Le Maître de Justice

Les deux articles précédents (les esséniens et les manuscrits de la Mer morte) se sont clôturés sur des points d’interrogation. Aucun élément irréfutable ne permet de connaître les esséniens ni de découvrir les rédacteurs des manuscrits. Cet article sur le Maître de Justice va-t-il nous éclairer sur cette secte ou une chape de plomb recouvre-t-elle cette partie de l’Histoire juive ?

Un personnage de papier

Que savons-nous du Maître de Justice ? Il n’apparaît que dans certains manuscrits de la Mer Morte comme « les Commentaires d’Habacuc« , « l’Écrit de Damas« , « la Règle de la Communauté« . Les « Psaumes d’action de grâce », aussi appelé le « Rouleau des Hymnes » est attribué au Maître de Justice. Nous n’avons aucune autre source sur ce personnage présenté comme le fondateur et le dirigeant du Yahad, les rédacteurs des manuscrits sectaires de Qumran. On doit deviner son histoire à travers les documents découverts, mais ceux-ci  sont incomplets et pas très explicites, ils utilisent des pseudonymes. Ainsi, le maître de Justice est confronté à « l’Homme du Mensonge » qui dirige les « Chercheurs de flatterie » et il est persécuté par le « Prête impie« . Prêtre Impie semble être un jeu de mot en hébreu. En effet, grand prêtre se dit « cohen ha-rosh » et prêtre impie se dit « cohen ha-rash ». Le prêtre impie serait donc un grand-prêtre qui aurait peut-être usurpé la place du Maître de Justice.

À partir de ces éléments, les historiens élaborent différentes hypothèses.
La première problème à résoudre est de déterminer la période où il aurait vécu. Malheureusement, il n’y a aucune date dans les manuscrits sectaires de Qumran. Par contre les documents les plus significatifs décrivent des événements datant du même siècle : le premier siècle avant notre ère. On y parle de la mort du « Lion de la colère » identifié par le roi Alexandre Jannée (mort en 76 avant notre ère) et de l’occupation de la Judée par le Romain Pompée en 63 avant notre ère.

Le Maître de Justice aurait reçu de Dieu la révélation du sens caché des Écritures, la Loi orale transmise par Moïse. Il entre en conflit avec le « Prêtre impie », probablement le grand prêtre du temple de Jérusalem. Certains historiens prétendent qu’il a été arrêté, lapidé puis crucifié, mais qu’il aurait survécu. Aucun texte ne raconte cette histoire. On sait par contre que la secte a fui la Judée pour se réfugier à Damas.

Qui était-il ?

Certains voient en lui Onias III, décrit comme un homme bon, recherchant la justice, c’est ce qu’on lit dans le Livre des Macchabées. Il a été déposé en -175 et remplacé par son frère Jason, un usurpateur, imposé par le roi de Syrie Antiochus IV. Il est assassiné vers -171. Ceci explique que les membres du Yahad ne reconnaissent plus les prêtres du temple de Jérusalem, ils seraient des « légitimistes » de Onias III et les continuateurs de sa dynastie. Mais pour contredire cette théorie, nous devons suivre son fils, Onias IV, qui fuit en Égypte et y fonde le temple de Léontopolis. Or les écrits sectaires ne mentionnent jamais l’Égypte comme le refuge d’une autre souche de leur mouvement. Et les dates ne correspondent pas.

Une autre théorie se base sur l’absence d’un grand-prêtre entre -159 et -152. Durant cette période, le Maître de Justice aurait occupé la fonction. Mais pourquoi l’avoir fait disparaître de la liste ?

Si on retient l’hypothèse qui le fait vivre au Ier siècle avant notre ère, il aurait été sadducéen au temps d’Alexandre Jannée (103-76).  Ce roi de Judée a fait crucifier 800 pharisiens sous les yeux de leur famille. Il a ensuite fait massacrer toutes leurs femmes et leurs enfants. C’est un fait historique. Est-ce le massacre des Innocents mentionné dans l’évangile de Luc ?
Son épouse, Salomé Alexandra, qui lui succéda, effectue un revirement spectaculaire en s’appuyant cette fois sur les pharisiens pour régner. Ceux-ci persécutent alors les sadducéens et le Maître de Justice aurait dû s’enfuir pour se réfugier en Égypte. Encore l’Egypte.

Jésus était-il le/un Maître de Justice ?

Jésus en Maître de Justice est une hypothèse nouvelle qui explique que la tradition ait conservé la condamnation et la crucifixion de Jésus par les Juifs et non par les Romains contre toute logique. Elle permet de suivre l’évolution des adeptes de Jésus, de la secte de Qumran aux premières communautés… qui naissent justement après la disparition des esséniens. Elle explique le passage en Égypte, les persécutions dont les disciples vont faire l’objet lors des conflits entre partisans d’Hyrcan et son frère Aristobule, les fils de Salomé Alexandra qui se disputent le pouvoir à sa mort. Cette hypothèse explique surtout pourquoi nous n’avons aucun document du Ier siècle sur Jésus.

Que nous apprennent les Talmuds, ces commentaires de la Bible juive édités au IVe siècle de notre ère à Babylone et en Judée ? Les informations qu’on y puise n’éclairent pas la situation. Le Jésus des Talmuds n’est pas historique, mais polémique. Les Talmuds apparaissent alors que le christianisme est devenu religion d’État, ils veulent prouver aux juifs que Jésus n’était pas le messie et qu’ils ont bien fait de ne pas le suivre. Voyons néanmoins comment ils le présentent.

Jésus serait le fils d’une coiffeuse, Myriam (Marie), tellement volage que son mari, Papos ben Yehouda, l’enfermait lorsqu’il quittait son domicile. Le mari finit par s’enfuir à Babylone sur les conseils de rabbi Aqiba, qui vécut la seconde révolte juive. Cette histoire nous projette vers 120 de notre ère !

Une seconde version fait de Jésus le fils d’une autre Myriam, fille de bonne famille, violée par un voisin, Yossef (Joseph) ben Pendara. Son fiancé fuit également à Babylone sur les conseils de son maître, Simon ben Shéta, le frère de la reine Alexandra-Salomé, qui vécut au premier siècle avant notre ère, ce qui nous amène un siècle avant l’histoire chrétienne… au temps du Maître de Justice. Nous ne devons pas nous étonner que le Talmud raconte plusieurs histoires de Jésus, cet ouvrage reprend toutes les opinions juives, même les plus contradictoires, de peur d’oublier celle qui sera avérée dans l’avenir.

Cette chronologie est confirmée par un autre texte juif datant du Moyen-Age (les Toldot Yeshou) : Jésus aurait été le disciple de rabbi Yeoshoua ben Pera‘hiya. Il serait né la quatrième année du règne d’Alexandre Jannée, soit en 99 avant notre ère. Lors des persécutions des pharisiens, il aurait accompagné son maître en Égypte, jusqu’à ce que Simon ben Shéta, grande figure du pharisianisme, lui annonce la fin des persécutions. Ici, le maître de Jésus aurait été un pharisien et pas sadducéen.

Sur ces hypothèses, un tout petit nombre d’auteurs contemporains, en mal de copie, ont élaboré une nouvelle histoire de Jésus…qui explique pas mal de choses. Je ne les suis pas, mais leurs arguments sont intéressants.

