Les juifs dans l’empire romain

Des révoltes

Un article précédent (70 : Jérusalem incendiée par les légions romaines) nous a laissé devant Jérusalem dévastée, son temple et une partie de la ville incendiés. Nous étions en 70. De nombreux prisonniers ont été amenés comme esclaves à Rome et dans les grandes villes de l’Empire. Ils ont rejoint les Juifs fait prisonniers par Pompée en -63 lorsque les Romains ont arbitré une guerre de succession entre les fils d’Alexandra Salomé. Ces prisonniers ont pour la plupart été affranchis et se sont intégrés aux Romains. Parmi les nouveaux prisonniers se trouvait Flavius Josèphe qui avait eu la chance d’avoir été affranchi par l’empereur Vespasien dont il avait pris le nom de famille : Flavius. C’est grâce à son récit détaillé que nous connaissons les circonstances de cette guerre entre les Juifs et les Romains. Il a écrit « La Guerre des Juifs » en 7 livres en grec, à Rome, sous le principat de Vespasien. S’il a minutieusement détaillé son récit, il n’est pas pour autant objectif : il dédouane les Juifs, entraînés par des « séditieux », et il insiste sur les qualités de Vespasien et de son fils Titus. Il soigne sa situation.

Dans Jérusalem dévastée, la Xe légion a pris ses quartiers. Son enseigne arbore un sanglier… suprême injure pour les Juifs. Les Romains n’entreprennent aucune persécution contre les Juifs de leur empire : la guerre est restée un fait divers local.

Au début des années 130, l’empereur Hadrien est en tournée d’inspection dans son empire. En Ecosse, il a fait construire un long mur (le mur d’Hadrien toujours visible) pour tenir les Pictes, peuplade du nord, à l’écart de la Bretagne romaine. En Judée, il décide de bâtir une ville romaine nouvelle sur les ruines de Jérusalem. Il n’en faut pas plus pour déclencher une nouvelle révolte dirigée par Simon bar Koziba, appelé Bar Kochba (le fils de l’étoile) par ses partisans et par Bar Kozba (le fils du mensonge) dans le Talmud au IVe siècle. D’après le nom que lui donne le Talmud, on peut penser qu’il s’est présenté comme le Messie. On a peu d’information sur cette guerre, faite surtout de guérillas et pas d’affrontements directs. Elle durera trois ans et demi, de 132 à 135. Des pièces de monnaie indiquent que le calcul du temps a été revu :

On y lit l’an 2 de la libération d’Israël

Comme pour la première guerre, les Romains se sont désintéressés de celle-ci, seul Dion Cassius (IIIe siècle) nous révèle l’ampleur du carnage… avec quelques exagérations :

 Très peu survécurent. 50 de leurs postes les plus importants, 985 de leurs plus fameux villages furent rasés. 580.000 hommes furent tués dans les différentes opérations et batailles, et le nombre de ceux qui périrent par la famine, la maladie et le feu est impossible à déterminer. Ainsi, presque toute la Judée fut dévastée.

Sur les ruines de Jérusalem, Hadrien fera bâtir sa nouvelle ville, Aelia Capitolina. Aelius étant le nom de famille d’Hadrien. Les Juifs sont chassés de leur patrie. La Judée devient la Palestine : le pays des Philistins. De nouveaux esclaves arrivent dans l’Empire. Mais les Romains n’entreprennent aucunes représailles envers les Juifs malgré leurs rebellions.

