Marcion

J’estime que Marcion est l’un des personnages les plus importants dans l’évolution du christianisme… bien qu’il ait été jugé hérétique par ses pairs.

Marcion est né vers 85 à Sinope sur la Mer Noire. Son père était un riche armateur qui aurait été évêque. Vers 140, il est accueilli dans la communauté de Rome. Il y apporte, outre une grosse somme d’argent, un évangile et dix lettres de Paul.

Se basant sur cet évangile, ne se revendiquant d’aucun apôtre, et sur les épîtres de Paul, il professe une doctrine déviant du dogme qui peu à peu se développe dans le christianisme. Il argumente sa vision du Christ dans un recueil : Antithèses.

En fait, on ne connait rien de Marcion, sinon les commentaires de ses adversaires parmi lesquels Tertullien, un Romain de Carthage (vers 160-225), qui lui consacra pas moins de cinq livres, plus ou moins cent pages A4 actuelles. Tertullien est un juriste et sa démonstration est très élaborée, mais contre toute attente, alors qu’il connait les quatre évangiles et le livre de l’Apocalypse, il ne s’y réfère que rarement, il puise tous ses arguments dans l’Ancien Testament qu’il maîtrise parfaitement. Lorsqu’il critique les conclusions que Marcion tire des lettres de Paul, qu’il a apportées, Tertullien ne fait jamais mention d’une différence avec les épîtres qu’il aurait à sa disposition, mais l’accuse de les avoir mutilées. N’existaient-elle pas avant Marcion ?

Quelle était la thèse de Marcion ? En l’an 15 du règne de Tibère, soit en 29, Jésus est descendu du ciel, pur esprit de salut et de rédemption, comme le dit Tertullien. Jésus n’est donc pas né de Marie et n’a pas comme père Joseph : il est le fils de Dieu, sinon Dieu lui-même. Mais ce dieu n’est pas YHWH, mais un dieu d’amour et de paix qui ne s’était jamais manifesté, ce dieu ne juge pas, il pardonne. YHWH n’est que le créateur de cette terre où règne le mal.  Pour Marcion, si Dieu est capable de colère, de haine, de jalousie, et de vengeance, c’est qu’il est changeant et corruptible, dont mortel. Il rejette les écrits juifs et prône une séparation totale d’avec les juifs. Il réprouve également le mariage et encourage la chasteté car comme les chrétiens de l’époque, il attend la fin du règne du mal et l’avènement du royaume de Dieu.

Tertullien tente de contrer Marcion par un phrase étonnante : « l’intelligence débile de l’homme forge plus facilement des dieux nouveaux, qu’elle ne se tourne vers le Dieu véritable, déjà manifesté à ses regards par ses œuvres »… alors que le christianisme vient de naître !

A la lecture du Adversus Marcionem (Contre Marcion) de Tertullien, on a l’impression que tous les messages d’amour ne se trouvaient pas dans les évangiles qu’il lisait. Si ce sont des ajouts tardifs, il n’est pas étonnant qu’il soit impossible à partir des évangiles d’avoir une vision unique du message de Jésus, comme nous l’avons souligné dans notre livre. C’est ainsi que Tertullien lit dans l’évangile de Marcion :

  • Le Dieu nouveau nous enjoint de « tendre l’autre joue et d’abandonner après notre tunique, notre manteau lui-même. »
  • Donner à tous ceux qui vous demandent.
  • Et selon que vous voulez que les hommes vous fassent, faites-leur aussi de même.
  • Ne jugez point et vous ne serez pas jugé. Donnez et il vous sera donné.
  • Des femmes riches, et parmi elles la femme de l’intendant d’Hérode, s’attachaient aux pas de Christ et l’assistaient de leurs biens.
  • etc.

A chaque fois, Tertullien argumente que ces préceptes se trouvent déjà dans l’Ancien Testament. Doit-on en conclure qu’il n’était pas nécessaire de les reprendre dans les évangiles… ce qui sera néanmoins fait par la suite.

Dans un article précédent j’ai dit que le récit de la naissance de Jésus dans les évangiles était un ajout tardif. Tertullien nous en apporte quelques indices, sinon quelques preuves. Alors que les évangiles disent que le recensement a été fait par Quirinus, Tertullien le fait exécuté par Sextius Saturninus. Il dit aussi que la famille de Jésus vint s’établir à Nazareth pour échapper à Archélaos, fils d’Hérode.

Par son apport en textes et par sa vision déviante du christianisme, Marcion a forcé les pères de l’Eglise qui vont lui succéder à préciser leur pensée et à définir le dogme qui ne sera définitif que lors du concile de Nicée, réuni par l’empereur Constantin, en 325.