Attention, il n’existe aucun lien entre le Maître de Justice et le Jésus du Talmud si ce n’est la période pendant laquelle ils auraient vécu. Certains auteurs ont attribué au Maître de Justice un nom : Yeoshua, qui est le même que celui de Jésus… mais le Maître de Justice n’a pas été identifié, on ignore donc son nom. Plus mystérieux, Flavius Josèphe ne parle pas du Maître de Justice alors qu’il proclame avoir suivi les enseignements des esséniens. Oubli de sa part ou censure des copistes ?

Plusieurs éléments sont troublants :

  • Les évangiles ne parlent jamais des esséniens, alors qu’ils citent les pharisiens et dans une moindre mesure, les sadducéens.
  • Les esséniens disparaissent quand les chrétiens font leur apparition dans l’Histoire, comme par un fondu-enchaîné cinématographique.
  • Comme les esséniens, les chrétiens dénigrent au temple de Jérusalem un rôle primordial dans l’accomplissement des rites.
  • Ils sont les ennemis des pharisiens.
  • Ils rejettent les sacrifices sanglants, les remplaçant par des repas communautaires.
  • Eusèbe de Césarée et Épiphane de Salamine considéraient les esséniens, en fait les thérapeutes, comme les premiers chrétiens.

Dans le manuscrit 4Q174 (surnommé “Les Derniers Jours), on lit :

« J’établirai ta progéniture à ta place et j’affirmerai le trône de sa royauté. Je serai pour lui un père et il sera mon fils. Ce passage de Samuel (2 Sam 7, 11-14) renvoie au rejeton de David qui apparaîtra avec l’interprète de la Loi et qui se manifestera à Sion durant les derniers jours ainsi qu’il est écrit : « Et je relèverai la tente de David qui est déchue ». Ce passage d’Amos (Amos 9 ,11) évoque la branche déchue de David qu’il relèvera pour délivrer Israël ».

Or la généalogie de Jésus telle qu’elle est reprise par Matthieu et Luc, se base sur une branche déchue de David, pas sur la lignée des rois de Juda. Remarquons le style du texte, c’est celui des manuscrits appelés « commentaires » : des passages de la Bible (ici Samuel et Amos) sont expliqués, interprétés.

Les membres du Yahad (nom que se donnent les rédacteurs des manuscrits sectaires de la Mer Morte), ne sont pas sans faire penser aux premiers chrétiens avec qui ils ont des pratiques communes, ce qui n’est pas extraordinaire en soi. Les uns et les autres sont des juifs, respectueux de la loi divine. Leur doctrine est dans l’air du temps. La description que Flavius Josèphe donne des esséniens dans le livre II de la Guerre des Juifs fait immédiatement penser à une collectivité de moines chrétiens. Mais il se peut que ce texte ait été interpolé par des copistes chrétiens.

Il est intéressant de noter que les livres dont on a retrouvé le plus d’exemplaires, dans les grottes de la Mer Morte, sont ceux les plus cités dans le Nouveau Testament. Ainsi, le livre des Psaumes présent à 39 exemplaires est le plus cité dans le Nouveau Testament, suivi du Deutéronome, 32 exemplaires et du livre d’Isaïe, 22 exemplaires.

Le Didachè (sorte de catéchisme des premiers chrétiens) nous présente l’eucharistie (le partage du vin et du pain) exactement de la même façon que les rouleaux de la Mer Morte (1QSa). Cette eucharistie est totalement différente de celle instaurée par Paul qui est un blasphème pour les juifs qui n’auraient pas supporté le « buvez ceci, c’est mon sang« . Le premier commandement que Noé a reçu de YHWH, c’est « tu ne consommeras pas de sang qui est la vie ». Ce commandement explique la façon barbare dont les juifs et les musulmans abattent les animaux et aussi le refus de la transfusion sanguine dans certaines sectes.

Le même Didachè explicite l’idée des « les deux voies », la vie et la mort, sujet du manuscrit 4Q473 de Qumran.

Dans les évangiles de Matthieu et de Luc, quand  Jean (emprisonné !) fait demander à Jésus s’il est le messie, celui-ci répond : « L’aveugle a recouvré la vue, l’estropié marche, le lépreux est purifié,  …, le pauvre reçoit la bonne nouvelle ». Cette phrase est extraite du manuscrit 4Q521, nommé « Rédemption et résurrection ». Notons que cette promesse figure également dans une prière juive.

Certaines paroles attribuées à Jésus dans les évangiles où l’on peut trouver tout et son contraire, s’accordent avec les vues conservatrices du Yahad :

  • Vous irez vers les brebis égarées d’Israël, pas vers les Samaritains ni vers les étrangers.
  • Je ne suis pas venu abolir la loi, mais l’accomplir.
  • Le sermon sur la montagne est une copie conforme d’un passage du manuscrit 4Q550 :
    « Heureux ceux qui reconnaissent leur pauvreté spirituelle, car le royaume des cieux leur appartient!  Heureux ceux qui pleurent, car ils seront consolés!  Heureux ceux qui sont doux, car ils hériteront la terre!  Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice, car ils seront rassasiés! Heureux ceux qui font preuve de bonté, car on aura de la bonté pour eux! … « 

Les Actes des Apôtres nous apprennent que pour entrer dans la secte chrétienne, il faut faire don de ses biens. On y apprend que Simon-Céphas  « le roc » (Pierre en français), que les évangiles gnostiques nous présentent comme borné, n’a toujours rien compris au message de son maître : il tue de ses mains Ananias et Saphira qu’il soupçonne d’avoir dissimulé certains de leurs biens. Or cette pratique de don de ses biens est une caractéristique des esséniens.

Paul utilise le nom Bélial pour désigner le démon. Or ce nom n’est pas employé dans la Bible, mais abonde dans les manuscrits sectaires de la Mer Morte (Règle de la communauté, Rouleau de la guerre, etc.).

Que dire alors de l’attente des deux messies : celui d’Aaron (Jean le Baptiste) et celui d’Israël, le rejeton de David, Jésus, le roi des Juifs ? Sinon qu’elle est conforme aux croyances du Yahad : le messie d’Aaron annoncera la venue du messie d’Israël. En plus, cela se passera sur le Jourdain, comme le prescrit les manuscrits.

Comme le Yahad, Jésus annonce la venue du royaume des Cieux, sur terre (que votre volonté soit faite sur la terre comme (elle est faite) aux cieux), l’approche des derniers jours (d’injustice et du mal) et le jugement dernier.

Mais il y a des différences entre Jésus et les esséniens : Jésus rejette toute hiérarchie : « Tout disciple est comme son maître », il côtoie des personnes que les esséniens auraient jugées impures et s’en seraient écartés, il est un bon vivant, loin d’être un ascète, il est peu respectueux de la loi juive.

Conclusions

Loin d’apporter un éclairage sur les esséniens, le Yahad et les manuscrits de la Mer morte, le personnage du Maître de Justice ne fait que brouiller les pistes. Il faudra encore attendre pour obtenir des certitudes.

Les manuscrits de la Mer Morte

Cet article fait suite à l’article concernant les esséniens.

Une découverte extraordinaire

Au mois d’avril 1948, un communiqué de presse annonce que des Bédouins ont découvert dans une grotte près de Kirbet Qumran sept rouleaux provenant de la bibliothèque des esséniens. Les bédouins cherchaient une chèvre égarée. Une longue saga commence.

