Quand Yahvé devient-il le dieu des Hébreux ?

Au regard de la Bible, la réponse est claire : Yahvé a toujours été le dieu des Hébreux, même le seul vrai dieu puisqu’il a créé la terre et tout ce qu’elle contient. En y regardant de plus près, on constate qu’il y a deux récits de la création. Le second fait effectivement intervenir Yahvé (Genèse 2,4b-3,24), mais le premier est l’oeuvre d’Elohim (Genèse. 1,1-2,4a), ou plutôt des Elohim, car le mot est un pluriel (voir mon article à ce sujet). Et plus loin dans la Bible, on apprend que ces Elohim ont des fils ! En Genèse 6,2, on lit « Les fils des Elohim trouvèrent que les femmes des hommes leur convenaient et ils prirent pour femmes toutes celles qu’il leur plu« . Ce qui sera une des causes de l’éradication de l’Humanité par le Déluge.

Tout cela ne doit pas nous étonner, les Hébreux sont des Cananéens avec les mêmes dieux et la même culture que les autres habitants de Canaan. La Bible ne s’en cache pas qui nous décrit la plupart des rois d’Israël et de Juda comme des impies sans respect pour Yahvé. Les Hébreux vont mettre des siècles à intégrer le monothéisme. L’adoption de Yahvé va se faire en quatre étapes :

  • Yahvé entre dans l’Histoire
  • Il devient un dieu parmi d’autres dans le panthéon hébreu
  • Il devient le seul dieu des Hébreux
  • Il devient LE dieu universel.
Yahvé entre dans l’Histoire

C’est dans un texte égyptien attribué à Séthi Ier (-1294 à -1279), le père de Ramsès II, qu’on trouve la première mention de YHWH comme dieu : « YHW vint dans le pays de Madian« . Un texte plus ancien, dans le temple d’Aménophis III (vers -1390 à -1355), le père d’Akhenaton parle « du pays des Shasous de YHW« .

Ces informations trop sommaires, ne nous permettent pas d’élaborer une hypothèse sur ce YHW. Les Shasous sont des Bédouins du nord de l’Arabie et Madian est le pays où Moïse exilé a rencontré Yavhé pour la première fois (voir l’article sur Moïse). La situation de Madian fait débat entre les historiens. Ce pays se situerait dans le nord de la péninsule arabique ou au sud du Sinaï. On ignore quand ce dieu est arrivé à Canaan. Peut-être a t-il été importé par des migrants ou par des commerçants.

Ce dessin a été trouvé sur un fragment de jarre à Kuntillet Ajrud au nord-est du Sinaï. L’inscription se lit : « Dis à Yaheli et à Yo’asha et à […]. Je t’ai béni par YHWH de Teman et par son Ashéra. » Les personnages seraient d’après le texte YHWH, Ashéra et probablement Baal. Le site des fouilles est daté du IXe ou du VIIIe siècle avant notre ère.

Yahvé devient un dieu pour les Hébreux

Le premier roi des Hébreux, choisi par le prophète Samuel, inspiré par Dieu, est Saül (-1050 à -1010 ?). On pourrait croire vu sa destinée que c’est un adorateur de Yahvé. Hé bien non. Son fils s’appelle Ishbaal (l’homme de Baal) et son petit-fils Meribaal (Baal est mon avocat). Le successeur de Saül est David (-1010 à -970 ?), un roi très pieux pour la tradition biblique. C’est lui qui conquiert Urushalim (Jérusalem) alors aux mains des Jébusiens. Et deux de ses fils vont porter des noms inspirés par le dieu jébusien Shalimu : Absalom et Salomon, ce dernier lui succédera (-970 à -930 ?).

La première mention de YHWH dans l’espace de Canaan a été retrouvée sur la stèle de Mesha datée de 850 avant notre ère : « J’ai pris les vases de YHWH et je les ai traînés devant Kémosh ». Mesha est un roi moabite (en Jordanie actuelle, le long de la Mer Morte) qui a repris les terres conquises par Israël au détriment de son père. Il a offert les vases de YHWH à son dieu Kémosh.

Dans le royaume d’Israël, le premier roi à porter un nom issu de YHWH est Joachaz (-814 à -798) dont le nom signifie « YHWH a saisi » suivi de son fils Joas (-798 à -782) : « donné par/à YWHW« . Mais la Bible les considèrent comme des rois impies !

