1571 : La dernière croisade

Contexte géopolitique

Au XVIe siècle l’Empire ottoman ne cesse de progresser vers l’ouest.
En 1522, les Hospitaliers, chassés de Jérusalem avec les Templiers, perdent l’île de Rhodes. Ils s’installent à Malte.
En 1526, la Hongrie est conquise après le bataille de Mohacs. Plus que jamais Vienne est menacée.
En 1566, la république de Gênes perd l’île de Chios.
En 1570, la république de Venise perd l’île de Chypre. Lors du siège de Nicosie, plus de 20.000 habitants sont mis à mort.

Les navires turcs s’aventurent de plus en plus loin à l’ouest et effectuent des raids sur les côtes du sud de l’Italie, alors domaine des Habsbourg qui règnent sur l’Espagne, les Pays-Bas, le Saint Empire germanique, Milan, Naples, la Sicile et les Amériques.
Les Ottomans ont installé des régences à Alger, Tunis et Tripoli d’où partent les corsaires barbaresques qui perturbent le trafic maritime.
L’Empire ottoman est à son apogée. Le commerce en Méditerranée est menacé.

La Méditerranée en 1571. Cette carte est extraite de l’Atlas historique mondial de Christian Grataloup (Les Arènes)

En 1571, le pape Pie V crée la Sainte-Ligue avec Venise dans le but de s’opposer aux Ottomans. Ce n’est plus une croisade offensive, mais défensive. Ils sont bientôt rejoints par l’Espagne de Philippe II, les Hospitaliers de Saint-Jean (Malte) et les Génois. La participation du Vatican n’est pas symbolique, depuis la fin du XVe siècle, le pape possède une armée efficace qui a étendu ses possessions au détriment de ses voisins.

Mais où est la France, « fille aînée de l’Église » ? Depuis François Ier, la France, adversaire des Habsbourg est l’alliée de l’Empire ottoman. Elle se réfugie dans une discrète neutralité.

La bataille

La Sainte-Ligue rassemble une flotte importante : 202 bâtiments dont 6 galéasses, des navires à trois mâts, propulsés par des rameurs et qui embarquent des canons. L’armée compte 30.000 soldats et 50.000 rameurs. La flotte quitte Messine le 16 septembre 1571 en direction de la Grèce et plus spécialement du Golfe de Corinthe où est réunie une flotte ottomane de 230 navires.

Le commandement des chrétiens est confié à don Juan d’Autriche, bâtard de Charles-Quint, demi-frère de Philippe II. Le pape Pie V lui fait remettre un petit reliquaire contenant un morceau de la « Vraie-Croix » pour solenniser la croisade. Il a embarqué sur une frégate légère aux voiles écarlates, la Réale, qui lui permettra de diriger la manœuvre.
La flotte ottomane est dirigée par Ali Pacha, gendre du sultan Sélim II, le fils de Soliman le Magnifique.

Le 7 octobre, la bataille s’engage au large de Lépante. Ce n’est pas à proprement parler une bataille navale, mais un combat de fantassins à distance. Ce qui n’empêche pas des navires d’être coulés par les boulets tirés les galéasses.
Dès la première salve, un mât de la Sultane, le navire amiral ottoman est touché.

Aperçu artistique de la bataille

Le combat cesse vers 17 heures par la victoire de la Sainte-Ligue. Ali Pacha a été tué par un tir d’arquebuse, ses deux fils ont été fait prisonniers. Soixante-huit galères turcs ont été coulées et 118 saisies : la flotte est anéantie. Plus de 30.000 Turcs ont été tués contre 7.500 chrétiens. Des milliers de prisonniers turcs vont connaître les chaînes dans les galères de la chrétienté. En revanche 15.000 esclaves chrétiens ont été libérés.

Conséquences

Le grand vizir, premier ministre du sultan Sélim II aurait dit à un émissaire vénitien : « En s’emparant de Chypre, nous vous avons coupé un bras, en détruisant notre flotte à Lépante, vous nous avez rasé la barbe. Et une barbe rasée repousse avec plus de force. » Effectivement, si la défaite a semé la panique à Constantinople, elle n’a pas affaibli l’Empire ottoman qui n’a perdu aucun territoire. C’est même la république de Venise qui fait la mauvaise opération. Elle ne récupère pas Chypre, et pour relancer son commerce avec l’Empire ottoman, elle doit céder des territoires en Dalmatie (actuellement en Croatie) et doit payer 300.000 ducats, plus de 10 tonnes d’or ! Un ducat vénitien, à l’époque, contient 3,5 grammes de 99,47% d’or fin.