Le site de la découverte


Trois rouleaux avaient été acquis par un chercheur de l’Université hébraïque, Eléazar Sukenik.
Le métropolite (évêque) du couvent syrien de Jérusalem,  Athananasius Samuel avait acheté les quatre autres, qu’il revendra 250.000 dollars à l’État d’Israël en 1955. Il fit un profit considérable car il avait acheté les manuscrits à un intermédiaire, Kando, receleur notoire de Bethléem pour 100 dollars. On raconte que les Bédouins ont reçu 66% de cette somme, ce qui a permis à l’un d’eux, Mohammed edh Dhib de s’acheter 20 chèvres, un fusil et une femme. (histoire racontée par Simone et Claudia Paganini dans leur livre Qumran, les ruines de la discorde : Bayard 2010)

En 1955, neuf autres grottes avaient livré d’autres manuscrits. Aujourd’hui, on a découvert des manuscrits dans 11 grottes et les faux commencent a envahir le marché. Il faut dire qu’un bout de rouleau de 1 cm² peut se négocier quelques centaines de milliers de dollars.

Les manuscrits

870 manuscrits ont pu être reconstitués, parfois très partiellement, au départ de 15.000 fragments. 660 ont été identifiés. Ce ne sont pas 660 textes différents, plusieurs copies d’un même texte ont été retrouvées. Ainsi, la « Règle de la communauté » existe en 13 exemplaires et l’Ecrit de Damas en 11 exemplaires regroupés dans les grottes 4, 5 et 6.

Seuls dix livres ont livré plus de la moitié de leur texte. C’est dire la difficulté du déchiffrement. Un seul rouleau est complet, c’est le livre d’Isaïe.

Les sept premiers rouleaux étaient en assez bon état.

Il s’agit de :

  • La Charte d’un groupement sectaire juif
  • Le Récit des patriarches
  • Les Psaumes d’action de grâce
  • Le Commentaire d’Habacuc
  • Le Règlement de la guerre
  • Deux copies du livre d’Isaïe, livre canonique de la Bible.

À part le Livre d’Isaïe, les autres documents étaient totalement inconnus jusqu’alors.

Kirbet Qumran, qui signifie en arabe, les ruines de Qumran, situé sur les bords de la Mer Morte était jordanienne jusqu’à la guerre des Six Jours (juin 1967). Elle devint alors israélienne. Actuellement, elle fait partie des territoires palestiniens. Cette situation n’a pas facilité le travail de transcription des documents.
Ce n’est que depuis 1991 que tous les chercheurs ont accès aux transcriptions : les documents sont reconstitués à partir de fragments, puis retranscrits et photographiés.

Les manuscrits sont écrits avec une encre à base de carbone sur des peaux d’animaux ou des papyrus (10% seulement).  Le plus long manuscrit, le Rouleau du Temple 11Q19, mesure plus de 8,5 m. 11Q désigne la onzième grotte à Qumran. La plupart des documents sont écrits en hébreu, certains en araméen et un tout petit nombre en grec. Ils ont été rédigés sans ponctuation ou signes facilitant la lecture. Parfois, il n’y a pas d’espaces entre les mots.
Leur rédaction s’est étendue sur le IIe siècle avant notre ère jusqu’au Ier siècle de notre ère. La production de manuscrits s’est arrêtée lors de la première révolte des Juifs contre les Romains de 66 à 70 de notre ère.

Tous les manuscrits sont des livres concernant la religion. Ce sont des livres de la Bible ou ils parlent de thèmes courants comme le salut des justes, l’eschatologie, le messianisme, la sainteté du peuple d’Israël, les purifications, la place du temple et l’interprétation de la loi. Mais on ne décèle pas une ligne de conduite unique. Certains textes sont l’antithèse d’autres.

La plupart des livres étaient déjà connus. Ainsi on a une copie de tous les livres de la Bible, à un ou plusieurs exemplaires, sauf le livre d’Esther. Mais d’autres, environ 130, surnommés les livres sectaires ou non-bibliques, étaient complètement inconnus des chercheurs.

Un seul manuscrit ne parle pas de religion, c’est le plus étonnant : il est écrit sur une plaque de cuivre et situe l’emplacement de 64 trésors cachés.
En voici un verset :
« À l’entrée de la fontaine de Beit Shem : ustensiles votifs d’or et d’argent, et pièces d’argent pour une somme totale de 600 talents ».
Bien entendu, on a recherché ces trésors… sans succès. D’autres étaient déjà probablement passés.
Certains chercheurs ont calculé que la somme des trésors représentait 65 tonnes d’argent et 36 tonnes d’or (?).

Les ruines de Qumran

Par qui ont été rédigés les manuscrits ?
Comme nous l’avons vu, la déclaration de Pline quant à leur situation a beaucoup influencé l’attribution des rouleaux aux esséniens : le site d’Engadi se trouve à proximité.
Roland De Vaux, qui dirigeait les fouilles à Qumran, y a vu un monastère regroupant des moines esséniens copistes. Les grottes leur servaient de bibliothèque dans laquelle ils rangeaient leurs manuscrits.
Le père Roland de Vaux est un archéologue dominicain, étroitement associé aux manuscrits de la Mer Morte bien qu’il n’ait pas participé à leur déchiffrement.
Il était le responsable des fouilles à Qumran entre 1951 et 1956 alors qu’il dirigeait l’Ecole Biblique de Jérusalem et présidait le comité scientifique du musée archéologique de Palestine. À cette époque, Qumran, Jérusalem et Bethléem étaient en Jordanie.
Il est le responsable de l’association des manuscrits au site de Qumran et aux esséniens.
Il n’a jamais publié le résultat complet de ses fouilles et a détruit, involontairement, une grande quantité de matériel archéologique par des fouilles frisant l’amateurisme.

Les ruines ne sont pas très étendues. Le bâtiment principal mesure 32 mètres sur 37. On estime que l’établissement pouvait héberger de 15 à 50 personnes. Le RP de Vaux imagina donc que les moines étaient logés dans des tentes ou dans les grottes elles-mêmes.
Bien qu’aujourd’hui cette hypothèse soit encore admise par une grande majorité, c’est le « modèle standard« , certains faits la contredisent.
L’analyse de l’écriture des manuscrits montre qu’à part une dizaine, tous ont été écrits par des personnes différentes… or on dénombre plus de 800 rouleaux. Ce qui va à l’encontre de moines copistes.
L’archéologie n’a retrouvé aucun signe d’habitat dans les grottes, ni aucune installation de tentes autour de Qumran. De plus, aucune voie ne relie Qumran aux grottes avoisinantes.
Et que viendrait faire l’inventaire d’un trésor dans une secte qui prône la pauvreté ? Rappelons que dans les manuscrits retrouvés, trône un rouleau de cuivre 228 x 30 cm qui donne la situation de 64 trésors.
Dans les grottes, les manuscrits n’étaient pas rangés sur des étagères, mais déposés dans des jarres sur le sol : ce n’était pas une bibliothèque, mais une cachette.

Quelle était alors la fonction du site ?

