleil invaincu) qui était devenu le dieu principal des empereurs. Aurélien avait choisi cette date, proche du solstice d’hiver, qui tombait  au lendemain de la fin des festivités célébrant Saturne : les Saturnales. C’était aussi le jour où la naissance de la divinité solaire Mithra, originaire de Perse et populaire dans l’armée, était célébrée.

Les chrétiens se sont associés à la fête romaine sous l’empereur Constantin. Auparavant, ils ne célébraient pas la naissance de Jésus, mais ils s’associaient aux fêtes juives auxquelles ils donnaient une autre signification. On n’a de trace d’une célébration de la naissance de Jésus avant 336. Les chrétiens s’étaient d’abord vus comme le « vrai Israël », Jésus devenait maintenant le « vrai Soleil ».
Rappelons que la mère de Mithra, dont la naissance est fêtée le 25 décembre, la déesse-mère Anahita était vierge. Les traditions chrétiennes ne sont pas apparue ex-nihilo, dans un coin retiré de la Judée, elles se sont substituées aux pratiques anciennes.
Il faudra attendre 529, sous le règne de Justinien, pour que le 25 décembre soit un jour chômé.

Les Saturnales étaient célébrées du 17 au 24 décembre en l’honneur du dieu (déchu) Saturne. On vivait le crépuscule de l’année. Une certaine liberté régnait à Rome. Lors de banquets, on s’offrait des cadeaux. Les maisons étaient ornées de plantes vertes pour fêter le renouveau qui s’annonçait.
On retrouve tous ces ingrédients dans la tradition chrétienne. La liberté de mœurs associée aux Saturnales a donné naissance à la fête des Fous durant laquelle, même le clergé et les évêques dansaient dans les rues. Elle ait été interdite en 1431, elle a aujourd’hui presque disparu. Le roman de Victor Hugo, Notre Dame de Paris, s’ouvre sur la fête des Fous.

La bûche de Noël, qui est servie au dessert lors du réveillon, commémore la fête de Yule des peuples germaniques (Yul signifie solstice dans les langues nordiques). Les Germains faisaient brûler un arbre en l’honneur des dieux, pour les remercier d’avoir restauré la lumière. Ils ornaient leurs cheveux de houx. C’était l’occasion de grandes fêtes familiales.

La fête de Yule

Rien de bien nouveau sous le soleil… invaincu

La charte de Yathrib (Médine)

La charte de Yathrib, aussi appelée « constitution de Médine », est à la politique ce que le Coran est à la religion pour les compagnons de Mahomet.
Ali, le cousin, beau-fils du prophète et quatrième calife gardait le document dans le fourreau de son épée d’après les hadiths collectés par ibn Hanbal (mort en 855), le théologien le plus traditionaliste, dont l’école de jurisprudence a donné naissance au wahhabisme.
Nous connaissons deux copies de ce document dont l’original ne nous est pas parvenu. Le document est repris dans la Sîra d’ibn Hicham (mort en 830), l’autre copie nous vient de Abu-Ubayd (mort en 838) et semble la plus ancienne.
L’archaïsme du style et les mots utilisés prouvent l’ancienneté du document dont l’authenticité n’est plus guère remise en cause.

Des différences entre les versions

Avant d’analyser le contenu de la charte, pointons les différences (pour se familiariser avec l’histoire de Mahomet, on peut se référer à l’article : Mahomet).
Dans la version de Abu-Ubayd, le texte commence par :

Ceci est un écrit de Mahomet, le prophète, établi entre ceux des Quraysh (NB : les premiers compagnons de Mahomet) et des gens de Yathrib (NB : ceux qui les ont accueillis) et ceux qui les ont suivis et, s’étant joints à eux, ont combattu avec eux. Ils sont une communauté unique à l’exception des autres hommes.


La version de ibn Hicham ne varie que sur un point, elle ajoute derrière le mot prophète, la bénédiction rituelle : que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui« . L’aspect religieux a été ajouté.

Si le début montre des différences, la fin aussi, et elles sont plus marquées.
Dans la version de Abu-Ubayd, on lit : « Si entre les gens de cette charte survient une agression dont on peut craindre une détérioration, on soumettra l’affaire à Dieu le Très-Haut et à Mahomet le prophète. »
A ce texte, la version d’ibn Hicham ajoute : « Allah est le plus sûr et le plus loyal garant de ce qui est dans cette charte. On n’accorde protection ni aux Quraych (NB : les habitants de La Mecque), ni à ceux qui les assistent ».

Comme on peut le voir, des éléments religieux sont, encore une fois, venus s’ajouter au texte et une mention est faite à la ville de La Mecque qui n’apparaît pas dans le document d’Abu-Ubayd, alors que le nom de Yathib (identifié comme Médine) y apparaît 3 fois.

Quel est l’objectif de la charte ?

Ce document structure l’organisation interne d’une communauté, appelée umma, et son activité guerrière « sur le chemin de Dieu ». Ce traité aurait été rédigé par Mahomet lui-même (voir l’introduction ci-avant)… alors qu’il était illettré d’après la tradition. Ce que conteste une chronique arménienne de 660 : « Il était très instruit et très versé dans l’histoire de Moïse ». Mahomet apparaît dans le texte comme un prophète et un simple arbitre en cas de différend… et surtout le garant de la cohésion entre les composantes de la communauté, les muminûn que l’on traduit souvent par croyants, mais qui n’a pas ce sens dans la charte. Ce sont plutôt « des gens qui se font confiance ». Le professeur Alfred-Louis de Prémare le traduit par « les affidés » du mot latin « fides » (la foi, la confiance), enlevant toute connotation religieuse au terme, ce qui semble plus correct comme on va le voir.

Les droits et les devoirs des affidés sont bien spécifiés et Dieu, le Très-Haut, est garant de ces clauses.

Un affidé ne tue pas un autre affidé pour venger un « infidèle ».
Le moindre d’entre les affidés les protège tous.
Les affidés sont alliés les uns des autres à l’exclusion des autres hommes.
Les affidés exercent la vengeance les uns au profit des autres.
Un affidé n’établit pas la paix séparément des autres affidés lors d’un combat sur le chemin de Dieu.
Les affidés qui respectent les clauses de ce document sont dans la voie la meilleure et la plus droite.

Plus inattendu (et j’en reparlerai) :

Ceux des juifs qui nous suivent ont droit à l’assistance en parité : on ne les lèse pas, on ne s’allie pas contre eux.

Qui concerne-t-elle ?

La charte concerne donc les premiers compagnons de Mahomet, des gens de Yathrib et des juifs. Ils constituent tous la umma primitive.
C’est très troublant quand on connaît la biographie (romancée) de Mahomet, la Sîra mise par écrit par ibn Hicham au IXe siècle. En résumé, Mahomet est accueilli à Yathrib par deux tribus arabes non juives, les Banu Aws et Banu Khazraj. Trois autres tribus, juives celles-là, vivaient également à Yathrib. Mahomet va entrer en conflit avec ces tribus, en chassant deux et exterminant la troisième. Pour plus de détails, lire l’article sur Mahomet.

Or dans la charte, on dénombre pas moins de huit tribus non juives et leurs alliés juifs, ce qui va à l’encontre du point de vue traditionaliste. Et la charte est très explicite :

Les juifs supportent les dépenses avec les affidés aussi longtemps que ceux-ci sont en guerre.
Les juifs alliés des Banu Awf constituent une communauté avec les affidés. Aux juifs leur loi religieuse et aux affidés leur loi religieuse, qu’ils s’agissent de leurs alliés ou d’eux-mêmes. Celui qui est injuste et viole les clauses n’attire la mort que sur lui et sur sa maison.

Pour les juifs alliés des Banu I-Harith, il en est comme pour les juifs des Banu Awf.
Pour les juifs alliés des Bani I-Awsil, il en est comme pour les juifs des Banu Awf.
[Et de même pour les huit tribus (banu)].

