Le jour où la Chine va gagner

Cet article s’inspire du livre éponyme de Kishore Mahbubani. L’auteur est un diplomate de Singapour qui a vécu à New York en tant qu’ambassadeur aux Nations Unies.

La Chine, en guerre économique avec les États-Unis depuis l’ère Trump, est l’un des rares sujets sur lesquels le président démocrate Biden s’est inscrit dans la continuité de son prédécesseur républicain et qui fait largement consensus au Congrès.

« Si nous ne faisons rien, nos jours de superpuissance dominante pourraient s’achever », a mis en garde le chef de la majorité démocrate au Sénat, Chuck Schumer en juin 2021.

Trump avait imposé à la Chine des tarifs douaniers revus à la hausse. Conséquence, non voulue, les sociétés américaines paient leurs achats de produits chinois plus chers, dont les composants électroniques. Le Sénat vient donc de voter une enveloppe de 52 milliards de dollars sur cinq ans pour encourager la fabrication de puces et de semi-conducteurs aux États-Unis.

Contexte historique de la guerre commerciale

La Chine

En 1949, Mao Zedong, à la tête du Parti Communiste Chinois (PCC), a mis fin à un siècle d’humiliation que les Chinois ne veulent plus connaître. Au début du XIXe siècle, la Chine vit en autarcie, son économie est fermée, elle refuse toute marchandise proposée par les pays occidentaux en tête desquels vient la Grande-Bretagne qui importe de grandes quantités de thé dont la Chine préserve jalousement les plantes. La Grande-Bretagne doit payer le thé en pièces d’argent alors qu’elle voudrait l’échanger contre d’autres marchandises que l’empereur qualifie de « babioles inutiles ».
La Grande-Bretagne importe illégalement en Chine de l’opium cultivé en Inde, une colonie britannique, grâce à la complicité des fonctionnaires corrompus du port de Canton. Lorsqu’il se rend compte de l’ampleur du trafic et des ravages de la drogue, l’empereur chinois démet les fonctionnaires corrompus, fait brûler les cargaisons d’opium (20.000 caisses !) et interpelle la jeune reine Victoria en lui demandant « où est votre honneur ?« . On est en 1839.
Pour toute réponse, l’Angleterre, soutenue par les autres nations occidentales, envoie ses canonnières. En deux ans, l’empire chinois est vaincu et doit ouvrir ses ports aux Occidentaux. Elle accepte que les ressortissants étrangers installés sur son territoire soient jugés par leur délégation. La Chine est sous tutelle. Au XXe siècle, les Japonais succéderont aux Occidentaux.
En 1949, après une guerre civile de quatre ans, Mao Zedong rendra sa fierté à la Chine… au prix de nombreux sacrifices.

Les États-Unis

Les États-Unis n’existent que depuis un peu plus de deux siècles. Très patriotes, ils sont très attachés à la constitution élaborée, au XVIIIe siècle, par les « Pères fondateurs », basée sur les principes de la philosophie de lumières.
Les Américains sont persuadés qu’ils ont la meilleure forme de gouvernance et qu’ils ont pour mission de répandre la démocratie dans le monde. Ils exigent que toutes les sociétés se conforment à leurs valeurs. Hillary Clinton a déclaré lorsqu’elle briguait la présidence :

Lorsque nous disons que l’Amérique est exceptionnelle, cela signifie que nous reconnaissons sa capacité unique et inégalée à incarner une force de paix et de progrès, un champion de la liberté et des opportunités. Notre puissance s’accompagne de la responsabilité de diriger, avec humilité et réflexion… Parce que lorsque l’Amérique ne parvient pas à diriger, nous laissons un vide qui provoque le chaos…

Les États-Unis sont donc le seul pays civilisé et bienveillant. Madame Clinton ne doit pas se tenir au courant de l’actualité. Ce sont bien les Américains qui ont installé le chaos en Somalie, en Libye, en Afghanistan, en Irak et en Syrie. La seule fois où ils se sont retirés dans le déshonneur, en 1975, ils ont laissé un pays en pleine croissance économique : le Vietnam.

Kishore Mahbubani fait remarquer que « chaque fois que les États-Unis se sont trouvés placés devant des défis stratégiques, ils ont toujours choisi l’option militaire… contrairement à la Chine« .

Chine vs États-Unis.

La Chine et les États-Unis sont totalement différents. Empreints de sagesse bouddhiste et confucianiste, les dirigeants chinois, que l’auteur qualifie de plus intelligents du monde, arrivés au pouvoir par leurs mérites, privilégient la patience, la réflexion, le pragmatisme et les stratégies à long terme.
Les dirigeants américains, qui souvent ne brillent pas par leur intelligence, arrivés au pouvoir par l’argent, ont une vision à court terme : les quatre ans de leur mandat. Ils agissent dans la précipitation.