Dans le royaume du sud, Juda, Josaphat (YHWH a jugé) régna de -870 à -848, son fils Joram (-848 à -841) lui succédera. Son nom signifie « YHWH est exalté« . Si YHWH vient du sud, du pays de Madian, il est logique qu’il atteigne le royaume de Juda (autour de Jérusalem) quelques années avant Israël plus au nord.

Yahvé devient le seul dieu des Hébreux

Si certains rois ont adopté YHWH comme dieu protecteur de leur clan, il n’en va pas de même pour le peuple qui reste fidèle aux anciens dieux cananéens et aux divinités agraires qui leur assurent de bonnes récoltes. Mais petit à petit, YHWH absorbe les fonctions de Baal, il devient dieu de la guerre et dieu du tonnerre.

En 722 avant notre ère, le royaume d’Israël (au nord) passe sous contrôle des Assyriens (voir l’article sur la chronologie biblique)

Un roi, Josias (-639 à -609, en hébreu Yishayahou signifiant YHWH me soutient) va réformer le tissu religieux des Hébreux. Il va débarrasser le temple de Jérusalem de toutes les idoles qui s’y trouvaient. Preuve s’il en faut que le polythéisme régnait chez les Hébreux. Il va faire assassiner les prêtres de Baal sur l’autel élevé à ce dieu à dans la ville de Béthel. Il va interdire le culte des dieux agraires. YHWH devient le seul dieu des Hébreux : « Ecoute Israël, YHWH notre dieu est le seul YHWH » (Deutéronome 6,4) et « C’est toi seul qui est YHWH. » (dans le livre de Néhémie). Qu’est-ce que cela signifie ? Non pas que Yahvé est devenu un dieu universel et que les autres dieux ne sont que des idoles. Josias affirme simplement l’unicité du culte de YHWH. A l’époque, plusieurs villes vénéraient un dieu appelé YHWH. Il semble même que celui de Samarie et celui de Téman était représenté par un taureau (voir le fragment de poterie plus haut). Josias déclare qu’il n’y a qu’un seul YHWH et qu’il ne faut donc qu’un seul lieu de culte. Ce sera Jérusalem.

Convaincu de la protection de Yahvé, Josias se lance à la reconquête du royaume d’Israël, profitant de l’affaiblissement des Assyriens. Il va même jusqu’à engager le combat contre les armées égyptiennes venues soutenir leur allié assyrien. Il y perd la vie… et sa réforme prend (déjà) fin. Trois de ses fils vont lui succéder, mais ils oublieront vite YHWH et mèneront le royaume de Juda à son anéantissement par les Babyloniens en -586.

Vers le monothéisme

Au retour d’exil de Babylone, la société judéenne est fortement divisée (Canaan est devenu la Judée sous l’autorité des Perses) : les prêtres et les scribes qui ont affiné le culte de Yahvé en exil sont confrontés au petit peuple resté sur place et éloigné du monde religieux. Le fossé va se creuser avec l’arrivée des Grecs dont le style de vie va être adopté par une grande partie de la population. Un gymnase et un théâtre seront même construits à Jérusalem et on va trouver des grands prêtres prénommés Jason ou Ménélas !

Vers -150, une révolte, mal documentée, va précipiter les événements : la classe des prêtres va prendre la direction d’un Etat semi-indépendant, les Hasmonéens ou Macchabées. Ils vont circoncire de force la population et détruire le temple concurrent qui se trouvait sur le mont Garizim. J’ai dit que la révolte était mal documentée, car en principe elle visait les Grecs. Or un des rois hasmonéen s’appelle Aristobule Ier Philhellène (ami des Grecs !).

Un parti religieux s’occupent maintenant de l’éducation du peuple, qui était resté dans une relative ignorance, ce sont les pharisiens. Ils vont apporter la Loi dans tout le pays et lire la Torah dans les lieux de réunion. Lorsque les Romains détruiront le temple de Jérusalem en 70 de notre ère suite à une révolte des Judéens, ces pharisiens, en concurrence avec une autre secte juive qui a reconnu Jésus comme messie, vont définir ce qui deviendra le judaïsme. Je parlerai de cet épisode. Grâce aux pharisiens, les Juifs sont passés de l’indifférence à une identification complète avec leur religion. Aujourd’hui, être juif, ce n’est pas adhérer à une religion, c’est une culture, une appartenance à cette culture. Albert Einstein l’a bien compris lorsqu’il emploie l’image de l’escargot, qui même sans sa coquille, reste un escargot. Aujourd’hui, beaucoup d’habitants d’Israël sont peu intéressés par la religion, mais c’est surtout les ultra orthodoxes que l’on voit.