Que penser ?

Ce document est le tout premier écrit proto-islamique. Certains l’appelle la « constitution de l’an 1 ». Il nous présente une communauté multi-culturelle, sans contrainte religieuse, réunie pour combattre sur le chemin de Dieu. Les spécialistes de l’histoire de l’islam sont circonspects, car cette communauté n’a rien d’équivalent dans la Sîra, qui reste la référence pour ces historiens : Mahomet avait chassé ou massacré les trois tribus juives de Yathrib qui ne voulaient pas se soumettre à sa vision du monothéisme. Il ne restait donc plus de juifs à Yathrib, cinq ans après l’arrivée du prophète. Comme les historiens refusent de remettre en cause la Sîra, cette biographie de Mahomet mise par écrit deux siècles après la mort du prophète, ils sont face à un problème qu’ils bottent en touche en qualifiant la charte de document disparate, regroupant des traités signés séparément, sur plusieurs années. Le paradigme reste traditionnel : la communauté (umma) de Mahomet est mono-culturelle, exclusivement islamique, elle a pour objectif de répandre la nouvelle religion dans la monde.

On se trouve face à deux vues différentes qui s’opposent sur le rôle des juifs et l’objectif de la communauté.

Commençons par analyser le rôle des juifs. Dans la charte, ils sont les alliés, les clients des tribus arabes. Dans la Sîra, ils ont l’air de dominer l’oasis de Yathrib (Médine) : leurs villages sont fortifiés, ils ne sont pas seulement cultivateurs, mais ils exercent d’autres métiers comme métallurgistes : ils fabriquent les armes. Yathrib était aussi un centre culturel juif. On ne décèle pas de lien de dépendance des juifs par rapport aux deux tribus non juives.
Les historiens minimisent le nombre de tribus : 8 dans la charte, contre seulement 2 non juives dans la tradition. Pour eux, il s’agit non pas de huit tribus, mais des différents clans des deux tribus mentionnées dans la Sîra. Soit.

Si ce ne sont pas les juifs de Yathrib, éliminés selon la tradition, qui sont-ils ? Pour certains historiens, sceptiques, il est peu probable qu’il y ait eu des tribus juives aussi loin dans le désert arabique. Les juifs étaient présents dans l’empire byzantin, mais surtout dans l’empire perse beaucoup plus tolérant. Dans la péninsule arabe, les rois de Himyar, au Yémen actuel, s’étaient convertis au judaïsme en 380. Le royaume est resté juif jusqu’en 525 quand il a été conquis par les chrétiens du royaume d’Aksoum (Ethiopie).

Ce qui est très étonnant, dans la charte et dans la tradition, c’est l’absence des chrétiens à Yathrib alors qu’ils évangélisaient tout azimut. Les prédicateurs accompagnaient les caravanes et parcouraient toutes les routes commerciales. On les retrouve en Chine et chez les Mongols. Plusieurs évêchés ont été créé sur la côte orientale de la Péninsule arabique. Mais comme je l’ai déjà dit à maintes reprises, je doute que La Mecque et Médine soient sur des grandes routes commerciales (voir l’article : Pétra – La Mecque). Cette partie centrale de l’Arabie (le Hidjaz) est ignorée des grands empires, elle n’est desservie que par un commerce local.

D’où pouvaient venir les juifs mentionnés dans la charte de Yathrib. Il faut remonter 8 ans avant l’arrivée de Mahomet à Yathrib. Nous sommes en 614, les Perses envahissent l’Empire byzantin profitant d’une guerre de succession. Ils sont aidés par des contingents juifs qui prennent d’ailleurs le contrôle de Jérusalem, d’où ils avaient été chassés en 137. Les Perses iront jusqu’à Constantinople avant que le nouvel empereur, Héraclius, ne les repousse au-delà de l’Euphrate vers 622 (voir mon article sur la conquête arabe). Héraclius va s’en prendre aux juifs de l’Empire. Il leur pose un ultimatum : ils se convertissent au catholicisme ou ils quittent le territoire. Que vont-ils faire ? Laissons parler l’évêque Sébéos qui, vers 660, écrit l’Histoire d’Héraclius.

Ils (NB : les juifs) prirent le chemin du désert et arrivèrent en Arabie, chez les enfants d’Ismaël ; ils les appelèrent à leur secours et leur firent savoir qu’ils étaient parents, d’après la Bible…

Mahomet (NB : s’adressant à ses partisans) ajoutait : « Dieu a promis par serment ce pays à Abraham et à sa postérité après lui en toute éternité ; il a agi selon sa promesse, lorsqu’il aimait Israël. Or vous, vous êtes les fils d’Abraham et Dieu réalise en vous la promesse faite à Abraham et à sa postérité. Aimez seulement le dieu d’Abraham, allez vous emparer de votre territoire, que Dieu a donné à votre père Abraham, et personne ne pourra vous résister dans le combat, car Dieu est avec vous ».

Alors ils (NB : les partisans de Mahomet) se rassemblèrent tous, depuis Ewiwlay jusqu’à Sur et en face de l’Égypte; ils sortirent du désert de Phapan répartis en douze tribus, d’après la race de leurs patriarches. Ils répartirent parmi leurs tribus les douze mille enfants d’Israël,  mille par tribu, pour les guider dans le territoire d’Israël.

NB : Le désert de Phapan désigne probablement le désert de Paran (ou Faran en arabe qui ne connaît par le P) situé au nord-est du Sinaï. C’est là selon la Bible, qu’Agar et son fils Ismaël sont arrivés lorsqu’ils ont été chassés du clan d’Abraham (Gen. 21, 21)

Ce récit est plus cohérent avec la charte de Yathrib. Il explique aussi le sens de « combattre sur le chemin de Dieu » : conquérir la terre d’Israël que Dieu à donné aux fils d’Abraham, les Israéliens et les Ismaéliens. Quand Jérusalem tombera aux mains des armées arabes (vers 638), des artisans seront recrutés pour construire un lieu de prière sur l’emplacement du temple, au grand dam du patriarche chrétien Sophronios qui vit son diacre, tailleur de pierre, répondre à l’appel des Arabes.

Vers 640, un auteur chrétien anonyme, dans la Doctrina Jacobi, met en scène un juif qui raconte à Jacob, le héro de l’histoire : « Et nous les juifs, nous étions en grande joie. On disait que le prophète était apparu, venant avec les Saracènes (Arabes), et qu’il proclamait l’arrivée du Messie qui allait venir« . En 640, Jérusalem était déjà tombée (638).

NB : Lors de la conquête arabe, Jérusalem s’appelait Aelia et la Judée était devenue la Palestine. Ce changement de désignation était l’oeuvre de l’empereur romain Hadrien (son nom complet est Publius Aelius Traianus Hadrianus Augustus) qui, en 137, avait maté la deuxième révolte juive. Il avait détruit Jérusalem, expulsé les Juifs et rebâti une ville romaine à qui il avait donné son nom.

L’anti-judaïsme n’est pas inhérent à l’islam, il ne viendra que plus tard : les chrétiens de l’administration des Omeyyades, restés en place, persuadés que les Juifs étaient responsables de la mort de Jésus imposeront leur idéologie aux musulmans (voir l’article sur l’élaboration du Coran).

Conclusion

Cette hypothèse est-elle la véritable histoire des débuts de la conquête arabe ? A-L de Prémare, un islamologue réputé, dans son livre « Les fondations de l’islam » s’étonne : « On peut effectivement éprouver une certaine réticence à admettre que Mahomet ait envisagé, à partir du Hidjaz, une expédition aussi lointaine dans une zone aussi peuplée que la Palestine ».
Un autre historien, l’américain Hoyland, professeur à Oxford et à l’UCLA, dans son livre « Dans la voie de Dieu » voit dans les conquêtes, non pas une « invasion » musulmane, mais des insurrections d’Arabes et de non Arabes de toute confession, juifs, chrétiens ou zoroastriens, résidant dans les empires byzantins et perses et profitant du marasme causé par la fin de la guerre entre ces empires (603 à 628) et l’arrivée de la umma de Mahomet. Ces attaques sur plusieurs fronts expliquent les guerres civiles de 656 à 661 et de 683 à 692 entre les différentes armées conquérantes.