Ducat vénitien

Néanmoins, si la flotte ottomane a été vite reconstituée, la perte de 20.000 marins expérimentés va affaiblir l’Empire qui se contentera de contrôler le trafic maritime dans l’est de la Méditerranée, en laissant le contrôle de l’ouest à l’Espagne. Les corsaires barbaresques ne cesseront cependant d’arraisonner les navires chrétiens pour capturer des esclaves. Ce qui provoquera l’intervention d’une jeune nation, les Etats-Unis qui après avoir bombardé Alger et Tunis (déjà !) signera un traité en 1797 assurant la liberté de commerce contre paiement d’un tribut et la fourniture de quatre navires. Le course ne prendra fin qu’avec l’invasion française en 1830.

Les Templiers : mystères et fantasmes

Cet article est la suite de l’article consacré aux Templiers

Que faisaient neuf chevaliers à Jérusalem ?

Plusieurs historiens contestent l’objectif des premiers « Templiers » de protéger les pèlerins sur la route de Jérusalem. Ils doutent qu’un si petit nombre de chevaliers (9 ?) aient pu mener à bien cette mission.
Que faisaient-ils donc à Jérusalem de 1019 à 1029 ? D’après ces chercheurs, le fait qu’on leur ait donné un lieu de résidence sur le Mont du temple prouve qu’ils étaient là pour mener des fouilles dans les ruines du temple de Salomon (le premier temple détruit par les Babyloniens : voir) à la recherche de l’Arche d’alliance.
Mettons les choses au point : de nos jours et depuis plus de 50 ans, des archéologues se succèdent pour fouiller le sous-sol de Jérusalem et personne n’a encore trouvé la moindre trace du temple de Salomon. La saga de Moïse est un récit mythique et l’Arche d’alliance qui est liée à ce récit est une légende. L’arche apparaît dans le Sinaï avec Moïse et disparaît du récit biblique après avoir été placée dans le temple de Salomon. Il est probable que les Hébreux aient été accompagnés dans les batailles d’un coffre contenant la représentation de leur dieu sous forme de bétyle, comme les autres peuples de l’époque, mais ce coffre n’avait rien de magique ou de fastueux.
Notons que la cité de David, la ville des Hébreux au Xe siècle avant notre ère, se trouvait au sud du Mont du temple (l’esplanade des mosquées). C’est dans cette cité que le temple aurait dû se trouver. Le Mont du temple était l’emplacement du second temple, celui qui a été embelli par Hérode le grand et détruit par les Romains en 70 et dont on voit encore un mur de soutènement, le mur des lamentations.

Les premiers chevaliers protégeaient donc bien les pèlerins se rendant à Jérusalem (prise en 1099). Le port d’Acre a été occupé en 1104 et celui de Tripoli en 1109. A ce moment, le comté de Tripoli assurait un liaison continue entre la principauté d’Antioche et le royaume de Jérusalem. Comme les pèlerins arrivaient par bateau, ils ne se déplaçaient qu’en pays conquis. Il était donc facile à quelques chevaliers de les protéger. Les protéger de quoi ? Des ribauds et ribaudes, des malandrins et des prostituées qui avaient suivi les armées des croisés. Ce sont ces voleurs, chrétiens, qui détroussaient les pèlerins, ce sont eux que les chevaliers « affrontaient ».

Cette carte est extraite de l’Atlas historique mondial de Christian Grataloup (Les Arènes)

La malédiction des rois de France

Avant d’être brûlé sur l’île aux Juifs, le 18 mars 1314, le grand maître Jacques de Molay aurait lancé une imprécation contre le roi de France, Philippe le Bel, et contre le pape, Clément V, les citant à comparaître devant Dieu avant un an. Le chroniqueur Geoffroy de Paris qui assistait à l’exécution rapporte ses paroles : « Je vais bientôt mourir, Dieu sait que c’est à tort. Il arrivera bientôt malheur à ceux qui nous condamnent sans justice. »