Dans un premier temps, sous le roi de Judée Alexandre Jannée (127-76 avant notre ère), Qumran était un poste militaire avancé, avec des murs épais et une tour, comme on en compte plusieurs de Jéricho jusqu’à Massada, le long de la Mer Morte.

Une partie des bâtiments ont dû être détruits lors du tremblement de terre de 31 avant notre ère (date mentionnée par Flavius Josèphe). Le poste aurait été reconstruit et agrandi et semble avoir abrité une exploitation agricole et une fabrique de poterie. On a retrouvé ce qu’on pense être un four à céramique et un pressoir pour la production de vin, un moulin et une teinturerie. Chose troublante, la plupart des pièces de monnaie retrouvées sont des shekels de Tyr, la monnaie officielle du temple. Le site de Qumran aurait donc été en contact avec le temple de Jérusalem. C’est ainsi que l’on explique que lors du siège de Jérusalem en 68 de notre ère, les manuscrits auraient été mis en sécurité dans les grottes avoisinantes. C’est une hypothèse parmi d’autres. Il faut noter que la région n’était pas aussi désertique qu’aujourd’hui, elle bordait une route commerciale très fréquentée.
Bien sûr les défenseurs de la thèse d’un « monastère » de moines copistes, les esséniens, restent sur leur position. Ce qui est une teinturerie pour les uns est une piscine pour les bains rituels pour les autres.

À 260 mètres des bâtiments de Qumran, se trouve un cimetière de 1200 tombes. Les archéologues qui fouillent ce cimetière donnent des informations contradictoires. L’un certifie qu’il n’y a que des tombes d’hommes, tous orientés dans le même sens, certainement les membres d’une secte religieuse, un autre à analyser les ossements de 33 personnes, 30 hommes et 3 femmes… ce qui irait à l’encontre de la théorie des « moines » esséniens.

Quand le site a-t-il été abandonné ?
Il semblerait qu’il fut assiégé et détruit par les Romains lors de la révolte des Juifs de 66 à 70. Porquoi assiéger des moines et détruire leur monastère ? On ne retrouve aucune trace des manuscrits sur le site même de Qumran. Par contre, plusieurs fragments ont été retrouvé dans les ruines de la forteresse de Massada, un peu au sud de Qumran. Durant la révolte, Massada fut le dernier bastion des insurgés à résister aux Romains, il ne tomba qu’en 73. La tradition rapporte que tous les occupants se sont suicidés. Que venaient faire des esséniens parmi ces rebelles ?

Le Yahad

Enfin, les textes eux-mêmes contredisent l’hypothèse essénienne. Les mots « esséniens » ou « Qumran » sont absents des manuscrits. La secte se nomme elle-même Yahad (unité ou congrégation ou communauté en hébreu).

Le Yahad se définit (dans 1QHab) comme « une congrégation ayant pour essence la vérité, l’humilité authentique, l’amour de la charité et l’esprit de justice, attentifs l’un à l’autre selon ces principes dans la société sainte, unis dans une fraternité éternelle ».
Elle rejette les sacrifices sanglants. On lit dans la Règle de la Communauté (1QS 9, 4-5) :
« Plus que la chair des holocaustes et que la graisse des sacrifices, … l’offrande des lèvres selon le droit sera comme une odeur agréable de justice, et la pureté de conduite sera comme le don volontaire d’une oblation [qui attire] la bienveillance [divine] ».

Ses membres attendent le règne de Dieu et le jugement dernier.
La secte est loin d’être pacifiste : elle attend le messie pour se lancer dans le combat final contre les forces des ténèbres qui aura lieu à Armageddon (en hébreu : la colline de Megiddo au nord d’Israël).

Le célibat n’y est pas célébré comme une vertu. Les documents énoncent les lois du mariage, lois plus contraignantes que celles édictées par la Torah. Par exemple, le mariage d’un oncle et d’une nièce est formellement interdit alors que la Torah l’encourage.

Contrairement à ce que dit Philon, l’esclavage n’est pas tabou ni interdit : les documents déterminent comment il faut traiter les esclaves juifs et dans quelles conditions on peut prendre les ennemis en esclavage… l’alternative étant la mort pour eux. Un juif qui ne pouvait pas payer ses dettes pouvait se vendre comme esclave, ou vendre un membre de sa famille à son débiteur.
En principe, lors des années sabbatiques, tous les esclaves juifs devaient être libérés.
Comme le septième jour de la semaine, jour de shabbat était chômé, une année sur sept était dite sabbatique : les champs étaient laissés en friche. C’est à cette occasion qu’on libérait les esclaves juifs. Ils ne pouvaient pas être cédés à des maîtres non juifs et ils ne pouvaient pas être vendus à d’autres juifs qu’avec leur consentement.

Ni Flavius Josèphe, ni Philon, ni Pline ne citent des caractéristiques essentielles  du Yahad :

  • Aucun de ces auteurs ne parle du Maître de Justice, personnage emblématique du Yahad dont je parlerai dans l’article suivant.
  • Contrairement aux autres Juifs, qui utilisaient un calendrier lunaire, ils se réfèrent à un calendrier solaire de 52 semaines, soit 364 jours. Ce qui est un blasphème pour les juifs traditionalistes pour qui la mesure du temps est l’affaire de Dieu. Les jours de fête sont d’ailleurs fixés dans la Torah. Ils célèbrent les mêmes fêtes que les autres juifs, mais à des dates différentes.
    L’année commence toujours un mercredi, quatrième jour de la semaine juive, jour où Dieu a séparé le jour de la nuit selon la Bible.
  • Aucun auteur n’insiste sur le fait que la secte est ultra-orthodoxe. C’est ainsi qu’on y lit que si le jour du shabbat, un homme tombe dans un puits, on ne peut tenter de l’en extraire qu’avec ses vêtements. Tout usage d’un bâton ou d’une échelle est proscrit par la loi. Si on échoue, il faut l’y laisser.
  • Leurs textes sont  souvent xénophobes.
  • Le Yahad est loin d’être pacifiste. Ses membres attendent la fin des temps pour en exterminer les forces des ténèbres.

Ce seraient donc des combattants de Dieu qui attendent deux messies pour le combat final : le messie d’Aaron (un prêtre de la famille de Moïse) qui annoncera le messie d’Israël, un roi, descendant de David qui mènera les juifs à la victoire grâce à l’intervention divine. Certains ont fait le rapprochement avec le couple Jean le Baptiste et Jésus.

On n’a donc aucune certitude sur les esséniens, le site de Qumran et l’origine des manuscrits.
On peut dire :

  • Qu’il n’y a aucun lien prouvé entre le site de Qumran et les manuscrits.
  • Qu’il n’y a aucun lien prouvé entre Qumran et les esséniens.
  • Qu’il n’y a aucun lien prouvé entre les esséniens et les manuscrits.

Et si les manuscrits venaient de sources différentes ? On a évoque le temple de Jérusalem : les manuscrits auraient été caché avant la prise de la cité en 70. Ce qui explique la présence du rouleau de cuivre localisant des trésors.

Dans le deuxième livre des Macchabées on peut lire (2, 13-15) :

« …Judas (Macchabée, mort en -160) pareillement a rassemblé tous les livres dispersés à cause de la guerre qu’on nous a faite, et ils sont entre nos mains. Si vous (les juifs d’Égypte) en avez besoin, envoyez-nous des gens qui vous en rapporteront ».