Cette vision va à l’encontre de la tradition islamique mise par écrit au IXe siècle (au IIe siècle de l’ère musulmane), alors que les lois n’étaient plus édictées par les califes, mais par les religieux. Les chroniqueurs de IXe siècle ont réinterprété les expéditions et les conquêtes à l’aune du contexte de leur époque, en amplifiant l’aspect religieux, en exaltant et en glorifiant l’islam.

La conversion des peuples conquis n’a jamais été un objectif pour les conquérants. Comme indiqué dans la charte de Yathrib, à chacun sa religion. Cette maxime est même reprise dans le Coran, sourate 2, verset 256 : « Nulle contrainte en religion. Car le bon chemin s’est distingué de l’égarement. Donc, quiconque mécroit au Rebelle (Satan) tandis qu’il croit en Dieu saisit l’anse la plus solide qui ne peut se briser« . Il n’est pas question de religion dans les premières années de la conquête. Il faudra attendre la fin de la seconde guerre civile en 692 sous le règne d’Abd al-Malik pour que Mahomet soit mentionné en tant que prophète par les califes omeyyades. Son nom va apparaître sur les pièces de monnaie et dans le Dôme du Rocher. A ce moment, on peut parler de l’islam en tant que religion califale.


Une autre culture islamique

La culture islamique est une culture sans image. Vraiment ?
La première dynastie musulmane, les Omeyyades, qui succède aux compagnons du prophète Mahomet, installe son pouvoir en Syrie-Palestine, entre Damas et Jérusalem. Elle ignore ce qui deviendra les lieux saints de l’islam : La Mecque et Médine. Les califes omeyyades ont conquis le pouvoir par les armes, en battant le quatrième calife, Ali, gendre et beau-fils du prophète (voir mon article sur les premiers califes omeyyades).

Ils vont tisser un réseau de résidences fortifiées dans tout le territoire qu’ils contrôlent, d’Alep au nord de la Syrie jusqu’au nord de la péninsule arabique en passant par l’actuelle Jordanie. On dénombre aujourd’hui plus d’une trentaine de « châteaux de désert » ainsi qu’on les appelle. Ils sont tous de forme et de taille différente. Ils servaient de résidence à la cour califale lors des déplacements du calife que l’on peut imaginer rendant visite à ses sujets, comme les rois de France le pratiquaient… d’où l’abondance des châteaux royaux en France.

Le château du désert de Qusayr Amra en Jordanie

Un de ces châteaux a gardé sa décoration originale et elle surprend. Les murs sont recouverts de 400 m² de fresques qui montrent une tout autre culture musulmane que celle que véhicule l’islam d’aujourd’hui. On se croirait dans une villa romaine : les scènes de fêtes succèdent aux scènes de chasse. Des femmes dansent et se baignent. C’est un lieu de perdition pour les intégristes.

J’ai parlé de lieu de perdition, mais ce sont plutôt des scènes de paradis, tel que se l’imagine les salafistes. C’est là toute l’ambiguïté des combattants d’Allah : ils veulent détruite la civilisation occidentale qu’ils jugent décadente et débauchée pour gagner un paradis où ils pourront vivre une vie de repos et de débauche.
(Exemples de citations sur le Paradis tirées du Coran d’après Les Grands Thèmes du Coran par Jean-Luc Monneret) :

Le Paradis est un jardin parcouru de ruisseaux (Co. 4, 122). On y trouve d’immenses ombrages (56, 30) , non le soleil implacable. On y reçoit des fruits (56, 32) et des boissons en abondance, du vin dont on ne se lasse pas et qui n’enivre pas (37, 47). Des « houris » aux grands yeux sont là, toujours vierges et d’âge égal (55, 36) ainsi que de beaux éphèbes (56, 17). Vêtus de brocart et de soie, parés de bijoux précieux (18, 31) les élus se reposeront pour l’éternité dans de profonds divans (76, 13).

Mais revenons aux Omeyyades. Doit-on s’étonner de la décoration de ces châteaux ? Oui si on se réfère à la tradition islamique qui fait des Omeyyades, les descendants d’Abu Sufyan, le maître de La Mecque, un fils du désert, converti sur le tard à l’islam. Non, si on suit l’hypothèse que j’ai développée dans l’article précité, qui fait des Omeyyades des Arabes de Syrie, alliés (abandonnés) des Byzantins, donc de culture grecque. Leur tribu dirigeait la confédération des Ghassan (ou Ghassanides) et construisaient déjà des résidences dans les déserts comme Jabiya dans le Golan ou Jilliq au sud de Damas.

Mais connaît-on vraiment l’histoire de l’islam ?

Les représentations humaines dans l’islam

Aucun verset du Coran n’interdit de représenter des personnes. La tradition islamique vient probablement du judaïsme. Dans le livre de l’Exode 20, 4-5, il est dit : « Tu ne te feras point d’image taillée, ni de représentation quelconque des choses qui sont en haut dans les cieux, qui sont en bas sur la terre, et qui sont dans les eaux plus bas que la terre. Tu ne te prosterneras point devant elles, et tu ne les serviras point. Cette interdiction vise à éviter l’idolâtrie.
Certains auteurs considèrent que l’interdiction des images dans l’islam serait une conséquence de la crise des icônes qui frappa l’Empire byzantin au VIIIe siècle. En 730, l’empereur Léon III l’Isaurien (empereur de 717 à 741 né en Isaurie, région du centre de la Turquie moderne) interdit l’usage des icônes du Christ, de Marie et des saints, et ordonne leur destruction. Cette raison est peu probable, car le Dôme du Rocher, construit avant la crise, ne comporte aucune représentation « d’être ayant une âme« .

Mahomet a-t-il fait des miracles ?

Que dit le Coran ?

Le Coran est formel : NON, Mahomet n’a pas fait de miracle. Ce n’est qu’un homme.

Dis-leur : « Je ne prétends pas disposer des trésors de Dieu, ni de connaître les mystères, je ne vous dis pas que je suis un ange. Je ne fais que suivre ce qui m’a été révélé. (Co. 6, 50)

Ils disent : ‘Pourquoi ne nous apporte-il pas un miracle de son Seigneur ? » La preuve de ce que contiennent les écritures anciennes ne leur est-elle pas parvenue ? (Co. 20, 133) [NB : à lire de verset, on pourrait croire que les habitants de La Mecque devaient connaître la Bible hébraïque ???]

Ne leur suffit-il pas que nous ayons fait descendre sur toi le Livre et qu’il leur soit récité ? Il y a certes là une miséricorde et un rappel pour les gens qui croient. (Co. 29, 51)

En résumé, les miracles ne sont pas nécessaires pour croire, la révélation du Coran suffit.

Qu’en pensent les musulmans ?

Et pourtant de nombreux miracles sont attribués à Mahomet, que ce soit dans sa biographie (la Sîra) ou dans les hadiths (la sunna). Les musulmans ne lisent-ils pas le Coran ?
Le site islamreligion.com nous enseigne que « le prophète Mohammed (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui) a accompli de nombreux miracles dont ont été témoins des centaines, et parfois des milliers de personnes.  Le récit de ces miracles nous est parvenu par l’intermédiaire d’une méthode de transmission d’une efficacité jamais égalée dans l’histoire. » Sic.

Mahomet aurait divisé la lune en deux lors d’une prière. Ce « miracle » est déduit du verset 54, 1 du Coran qui dit « L’heure approche et la lune s’est fendue en deux ». Le verset parle en fait de la fin du monde. Le site islamreligion.com nous dit même que les habitants de Washington n’ont pas pu voir le miracle car il était 2 heures de l’après-midi chez eux !