Un mois plus tard, en avril, Clément V, déjà malade, mourrait. Dans la même année, en novembre, Philippe le Bel chutait de cheval lors d’une chasse au sanglier et mourait. Ses trois fils lui succédèrent Louis X (1314-1316), puis Philippe V (1316-1322) et enfin Charles IV (1322-1328). Aucun n’ayant de descendance mâle, la dynastie s’est éteinte. Elle fut remplacée par la dynastie des Valois : Philippe de Valois, cousin germain de Charles IV devint roi de France sous le nom de Philippe VI.
Cette succession fut contestée par le roi d’Angleterre qui avait épousé la fille de Philippe le Bel. S’ensuivit une guerre qui dura 116 ans et qui a vu le royaume de France perdre la majorité de ses terres.
Il est curieux de noter que la dynastie des Valois a eu la même fin que la dynastie capétienne : les trois fils de Henri II lui succédèrent sans laisser de descendance mâle. Henri IV fut appelé sur le trône et inaugura le règne de la dynastie des Bourbons.

Cette malédiction est une légende propagée par un écrivain italien du XVIe siècle qui s’inspira des récits faits par un templier italien vers 1330. L’histoire a été reprise au XXe siècle par Maurice Druon en 7 volumes de 1955 à 1960. Son oeuvre a fait l’objet de deux adaptations à la télévision, en 1972 et 2005.

Où est le trésor des Templiers ?

On n’a retrouvé aucun trésor des Templiers. Mais qu’est-ce qu’un trésor à cette époque ? Se sont surtout des archives, des titres de propriété, des pièces d’argent et des instruments de culte ou des reliquaires en or. On a bien retrouvé des trésors en numéraire en France datant de l’époque mérovingienne ou du XVIe siècle, mais rien de l’époque des Templiers.
Il est peu probable que les Templiers détenaient une grande quantité de pièces d’or ou d’argent. Ils ne thésaurisaient pas, ils dépensaient beaucoup pour leurs actions en Terre sainte. S’ils avaient thésaurisé, l’économie se serait effondrée, or, elle était florissante. Ils ne possédaient que les dépôts que des tiers avaient faits. Dépôts qui ont été restitués à leurs propriétaires, dont le roi de France.
On possède leurs titres de propriété, mais pas les comptes rendus des chapitres ni leurs archives. Certains ont prétendu que ces documents étaient enfermés dans la bibliothèque secrète du Vatican. C’est la belle excuse quand on se trouve devant un mystère. Mais Napoléon Bonaparte, lors de la prise du Vatican (1798), a ramené une bonne partie de la bibliothèque en France. Les historiens ont eu accès aux 1887 documents concernant les Templiers, dont les minutes de leur procès. Napoléon les a rendu au Vatican en échange du Concordat avec l’Église et de la venue du pape à Paris pour assister au sacre de l’empereur en décembre 1804. Le docteur Augustin Cabanès (1862-1928) prétend dans son ouvrage « Les curiosités de l’Histoire » qu’on emballait le poisson aux Halles dans des documents séculaires venant du Vatican.

Lors de son audition par le pape Clément, le Templier Jean de Châlons déclara que la veille de l’arrestation des Templiers trois chariots recouverts de paille et contenant leur trésor avaient quitté l’enclos du Temple de Paris vers la mer où ils devaient embarquer sur dix-huit navires. Les Templiers étaient donc au courant de leur arrestation, ce qui est vraisemblable, l’ordre de l’arrestation ayant été donné un mois plus tôt. Pouvaient-ils sortir de Paris sans se faire remarquer ? Oui, l’enclos du Temple était hors des murs de Paris construits par Philippe-Auguste.
Cependant, deux détails choquent dans la déposition de Jean de Châlons. Il n’était pas à Paris, mais à Nemours, près de Troyes, il rapporte donc un fait mais sans en être le témoin visuel. De plus pourquoi dix-huit navires pour charger le contenu de trois chariots ?
Personne ne sait ce que sont devenus ces chariots. En 1946, le jardinier du château de Gisors en Normandie, domaine royal à l’époque de l’arrestation, Roger Lhomoy déclara avoir vu dans une crypte du château 30 coffres, 19 sarcophages et 13 statues. Après la publication du livre de Gérard de Sède, « Les Templiers sont parmi nous » en 1962, relatant cette affirmation, les chercheurs de trésor se sont succéder sur le site… sans succès. Les fouilles ont été si nombreuses qu’il a fallu sécuriser les assises du château en coulant du béton dans les excavations. La crypte des Templiers a été scellée… si elle a jamais existé.

Sont-ils à l’origine des cathédrales gothiques ?