Si on veut parler de monothéisme, il faut en définir le concept : c’est une croyance à l’existence d’un seul dieu, universel et créateur du monde. Il est la seule entité à mériter la vénération.
Sur cette base, on peut dire que le judaïsme est devenu monothéiste lorsqu’il a cessé de comparer Yahvé aux dieux des peuples voisins, a les ignorer complètement. Dans un premier temps, en compétition avec les chrétiens, les juifs vont se lancer dans le prosélytisme. Lorsque celui-ci sera interdit par Septime Sévère en 211, le judaïsme va se refermer, Yahvé sera le dieu du peuple qu’il a choisi. Il perdra sa vocation universelle qui sera reprise par le christianisme et l’islam. Rappelons qu’il n’y a que 14,5 millions de juifs de par le monde, croyants ou non, contre près de 2 milliards de chrétiens et de musulmans.

Le christianisme, d’avant la réforme de Luther, ne répond pas du tout à la définition que j’ai donnée du monothéisme. Je ne veux même pas épiloguer sur le concept de la Trinité. Les chrétiens n’ont pas ignoré les autres dieux, ils les ont adoptés et les ont envoyés dans les Enfers : Belzébuth, Astoroth (Astarté, Ashéra), Moloch sont passés du statut de dieux à celui de démons. Lorsqu’un chrétien prie, il est rare qu’il prie Dieu, il se confie à Jésus, à Marie, à Saint-Antoine, à Saint-Christophe, etc. Dans les églises, ce sont les statues des saints (des idoles ?) qui sont vénérées, c’est autour d’elles que l’on brûle des cierges, en remerciement ou pour obtenir une faveur. Et je ne parle pas des lieux de pèlerinage où l’on peut acheter une médaille protectrice à l’image d’une sainte, ou un peu d’eau de source, quand ce n’est pas un brin de laine venant d’un vêtement porté dans le saint.

Le seule religion monothéiste universelle est donc aujourd’hui l’islam. Je n’en tire aucune conclusion.

Comment se prononce YHWH ?

Officiellement, on n’en sait rien ! Le nom YHWH n’était prononcé qu’une seule fois par an par le grand prêtre, retiré dans le saint du saint du temple de Jérusalem, lors du Yom Kuppour, le jour du grand pardon. A une certaine époque, au IIIe siècle avant notre ère semble-t-il, le grand prêtre est mort avant d’avoir pu transmettre le secret à son successeur.

Les juifs, lorsqu’ils rencontrent ce mot dans la lecture de la Torah lui substituent « Adonaï » ou « Edonaï » qui signifie Seigneur. Dans la vie de tous les jours et lors de la lecture du Talmud, les rigoristes utilisent « ha shem » : le nom. En français, on prononce Yahvé. D’après André Chouraqui, YHWH se prononçait Yah, Thomas Römer, un des plus éminents exégètes de la Bible, professeur au Collège de France, propose Yao. Il se réfère au temple d’Éléphantine en Egypte, bâti par des mercenaires juifs au VIe siècle avant notre ère en l’honneur de Yaho.

Pourquoi rencontre-t-on la désignation « Jéhovah », qui était courant au XIXe siècle. C’est en fait un nom composé de YHWH et des voyelles de Edonaï : EOA d’où YeHoWaH.

Chronologie biblique

L’objectif de cet article est d’offrir un cadre pour des articles à venir sur Moïse, David et Salomon et la destruction du temple de Jérusalem.

Légende biblique

Tout commence le 23 octobre 4004 (avant notre ère) comme l’a « calculé » James Ussher, archevêque d’Armagh en 1650. En 6 jours, Dieu crée la terre, les cieux, les animaux, la végétation, l’homme et la femme… puis il se repose.
On connaît deux fils d’Adam et Ève : Abel et Caïn. Caïn, le cultivateur, tue Abel, l’éleveur, par jalousie : Dieu préfère le fumet d’un barbecue aux effluves du pain qui cuit. Avis aux croyants végans.
Mais c’est d’un troisième fils qu’est née l’humanité : Seth, l’ancêtre des patriarches, dont Noé. Âgé de 600 ans, Noé survit à l’anéantissement de toute vie sur terre. Dieu regrettant sa création provoque le déluge. Nous sommes en –2349. Note : bien qu’elles reflètent la chronologie biblique, ces dates sont fantaisistes, elles n’ont aucune valeur historique.