Lors de son prêche, Mahomet avait l’habitude de monter sur une souche. Les fidèles devenant de plus en plus nombreux, on lui construisit une chaire. A l’office suivant, tous les participants ont entendu la souche pleurer et Mahomet l’a consolée en la caressant.

Lors d’un déplacement, l’eau vint à manquer. Mahomet avait conservé une petite fiole pour ses ablutions. Il l’ouvrit et l’eau coula en abondance entre ses doigts.

Bien entendu, il a multiplié les pains, il a guéri Ali qui soufrait des yeux et il a exorcisé un démon qui avait pris possession d’un enfant. Il a aussi exaucé les vœux des fidèles. Il a rétabli des jambes brisées et a fait d’un fantassin un cavalier émérite?

La Sîra raconte qu’alors que les armées de La Mecque s’apprêtaient à attaquer Médine, Mahomet demanda de creuser un fossé tout autour de l’oasis. Le travail était ardu, le sol était très dur. Mahomet cracha par terre et le sol devint meuble et malléable. Grâce à ce fossé (une tranchée avant l’heure ?), les 10.000 assaillants n’ont pas osé s’attaquer aux fidèles du prophète, se contentant de les invectiver en leur récitant des poèmes. Après quelques jours de siège, ils ont refait, en sens inverse, les 350 kilomètres qui les séparaient de La Mecque.

Le voyage nocturne

On raconte qu’une nuit, alors qu’il était toujours à la Mecque, Mahomet fut réveillé par l’ange Gabriel qui lui fit enfourché un animal fabuleux Buraq, mi-femme, mi-cheval ailé, pour se rendre à Jérusalem. De là, Mahomet s’envola vers les cieux où il rencontra Abraham, Moïse, Jésus et finalement Allah à côté duquel trônait l’original du Coran. Au petit matin, il était de retour et raconta son aventure. Personne ne le crut. Il annonça alors qu’il avait survolé une caravane qui arriverait le surlendemain. Ce qui se réalisa. On peut encore voir « l’empreinte du pied de Mahomet » sur la pierre conservée à l’intérieur le Dôme du Rocher à Jérusalem.

Mahomet montant Buraq

D’où vient ce récit ? Il fait partie du Coran, sourate 17, verset 1 :

Gloire à celui qui a fait voyager de nuit son serviteur du lieu de prière sacré vers le lieu de prière éloigné dont nous avons béni l’enceinte, et ceci pour lui montrer certains de nos signes. Dieu entend et voit tout.

Voilà le texte intégral (j’ai remplacé « mosquée » par « lieu de prière », car il n’ y avait pas de mosquées lorsque Mahomet résidait à La Mecque).
Comme on peut le voir, le verset ne parle ni de Mahomet, ni de l’ange Gabriel, ni de Buraq (qui est un personnage de la mythologie persane), ni de La Mecque, ni de Jérusalem. C’est un vrai miracle que ce texte soit devenu le récit fantastique du voyage nocturne.

Quand le verset a été interprété, une mosquée avait bien été édifiée à La Mecque et on l’avait appelée « la mosquée sacrée« , elle existe toujours, très embellie. Ca rapproche le texte du récit.
En 705, Walid I, le fils d’Abd al-Malik, fit construire une mosquée à Jérusalem, mosquée qui sera appelé « al Aqsa« , c’est à dire, la mosquée éloignée. Et le tour est joué.

On raconte que Aïcha la femme préférée du prophète aurait dit que le voyage s’était fait en songe. Or Aïcha est morte en 678, bien avant la construction de la mosquée al-Aqsa. Qui croire ? Que croire ?

Une nouvelle mosquée à Istanbul

Erdogan a remis ça ! Après la basilique Sainte-Sophie, il a converti l’église Saint-Sauveur in-Chora (dans les champs) en mosquée. Cette église a été bâtie au Ve siècle. Elle est devenue une mosquée, en 1511, après la prise Constantinople par les Ottomans.

Comme pour Sainte-Sophie, Kémal Atatürk en avait fait un musée en 1945. Les nombreuses mosaïques avaient été rendues visibles dès 1958. Aujourd’hui, elles sont de nouveaux occultées, non par de la chaux, mais par des rideaux. Erdogan prépare-t-il la fin de son règne et le retour à la « normale » ?

Malgré l’immense portait de Mustapha Kémal Atatürk qui trône dans le bureau présidentiel, Erdogan détricote petit à petit tout l’héritage du père de la Turquie moderne.

Erdogan (en bas) Atatürk (en haut)

Alors, suspense ! Erdogan va-t-il réintroduire l’alphabet arabe, abandonné en 1928 par Mustapha Kémal et interdit en 1929, pour mieux s’imprégner de l’islam ? Mustapha Kémal l’avait remplacé par l’alphabet latin espérant que cela aiderait son pays à se développer économiquement. De plus, l’arabe est une langue consonantique, l’alphabet ne compte que 3 voyelles brèves (a, i, u) et 3 voyelles longues (â, î, û), alors que la langue turque utilise de nombreuses voyelles (A, E, I (sans point), I (avec un point), O, Ö, U, Ü ).
A l’époque, 80% de la population était illettrée. Le moment du changement était très bien choisi. Le retour en arrière serait problématique.

La fin d’un monde : Julien l’Apostat

Je consacre cet article à un personnage qui fait tache dans la galerie des empereurs romains : Julien II, dit Julien l’Apostat par les chrétiens qui le haïssent et Julien le Philosophe par ceux qui l’ont compris. Ce qui singularise Julien, c’est d’être revenu à la religion de Rome, le polythéisme néoplatonicien, en pleine période de christianisation de la cour. Il est le seul empereur romain qui semble avoir compris vers quelle régression les chrétiens amenaient l’Empire. Aurait-il pu infléchir le cours de l’Histoire si son règne ne s’était brusquement arrêté en 363, lors d’une expédition contre les Perses, après 1 an, 7 mois et 23 jours de règne ?
Malgré ce très court règne, nous connaissons bien le personnage qui s’est mis en scène dans les nombreux textes qui nous sont parvenus malgré l’opprobre jeté sur lui par ses détracteurs chrétiens, .

Une vie brève et mouvementée

Julien est né vers 331, probablement à Constantinople, dans la famille de l’empereur Constantin dont il est le neveu. A la mort de Constantin, Julien a alors 6 ans, toute sa famille est massacrée. De cette famille de l’empereur, restent trois enfants de Constantin, Julien et son frère, Gallus, alité, gravement malade.
Les trois enfants de Constantin vont se partager le pouvoir : Constance II, Constantin II et le jeune Constant, 17 ans.
L’éducation de Julien est confiée à Eusèbe de Nicomédie, l’évêque arien qui a baptisé Constantin sur son lit de mort. A côté de son éducation religieuse, Julien est initié aux philosophes grecs par un affranchi goth, Mardonios. Mais l’empereur Constance, qui a évincé ses frères et règne maintenant seul, a vite fait de le séquestrer en Cappadoce. Sans aucun contact avec l’extérieur, soumis aux enseignements rigoureux de l’évêque Georges, il se réfugie dans lecture des ouvrages philosophiques de la bibliothèque de sa résidence forcée.
Il aurait pu terminer sa vie dans cette prison « dorée », si la femme de l’empereur Eusébie, ne l’avait rappelé à la cour puis envoyé à Athènes terminer son cursus scolaire.

En 355, coup de théâtre ! Constance lui donne sa fille, Hélène, en mariage, le nomme César (empereur en second) et l’envoie en Gaule pour combattre les tribus germaniques en rébellion. Il n’a aucune formation militaire et ne parle même pas le latin, la langue de commandement des armées. Mais il fait des merveilles, repoussant les Germains sur la rive droite du Rhin, à tel point qu’en 360, ses légions le proclame imperator (empereur). Colère de Constance qui rassemble ses légions dans le nord de l’Italie pour marcher contre cet imposteur de cousin. Mais il meurt entre temps : Julien devient donc le seul Auguste (empereur) de tout l’empire, contre son gré et contre toute attente.