La construction des premières cathédrales gothiques a commencé en 1135, à Sens et à Saint-Denis (Paris). Certains chercheurs affirment que Hugues de Payns, lorsqu’il revint en France en 1129, a rapporté de Jérusalem des documents contenant le secret des techniques de construction permettant l’envolée des édifices : l’utilisation de la croisée d’ogive et de l’arc boutant à la place des piliers. De quels documents s’agissait-il ? On n’en sait rien et qu’on ne me dise pas qu’il s’agit des plans du temple de Salomon !
Le style gothique n’est pas une révolution, mais une évolution. Il ne s’est pas manifesté spontanément après 1130. Le style évolue dans le temps : au gothique dit « primitif » au XIIe siècle déjà, succèdent en France le gothique « classique » (1190-1230 environ), puis le gothique « rayonnant » (v.1230 – v.1350) et enfin le gothique « flamboyant » à partir du XVe siècle, celui devant lequel on s’émerveille.
Aucunes des centaines de commanderies templières, avec leurs chapelles, ne sont de style gothique. Le premier élément architectural gothique de Terre sainte est le portail de la grande salle du Krak des Chevaliers en Syrie. Il est l’oeuvre des ouvriers qui accompagnaient Louis IX lors de sa croisade de 1248. Et ce château appartenait… aux Hospitaliers.

Portail gothique de la grande salle du Krak des Chevaliers.
Pourquoi parle-t-on de style gothique ?

Style gothique veut dire style barbare. Ce nom a été donnée par les artistes italiens (dont Vasari) à la Renaissance alors que le modèle architectural en vogue était celui des temples grecs et romains donc très épuré.

Les francs-maçons sont-ils les continuateurs de l’ordre du Temple ?

Au Moyen-Age, les gens de la construction se réunissaient pour se transmettre le savoir-faire. L’apprenti était coopté et devait présenter une oeuvre pour devenir compagnon puis maître. Ce modèle a été adopté en Ecosse puis en Angleterre (XVIIe siècle) par des nobles et des bourgeois qui se réunissaient en secret pour se transmettre des informations ésotériques ou politiques.
En 1688, le roi d’Angleterre Jacques II renversé par Guillaume de Nassau, prince d’Orange, se réfugie en France emmenant avec lui des régiments de fidèles écossais. Ces Écossais vont créer les premières loges maçonniques en France puis sur tout le continent.
Les loges maçonniques sont secrètes à plus d’un titre :

  • Les réunions se tiennent à huis clos.
  • Le recrutement se fait par cooptions.
  • Les maçons s’engagent par serment à ne pas révéler ce qui se passe durant les réunions, les tenues.
  • Les initiations font appel à une symbolique dont le « mystère » est révélé.

Comment les loges maçonniques détiennent-elles des secrets, des réponses aux mystères de la vie ou de l’Histoire. C’est là toute la question et c’est sur cette interrogation que vont naître une foule d’obédiences plus ou moins sérieuses. Ainsi, certaines font remonter le savoir transmis à des « supérieurs inconnus », des hommes discrets ou des êtres exceptionnels comme le raconte l’ésotériste René Guénon (1886-1951) qui les situe dans l’Agartha, une cité souterraine dans le désert de Gobi qu’aurait visitée Ossendowski, un géologue fuyant la révolution bolchevique. C’est dans cette veine qu’on doit classer la Stricte observance templière (créée en 1751) qui comprend un grade nommé « chevalier du Temple ».
En 1804, dans l’église Saint-Paul et Saint-Antoine de Paris, le docteur Bernard Raymond Fabré-Palaprat ressuscite, dans le faste, l’Ordre du Temple, rien que ça, dont il se proclame grand-maître, titre que lui aurait transmis Claude-Matthieu Radix de Chevillon, décédé en 1792. Bonaparte y a même envoyé des hussards de sa garde pour encadrer la cérémonie.
L’Ordre ne survivra pas très longtemps à son Grand-maître, mais d’autres obédiences maçonniques ont pris la relève et existent toujours.

Image copiée du site Stricte observance templière.com

Les obédiences maçonniques se rattachant aux Templiers ont produit des documents prouvant leur filiation directe, par des Grands-maîtres demeurés cachés… documents qui, bien entendu, sont sujets à caution. La vraie filiation templière est à chercher dans les ordres créés dès la dissolution des Templiers au Portugal et en Espagne.
Notons que le temps a passé et qu’aucune révélation nouvelle n’a été faite.