 

L’invraisemblable naissance de Jésus

Le récit de la naissance de Jésus n’apparaît que dans deux des quatre évangiles : celui de Luc et celui de Matthieu. Il est probable que ces récits soient des ajouts tardifs. Par le philosophe romain Celse (II° siècle de notre ère) nous savons que c’était chose courante : « … [il est] de notoriété publique que plusieurs parmi vous (…) ont remanié à leur guise, trois ou quatre fois et plus encore, le texte primitif de l’évangile, afin de réfuter ce qu’on vous objecte « . Quelle était cet objection ? Vers 140, un riche fils d’armateur, Marcion, est accueilli dans la communauté de Rome, à qui il fait un don substantiel. Il apporte un évangile et dix lettres de Paul qu’il va utiliser pour bouleverser le dogme : Jésus n’est pas né d’une femme, il est apparu sous forme humaine à Capharnaüm envoyé non pas par YHWH, le dieu créateur, mais par un dieu d’amour qui n’avait jamais été révélé.

Marcion fut traité d’hérétique et il fallut renforcer le dogme d’un fils de Dieu né homme, ce que l’on trouve aujourd’hui dans les évangiles. Voyons ce que nous apprend l’Évangile de Luc dont le récit est le plus complet.

Jésus est né à Bethléem sous le roi Hérode. Les parents de Jésus habitaient Nazareth, en Galilée. Ils sont venus à Bethléem, ville de naissance de Joseph, lors du recensement de Quirinus.

A la mort d’Hérode, en l’an 4 avant notre ère, son royaume est partagé, selon sa volonté, entre trois de ses fils  :

  1. Archélaos hérite de l’ancien royaume de Juda avec Jérusalem, de la Samarie au nord et de l’Idumée au sud ;
  2. Antipas (appelé également Hérode) gouvernera la Galilée et le Golan ;
  3. Philippe se verra confier les territoires à l’est du Jourdain.

Ce partage se fait sous l’œil bienveillant des Romains qui gardent sous contrôle le Moyen-Orient.

En 6 ou 7 de notre ère, les Romains destituent Archélaos et font de son territoire une province sénatoriale, dirigée par un préfet. Lors de cette prise de pouvoir directe, ils organisent un recensement, pour établir l’impôt. Le préfet (Copronius) n’ayant pas le pouvoir de lever des impôts, la tâche est confiée à Quirinus, gouverneur de Syrie.

Donc, d’après l’Evangile de Luc, Jésus est né avant -4, mais lors du recensement de 6 ou 7. De plus, la Galilée n’étant pas sous contrôle romain, Joseph et sa femme n’avaient aucune raison de participer au recensement qui, en outre, se faisait sur le lieu de résidence et ne concernait que les hommes. Que de contradiction dans ce récit dont le résumé tient sur trois lignes.

Mais pourquoi tous ces détails ?
Pourquoi Bethléem ?
Jésus étant considéré comme le messie attendu par les juifs, il se devait de naître à Bethléem, la patrie du roi David considéré comme l’archétype du messie. Matthieu fait résider les parent de Jésus à Bethléem, ainsi par besoin de déplacement.
Notons que les évangiles de Matthieu et de Luc nous donnent des généalogies de Jésus différentes mais qui font de Jésus un descendant de David par Joseph qui n’est pas son père !

Pourquoi Nazareth ?
Jésus a été appelé nazaréen qui est le nom d’une secte se référant probablement à un nazir, une personne qui s’est consacrée à Dieu par un vœu en vertu duquel il lui est interdit de boire des boissons fermentées, de se couper les cheveux et de s’approcher de ce qui était réputé impur par la loi, notamment, d’un cadavre. Cette description ne correspondant pas à ce que les évangiles disent de Jésus. Il était donc membre d’une secte dont il n’était pas l’instigateur. Dans le Nouveau Testament, Jean le Baptiste et Jacques, le frère de Jésus, pourraient être des nazirs. Donc, on a masqué ce fait en transformant l’appartenance à un groupe en origine : Jésus le nazaréen est devenu Jésus de Nazareth.
Pour Matthieu, les parents de Jésus s’installeront à Nazareth après sa naissance.

Pourquoi devait-il naître d’une femme ?
Jésus ne pouvait pas être de substance divine, mais de chair et d’os pour pouvoir ressusciter « dans la chair ». Après sa résurrection, on insiste bien sur le fait qu’il mange, qu’il boive, qu’il est bien humain.

 

 

Quel pharaon face à Moïse ?