Il promulgue un édit de tolérance et remet au gout du jour l’ancienne religion romaine, réorganisée autour du dieu solaire. Il promet aux Juifs qu’il veillera personnellement à la restauration du temple de Jérusalem (la lettre nous est parvenue). N’ayant pas digéré son éducation chrétienne, il interdit aux chrétiens d’enseigner la grammaire, la rhétorique et la philosophie : « Qu’ils cessent d’enseigner ce qu’ils ne prennent pas au sérieux ou qu’ils l’enseignent comme la vérité. ». Mais il n’entreprend pas de persécutions contre les chrétiens et condamne même le meurtre de son pédagogue, Georges de Cappadoce, par la foule : « Vous n’auriez pas dû faire justice vous-mêmes, mais du fait de ses crimes, il méritait une mort plus atroce encore ».

Il sera un bon empereur, régnant de façon moins autocrate en se basant sur le Sénat. Il assainit l’administration et diminue les impôts en les répartissant de manière plus juste.

Au printemps 363, il entreprend une vaste expédition contre les Perses qui menacent les frontières d’Asie. Au cours d’une bataille, il est mortellement blessé. Des auteurs chrétiens proclament qu’il a été tué par un de ses soldats chrétiens et qu’avant de mourir, il aurait prononcé : « Tu es vainqueur, Galiléen » . Par contre, un de ses fidèles raconte que Julien s’est élancé imprudemment au milieu de la masse des ennemis fuyant et qu’il fut transpercé par une lance.

Que va devenir l’empire ? Ni Julien, ni ses trois cousins, qui l’ont précédé à la tête de l’empire, n’ont de descendants.
L’armée acclame Sallustius, un proche de Julien, comme empereur. Le polythéisme va-t-il s’installer ? Non, Sallustius refuse de devenir prince. C’est Jovien, de façon éphémère puis Valentinien qui sont élus et ils sont chrétiens. L’œuvre de Constantin peut se poursuivre.

Ses écrits

Bien que sa vie fut brève, il est mort à 31 ans, Julien a beaucoup écrit. Et un grand nombre de ses œuvres nous sont parvenues. Certaines nous sont connues par ses détracteurs.

On connaît pas moins de 83 de ses lettres. Il parle des chrétiens, qu’il appelle « Galiléens » dans certaines où il confirme qu’il ne veut pas les persécuter.

Ainsi dans une lettre adressée à Attrabius, il écrit :

J’en atteste les dieux, je ne veux ni massacrer les Galiléens, ni les maltraiter contrairement à la justice, ni leur faire subir tout autre mauvais traitement : je dis seulement qu’il faut leur préférer des hommes qui respectent les dieux, et cela en toute circonstance. Car la folie de ces Galiléens nous a mené à notre perte, tandis que la bienveillance des dieux nous a sauvés tous. Il faut donc honorer les dieux, ainsi que les hommes et les villes qui les respectent.

Dans une autre lettre, il condamne les ariens d’Éphèse qui s’en sont pris physiquement aux membres de la secte gnostique des valentiniens (voir l’article sur les gnostiques) :

J’ai résolu d’user de douceur et d’humanité envers tous les Galiléens, de manière que jamais personne n’ait à souffrir de violence, à se voir traîné dans un temple ou contraint à toute autre action contraire à sa propre volonté. Cependant ceux de l’Église arienne, enflés de leurs richesses, se sont portés contre les valentiniens, dans la ville d’Édesse, à des excès tels qu’on n’en saurait voir dans une cité bien policée. Nous avons ordonné que tous les biens de l’Église d’Édesse leur soient enlevés pour être distribués aux soldats, et que leurs propriétés soient ajoutées à notre domaine privé, afin que la pauvreté les rende sages et qu’ils ne soient pas privés, comme c’est leur espérance, du royaume des cieux.

Parmi ses ouvrages, on peut citer :

Sur le roi soleil. Il s’attaque à la mythologie : « Que pense-je des dieux ? Vouons ces ténèbres à l’oubli. L’homme engendre l’homme, mais l’âme, étincelle sacrée, il la recueille des dieux ».
En fait, il adhère à la philosophie néoplatonicienne : un « Être suprême », le créateur, a donné naissance à tout ce qui est immortel : le soleil, la lune, la terre, l’air, l’eau, les astres et les autres dieux. Ces autres dieux, créateurs des choses mortelles, ont été choisi par les hommes pour les guider. Tous les peuples ont une nature, un tempérament différent qui est forgée par leur environnement et ils se sont choisis des dieux s’accordant à leur caractère. Ainsi, un Gaulois, un Germain, un Juif et un Romain n’ont pas la même nature, la même sensibilité, ils n’ont pas les mêmes dieux.

Sur la mère des dieux. Il philosophe dans cet ouvrage sur le mythe phrygien de Cybèle et d’Attis, son fils et son amant. Il en déduit que : « La Providence (Cybèle) s’est prise à aimer la cause énergétique et génératrice des êtres (Attis) ».

Épître au Sénat et au peuple athénien. Il y raconte son enfance traumatisante.

A côté d’ouvrages philosophiques, il a aussi écrit deux panégyriques de l’empereur Constance et un éloge de sa bienfaitrice Eusébie. On trouve aussi un curieux Misopogon ou l’ennemi de la barbe, la barbe étant l’apanage des philosophes.

Représentation de l’empereur Julien

Contre les Galiléens. Cet ouvrage est un plaidoyer contre les religions juive et chrétienne. Il se basant sur la Bible et les évangiles que Julien semble bien connaître. Bien entendu, cet écrit ne nous est pas parvenu, mais il a été reconstitué à partir de l’ouvrage de Cyrille d’Alexandrie (« Contre Julien » écrit 40 ans après la mort de Julien) qui nous en livre des passages tout en les critiquant.
Pourquoi traite-t-il les chrétiens de Galiléens ? On peut y voir trois raisons : (1) la Galilée est un pays étranger, (2) un tout petit pays et (3) les Juifs disent, dans le Talmud, que rien de bon ne peut venir de Galilée.
Cet ouvrage peut être consulté sur le site : http://remacle.org/bloodwolf/philosophes/julien/galileens.htm

C’est un ouvrage qui, reconstitué, occuperait aujourd’hui une quarantaine de pages. Qu’y lit-on ? Se référant à sa croyance en un Être suprême, il dénie ce titre à YHWH qui dans la Genèse ne crée pas la terre et l’eau, mais les transforment. Il s’interroge sur les anges et ne trouve pas dans la Bible qui les a créés.
Il critique la façon dont YHWH a traite Adam et Ève : en leur interdisant de manger du fruit de l’arbre du bien et du mal, « il les empêchait de devenir sages et prudents« .
Le récit de la tour de Babel, où Dieu confond les langues, lui inspire le sarcasme : « Quel dieu est-il qui craint les hommes« . Il poursuit : « Comment pouvez-vous croire que Dieu soit susceptible de haine et de jalousie, lui qui est la souveraine perfection ? ». Si Dieu, jaloux, veut être adoré seul… pourquoi adorer son fils ? Et pourquoi adorer Jésus qui durant sa vie n’a rien fait d’exceptionnel.
A la lecture des lettres de Paul, il déduit que les chrétiens sont mauvais car Paul ne cesse de leur reprocher leurs erreurs et leurs vices.
Marie est la mère de Dieu ? Comment une mortelle peut-elle donner naissance à un dieu immortel ?
Si Jésus est dieu de tout éternité, pourquoi Moïse n’en a-t-il pas parlé, lui qui a eu contact avec Dieu. Il en conclut que c’est Jean (dans son évangile) qui a fait de Jésus un dieu.

Son argumentation n’est jamais virulente, il commente des passages de la Bible et des évangiles. Il conclut que le christianisme est une hérésie du judaïsme.

