La Bible, mille ans de compromis

Cet article est inspiré par l’article de Jean-François Mondot paru dans « Les Cahiers de Science et Vie » consacré à la Bible.

Une longue tradition orale

Les récits de la Bible sont ancrés dans une longue tradition orale. Les clans qui composaient la société hébraïque se sont donnés des ancêtres prestigieux, associés à des légendes. Abraham est un personnage que le récit promène dans le sud de Canaan, à Hébron, tandis que Jacob, aussi appelé Israël, se situe dans le nord. Ces histoires qui devaient être contées lors des veillées sont souvent empruntées aux civilisations environnantes, comme le Déluge et la création du monde, mythes venant de Mésopotamie, le pays entre (mésos) deux fleuves (potamos) : le Tigre et l’Euphrate.

Cette oralité est si bien ancrée, que les rédacteurs successifs de la Bible ont dû composer avec des récits scabreux, comme celui d’Abraham qui fait passer sa femme pour sa sœur et l’offre au pharaon. Les exemples sont nombreux. On peut citer Noé enivré qui se fait violer par son fils Cham, Lot qui a pourtant trouvé grâce aux yeux de Dieu est violé par ses deux filles. Ou encore, Jacob (Israël) achète le droit d’aînesse de son frère pour un plat de lentilles et se fait bénir par Isaac, son père aveugle, en se couvrant le corps de poils de bête pour lui faire croire qu’il bénit son aîné, Esaü, très poilu d’après la Bible.

Jusqu’en 722 avant notre ère, les Hébreux formaient deux royaumes, Israël au nord, riche, bien intégré dans les réseaux commerciaux de l’époque et Juda, au sud, dans une région aride, comptant une vingtaine de hameaux autour d’un « village typique de montagne » : Jérusalem (selon Israël Finkelstein).

Note : Israël Finkelstein est directeur de l’Institut d’Archéologie de l’Université de Tel Aviv. C’est un grand spécialiste des données archéologiques sur les premiers Israélites. Ses travaux se basent uniquement sur les fouilles archéologiques, même si elles contredisent les récits bibliques.

En 722, Israël est envahi par les Assyriens et annexé à leur empire. Seul le royaume de Juda subsiste. Il va accueillir les réfugiés du nord. Jérusalem va s’étendre de 6 ha à 60 ha. De 2000 habitants, sa population va passer à 15000. c’est dans ce contexte que des liens vont se tisser entre les récits identitaires du nord et du sud. Abraham va devenir le grand-père de Jacob (Israël). Des récits totalement distincts vont se fondre en une histoire commune.

Les premiers écrits

Si la société hébraïque a une longue tradition d’histoires orales, elle va mettre longtemps avant de s’approprier l’écriture, qui existe pourtant depuis 3500 ans avant notre ère en Mésopotamie, région proche du foyer des Hébreux. L’écriture, basée sur l’alphabet phénicien de 22 lettres, se développe tout d’abord pour les transactions commerciales au VIIIe avant notre ère. Mais, il faudra attendre le règne du roi Josias (640-606 avant notre ère) pour voir apparaître la première mise par écrit des traditions.

La Bible, elle-même, met en scène l’apparition de ce document : il aurait été trouvé lors de la rénovation du temple. Il est lu en public. On ignore le contenu de ce texte, mais les chercheurs estiment qu’il devait contenir des éléments législatifs. Il s’agirait peut-être des chapitres 12 à 26 du Deutéronome, actuellement le cinquième livre de la Torah. Il faut garder à l’esprit que les 24 livres qui composent la Bible hébraïque aujourd’hui ont été rédigés individuellement et n’étaient pas destinés à former un ensemble.

L’exil : la rupture

Le royaume de Juda ne va pas survivre très longtemps au règne de Josias. Ses fils ne vont pas pouvoir faire face à l’invasion des Chaldéens venus de Babylone. En -597, Juda devient une province de l’empire babylonien, le roi est emmené captif à Babylone. Suite à une révolte, dix ans plus tard, Jérusalem est détruite, son temple pillé et incendié. Pour une partie de la population, l’élite et des artisans, c’est l’exil : leur avenir se poursuivra à Babylone.