Les États-Unis ont un gouvernement démocratiquement élu, la Chine est un État totalitaire : le PCC représente le pouvoir législatif et exécutif, il a également la main mise sur le pouvoir judiciaire. Et pourtant ! Dans le dernier baromètre de confiance Edelman, un sondage indépendant qui mesure le niveau de confiance de la population envers son gouvernement, la Chine se classe en tête avec 84% de satisfaits devant Singapour (70%). Les États-Unis sont quinzième avec 33% comme la France, derrière la Russie qui obtient le même score que la Corée du Sud, 44%.

Pourquoi ce plébiscite, alors que les Chinois doivent manquer de liberté ?
Il est faux de croire que les Chinois sont privés de liberté. La Chine n’est pas l’URSS, pas du tout, comme nous le verrons par la suite. Aujourd’hui, les Chinois peuvent voyager, faire des études à l’étranger, s’habiller comme ils veulent, ça paraît futile, mais sous Mao Zedong, l’uniforme était de rigueur. En fait, les Chinois aspire surtout au calme, à la stabilité et à l’amélioration des conditions de vie. « Les Chinois estiment que les besoins sociaux et l’harmonie collective sont plus importants que les besoins et les droits individuels et que la prévention du chaos et du désordre est le principal objectif de la gouvernance. » N’oublions pas que la Chine compte 1.400.000.000 d’habitants contre 330.000.000 d’Américains et qu’à superficie de pays égale, ils ont moins d’espace vital, vu le relief. Il est donc important de vivre en harmonie dans des villes surpeuplées.

Aujourd’hui, les conditions de vie en Chine s’améliorent continuellement alors qu’aux États-Unis, elles se détériorent. Mais les Américains restent confiants car ils ont la liberté, qui est leur idéal et peu importe si la possession d’armes provoque des massacres, peu importe si les soins de santé sont prohibitifs. Peu importe également si les citoyens n’ont plus vraiment le pouvoir de choisir leurs élus depuis que la Cour Suprême a accepté, en 1980, que les industries financent les candidats. C’est un gage de liberté ! Notons que si cette forme de corruption est acceptée et encouragée en interne, elle est punie par la loi américaine lorsqu’une société américaine fait un « cadeau » à un fonctionnaire étranger pour favoriser son commerce.

On pourrait continuer la comparaison en parlant de terrorisme et de répression. Après le 11 septembre 2001, les États-Unis ont « punis » les musulmans en larguant des bombes qui ont tué des centaines de milliers de personnes en Afghanistan, au Pakistan et en Irak. De son côté, la Chine, victime de plusieurs attentats terroristes en 2014 a emprisonné des centaines de milliers d’Ouïgours du Xinjiang dans des « camps de rééducation ».

La Chine a fait des erreurs

Si la Chine n’est pas aimée, c’est parce qu’elle a fait des erreurs que les États-Unis ne lui pardonnent pas. C’est tout d’abord un pays communiste, le mot même irrite les Américains : le PCC compte 90 millions de membres. Mais ce sont les erreurs commerciales qui lui sont reprochées :

  • Elle s’est moquée de la crise des subprimes, la crise bancaire de 2008, parlant du capitalisme comme d’un géant déchu.
  • Les entreprises chinoises commettent des injustices envers les investisseurs étrangers et ne respectent pas toujours la parole donnée. Néanmoins Boeing se félicite de sa collaboration avec les entreprises chinoises.
  • Les entreprises chinoises manquent d’ouverture. Lorsque la Chine est entrée dans l’OMC (Organisation mondiale du commerce) en 2001, elle s’est engagée à respecter les règles du commerce internationale. Mais reçue comme « pays en voie de développement », elle a bénéficié de certains privilèges comme le transfert de technologie qui s’est transformé en vol de la propriété intellectuelle.

La nouvelle route de la soie

Le plan stratégique de la Chine, qui doit les conduire à la première place des puissances économiques en 2049 s’appelle « la nouvelle route de la soie« . Pour y arriver, la Chine construit des infrastructures dans différents pays pour accueillir ses marchandises : routes, voies de chemin de fer et ensembles portuaires. Elle propose donc d’améliorer les infrastructures des pays dans une politique win-win. 137 pays sur les 192 que compte les Nations-Unies sont parties prenantes du projet chinois. En Europe, ce sont les pays de l’est dont la Russie et du pourtour méditerranéen, sauf la France et l’Espagne qui se sont associés au projet.