(NB : Mahomet a dû lire les arguments de Julien, car dans le Coran, c’est Allah qui crée la terre, l’eau et les anges)

La fin d’un monde : de la tolérance au fanatisme religieux

Constantin avait promulgué un édit de tolérance en 313 afin de rétablir « l’unité et la sécurité publiques ». (voir l’article sur les ariens) Malheureusement, cet objectif n’a pas été atteint, la prolifération des sectes chrétiennes va perturber grandement le calme et la sécurité dans les villes surtout, les campagnes étant peu christianisées. Cent ans après Constantin, en 428, l’empereur Théodose II, fervent chrétien nicéen (catholique), supprima le droit de réunion de tous les « hérétiques » (en grec, « hérésie » veut dire « choix » ou « préférence », pas déviance de l’orthodoxie). Et il cite : les ariens, les macédoniens, les appolinaristes, les novatiens, les sabbathiens, les eunomiens, les valentiniens, les montanistes, les phryges, les marcionites, les borborites, les messaliens, les euchites, les donatistes, les audiens, les hypoparastates, les tascodrogites, les plotiens, les donatistes, les photiniens, les pauliens et les marcelliens. Soit 23 sectes différentes. Et les adeptes de ces sectes, qui toutes se réclamaient de Jésus, symbole d’amour, ne se contentaient pas de se réunir et de prier ensemble, ils agressaient leurs adversaires, souillaient leurs temples, perturbaient les cérémonies, quand ils n’assassinaient pas ceux qui les gênaient… avec l’assentiment des évêques qui entretenaient des hommes de main pour leurs basses besognes. Ainsi, en 415, à Alexandrie, où l’évêque Cyrille faisait la loi, Hypathie, une mathématicienne et philosophe va être massacrée par les milices de l’évêque. Ils vont la battre, la démembrer et promener son corps dans la ville. Ils n’admettaient pas qu’une femme puisse avoir une telle influence sur la société.
Libanios, contemporain de Julien, écrit au sujet des moines : « Ces hommes vêtus de noir, qui mangent plus que des éléphants, au mépris de la loi toujours en vigueur, courent vers les temples avec des morceaux de bois et des barres de fer pour les détruire« .
Malgré le peu de succès de la nouvelle religion auprès des élites et dans les campagnes, la persécution a changé de camp. Les chrétiens n’étaient pas majoritaires du temps de Julien, mais on les remarquait. Les historien.ne.s estiment que seuls 10% de la population adhéraient au christianisme au temps de Constantin (j’ignore comment ils sont arrivés à cette conclusion !). Julien n’a interdit aucune religion, il n’a persécuté personne, il espérait convaincre les chrétiens de leurs erreurs par des discours philosophiques. On sait ce qu’il en fut.

La fin d’un monde : de la puissance de l’empereur à celle des évêques

En devenant chrétiens, les empereurs romains ont perdu leur prestige et leur pouvoir. Ils ne sont plus tout puissants, ils sont soumis à Dieu… et à leurs représentants sur terre, les évêques et les moines. L’empereur, comme tous les chrétiens, doit se confesser, il se met à nu devant l’évêque qui peut l’excommunier, le rejeter de la communauté des fidèles, le priver des sacrements. C’est ce qui est arrivé à l’empereur Théodose I (379 à 395) qui avait pourtant publié, en 380, conjointement à Gratien, un édit consacrant la foi catholique, telle qu’elle avait été définie par le Concile de Nicée, comme religion d’État ! Et l’empereur a fait amende honorable pour éviter une révolte. Car le peuple n’obéit plus à l’empereur, mais aux évêques.

Gratien (mort en 383) a cédé son titre de « pontifex maximus » à l’évêque de Rome.
En 389, Théodose fait fermer le temple de Vesta, protectrice de Rome et éteint le « feu sacré » qui n’avait cessé de brûler pour la sauvegarde de la cité, et ce malgré l’opposition de l’aristocratie restée hostile à la nouvelle religion. Deux ans plus tard, il va plus loin, il interdit l’accès aux temples. En 394, les Jeux olympiques n’auront pas lieu. Le corps cesse d’être cultivé, il n’est plus que la prison de l’âme.
Par contre à Athènes, l’Académie néoplatonicienne restera ouverte jusqu’en 560.

L’évêque de Rome, le pape, va prendre de plus en plus d’importance, bien que Rome ait été abandonnée au profit de Constantinople et de Ravenne. Un faux va même attribuer au pape tout le pouvoir de l’empereur. J’ai commenté cette « donation de Constantin » dans un article précédent.

En l’an 800, Charlemagne a été sacré empereur par le pape, en opposition flagrante à la tradition franque qui voulait que l’empereur soit investi par ses pairs. On a parlé d’un sacre « par surprise » : le pape aurait couronné Charlemagne alors qu’il avait le dos tourné. Mais l’habitude était prise, c’est l’Église qui sacre les rois. Le roi de France n’obtenait son titre qu’après avoir été sacré par l’évêque de Reims. Il a fallu attendre Napoléon pour que le cercle soit brisé. Il a convoqué le pape à Paris pour son sacre, mais il lui a assigné un rôle de spectateur… Napoléon s’est couronné lui-même. L’empereur reprenait ses prérogatives.

Comprendre la guerre de Syrie

Un peu d’histoire

La Syrie est un pays jeune. Il n’a connu ses frontières actuelles qu’en 1920, lors du démembrement de l’Empire ottoman. Selon un accord secret signé en mai 1916, entre les diplomates français (Picot) et britannique (Sykes), le nouveau pays sera placé sous tutelle française, malgré l’opposition des Arabes qui ont aidé l’armée britannique dans sa guerre contre les Turcs ottomans. Ils avaient créé un gouvernement provisoire et nommé le prince Fayçal roi de Syrie. Cette saga a été contée dans le film « Lawrence d’Arabie ». Fayçal s’était rendu à Paris pour défendre la position arabe lors de la conférence de la paix en 1918 et 1919. En vain. L’occupation française se fera les armes à la main.

Le pays deviendra indépendant en 1946, après de longues négociations avec différents gouvernements français. Celles-ci ont duré 10 ans.
Après la défaite de la Syrie (et des autres pays arabes) dans la guerre contre Israël en 1948 (voir mon article : Naissance de l’État d’Israël), la Syrie va connaître une succession de coups d’État menant en 1966, Hafez al-Hassad au pouvoir. La famille al-Hassad est originaire de l’ouest de la Syrie, elle appartient à la minorité religieuse alaouite, une branche du chiisme qui représente moins de 15% de la population syrienne.

En 2000, Bachar al-Assad (ou el-Assad), né en 1965, succède à son père après un référendum. Il a fait des études d’ophtalmologie à Damas puis s’est spécialisé à Londres. Il y rencontre son épouse Asma Fawaz Akhras (née en 1975), une femme d’affaire syro-britannique.

Avertissement

La guerre de Syrie est très difficile à comprendre car c’est une guerre mondiale qui ne veut pas dire son nom. La Syrie a servi de champ de bataille à toute une série de pays cherchant à s’octroyer des avantages géopolitiques.

