Les martyrs (1ère partie)

Que serait la religion catholique (et orthodoxe) sans ses saints martyrs, objets de toutes les vénérations. A voir les ex-voto ornant les murs des églises, on peut constater que l’esprit exerce une grande maîtrise sur le corps.

La tradition fourmille de martyrs persécutés par les Romains. D’où viennent ces récits ? On peut y voir quatre sources : la vie des saints, la vie des disciples, la vie des évêques et enfin, de rares chroniques contemporaines des persécutions.

Aussi curieux que cela puisse paraître, la vie des saints n’est racontée qu’au XIII° siècle par un moine dominicain de Gênes, Jacques de Voragine, dans l’oeuvre de sa vie : la Légende dorée. C’est dans cet ouvrage que l’on rencontre saint-Denis parcourant les rues de Paris, la tête sous le bras ; Marthe, la sœur de Lazare, forcée de quitter la Palestine dans un bateau sans voile, sans rame ni gouvernail, arrivant à Tarascon pour y terrasser un monstre ; et bien d’autres.

La vie des disciples est mise par écrit dès le II° siècle. Mais la rédaction des « actes » va perdurer jusqu’au V° siècle. Dans ces récits, le merveilleux le dispute au fantastique. C’est à qui fera le plus de miracles et aura la mort la plus atroce,… la plus glorieuse. Ainsi Pierre est crucifié la tête en bas. La tête de Paul tombe en faisant jaillir du lait au verset 14, 5 des Actes de Paul, mais au verset suivant, il apparaît devant Néron et de « nombreux philosophes » proférant des menaces.

Les évêques ne devaient donc pas être en reste. Que de souffrances subies dans la joie, entourés de leurs amis ! Leur martyres furent compilés au cours des siècles sous le titre de : Acta sincera et selecta primorum martyrum, en abrégé, les Actes des martyrs. Les martyrs y sont victimes des persécutions romaines, mais également des Germains arianisés. En 1903, paraissait une version actualisée (définitive ?) au nom évocateur : « Recueil de pièces authentiques sur les martyrs depuis les origines du Christianisme jusqu’au XX° siècle« .

Tous ces ouvrages ont été rédigés sur base de récits « de personnes dignes de confiance », d’où le qualificatif de « sincère » et « authentique ». Mais ces rapporteurs sont restés anonymes. Heureusement, nous avons les écrits de deux témoins de la « grande persécution » dont nous allons parler. Ces deux chroniqueurs sont Eusèbe de Césarée et Lactance. Tout deux ont vécu au IV° siècle de notre ère et j’en ferai une brève présentation à la fin de cette première partie.

La deuxième partie de cet article sera consacrée aux fausses affirmations que la tradition a colportées sur le statut des chrétiens dans l’empire romain et la troisième partie à la « grande persécution » à la lumière des textes d’Eusèbe et de Lactance.

La situation de l’empire romain à partir du III° siècle.

Pour tenter de comprendre la « grande persécution » qui débuta en 303, et se poursuivit durant 10 ans d’après Eusèbe ou 8 ans d’après Lactance, il faut connaître la situation de l’empire romain à cette époque.

Dès la fin du règne de la dynastie des Sévères (235), l’empire romain est en pleine déliquescence : les Barbares sont aux frontières et les légions ne servent plus que leur chef. Ainsi, de 235 à 253, en 18 ans, 12 empereurs se succèdent devant parfois composer avec un usurpateur (8 au total) dans une autre partie de l’empire. Il va sans dire que la plupart de ces empereurs ont été assassinés. Un est néanmoins mort dans son lit… de la peste après 4 mois de règne (Hostillien).

A partir de 253, une stabilité relative revient pour 15 ans, seuls deux empereurs vont se succéder : Valérien, capturé par les Perses et mort en captivité, et Gallien… assassiné. Mais ils devront faire face à pas moins de 10 usurpateurs !