La Maçonnerie aujourd’hui en France

Il existe deux grandes obédiences en France : la Grande loge nationale française, catholique et élitiste, elle est reconnue par la loge-mère d’Angleterre, elle est dite régulière, et le Grand Orient de France, progressiste et non reconnu. Les deux loges se différencient par plusieurs points dont les principaux sont : les membres de la Grande loge déclarent croire en Dieu, le grand architecte de l’Univers (« in God we trust » est l’article premier de la règle, texte qui figure sur les billets de banque américains), les réunions se passent devant une Bible ouverte et il est interdit d’émettre des critiques sur la religion ou la politique.

Notons le symbole maçonnique de l’œil dans un triangle. Les trois premiers présidents des Etats-Unis étaient francs-maçons : Washington, Adams et Jefferson

Qu’est-ce que la francs-maçonnerie ? Le Grand Orient de France donnait la définition suivante : « La mission de la franc-maçonnerie est avant tout de former des hommes, de modifier peu à peu leur comportement d’individus impulsifs et égoïstes en des personnalités conscientes et ouvertes au monde… Les symboles qui parlent aux sens constituent la forme essentielle du langage maçonniqueC’est une organisation fraternelle.« 

Quels sont les secrets qu’on y apprend ? Le Grand-maître Joseph-Antoine Pont successeur de Jean-Baptiste Willermoz (1730-1824), célèbre maçon, disait dans une lettre à un ami : « Comme vous sans doute, très cher frère, je croyais qu’au grade suivant je trouverais la perle promise et, comme tant d’autres, je me trouvai au terme sans avoir découvert ce bijou. »

Et plus encore !

Les Templiers auraient orchestré la fin de la monarchie française en 1792. La preuve ? Le roi Louis XVI a été symboliquement enfermé dans la tour du Temple.

Les Templiers auraient fait du commerce avec les Aztèques. Ils auraient rapporté de l’argent du Mexique. La preuve ? Le port de la Rochelle qui donne sur l’Atlantique était entouré de commanderies. Ce port n’a pas de réelle destination sauf le large de l’Atlantique. Il est trop loin de l’Angleterre desservie par Calais et de la péninsule ibérique desservie par Bordeaux. L’apport conséquent d’argent aurait enrichi l’ordre du Temple et fait dévaluer la monnaie (ce qui est faux).

Les Templiers auraient ramené de Terre sainte le Saint-Graal. La preuve ? C’est à partir de cette époque qu’on commence à en parler.
Je ne peux que reprendre ce que j’ai écrit dans les reliques de la passion.
Plus de 200 coupes se disputent le titre de Saint-Graal officiel. Une coupe conservée dans la cathédrale de León en Espagne tient aujourd’hui la corde. Pour quelle raison ? C’est une coupe en onyx serti d’or, la parure date du XIe siècle. Or, c’est au XIe siècle qu’un ambassadeur arabe a remis cette coupe au roi Ferdinand le Grand de León. Au IXe siècle, Charlemagne avait fait dresser l’inventaire des objets se trouvant dans le Saint-sépulcre et ce document administratif fait mention d’une coupe qui était gardée par deux diacres. Depuis cette coupe avait disparu, il est probable qu’elle ait été emportée lors d’un pillage, le Saint-sépulcre ayant été détruit par les musulmans en 1009, après plusieurs incendies probablement accidentels au siècle précédent. Ce qui est très intéressant, c’est le compte rendu d’un pèlerin qui avait visité le Saint-sépulcre. Il décrit le calice, qui y est exposé, comme étant une coupe en onyx.

Le seul vrai mystère des Templiers

Pourquoi le pape Clément V a-t-il refusé à deux reprises, à Poitiers et à Troyes, de débattre en public des accusations contre les Templiers ? Pourquoi, alors qu’ils avouaient cracher sur la croix, ne les a-t-il pas déclarés hérétiques ?

Les Templiers

A cause de leur origine obscure et de leur disparition tragique, ces moines-soldats ont suscité de nombreux fantasmes et rumeurs. Dans ce premier article, je me contenterai d’exposer les faits historiques. Dans un prochain article j’aborderai les mystères entourant l’ordre.

Naissance d’un ordre religieux

Une dizaine d’années après la prise de Jérusalem (juillet 1099) par les croisés, un petit nombre de chevaliers français, la tradition en rapporte neuf, se mettent à la disposition des chanoines du Saint-Sépulcre pour escorter les pèlerins sur les chemins de Jérusalem. Parmi eux, se trouvent Hugues de Payns et André de Montbard.