A côté de la position « officielle » des chancelleries occidentales : « Bachar al-Assad est un tyran sanguinaire qui a précipité son pays dans le chaos« , plusieurs journalistes sur le terrain ont défendu des thèses différents. Ils se sont fait traités de conspirationnistes, de traîtres, de séniles, de propagandistes à la solde des Russes, etc. Parmi eux :

  • Robert Fisk (anglais) : il a reçu le prix Amnesty International en 2000 pour ses reportages en Serbie sous les bombardements de l’OTAN et le David Watt Memorial Award en 2001 pour sa couverture du Proche-Orient. Il a nié l’usage des armes chimiques à Douma en 2018 où il était présent. Il a réalisé le documentaire « En première ligne » sur la guerre de Syrie (diffusé sur ARTE).
  • Seymour Hersh, un journaliste d’investigation américain, prix Pulitzer en 1970 pour avoir dénoncé le massacre perpétré par des marines américains à My Lai au Vietnam. Il met en cause les milices du front al-Nosra (un groupe djihadiste affilié à Al-Qaïda) dans l’attaque au gaz sarin dans la Ghouta, la banlieue de Damas, en 2013. C’est à cette occasion qu’Obama a déclaré que la « ligne rouge » était franchie. Il accuse Obama de se servir du même mécanisme de sélection que celui utilisé pour justifier la guerre en Irak par son prédécesseur : George W. Bush.
  • John Pilger (australien) : il a été le premier à dénoncer les violations des droits de l’Homme par les Khmers rouges au Cambodge. Il a obtenu deux fois le prix britannique de « jounalist of the year« . Il affirme n’avoir jamais connu d’époque auparavant où la pensée dominante était à ce point impliquée dans un « déluge de propagande » visant selon lui la Russie.
Le printemps arabe : 2011

Au printemps 2011, comme en Tunisie, en Egypte et au Barhain, la population syrienne manifeste contre le régime autoritaire de leur président. Le gouvernement réprime la contestation dans le sang. Les forces armées tirent sur la foule. Vidéo sur les manifestations : France Télévision.
Le printemps arabe échoue en Syrie comme il a échoué au Barhain et pour les mêmes raisons. Les deux régimes sont aux mains d’une minorité : sunnite au Barhain alors que la majorité de la population est chiite et l’inverse en Syrie. Pour assurer le pouvoir à la minorité, le régime a placé des hommes sûrs, issus de cette frange de la population, à tous les postes de l’État : armée, services secrets, administration, etc. La contestation échoue parce que les forces de l’ordre restent fidèles au gouvernement. Notons que l’armée saoudienne a dû intervenir au Barhain pour mettre fin aux manifestations.

Les manifestations virent à la révolution : interventions étrangères : 2012

Face à l’échec, le mouvement de contestation se transforme en rébellion.
Les États-Unis organisent à Istanbul un « Congrès National » regroupant des opposants réfugiés dans les pays occidentaux et toutes les composantes politiques de la société syrienne, des communistes aux radicaux islamistes, soit plus de 40 partis, 40 points de vue différents. L’objectif est de former un gouvernement provisoire et de coordonner les actions sur le terrain. Pour eux, Bachar al-Assad est déjà mort.

Réunion du Congrès National

Vu les divergences de vue, c’est un échec. Sur le terrain, l’Armée syrienne libre (ASL) qui s’était constituée cède petit à petit l’initiative à des milices islamistes salafistes dont les principales comptent plus de 10.000 hommes venant de tous les pays : le front al-Nosra, branche d’al-Qaïda,  Ahrar al-Sham et Jaych al-Islam (Armée de l’Islam). Qui arme ces milices ? L’initiative de la révolution vient des États-Unis, mais ils ne peuvent pas fournir d’armes à des belligérants sans l’accord du Sénat. La CIA fait donc appel à ses alliés dans la région : la Turquie, l’Arabie saoudite, les Emirats arabes unis et le Qatar. La diversité de l’origine de l’armement renforce les dissensions entre les différents groupes armés qui sont la cible de l’armée syrienne aidée de l’Iran et du Hezbollah (le parti de Dieu) libanais. A ce stade, on assiste à une guerre entre chiites et sunnites. Plus d’une cinquantaine de groupes armés s’affrontent ! Un observateur estime qu’une milice se crée chaque semaine. Elles sont de plus en plus extrémistes.

Le conflit s’internationalise : USA-Russie (2012-2013)

La force de feu est disproportionnée entre le régime de Bachar al-Assad qui utilise chars et avions, et les milices rebelles équipées d’armes légères. Les États-Unis ont explicitement interdit qu’on leur livre des lance-roquettes. Ils ont en mémoire le sort des armes qu’ils avaient livrés aux moudjahidin afghans qui luttaient contre les Soviétiques. Ces armes se sont retournées contre les Américains lorsqu’ils ont envahi l’Afghanistan après les attentats du 11 septembre 2001.

Comme les milices sont engagées dans une guérilla urbaine, les troupes de Bachar al-Assad bombardent les quartiers où les opposants se sont mélangés à la population. Celle-ci n’a d’autre choix que de fuir quand c’est possible, subir ou aider les insurgés.

Les USA et la Russie vont s’affronter à l’ONU. Toutes les résolutions déposées par les États-Unis pour chasser Bachar al-Assad n’aboutissent pas : la Russie y oppose son veto, imité par la Chine. Le président Obama hésite quant à la stratégie à mener en Syrie. Lorsque le gouvernement syrien est accusé d’utiliser des armes chimiques, il menace d’une intervention directe de l’armée américaine si de nouvelles frappes chimiques ont lieu. Mais il n’agit pas quand cela se produit, au grand dam du président français, François Hollande, qui avait préparé l’envoi d’un contingent. Au contraire, Obama se range à l’avis du président russe Poutine de démanteler l’arsenal chimique de la Syrie. La Russie marque le conflit de son empreinte.

Pourquoi la Russie soutient-elle la Syrie ? La Syrie est alliée à la Russie de longue date, elle permet à la flotte militaire russe de mouiller dans le port méditerranéen de Tartous. La Russie est par principe opposée à tout droit d’ingérence, elle est opposée à toute intervention militaire qui viserait à renverser un pouvoir en place. Notons que l’intervention soviétique en Afghanistan visait à soutenir le régime en place. Une autre raison est économique : la Syrie est le quatrième client de la Russie en valeur. Les États-Unis, eux, s’opposent à la Syrie, non seulement parce qu’elle est l’alliée de la Russie, mais aussi parce que la Syrie est l’ennemie d’Israël et l’alliée de l’Iran. Pour les États-Unis, les amis de mes ennemis sont mes ennemis. Ils mènent au Proche-Orient une politique de cour de récréation d’école maternelle.

Conquêtes de DAESH (2013)

Début 2013, l’État islamique, qui s’est constitué en Iraq, pénètre en Syrie où les milices djihadistes lui prêtent allégeance. De leur fusion naît DAESH, l’État islamique en Iraq et au Levant (le Sham, c’est la Syrie). Cette organisation est lourdement armée, elle a pillé les arsenaux américains de la région de Mossoul. Elle balaie tout sur son passage. Les États-Unis et ses alliés européens décident alors d’intervenir militairement par des frappes contre DAESH. La Russie leur emboîte le pas. Pour ne pas se gêner, la Syrie est divisée en deux zones militaires : à l’ouest de l’Euphrate, la Russie, à l’est, les États-Unis.

Les États-Unis vont accuser la Russie de mener des attaques contre les milices rebelles, ce qui n’est pas faux puisque celles-ci se rallient à DAESH, l’acteur le plus puissant au sol. Pour contrer l’État islamique, dans leur zone d’influence, sans intervenir directement, les État-Unis soutiennent les milices kurdes qui n’ont pas pris position contre Bachar al-Assad. Les Kurdes préfèrent une solution négociée, espérant la formation d’un État fédéral comme en Irak.

La prise de Raqqa par DAESH à la frontière turc crée un couloir par où vont affluer des centaines d’islamistes venant grossir les rangs de l’État islamique.

Maintenant de deux maux, il faut choisir le moindre. Le choix se pose entre DAESH et Bachar al-Assad. L’intervention conjointe de la Russie, de l’OTAN et des Kurdes finira par venir à bout des islamistes de DAESH… et des milices syriennes qui les ont rejoints. Fin 2017, malgré quelques poches de résistance, DAESH est vaincu. Bachar al-Assad a sauvé son trône.