Intégration

Comment vont se comporter les Juifs arrivés comme esclaves puis affranchis ou ceux qui voyagent pour le commerce ? Peu de textes s’intéressent à eux. Il faudra attendre le IVe siècle pour que les chrétiens se déchaînent contre eux. Nous devons donc avoir recours à l’archéologie qui nous apporte de précieux renseignements. A Rome, on a retrouvé la trace de vingt synagogues. D’après les inscriptions qui les ornaient, les Juifs étaient bien intégrés dans la société : ils parlaient latin ou grec. Il faut dire que l’hébreu, langue sacrée, langue de la Bible, n’était plus la langue parlée, même en Judée où l’on entendait le grec (à partir du début du IIIe siècle avant notre ère) et l’araméen, la langue « commerciale » imposée par les Perses dès le VIe siècle avant notre ère. L’hébreu de la Bible ne comporte que 8000 mots issus de 500 racines. A la même époque, le grec comptait 120.000 mots. L’hébreu n’était pas adapté à la vie courante. L’hébreu moderne, langue officielle de l’Etat d’Israël, a été « créé » à la fin du XIXe siècle par Ben Yehouda, de son vrai nom Éliézer Isaac Perelman Elianov, qui a rédigé le « Grand Dictionnaire de la langue hébraïque ancienne et moderne« … malgré l’opposition des ultraorthodoxes opposés à l’usage de la langue sacrée par des profanes. Ils continuent à utiliser le yiddish, langue issue de l’allemand.

Décoration d’une synagogue. Le texte latin est une dédicace d’une certaine Julia qui a fait don du pavement à la synagogue.

La présence de Juifs à Rome est aussi documentée par les tombeaux que l’on trouve dans les catacombes. Pas moins de 6 catacombes de Rome contiennent des tombes juives… parmi les tombes chrétiennes et romaines.

Détail d’un sarcophage juif

Sur le détail du sarcophage qui illustre cet article on voit une ménorah, le chandelier à 7 branches, porté par des personnages qui ne se distinguent nullement des Romains. Mais s’il faut en croire le chrétien Tertullien (150-220) dans Apologétiques 18, 9, on reconnaissait la femme juive à son voile :

« Le voile sur la tête est si coutumier aux femmes juives qu’on les reconnaît par là ».

Notons que la plupart des Romaines portaient un voile (le vélum) sur la tête lorsqu’elles quittaient leur domicile.

D’après Saint-Jérôme (347-420), qui a traduit la Bible en latin, les femmes chrétiennes ne devaient pas passer inaperçues à Rome. Il incitait les filles des patriciens romains à vivre recluses dans une pièce retirée du palais familial, à manger seules pour échapper à la tentation du regard d’un homme. Il leur demandait de jeûner souvent, de s’habiller de sombre. « La négligence et la malpropreté corporelle étaient élevées au rang de vertu », nous dit Catherine Salle, maître de conférences à l’université de Paris X, où elle enseigne la civilisation romaine.

Donc, les juifs ont vécu pacifiquement dans l’Empire romain, où ils se sont bien intégrés. Ils n’ont jamais été vu comme des ennemis, sauf dans certaines villes comme Alexandrie (Egypte) et Césarée (Judée) au Ier et IIe siècle de notre ère où ils étaient très nombreux dans une population à faible majorité grecque.

Et les chrétiens ?

La tradition, qui a la vie dure, fait des chrétiens des persécutés, obligés de vivre leur foi clandestinement, se cachant dans les catacombes… jusqu’à l’intervention de l’empereur Constantin (272-337). Foutaises ! Comme les juifs, ils avaient pignon sur rue, côtoyaient les hautes sphères du pouvoir (voir mes articles sur les martyrs). De plus, longtemps, les Romains n’ont fait aucune distinction entre les chrétiens et les juifs. Pour eux, la religion importait peu, ils distinguaient les gens par leur ethnie : un tel est Thrace, tel autre Judéen ou Germain, etc.

Il est vrai que les chrétiens ont dû subir des persécutions comme celles de l’empereur Dioclétien  (284-305), mais ils ne furent pas les seuls, les persécutions touchaient toutes les couches de la population tant la période fut troublée.

Jamais les religions juives ou chrétiennes n’ont été interdites par une loi comme le confirme le Code Théodosien qui reprend l’historique des décrets.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s