En 1129, Hugues de Payns revient dans sa Champagne natale où se tient le concile de Troyes. Sa fraternité est reconnue et devient un ordre religieux d’un nouveau genre : ses membres seront des chevaliers. Il est probable que cette reconnaissance soit due à Bernard de Clairvaux (saint-Bernard), parent d’André de Montbard qui rédigea « De laude novæ militiæ » (Éloge d’une nouvelle chevalerie).

La règle de l’ordre est stricte. Les frères-chevaliers doivent faire vœu de pauvreté, de chasteté et d’obéissance. En entrant dans l’ordre, ils se dépouillent de tous leur biens, ils ne possèdent plus rien en propre.
En retour, l’ordre lui bénéficie d’importants avantages. Il ne sera pas soumis à la dîme, ni à aucune taxe, il ne répondra que devant le pape. Il échappe donc à la justice seigneuriale qu’elle soit royale ou épiscopale.

Rapidement, de tous les pays d’Europe, les dons affluent, des seigneurs leur confient des bois, des friches et même des villages. De nombreux candidats se pressent pour rejoindre le nouvel ordre. Lorsqu’il revient à Jérusalem en 1130, Hugues de Payns est escorté d’une troupe nombreuse.

Le roi de Jérusalem, Baudouin II, loge les nouveaux chevaliers dans son palais royal qui n’était autre que la mosquée al-Aqsa, sur le mont du temple. Ils porteront le nom de Pauvres Chevaliers du Christ et du Temple de Salomon, en abrégé, les Templiers. Le roi déménage sa résidence dans la Tour de David, une construction du 2ème siècle avant notre ère, rénovée pour l’occasion.

Cette milice religieuse comprend trois catégories de membres :

  • les chevaliers qui doivent être nobles. Ils sont revêtus d’un long manteau blanc frappé d’une croix rouge. L’ordre leur alloue trois ou quatre chevaux. Ils vivent en commun, comme des moines, ils sont tenus d’assister aux offices religieux, ils doivent faire l’aumône et se contenter de ce que l’ordre leur donne.
    Les chevaliers ne seront jamais très nombreux, à leur apogée, il n’y aura pas plus de 2000 chevaliers du temple.
  • les frères chapelains, ordonnés prêtres, ils s’occupent de l’encadrement spirituel. Ils sont en petit nombre.
  • les frères sergents dont une partie combat aux côtés des chevaliers, ce sont les sergents d’armes et l’autre s’occupe des tâches quotidiennes et de la gestion, les sergents de métier. Ils portent un manteau brun ou noir. Ce sont les plus nombreux.

L’ordre est dirigé par un grand maître, élu à vie, assisté d’un chapitre de 12 conseillers. En 188 ans d’existence, l’ordre du Temple aura connu 23 grands maîtres.

Croix templières

Réalisations en Orient

Ils forment l’armée permanente des Etats latins. Après une croisade, la plupart des combattants retournaient chez eux. Seuls restaient ceux qui avaient pu s’approprier une terre. La défense des Etats reposait donc sur les ordres religieux. Ils étaient rompus aux techniques de combats et n’hésitaient pas à affronter des adversaires bien plus nombreux qu’eux. Les forces qu’ils alignaient peuvent paraître dérisoires : quelques centaines de chevaliers et de sergents d’armes accompagnés de fantassins payés pour appuyer les combattants. Leur force résidait dans leur discipline et leur courage.
A côté de l’ordre du temple, on trouvait d’autres ordres de moines-soldats :

  • Les chevaliers teutoniques (manteau noir et croix blanche) qui avaient comme mission initiale de prendre soin des malades et des blessés. Ils recentreront leurs activités sur la frontière est de la chrétienté, la Prusse où ils combattront les Lituaniens.
  • L’ordre de Saint Lazare qui soignaient les lépreux (croix verte).
  • Et surtout l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem, plus connu sous le nom d’Hospitaliers (manteau rouge et croix blanche). Ce sont les concurrents et parfois les adversaires des Templiers. Cet ordre existe toujours sous le nom d’Ordre souverain militaire hospitalier de Saint-Jean de Jérusalem, de Rhodes et de Malte, mais ce n’est plus un ordre religieux.
Croix de Malte

En Orient, les Templiers vivaient dans des monastères ou dans des forteresses qu’ils ont construites le long des frontières des Etats latins. Lors des croisades, ils accompagnaient les troupes venues d’Occident, conseillant et appuyant les souverains engagés dans la croisade, même s’ils n’approuvaient pas les décisions prises par ceux-ci, comme lors de la bataille de Mansourah (Égypte), où Louis IX (Saint-Louis) est fait prisonnier.