C’est un coup très dur pour ce peuple très croyant : leur dieu les a-t-il abandonné ? Face au mauvais sort, les exilés vont s’organiser et se composer une histoire… glorieuse au service de YHWH. Dans cette histoire, YHWH ne les a jamais déçu, il a toujours protégé son peuple. Il suffit de le vénérer pour que tout rendre dans l’ordre.

La fin de l’exil

Et de fait, après 50 ans d’exil, l’empire babylonien s’effondre. Les Perses de Cyrus prennent le contrôle de la région et en -539, les Hébreux peuvent rentrer chez eux et reconstruire leur temple. Cinquante années se sont passées, peu d’exilés sont revenus, ce sont leurs enfants qui auront l’honneur de reconstruire Jérusalem qu’ils n’ont jamais connue.

Les nouveaux venus ont été installés par les Perses dans la nouvelle province de Judée. Un territoire exigu de 50 km de côté autour de Jérusalem. Ils vont falloir composer avec les Judéens habitant d’autres régions, comme les Samaritains, descendants des Israélites qui honorent YHWH sur le mont Garizim, près de la ville de Samarie, l’ancienne capitale du royaume d’Israël. Ainsi, la Torah, les cinq premiers livres de la Bible, ne cite jamais la ville de Jérusalem comme ville unique du culte de YHWH… mais bien le mont Ebal qui fait face au mont Garizim.

Ceux qui sont restés à Babylone, où ils faisaient du commerce lors de l’exil, ne sont pas oubliés. Abraham, figure locale typique de Canaan, est maintenant natif de Ur en Mésopotamie. Il viendra à Canaan sur l’ordre de Dieu. Il légitimise les exilés restés à Babylone.

Beaucoup d’Hébreux ont fui en Égypte lors de la prise de Jérusalem et y ont fait souche, surtout à Alexandrie. Pour eux, on ajoute la saga de Joseph, fils de Jacob (Israël) qui est devenu premier ministre du pharaon. L’Égypte est vue non plus comme une terre d’esclavage comme dans l’histoire de Moïse, mais comme une terre d’accueil.

Les Hébreux n’ont plus de roi. Ce sont les prêtres qui dirigent la communauté. Ils vont se réserver une place de choix dans les écrits qui s’élaborent. Ainsi, Moïse, le législateur, va se voir accompagné d’un frère, Aaron, ancêtre de tous les prêtres. Il est la parole de son frère, bègue. Au fil du récit de l’Exode, d’Égypte vers Canaan, le bâton de Moïse, avec lequel il a infligé les 10 plaies aux Égyptiens, symbole de son pouvoir, va devenir un attribut de son frère.

Les textes vont être composés sous la domination perse, de -539 à -333. La Torah aurait trouvé sa forme actuelle à cette période. Mais tous les chercheurs ne sont pas d’accord. Certains soulignent que la période grecque, après 333, époque de grande prospérité économique, démographique et intellectuelle serait la plus propice à la rédaction. Les manuscrits de la mer Morte (Qumran) ont été rédigés du IIIe siècle avant notre ère jusqu’au Ier siècle après.

La finalisation

Si les textes acquièrent une forme quasi définitive, les livres restent indépendants, la Bible n’existe pas encore. Aux premiers siècles de notre ère, les chrétiens parlent de la Loi et des Prophètes lorsqu’ils citent les livres sacrés. Ce n’est probablement qu’au IIIe siècle de notre ère que les livres seront rassemblés dans ce que les juifs appellent la Tanakh : TNK. T de Torah, l’Enseignement qu’une mauvaise traduction grecque a transformé en Loi. N pour Nevriim, les Prophètes et K pour Ketouvim, les autres écrits. Après 10 siècles, mille ans de compromis, la Bible est enfin achevée.

Les livres de la Bible n’ont jamais eu pour vocation d’être des récits historiques. Ils expliquent le monde, ils « donnent une identité culturelle et religieuse à un peuple qui a tout perdu » comme le dit Thomas Römer. Il ne faut donc pas s’étonner si on trouve dans la Bible deux récits, différents, de la création du monde, deux récits du Déluge, deux récits de l’alliance entre YHWH et son peuple. Ces récits viennent de sources différentes qu’il fallait concilier.

Note : Thomas Römer occupe la chaire des « Milieux blibliques » au Collège de France. C’est un des exégètes de la Bible les plus reconnus.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s