On ne connaît pas l’emplacement de cette bibliothèque, ni ce qu’elle est devenue.

Mais où placer ces « esséniens » sur l’échiquier politique de la Judée ?
Nulle part, ils se sont retirés de la vie politique lorsqu’ils se sont séparés des pharisiens sous le règne d’Alexandre Jannée (127-76 avant notre ère) . Retirés ?  Pas tout à fait, ils se sont mis en réserve. Ils ont peut-être considéré qu’il n’y avait rien à faire pour le moment. Ils attendent l’arrivée d’un ou de deux messies annonçant l’intervention directe de Dieu, qui à l’aide des légions célestes, purifiera la terre d’Israël et prouvera au monde qu’il est bien le seul dieu.

Les esséniens

Ceci est le premier de trois articles qui vont parler des esséniens, des manuscrits de la Mer morte, de la figure emblématique de certains manuscrits : le Maître de Justice.

Encore aujourd’hui, les esséniens constituent une énigme. Nous avons peu d’écrits anciens qui y font référence et les découvertes des manuscrits de la Mer Morte, à Qumran en 1947, ne font qu’ajouter à la confusion, car aucun ne mentionne le nom d’essénien. À travers la lecture de ces rouleaux, on découvre une secte apocalyptique à la pensée proche des pharisiens, mais prête à en découdre avec les forces des ténèbres pour hâter la fin des temps.

Apocalypse ne veut pas dire catastrophe, mais bien « révélation ». En anglais, le livre de l’Apocalypse s’appelle d’ailleurs le « livre des Révélations ». Les écrits apocalyptiques révèlent le dessein de Dieu pour les temps à venir. Ces récits sont souvent eschatologiques, l’eschatologie étant un discours sur la fin des temps. Donc, un récit apocalyptique décrit souvent ce que Dieu réserve aux bons et aux forces du mal à la  fin des temps. On y oppose Babylone, la cité du mal (les juifs y ont été déporté) qui symbolise ce qui doit être détruit et la Jérusalem céleste, Sion, qui est le but à atteindre. Babylone ne se réfère pas à la ville ancienne, c’est le symbole de toutes les villes « mauvaises », dont Rome au Ier siècle de notre ère.

Les sources

Nous connaissons les esséniens par trois sources, dans l’ordre chronologique : Philon d’Alexandrie, Pline l’Ancien dans son ouvrage « Histoire naturelle » qu’il dédia en 77 de notre ère à Titus Flavius, le futur empereur et Flavius Josèphe, dont j’ai abondamment parlé. Les talmuds n’en parlent pas, les évangiles non plus. Justin, un auteur chrétien, qui écrit sur les sectes juives les ignore de même qu’Irénée qui disserte sur le monachisme (les moines). Tous deux ont vécu au IIe siècle de notre ère !

On sait donc très peu de chose d’eux.

Pline (23 à 79), qui n’a jamais voyagé en Judée, les présente comme une communauté d’hommes exclusivement, dont le nombre de membres ne diminue jamais : « Ils vivent sans femme et sans rapport sexuel, sur les bords de la Mer Morte au-dessus d’Engadi ». Cette déclaration a beaucoup influencé l’attribution des manuscrits de la Mer Morte aux esséniens. Car Engadi se trouve près de Qumran où les rouleaux ont été découverts. J’en reparlerai.

Pline l’Ancien périra lors de l’éruption du Vésuve en 79. Il se trouvait à Misène, port de la baie de Naples, en tant que préfet, commandant la flotte militaire romaine. Voulant porter secours aux victimes de l’éruption, il traversa la baie avec ses galères et mourut, probablement étouffé, à 56 ans. Nous devons à son neveu, Pline le jeune, également présent à Misène, le récit, parfaitement précis de cette éruption. notons que les Romains ignoraient tout des éruptions volcaniques. Pompéi, détruite par l’éruption du Vésuve, admirablement conservée sous les cendres, fouillée par une multitude d’archéologues, n’a encore livré aucune trace de chrétiens.

Notons que Pline l’Ancien, philosophe stoïcien, curieux de tout, sciences, arts et bien entendu philosophie, ne parle pas des chrétiens dans ses ouvrages et que son neveu, Pline le Jeune, écrivain et politicien romain, ne les découvrira qu’en 113 !

Philon d’Alexandrie (-25 à 45) parle des esséens (sans le N) vivant en Judée et des thérapeutes vivant en Égypte dans son ouvrage « Contre Flaccus ». D’après lui, ce sont des saints, serviteurs de Dieu, pauvres, tout à fait pacifistes, refusant l’esclavage. Ils rendent service à leurs semblables et ne pratiquent pas le célibat. Il y aurait environ 4000 esséens en Judée.

Philon d’Alexandrie, nous a laissé un nombre impressionnant d’écrits la plupart philosophiques, plus grecs que juifs. À tel point que les chrétiens l’ont longtemps considéré comme l’un des leurs. Philon va être envoyé à Rome auprès de l’empereur Caïus Caligula pour défendre les juifs durant l’hiver 39-40. Dans son réquisitoire « Legato ad Caium », il parle des provocations de Ponce Pilate à Jérusalem où il voulait décorer le temple de boucliers romains, mais il ne mentionne ni Jésus, ni les chrétiens.

Représentation de Philon d’Alexandrie… en évêque chrétien ?

Flavius Josèphe (vers 37 à 100) est plus prolixe sur les esséniens, alors qu’il nous en dit très peu de choses sur les pharisiens et les sadducéens. Il nous explique :

  • Quand ils entrent dans la secte, ils font don de leurs biens. On retrouve cette coutume chez les premiers chrétiens dans les Actes des Apôtres.
  • Ils insistent sur le rôle du destin, de la prédestination : la vie est toute tracée.
  • Ils effectuent un noviciat d’un an suivi d’une période probatoire de 2 ans.
  • Ils s’habillent de blanc.
  • Ils ne rendent pas de sacrifices au temple de Jérusalem, mais participent à des repas pris en commun. Le Cène chrétienne est un repas commun essénien.
  • Ils respectent le gouvernement, quel qu’il soit, car « c’est par la volonté de Dieu que le pouvoir échoit à un homme ». Les évangiles font dire à Jésus : « Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu ».

On ne retrouve pas les caractéristiques énumérées par les trois écrivains dans les manuscrits de la Mer Morte, sauf la vie communautaire et le noviciat. Comme ils ne parlent pas du temple de Jérusalem, on peut supposer que Flavius Josèphe a raison de dire qu’ils ne rendent pas de sacrifice au temple.

La disparition des esséniens

Les esséniens resteront une énigme, même dans leur disparition : on ne parle plus d’eux après la destruction du temple de Jérusalem en 70, conséquence de la révolte des juifs en 66. Ils sortent de l’Histoire quand les chrétiens y font leur entrée. Ils ont des points communs avec les chrétiens. D’ailleurs bon nombre d’écrivains chrétiens l’ont constaté.

  • Au IVe siècle, l’évêque d’Italie Philastre de Brescia dit d’eux qu’ils sont des moines qui considéraient Jésus non comme le fils de Dieu, mais comme un prophète… alors qu’ils existaient avant la prédication de Jésus.
  • Jérôme (347-420) affirme que les thérapeutes sont des moines croyant au Christ et vivant dans des monastères.
  • Eusèbe de Césarée (265-340 env.) indique que les thérapeutes «étaient un groupe de premiers chrétiens »
  • Épiphane de Salamine (315-403) affirme que c’est le nom original des chrétiens.