Et la valse des empereurs reprend dès 268 : 9 en 17 ans. La plupart de ceux-ci ne sont plus nés en Italie, mais en Pannonie, sur les bords du Danube, à cheval sur l’Autriche, la Hongrie et l’ancienne Yougoslavie. Le centre du pouvoir s’est déplacé vers l’est. Sous Aurélien, né a Sirmium (270-275), qui réussit à régner 6 ans, l’empire perd la Dacie, conquise par les Goths.

En 284, les légions du Danube proclament Dioclétien empereur. Il est né en
Dalmatie (Croatie) en 244. Il va révolutionner la politique romaine. Il crée la Tétrarchie : l’empire sera gouverné par deux augustes (les empereurs) et deux césars (leurs successeurs désignés).

Dioclétien s’installe à Nicomédie, actuellement Izmit, en Bithynie, dans le nord-ouest de la Turquie (non loin d’Istanbul). C’est dans cette région éloignée qu’auront lieu les conciles célèbres de Nicée et de Chalcédoine. On ne s’étonnera donc pas que les conciles n’arrivaient pas à ressembler les évêques de l’Occident… dont celui de Rome. Ils arrivaient en retard !

Le césar de Dioclétien (Galère) réside à Sirmium, actuellement Mitroviça en Serbie. Dans la partie occidentale, Maximien Hercule est auguste à Milan avec comme césar, Constance Chlore (le pâle) qui garde la frontière germanique à partir de Trèves. Constance est le père de Constantin, le premier empereur chrétien.

L’empire a été partagé suivant l’appartenance linguistique de ses habitants. L’Orient de culture grecque comprend les Balkans, la Grèce, l’Anatolie, la Syrie, la Palestine, l’Egypte et la Libye. L’Occident regroupe les locuteurs latins d’Italie, des Gaules, de Bretagne, d’Espagne et de Numidie (l’Afrique du Nord).

L’intérêt de cette répartition du pouvoir est double :

  • les centres de décision sont près des frontières, la réaction sera plus rapide en cas d’invasion.
  • les guerres de succession seront évitées puisque les successeurs sont désignés du vivant de l’empereur. Cela va fonctionner plus ou moins bien. On aura bien des conflits lors de la désignation des césars, mais l’anarchie ne régnera plus dans tout l’empire.

Lactance

Lactance, de son vrai nom, Lucius Caecilius Firmianus, est né vers 250 dans l’Algérie actuelle. Il sera rhéteur, il enseignera la rhétorique, l’art de l’éloquence. Il s’installe à Nicomédie où il se retrouvera sans travail. Deux hypothèses peuvent expliquer cette situation : étant de langue latine, il n’aurait pas convaincu les Grecs ou, en tant que chrétien, il aurait été interdit d’enseignement : on ne peut pas enseigner ce qu’on exècre.

Sous l’empereur Constantin, il sera appelé à la cour. Il y meurt vers 325. Il a écrit De Mortibus Persecutorum (Sur la mort des persécuteurs) dont je parlerai dans la troisième partie.

Il faut remarquer que bien que résidant à Nicomédie en pleine persécution, il ne sera jamais inquiété.

Eusèbe de Césarée

Eusèbe est né en Palestine vers 265. Il sera nommé évêque de Césarée en 310, en pleine persécution dont il n’aura pas à souffrir bien que, d’après ses dires, il assista à de nombreux martyres.

Comme Lactance, il fera partie de la cour de Constantin qu’il ne cessera de flatter dans ses divers ouvrages. En religion, il oscille au gré des tendances : il est d’abord arien et se fait excommunier avant de se repentir et de devenir un pourfendeur de l’hérésie… et un père de l’Eglise.

Il a écrit de nombreux ouvrages ou du moins on lui attribue la paternité de ceux-ci : entre autres Histoire ecclésiastique en 9 livres (une centaine de pages A4 actuelles), Sur les martyrs de Palestine et La vie de Constantin en deux livres. Il écrit en grec et est très prolixe.

Un commentaire sur “Les martyrs (1ère partie)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s