La Bible nous dit que Moïse enfant hébreu a été recueille par la fille de pharaon. Il grandit à la cour d’Egypte, mais adulte, il prend fait et cause pour son peuple d’origine qu’il délivre de l’esclavage et qu’il emmène vers la terre promise par Dieu : Canaan.

Bien que la Bible consacre quatre livres à ce récit, il n’est corroboré par aucune autre source. Quand aurait eu lieu cet exode ?

La tradition, suivie par le cinéma hollywoodien, met face à face Moïse et le Ramsès II, le plus puissant des pharaons, plaçant l’exode vers 1250 avant notre ère. La justification de cette datation est reprise de la Bible qui fait travailler les Hébreux à la construction des villes de Pi-Ramsès et Pithom. Si Pi-Ramsès a bien été bâtie sous le règne de Ramsès, Pithom n’a d’existence avérée que depuis le VII° siècle avant notre ère.
Historiquement, rien ne permet de placer l’exode sous Ramsès II, d’autant plus que Canaan était contrôlé par les Égyptiens depuis l’accord avec les Hittites (Anatolie) suite à la bataille de Quadesh (vers 1274 avant notre ère), bataille qui débute d’ailleurs le film de Ridley Scott, Exodus : Gods and Kings.

Et si la Bible disait vrai ! C’est le sujet d’un article de Science et vie concernant l’exode. Et si les 10 plaies d’Egypte avaient bien eu lieu. Pour rappel, Moïse a obtenu la libération des esclaves hébreux pour que cessent les catastrophes dont il accablait le pays : les eaux du Nil se changent en sang, les grenouilles envahissent les terres, les mouches attaquent les habitants, la vermine détruit tout, une épidémie infecte le bétail puis les hommes, la grêle détruit les récoltes, les sauterelles dévorent la végétation restante, les ténèbres s’installent pendant trois jours et enfin, les premiers-nés meurent durant la nuit. Qu’est-ce qui, scientifiquement, peut provoquer de tels dégâts ? D’après l’auteur de l’article, le coupable est le volcan Santorin qui a détruit l’île de Théra.

Les études les plus récentes sont moins tranchées. Le raz de marée qui a suivi l’éruption a bien dévasté la Crète… sur une centaine de mètres. La ville Knossos, à l’intérieur des terres à été épargnée… à plus forte raison l’Egypte dont les archives ne mentionne pas cet éruption. La Crète a fait office de bouclier et a détourné l’onde de choc.

Le cataclysme s’est produit vers 1550 avant notre ère. La date fait toujours débat, certains chercheurs avancent la date de 1620, se basant sur l’étude des bois retrouvés dans les décombres, mais on ignore si ces bois vivaient toujours au moment de l’éruption. La civilisation minoenne n’a même pas été détruite par l’éruption, elle commença à décliner vers 1450, soit cents ans plus tard. Le pharaon Aménophis II, régnant à cette époque, s’étonne de ne plus voir les Crétois avec qui il commerçait.

La Bible nous fournit-elle une indication sur la date de l’exode ?
Oui, plusieurs, mais ces dates sont contradictoires :

  • Dans le livre de l’Exode, la sortie d’Egypte a eu lieu 430 ans après l’entrée de Jacob (Israël) et ses enfants en Egypte sur l’invitation de leur frère Joseph devenu un personnage important dans l’entourage de pharaon. La chronologie de la Bible, sujette à discussion, donnerait 1266 avant notre ère, donc sous Ramsès II.
  • Le livre des Rois donne 480 ans avant la construction du temple par Salomon, soit environ 1440 avant notre ère, sous le règne de Thoutmosis III qui fut le premier pharaon a quitter l’Egypte pour aller guerroyer… en Canaan, face à une coalition de roitelets locaux. Il avait une armée de 10.000 hommes.
  • Le livre des Jubilés, un apocryphe, place la sortie d’Egypte au milieu d’un cycle de 100 jubilés (de 49 ans), soit 2.450 ans après la création du monde… en 4.004 (?). Ce qui nous donne 1554 avant notre ère. C’est une date intéressante car elle coïncide avec la fin du règne des Hyksos sur l’Egypte. Or les Hyksos auraient été un peuple sémite qui a dominé l’Egypte entre 1675 et 1548 avant notre ère. On connaît mal leur origine et leur histoire. Ils ont été chassé par les princes de Thèbes. Flavius Josèphe, un écrivain juif du premier siècle de notre ère, identifie l’exode au départ des Hyksos.

En conclusion, la plus grande confusion règne sur l’exode des Hébreux et l’histoire de Moïse. Et si tout cela n’était qu’un mythe… nous en reparlerons.