La déchéance de l’Opus Dei

Voir l’article sur l’Opus Dei

Un décret du pape François réformant l’influente et conservatrice organisation catholique, parfois critiquée pour son fonctionnement opaque et «sectaire», est entré en vigueur jeudi 4 août.
Que contient-il ?

L’Opus Dei était devenu une sorte de super-diocèse sans territoire, régi à la fois par le droit canon et ses propres statuts. Il ne rendait compte qu’au pape.
Le décret précise que l’Opus Dei dépend maintenant du ministère qui contrôle toutes des congrégations. Il devra présenter son rapport sur la situation interne et le déroulement de son travail apostolique tous les ans au lieu de tous les cinq ans auparavant.
De plus, le chef de l’Opus Dei, Fernando Ocariz, perd son titre d’évêque.

Le pape a coupé les pattes de la pieuvre, la mafia blanche.

384 : L’évêque fait plier l’empereur romain

Quand Constantin (310-337) a tendu la main aux chrétiens, s’était-il imaginé que ses successeurs auraient des comptes à rendre aux évêques ? L’empereur occupait la charge la plus élevée en prestige et en obligations au sein de la religion publique romaine, il en était le grand organisateur, le pontifex maximus, le grand pontife. Les évêques vont lui ravir ce titre et vont dicter leurs lois aux empereurs.

Lire la suite « 384 : L’évêque fait plier l’empereur romain »

Jésus-Christ selon Eusèbe de Césarée

Eusèbe (~265-339), évêque de la ville de Césarée en Palestine, nous brosse un portrait de Jésus-Christ dans le premier livre de son Histoire ecclésiastique. On pourrait croire qu’il va nous livrer un récit inspiré des évangiles qu’il connaît. Il n’en est rien, son discours est tout à fait novateur. Il démontrer que le Christ existe depuis la création de l’Univers et qu’il a toujours été présent. Étonnant !

Lire la suite « Jésus-Christ selon Eusèbe de Césarée »

Les graines de l’antijudaïsme

Les premières manifestations de antijudaïsme se sont déroulées en 38 de notre ère à Alexandrie, bientôt suivies par son instrumentalisation par les chrétiens. L’antijudaïsme disparaître peu à peu à partir de la Révolution française lorsque Robespierre prend l’initiative de donner la pleine citoyenneté aux juifs en 1791. On ne peut plus les distinguer. Dans les décennies suivantes, toute l’Europe va suivre l’exemple français.
Mais l’opposition religieuse aux juifs est bientôt remplacé par les théories raciales de l’antisémitisme au XIXe siècle, puis par l’antisionisme après la seconde guerre mondiale.

Lire la suite « Les graines de l’antijudaïsme »