Les trois fils de Noé se séparent et vont peupler la terre : Sem l’Asie, Japhet l’Europe et Cham l’Afrique : « Tels furent les fils de Noé, selon leur clan et leur langue, d’après leurs pays et leurs nations. »

Rideau. On n’en saura pas plus.
Le temps a passé, l’horloge marque –1923, le deuxième acte débute par l’entrée en scène d’Abraham venu de Mésopotamie, littéralement, « le pays entre deux fleuves » : l’Euphrate et le Tigre. Dieu le choisit pour donner naissance à son peuple, le peuple élu. Il a deux fils : Ismaël et Isaac. Isaac engendrera, entre autres, Jacob qui après avoir lutté contre un « ange » sera appelé Israël, ce qui signifie : « celui qui a lutté avec Dieu« .

La généalogie des patriarches touche à son terme : Jacob (Israël) aura 12 fils, avec 4 femmes différentes. Vous avez deviné, ils vont donner naissance (indirectement) aux 12 tribus mythiques d’Israël. L’entente n’est pas parfaite entre eux : Joseph est vendu par ses frères à une caravane qui va en Egypte. Après des péripéties, Joseph devient vizir du pharaon en –1715. Il fera venir toute sa famille en Egypte lorsqu’elle ne trouvera plus de quoi se nourrir en Canaan.

D’où vient ce nom de Canaan ? C’est le nom d’un des fils de Cham (le fils de Noé qui a hérité de l’Afrique). Désobéissant aux directives de Noé, il se serait arrêté en chemin. C’est la Palestine romaine aujourd’hui occupée par Israël et les territoires palestiniens. J’utiliserai indifféremment les noms de Canaan ou de Palestine pour désigner cette région.

Rideau. Le troisième acte commence. On est entre –1451 et –1266 suivant les livres de la Bible, les descendants de Jacob, les Hébreux, sont maintenant réduits en esclavage au pays de Pharaon. Dieu mandate Moïse pour les en sortir et les ramener à Canaan. Je n’insiste pas sur cet épisode que je commenterai prochainement.

Quand la pièce reprend, les Hébreux se choisissent un roi : Saül. On a fait un bond dans le temps, nous sommes à la fin du XIe siècle avant notre ère. Vont lui succéder David (1009-970) puis son fils Salomon (970-931). J’en reparlerai.

On entre enfin dans l’Histoire

Les Hébreux forment deux Etats distincts et rivaux. Israël au nord, avec comme capitale Samarie, plus étendu, plus riche, plus puissant et Juda au sud autour de Jérusalem, petit pays pauvre.

En –722, les Assyriens, venant du nord de la Mésopotamie, envahissant Israël et déportent une partie de sa population pour la remplacer par des étrangers. Beaucoup d’Israélites se réfugient chez leur voisin, à Jérusalem.

Petit aparté : Abraham est un personnage des récits du sud de la Palestine (Juda), plus précisément d’Hébron. Par contre, Jacob est un héro du nord de la Palestine (Péniel). Ils ont été réunis artificiellement par Isaac… qui ne joue aucun rôle dans le récit biblique. Leur union « familiale » a été consacrée après la fuite des Israélites vers Jérusalem pour créer une histoire commune à tous les Hébreux.

En -597, puis en –586, c’est au tour de Juda d’être envahi par les Babyloniens de Nabuchodonosor II, peuple du sud de la Mésopotamie. Le temple attenant au palais royal est détruit et l’élite judéenne, la cour et les prêtres, emmenée en captivité à Babylone. C’est un événement majeur de l’histoire des Hébreux. J’en reparlerai.

La roue tourne, les Perses venus d’au delà du Tigre, chassent les Babyloniens (-539) et libèrent les Hébreux qui retournent à Jérusalem et bâtissent un second temple, inauguré en –515. Les Perses créent la satrapie de Transeuphratène qui englobe la province de Judée et s’étend du l’Euphrate à la Mer Rouge. Ce détail a son importance.

Les Perses seront défaits par Alexandre le Grand qui annexe la Judée en –332 avant notre ère. Les Judéens vont vivre sous domination grecque pendant près de 300 ans. Après une révolte contre les Grecs vers –160, une dynastie judéenne, les Hasmonéens, va acquérir une certaine autonomie. Mais faute de s’entendre lors d’une succession, les Romains interviennent en –63 et portent sur le trône le père de celui que l’on nomme Hérode le Grand. Il doit son surnom à l’embellissement de la ville de Jérusalem et principalement son temple.