Le procès de Jésus

Introduction

Le procès de Jésus qui a conduit à sa condamnation à mort ne nous est connu que par les seuls évangiles, à l’exception de tout autre texte. Or la grande majorité des historiens ne croient plus à l’historicité des évangiles. Ce sont des livres de propagande proclamant l’histoire de Jésus en tant qu’histoire du salut, pas une relation historique objective. C’est dire la difficulté de démêler les faits historiques et fictifs.

Les événements racontés par les évangiles, avec de notoires différences entre les quatre livres, se déroulent à Jérusalem, vers les années trente de notre ère, à l’occasion des fêtes de la Pâque juive. Lors des fêtes, le préfet romain et une troupe de légionnaires se déplaçaient de Césarée Maritime, le siège du gouvernement, à Jérusalem pour prévenir toute révolte. Le préfet séjournait dans l’ancien palais d’Hérode, à l’ouest de la ville, tandis que le gros de la troupe était caserné dans la forteresse Antonia, qui dominait le temple.

La fête de Pâque (Pessa’h en hébreu) se déroule sur 8 jours. Elle débute le 14 nisan, le premier mois du printemps, et se termine le 21. Elle célèbre les derniers jours de l’esclavage des Hébreux en Egypte et leur libération selon le mythe de Moïse (voir mon article sur Moïse). Le 14 nisan, Dieu envoie la dixième plaie sur l’Egypte : l’ombre de la mort va visiter toutes les maisons la nuit et emporter le dernier né. Les Hébreux avertis doivent sacrifier un agneau d’un an et badigeonner l’encadrement de la porte avec son sang : la mort passera sans entrer (Pessa’h signifie « passer au dessus« ). Dans cette nuit d’angoisse, ils vont manger l’agneau rôti et du pain sans levain.

Résumé des événements cités par les évangiles.

Jésus entre triomphant dans Jérusalem.
Jour J-1 : Jésus célèbre son dernier repas et annonce que Judas va le trahir.
Jour J : La nuit de J-1, Jésus est arrêté dans le jardin de Gethsémani sur le mont des Oliviers. Chez les Juifs, le jour commence quand la nuit tombe. Les musulmans disent quand il est impossible de distinguer un fil blanc d’un fil noir.
Il est présenté devant le Sanhédrin qui le condamne à mort pour blasphème.
Il est présenté devant le préfet Ponce Pilate pour confirmer la sentence. Celui-ci ne reconnaît pas de faute à Jésus.
Les juifs demandent la libération de Barabbas en échange de Jésus.
Jésus est condamné. Il est fouetté et conduit sur le lieu de son supplice.
Il meurt sur la croix.
Il est descendu de la croix et mis provisoirement dans un tombeau.
Jour J+2 : Jésus n’est plus dans le tombeau.

L’entrée dans Jérusalem

Pour la fête de Pâque, Jésus est entré dans Jérusalem monté sur un ânon, comme l’avaient prédit les prophètes (« Dites à la communauté de Sion, voici ton roi qui vient à toi ; humble, il vient monté sur une ânesse, sur un ânon, le petit d’une bête de somme. » (Livre de Zacharie 9,9). Il a été  suivi par une foule nombreuse et enthousiaste qui agitait des branches de palme en criant « Hosanna ! ». Quel beau tableau bucolique ! Mais est-il historique ?

La supplique « Hosanna », qui signifie, « de grâce, sauve-nous » fait partie de la liturgie des Hoshannot qui a lieu lors de la fête des Cabanes (Souccot),  qui en automne célèbre l’assistance divine reçue dans le désert lors de l’Exode. C’est aussi à cette période que l’on coupe les feuilles des palmiers… et pas au printemps.
De plus, la foule nombreuse des admirateurs de Jésus va s’évaporer et Jésus va se retrouver bien seul (voir plus loin).

Le dernier repas de Jésus

D’après les évangiles synoptiques, ceux qui adoptent une trame identique : Matthieu, Marc et Luc, le dernier repas de Jésus prend place « le premier jour des pains sans levain« , soit le (jeudi) 14 nisan. Ce repas est très spécifique, bien codifié pour les Juifs, or il ne semble pas que Jésus et ses apôtres ont organisé un tel repas. On dirait plutôt un repas communautaire à la manière des esséniens qui partageaient le pain et le vin.
Pour Jean, le quatrième évangile, c’est le (mercredi) 13 nisan qu’a lieu le dernier repas de Jésus, donc un repas normal.

L’arrestation

Peu avant son arrestation, Jésus s’est attaqué aux changeurs et aux marchands qui se trouvaient sur le parvis du temple, qui est le plus vaste lieu de culte de l’Empire romain. Pour la Pâque, des Juifs venaient de partout, ils étaient trois millions selon Flavius Josèphe qui n’est pas à une exagération près. Ils devaient donc changer la monnaie de leur pays par la seule monnaie que les prêtres acceptaient pour payer les animaux des sacrifices, le shekel de Tyr. Le shekel de Tyr avait été choisi pour sa stabilité.
En s’attaquant aux changeurs Jésus voulait peut-être s’attaquer aux sacrifices. Cette « rébellion » de Jésus  a dû passer inaperçue, sinon, un tel acte, juste sous les yeux des soldats romains, cantonnés dans la forteresse Antonia, aurait été immédiatement réprimé.

C’est donc la nuit, sur le Mont des Oliviers, que Jésus est arrêté par « une troupe armée d’épées et de bâtons, envoyée par les grands prêtres et les anciens » (Mt. 26:42) ou par une cohorte romaine (500 à 600 soldats) selon Jean. Pourquoi amener une troupe armée alors qu’ils ne sont qu’une douzaine, armés peut-être, Jésus leur a conseillé d’acheter des armes (Lc 22,36) mais peu dangereux… ils vont d’ailleurs fuir. Et qui va assister à tous ces événements pour les consigner par après si tous les disciples se sont volatilisés ?

Mais pourquoi avoir attendu la nuit ?
Pour éviter les émeutes nous dit-on. Mais le peuple de Jérusalem ne prend pas le parti de Jésus lorsque Pilate lui demande de choisir entre lui et Barabbas. Et durant la période de Pâque, le mont des Oliviers rassemblait tous les pèlerins qui n’avaient pas trouvé de logement dans Jérusalem (ville de 50 mille âmes). C’était un vaste terrain de camping. Autant dire que l’arrestation de Jésus n’est pas passée inaperçue.

Parution devant le Sanhédrin

La grande question de ce chapitre est « Qu’est-ce que le Sanhédrin… au début du premier siècle de notre ère ?  » D’après la tradition chrétienne, c’est la plus haute autorité religieuse de Judée. Déclarer cela est aussi fantaisiste que dire qu’il existe une haute autorité religieuse chrétienne qui regroupe les catholiques, les protestants et les orthodoxes sous la présidence du pape. Car à l’époque qui nous occupe, LA religion juive n’existe pas ! Trois sectes, aussi divergentes et éloignées que les doctrines chrétiennes citées, se partagent les faveurs des juifs. Le judaïsme se développera en parallèle et en opposition avec le christianisme au deuxième siècle, après la destruction du temple par les Romains. Quelles sont ces trois sectes ?

