Le célibat des prêtres

De quand date l’obligation du célibat et de la chasteté des prêtres ? Je parle ici des prêtres catholiques, car dans l’islam, le judaïsme, le protestantisme le célibat des officiants n’est pas requis.

Au début du christianisme, les prêtres vivent une vie de couple normale. Mais déjà, les évêques, les guides de la communauté, sont choisis parmi les célibataires. Au IV° siècle, la chasteté s’affirme comme supérieure au mariage. Mais ce n’est qu’au second concile de Latran en 1123 que le célibat et la chasteté est imposée aux prêtres… mais pas aux papes si on s’en réfère à l’Histoire. Le pape Alexandre VI, Rodrigo Borgia (1492-1503), engendra même une célèbre dynastie par à laquelle il agrandit et consolida les territoires pontificaux grâce aux conquêtes de son fils César et aux mariages de sa fille Lucrèce, plus vertueuse que la tradition colporte.

Comme dans la religion catholique, tout pouvait s’acheter, même sa place au Paradis comme nous le verrons dans un prochain article, les prêtres pouvaient acheter le droit de concubinage, le cullagium.

Dans l’Eglise orthodoxe, le choix du mariage ou du célibat intervient lors de l’ordination du prêtre. Un homme marié reste marié, mais ne peut pas devenir moine.