Les États-Unis, avec leur vision d’un autre temps, voient dans ce projet une tentative à peine masquée des Chinois d’importer leurs valeurs. Or, les États-Unis feraient bien de collaborer à ce projet car ils ont un grand besoin de moderniser leurs infrastructures et en particulier leur réseau de chemins de fer en introduisant des trains à grande vitesse, domaine où les Chinois excellent. L’Union européenne devrait également coopérer pour ralentir les flux migratoires d’Afrique où les Chinois créent de meilleures conditions de vie et des emplois, ce que les pays colonisateurs n’ont pas fait lors de leur départ.

Vers un conflit armé ?

La Chine n’a aucune intention de conquérir le monde ni d’imposer sa vision du monde à l’opposé de l’URSS en son temps. Contrairement aux Américains, les Chinois comprennent que les autres sociétés pensent et se comportent différemment. Leur objectif est de régénérer la civilisation chinoise, d’oublier les années d’humiliation. Donc, un conflit armé est peu envisageable. Néanmoins, les États-Unis continuent, seuls, leur course aux armements. Le budget de ce qu’ils nomment pudiquement le Département de la Défense (DoD) ne cesse de grimper, à lui seul, il couvre la moitié des dépenses militaires dans le monde. Mais la Chine ne leur emboîte pas le pas. Les États-Unis possède 6400 têtes nucléaires, la Chine 280 ! Lorsque les États-Unis dépensent 13 milliards de dollar pour construire un nouveau porte-avions, la Chine investit quelques centaines de milliers de dollar pour fabriquer un missile balistique DF-26 capable de couler le porte-avions.

L’URSS s’est tirée ne balle dans le pied à vouloir égaler la puissance militaire des États-Unis. Elle s’est ruinée. Le Chine privilégie la guerre asymétrique.

Les États-Unis ont dépensé 4.000 milliards de dollars dans la guerre contre l’Irak, un pays qui ne les menaçait pas. Avec cette somme ils auraient pu améliorer sensiblement les services sociaux de leur pays. La Chine doit se réjouir de ces dépenses : ce sont des sommes que les États-Unis n’investissent pas dans la technologie et les infrastructures.

La 5G et Huawei

La Chine veut faire de Shenzhen, la ville où se trouve le siège social de Huawei, une smart city : une ville idéale où le trafic, la sécurité et les soins de santé sont réglés par un réseau de communication de cinquième génération : la 5G, beaucoup plus rapide. C’est un modèle qu’elle veut exporter dans le monde.
Mais la montée en puissance de cette nouvelle norme pilotée par le groupe chinois Huawei déplaît aux États-Unis qui invoque des problèmes de sécurité et des menaces de cyberattaques. C’est une excuse tendancieuse quand on sait que la NSA (National Security Agency américaine) intercepte toutes les communications et peut espionner la moindre personne où qu’elle se trouve dans le monde. Quant aux cyberattaques, elles n’ont pas besoin de la 5G. Le problème pour les États-Unis est qu’ils ne maîtrisent pas la technologie 5G : leurs fleurons AT&T et Verizon se sont laissés distancer.

Le président Trump a donc interdit toute vente de technologie à Huawei. Google et Facebook ne livreront plus leurs logiciels à Huawei. Il a également demandé à ses partenaires, en matière d’espionnage, les « Five Eyes » (Canada, Grande-Bretagne, Australie, Nouvelle-Zélande et Japon) de cesser leur implantation de la 5G en faisant appel à Huawei. De nombreux pays, alliées des États-Unis leur emboîtent le pas, comme l’Inde, le Brésil, Israël, le Vietnam et Taïwan. D’autres refusent de se fâcher avec la Chine, comme la Thaïlande et la Corée du Sud.

L’Europe se tâte : si l’Espagne, le Portugal, la Slovaquie et la Hongrie continuent de travailler avec Huawei, les autres hésitent. L’alternative se trouve en Finlande avec Nokia et en Suède avec Ericsson.

En Afrique, Huawei a décrocher 47 contrats d’implantation de la 5G accompagné d’une promesse de développement économique et d’une ouverture de crédit.

Conclusions

Kishore Mahbubani conclut qu’on va vers un conflit géopolitique majeur suite à l’erreur des Chinois de s’être aliéné le monde des affaires américains et la nécessité pour les Américains de trouver un bouc émissaire afin de masquer leurs problèmes socio-économiques. Il prophétise que « si le conflit met en présence une ploutocratie rigide et intraitable (les États-Unis) et un système politique méritocratique sain et souple, la Chine gagnera« .
Une question demeure : l’humanité sortira-t-elle gagnante de cette guerre ?

Suite : 15/06/2021

Joe Biden vient de persuader les membres de l’OTAN que la Chine était une menace et qu’il fallait augmenter le budget de l’organisation. La peur est contagieuse, l’imbécillité également.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s