  • Les sadducéens qui collaborent avec l’occupant, appliquent les 613 articles de loi de la Torah, ils ne croient pas à la vie après la mort et estiment que les récompenses d’une vie pieuse s’acquièrent durant l’existence.
  • Les pharisiens, proches du peuple, disent qu’il existe une loi orale, remontant à Moïse, conjointement à la loi écrite, la Torah. Bien entendu, ils sont dépositaires de cette loi qui sera finalement mise par écrit et éditée au IVe siècle, c’est le Talmud. Ils croient en la pérennité de l’âme et à la résurrection des corps.
    Les sadducéens se moquent de cette résurrection ce qui apparaît dans un passage des évangiles (Mt 22, 23-33): « Rabbi (ils s’adressent ici à Jésus, mais ça pourrait être un pharisien), Moïse a dit : Si un homme meurt sans avoir d’enfants, son frère épousera la veuve (loi du lévirat , Dt 25:5-10)… Eh bien, à la résurrection, duquel des frères sera-t-elle la femme ?« 
  • Enfin, les esséniens ne reconnaissent aucune autorité au temple et à ses prêtres. Ils condamnent les sacrifices d’animaux. Suprême blasphème, ils ne reconnaissent pas la mesure du temps fixée par Dieu dans la Bible : ils utilisent un calendrier solaire ! Ils célèbrent les mêmes fêtes que les autres juifs, mais pas aux mêmes dates… et aucun n’a été accusé par le Sanhédrin.

Le Talmud a réservé tout un traité au Sanhédrin, mais il ne s’applique pas à celui du début du premier siècle. Le Sanhédrin devait donc être soit le conseil municipal de Jérusalem, soit plus probablement, l’organe de gestion du temple. Comme c’est le cas de nos jours : depuis la prise de Jérusalem-est par les Israéliens en 1967 (voir : 1967 : Israël conquiert Jérusalem) l’esplanade des mosquées est gérée par le WAQF, une fondation religieuse islamique contrôlée par la Jordanie (voir : le Dôme du Rocher). Cette comparution devant le Sanhédrin est donc pour le moins invraisemblable. D’autant plus que nous sommes le (vendredi) 15 nisan, et c’est un jour de shabbat, ce que seul l’évangile de Jean semble savoir : « ceux qui l’avaient amené n’entrèrent pas dans la résidence (de Ponce Pilate) pour ne pas se souiller. » Les juifs se sont purifiés, leurs actions sont très limitées, alors, juger un homme et le condamner à mort, il ne faut pas y penser. En toute logique, Jean ne mentionne pas la parution de Jésus devant le Sanhédrin.

Un dernier point pour appuyer là où ça fait mal. Dans les Actes des Apôtres, alors que les Romains (pas les Juifs) ont arrêté Paul à la demande du Sanhédrin, le « tribun » commandant la forteresse Antonia écrit au procurateur résidant à Césarée  : « J’ai constaté que l’accusation portait sur des discussions relatives à leur loi, mais sans aucune charge qui méritât la mort ou les chaînes » (Ac 23.28). Le rédacteur des Actes connaissait la loi romaine, ce qu’ignoraient les évangélistes. Or on attribue les Actes à l’évangéliste Luc. Comprenne qui pourra.

Parution devant Ponce Pilate

Tous les évangiles sont d’accord, Ponce Pilate (préfet de 26 à 36) connu pour son mépris des juifs et pour sa cruauté, ne reconnaît aucune charge contre Jésus.
Fin de l’histoire. Jésus est libre, il ne sera pas crucifié et le christianisme n’existera pas. Ce n’est pas une uchronie, mais la logique implacable des évangiles.

Il faut donc un miracle pour sauver l’histoire. Un miracle, plutôt un mensonge éhonté : « A chaque fête, le gouverneur avait coutume de relâcher à la foule un prisonnier, celui qu’elle voulait » (Mt 27,15). Cette coutume n’a jamais existé. Mais continuons le récit sur base de ce mensonge. Pilate demande aux Juifs de choisir entre Jésus le nazaréen et Jésus Barabbas, un meurtrier, un rebelle. En fait il leur demande de choisir entre Jésus le Fils du Père et Jésus le fils du père (traduction de l’araméen Bar(fils) Abba (père)). Pilate, fâché par la tournure des événements déclare en se lavant les mains : « Je suis innocent de ce sang, C’est votre affaire » (Mt 27,24). Et « Tout le peuple répondit : Nous prenons son sang sur nous et sur nos enfants ! » (Mt 27,25).

A cause de cette entorse à l’Histoire, à cause de ce mensonge, des millions de Juifs ont été persécutés par les chrétiens. En 1997, Mgr Louis-Marie Billé, président de la Conférence des évêques de France a bien exprimé la repentance des chrétiens pour ces persécutions. En 2000, à Jérusalem, le pape Jean-Paul II  a demandé pardon « pour les nombreux péchés commis autrefois par l’Eglise catholique, notamment son attitude envers les Juifs, les hérétiques, les femmes et les peuples indigènes ». Le communiqué du Vatican ne mentionne pas combien de millions d’avés et de paters le pape a dû réciter pour être absous. Mais personne n’a jamais dit que tous ces péchés avaient été commis à cause d’un mensonge ! Donc, oui, les chrétiens demandent pardon… mais c’était quant même la faute des Juifs, ce sont eux qui ont condamné Jésus.

Petite devinette. Il semble que Ponce Pilate et Jésus discutent entre eux. En quelle langue ? Jésus est sensé parler l’araméen, langue imposée par les Perses à tout le Proche Orient vers 500 avant notre ère, et Ponce Pilate parle le grec. Or, depuis -330, tout le Proche Orient et l’Egypte sont sous domination grecque (conquis par Alexandre le Grand). En 300 ans, la culture grecque s’est donc imposée en Judée. Des gymnases, des bains publics et même un théâtre ont été construit à Jérusalem. La toge doit être aussi populaire que la tunique courte et le manteau qui la recouvrait dans les rues de la cité. On peut donc penser que Jésus parlait grec. D’autant plus que Nazareth, qui aurait été son lieu de résidence, n’était qu’un faubourg de la ville grecque de Sépphoris (non mentionnée dans les évangiles).

La crucifixion

Je laisse au folklore la couronne d’épines et le manteau rouge dont Jésus a été affublé pour retenir la flagellation qui précédait l’exécution. Le condamné était avili, il était présenté à la foule nu et en sang. En route vers son supplice, Jésus a-t-il porté sa croix, n’a-t-il été lié qu’au seul patibulum (le bois horizontal) dans tel cas, il n’a pas pu être aidé, ou a-t-il été transporté vers le lieu où les croix étaient dressées en permanence, comme lors de la révolution française où la guillotine attendait sur l’actuelle Place de la Concorde ou comme au Moyen-âge où le gibet gardait trace des exécutions passées ? Je ne prendrai pas parti.

Jésus a-t-il été cloué sur la croix ? Pour rester logique avec les évangiles, la réponse est NON… sinon il aurait été impossible de descendre Jésus de la croix. Il aurait gardé des « souvenirs » de son supplice. Les Romains utilisaient des clous de section carrée d’une vingtaine de centimètres (voir mon article sur la crucifixion).