Conflit Iran-Israël (2015)

A la frontière sud de la Syrie, sur les hauteurs du Golan, l’armée israélienne veille. Son pire ennemi, l’Iran a installé des bases en Syrie. Israël craint des frappes massives que son bouclier anti-missiles ne pourrait pas intercepter. Elle entreprend donc des pourparler avec la Russie qui l’assure de sa bienveillance. La Russie ne cautionnera pas les attaques de l’Iran, elle ne soutient pas les visées de son allié : Israël pourra se défendre sans craindre de représailles. Israël mènera, depuis son territoire, plusieurs attaques contre des positions iraniennes trop avancées. La Russie conforte sa position, elle devient un acteur fort dans la région.

Conflit Turquie-Kurdes (2018)

La Syrie a 900 km de frontière avec la Turquie et cette zone est occupée par les Kurdes.

Situation en 2016

Or le président turc Erdogan a déclaré la guerre au PKK, le Parti des travailleurs du Kurdistan, dans son pays. Cette organisation a été reconnue comme groupe terroriste par les États-Unis et ses alliés européens. Erdogan prétend que les Kurdes syriens (le YPG : voir mon article sur les Kurdes) sont les alliés du PKK. Il veut empêcher la constitution d’un État kurde à sa frontière. Il veut aussi affirmer sa puissance dans la région… ancien territoire de la Turquie ottomane. Il envoie ses troupes envahir le nord de la Syrie et déloger les Kurdes. Les États-Unis qui ont soutenu les Kurdes contre DAESH les abandonnent et quittent la zone revendiquée par la Turquie. Le diplomate Robert Ford dans le documentaire « Syrie : les dessous du conflit » (ARTE) a déclaré que la Maison blanche avait décidé, dès le départ, de s’appuyer sur les Kurdes et de les abandonner dès que la situation le nécessiterait.

Conséquences de la guerre

On ne peut pas parler de LA guerre de Syrie, mais DES guerres de Syrie tant il y a eu de belligérants et d’objectifs opposés. Aujourd’hui, le régime de Bachar al-Assad, aidé des milices chiites, de l’Iran et de la Russie a récupéré la majorité de son territoire. Seule la Turquie et ses alliés islamistes (l’Armée national syrienne) occupent encore le nord de la Syrie.

En octobre 2020, l’aviation russe a bombardé la région d’Idlib, au nord-ouest de la Syrie, occupée par les milices islamistes alliées à la Turquie. Ce qui n’empêche pas la Turquie et la Russie de patrouiller ensemble à la frontière nord.

La Syrie est un pays dévasté, sans population, sans habitat. 50% des Syriens ont perdu leur domicile, soit 10 millions de personnes dont rois millions sont nourries par l’ONU. Il y a 6,5 millions de déplacés dans le pays, 3,6 millions ont trouvé refuge en Turquie. Le Liban, qui ne compte que 4 millions d’habitants, accueille un million de Syriens. En Europe, l’Allemagne a pris en charge 750.000 Syriens et la Suède, 250.000.

Mais ce sont les Kurdes qui supportent les conséquences de la guerre : ils gèrent les membres de DAESH fait prisonniers. Cinq mille s’entassent dans des prisons bien souvent improvisées. 70.000 personnes sont dans des camps fermés dont 10.000 « épouses » étrangères, la plupart européennes.

Deux histoires oubliées de l’Histoire

La Syrie est accusée d’avoir tiré sur des manifestants, d’avoir torturé des prisonniers politiques, d’avoir bombardé des civils, des hôpitaux et des écoles. Ces actions ont été qualifiées de « crimes contre l’Humanité » par Kofi Annan, l’émissaire spécial de l’ONU en Syrie (2012)… sous les applaudissements des Français et des Américains.

17/10/1961 : Paris

Nous sommes en 1961 dans la France du général de Gaulle. Depuis un an, des pourparlers se tiennent à Melun entre la France et le FLN (Front algérien de Libération Nationale) pour déterminer les conditions de l’indépendance de l’Algérie. En France, des attentats perpétrés par la branche française du FLN d’une part et par les opposants à l’indépendance, d’autre part, l’OAS (Organisation de l’Armée Secrète : organisation de militaires français) endeuillent le pays.
Depuis le 5 octobre, un couvre-feu est imposé aux seuls Français musulmans d’Algérie (FMA), c’est ainsi qu’on qualifie les natifs d’Algérie qui vivotent dans des bidons-villes en périphérie des grandes villes. Ils ne pourront se déplacer entre 20h30 et 5 heures du matin.

Le FLN prévoit une grande marche dans Paris le 17 octobre 1961. Le mot d’ordre est stricte : on se promène sur les grandes artères après le couvre-feu, pas de banderoles, pas de slogans, pas de drapeaux, pas de violence. Ils sont environ 20.000 à braver l’interdit. Face à eux, les gendarmes français ont été mobilisés en nombre par le préfet Maurice Papon qui harangue ses troupes et lâche : « tirez les premiers, vous serez couverts ».

Et la curée commence. Dès le début de la promenade, à Neuilly, deux Algériens sont abattus. Douze mille seront arrêtés sans résistance et conduits dans des lieux réquisitionnés pour contrôle d’identité. La police se déchaînera. Les « FMA » feront l’objet de brimades et seront roués de coups. Dès le lendemain, on repêchera dans la Seine des corps jetés à l’eau, certains noyés vivants, d’autres déjà morts. Des cadavres seront retrouvés dans les ruelles et les parcs. Combien ? Pourquoi ? Nul ne le sait, aucune enquête ne sera menée : « vous êtes couverts » avait dit Papon. Ce personnage n’était pas à son coup d’essai : il avait organisé la rafle des Juifs à Bordeaux en 1942. A la capitulation de l’Allemagne, il n’avait pas été inquiété. De Gaulle avait fait appel à lui pour sa poigne, il fallait encadrer les forces de police. En 1978, il sera même ministre de Giscard d’Estaing avant de se faire rattraper par son passé. Il sera jugé en 1997 après 18 ans de procédures. Il sera condamné à 10 ans de prison pour crimes contre l’Humanité. Ainsi fini celui que de Gaulle jugeait « tout à fait convenable ».

De gauche à droite : (1) Stèle à la mémoire des martyrs posée par la mairie de Paris (on y lit « A la mémoire des nombreux Algériens tués lors de la sanglante répression de la manifestation pacifique de 17 octobre 1961″), (2) tag actuel sur le quai saint-Michel (NB : il n’y avait aucune femme lors de la marche, elles devaient défiler deux jours plus tard), (3) Algériens arrêtés en attente d’être transférés pour contrôle d’identité.

Cette partie de l’article a été inspirée du documentaire : Quand l’histoire fait date : 17 octobre 1961, un massacre colonial (ARTE)

13/02/1945 : Dresde

La guerre mondiale touche à sa fin. La ville de Dresde dans le sud-est de l’Allemagne accueille de nombreux réfugiés fuyant les armées soviétiques. Elle est appelée « la ville hôpital ». Soudain, ce 13 février, 1.300 avions américains et anglais apparaissent dans le ciel. Ils vont larguer 600.000 bombes incendiaires ou explosives dans un ballet incessant qui va durer 3 jours. Le bombardement de Dresde n’est pas un cas isolé. La plupart des villes allemandes ont été bombardées. Ce qui choque ici, c’est l’absence d’objectifs militaires ou industriels. Les Nazis n’ont même pas jugé opportun de défendre la ville par des batteries de DCA.
Le nombre de morts est estimé entre 35.000 et 70.000.
Pourquoi cette attaque ? Pourquoi cette sauvagerie ? L’excuse, car se n’est pas une justification, est que les Nazis avaient l’intention de déplacer un demi-million d’hommes vers le front de l’est en transitant par Dresde. A cette époque, même dans ses rêves les plus fous, Hitler n’avait plus les moyens de constituer une telle force armée. La vraie raison est un acte concerté de terrorisme. Terroriser la population allemande pour qu’elle se révolte contre le régime hitlérien. La révolte n’aura pas lieu et la guerre se terminera trois mois plus tard.