Le pied d’un crucifié garde le clou fiché dans son talon.

Dans l’apocryphe « Actes d’André », daté de la fin du IIe siècle, nous trouvons une description plus « réaliste » d’une crucifixion, celle d’André : « Ils vinrent et se contentèrent de le lier aux pieds et aux aisselles, sans rien lui clouer, ni les mains, ni les pieds, sans non plus lui briser aucune articulation, car ils voulaient le tourmenter en le laissant suspendu, et qu’il soit dévoré vivant, la nuit, par les chiens ».

La mort de Jésus

La crucifixion est un supplice oriental ou carthaginois, adopté par les Romains. Il mène à une mort très lente : le supplicié met parfois des dizaines d’heures ou plusieurs jours à mourir étouffé par le poids de son propre corps, quand les jambes ne peuvent plus le soutenir. Jésus meurt en trois heures… pour donner un semblant de vérité au récit : il doit être mis au tombeau avant la tombée de la nuit et ses os ne doivent être brisés. Les suppliciés avaient les tibias brisés pour que les jambes ne puissent plus soutenir le poids du corps. Cette mise à mort accélérée devaient intervenir lorsque le lieu du supplice n’était pas gardé en permanence.

Dans les évangiles, on n’a pas une description réelle d’une crucifixion, mais une série de confirmation de prophéties issues de la Bible pour prouver que Jésus est bien le messie attendu. La crucifixion est une mise en scène de passages de la Bible :

  • Psaume 22 : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné »  (verset 2), « …ils partagent entre eux mes habits et tirent au sort mon vêtement » (verset 19)  et « Ils ont percé mes mains et mes pieds » (verset 17).
  • Isaïe 53, 5 : « Il a été transpercé à cause de nos péchés ».
  • Exode 12, 46 : « Vous n’en briserez aucun os ». en parlant de l’agneau sacrifié lors de la Pâque.

S’il faut en croire Matthieu (27, 45) y eut-il une éclipse solaire lors de la crucifixion, ce qui permettrait de dater l’événement : « À midi il y eut des ténèbres sur toute la terre jusqu’à trois heures » ou Marc (15, 33) ou Luc (23, 44) qui ajoute que le soleil avait disparu. Il ne faut pas prendre cette affirmation au pied de la lettre, c’est un rappel du livre de Joël  (2, 31) : «  Le soleil se changera en ténèbres, et la lune en sang, avant l’arrivée du jour de l’Éternel, de ce jour grand et terrible ».

Pour avoir une éclipse solaire, il faut que la lune et le soleil soient du même côté de la terre, c’est-à-dire à la nouvelle lune. Or la Pâque (15 nisan) tombe toujours à la pleine lune, les mois commençant à la nouvelle lune. A la pleine lune, la terre se trouve entre le soleil et la lune. De plus, une éclipse solaire ne dure que quelques minutes, au maximum 7 minutes et 31 secondes à la latitude de Jérusalem pour être précis. La version officielle actuelle est qu’un orage a éclaté.

Conclusion

En toute logique après ce que je viens d’écrire, la conclusion ne peut tenir qu’en une seule question : que s’est-il passé, quand Jésus est-il mort, comment est-il mort. On peut me rétorquer que Paul parle déjà de la crucifixion. Dans la première Épître aux Corinthiens écrite par Paul en 54-56, soit quinze ans avant le premier évangile, celui de Marc, on lit « Car j’ai décidé de ne rien savoir parmi vous, sinon Jésus Christ, et Jésus Christ crucifié » (1Co 2, 2). Paul sait comment Jésus est mort. C’est le seul endroit de ses épîtres. Ce qui intéresse Paul, qui n’a pas connu Jésus, c’est la résurrection :  » Christ est mort pour nos péchés, selon les écritures. Il a été enseveli, il est ressuscite le troisième jour, selon les écritures. » (1Co 15, 3-4). Il ne connaît pas l’histoire de Jésus, il la déduit des écritures, la Bible hébraïque, vu qu’aucun texte n’a encore été écrit sur Jésus.

Ce qui m’a toujours déconcerté dans les traductions des épîtres de Paul, c’est qu’il appelle Jésus : « Jésus-Christ« , comme si Christ était son nom de famille et qu’il parle de « l’évangile que je vous ai apporté« . Il me semble plus correct de traduire Jésus-Christ par « Jésus le Messie » et l’évangile par son sens en grec : « la bonne nouvelle« .

On peut refaire l’Histoire en supprimant du récit toute intervention des Juifs.
Jésus est arrêté alors qu’il trouble l’ordre dans le temple. Il est condamné à mort par les Romains comme menace pour la sécurité de l’empire. Il est crucifié et son corps reste pendu à la croix. Il est ensuite jeté dans une fosse commune. Le corps n’est pas récupéré par ses disciples qui déclarent qu’il a disparu, qu’il est ressuscité. C’est moins glorieux, mais plus en phase avec l’Histoire.

Le folklore

Le folklore chrétien s’est emparé de la mort de Jésus pour en faire le « chemin de croix », le jeu de la Passion qui reconstitue en une dizaine de tableaux, les stations, le jugement et la mort de Jésus. Il a son origine dans la liturgie du Vendredi saint des chrétiens de Jérusalem. Les franciscains, présents en Terre sainte depuis 1220, suivent  le rite en usage dans l’Église orthodoxe locale et le transposent progressivement dans leurs églises en Italie. C’est seulement sous le pape Clément XII, en 1731, que la permission fut donnée de créer des chemins de croix dans d’autres églises que celles des franciscains. Aujourd’hui, beaucoup d’églises contiennent un chemin de croix sous forme de tableaux sur leurs murs.

En 1991, lors de son chemin de croix, Jean-Paul II a supprimé 5 stations sans référence bibliques (les 3 chutes de Jésus, sa rencontre avec Marie, sa mère et avec Véronique) pour les remplacer par d’autres.

En 2018, le pape François a demandé à 15 jeunes traditionalistes de 16 à 27 ans, de réécrire le jeu de la passion en 14 stations. Première constatation, « avec l’enthousiasme typique de leur âge« , nous dit le journal catholique La Croix, ils ont réintroduit les 5 stations supprimées par Jean-Paul II. Seconde constatation, la première station pointe de nouveau les Juifs comme responsables de la mort de Jésus. François n’a donc rien appris. Voici ce que dit le journal La Croix sur cette première station. Remarquons que le mot « Juif » n’est jamais cité :

De l’Évangile selon Luc (Lc 23, 22-25) : Pour la troisième fois, il leur dit : « Quel mal a donc fait cet homme ? Je n’ai trouvé en lui aucun motif de condamnation à mort. Je vais donc le relâcher après lui avoir fait donner une correction. » Mais ils insistaient à grands cris, réclamant qu’il soit crucifié ; et leurs cris s’amplifiaient. Alors Pilate décida de satisfaire leur requête. Il relâcha celui qu’ils réclamaient, le prisonnier condamné pour émeute et pour meurtre, et il livra Jésus à leur bon plaisir.

Je te vois, Jésus, devant le gouverneur, qui par trois fois tente de s’opposer à la volonté du peuple et à la fin, choisit de ne pas choisir, devant la foule qui, interrogée par trois fois, décide toujours contre toi.