Réalisations en Occident

En Occident, les Templiers gèrent les terres qu’ils ont acquises comme dons. Ils ont construit des commanderies, des fermes-châteaux, un peu partout. Ces commanderies sont gérées par un chevalier ou un sergent. On peut dire qu’ils ont apporté la paix et la sécurité dans un Occident brutal et barbare. Ils ont sécurisé les routes et les marchés et garanti l’accès libre aux ponts favorisant ainsi les déplacements. Ils accueillent les voyageurs et protègent leurs biens : en tant que moines, ils jouissent du droit d’asile. Il ont créé les premiers chèques de voyage : le marchand déposait son argent dans une commanderie et le récupérait à son arrivée… grevé d’une légère taxe.
C’est exploitation des commanderies qui génère la richesse de l’ordre, richesse qui est investie dans la défense des Etats latins d’Orient.

La situation des Templiers en Espagne et au Portugal est différente : ils combattent aux côtés des rois chrétiens qui tentent de conquérir les territoires pris par les musulmans aux Wisigoths après 711.
Mais dans le Languedoc, où ils ont de nombreuses commanderies, jamais ils ne prendront part à la croisade des rois de France contre les Albigeois (voir l’article sur les Cathares).

Les grandes défaites en Orient

En Orient, les musulmans sont divisés, chaque ville de Syrie est tenue par une famille qui ne représente pas un danger pour les Etats latins. Aucun calife de Bagdad n’a jamais tenté de chasser les « infidèles ». Les califes fatimides d’Égypte, pourtant chassés de Terre sainte par les croisés, ont des problèmes internes à régler. Les Francs ont donc peu de combats importants à livrer. Mais vers 1170, la situation change, la menace se précise. Le calife d’Égypte nomme un nouveau vizir : Saladin, issu d’une famille qui gouverne le nord de la Syrie (Damas, Mossoul). Saladin finira par prendre le pouvoir en Égypte. Les Etats latins sont alors pris en étau entre la Syrie et l’Égypte… et ils sont faibles : le nouveau roi de Jérusalem est lépreux et peu apte à diriger.
Cependant, Saladin privilégie la diplomatie : il conclut une trêve de 5 ans avec les chrétiens en 1180 qu’il renouvelle en 1185. Il est trop occupé à conforter son pouvoir en Égypte et en Syrie.

A la mort de Baudouin IV, le roi lépreux, différents barons briguent le pouvoir qui devient instable. C’est le moment que choisit Renaud de Châtillon, seigneur d’Hébron, pour attaquer des caravanes. Saladin demande au roi de Jérusalem d’intervenir, mais il n’a aucun autorité sur le félon qui avait même envisagé de voler le corps de Mahomet à Médine et de détruire la Kaaba.

La guerre est inévitable, les chrétiens réunissent une armée puissante, comme on n’en avait jamais vue en Terre sainte. Saladin les attend en Galilée, aux Cornes de Hattin. Les Francs sont rassemblés à 25 km de là. Le grand maître des Templiers, malgré l’opposition du grand maître des Hospitalier, persuade le nouveau roi de Jérusalem, Guy de Lusignan, de ne pas attendre et de passer à l’attaque en allant à la rencontre de Saladin. L’armée se met en marche de jour, en plein soleil, sans ravitaillement en eau : Saladin a fait saler ou empierrer les puits. L’affrontement ne fait pas de doute. C’est un massacre, le roi et la plupart de ses barons sont capturés, les Templiers et les Hospitaliers résistent comme leur règle les y obligent. Ils se font tuer sur place ou sont capturés blessés. Pour eux, il n’y a pas de différence. Si les barons capturés seront libérés contre rançon, eux qui ne possèdent rien et ne peuvent donc pas se racheter sont égorgés.
Nous sommes en 1187, le royaume de Jérusalem va disparaître. Profitant de sa victoire et de l’anéantissement des armées chrétiennes, Saladin met le siège devant Jérusalem sans défense. Suite à une négociation, les habitants peuvent quitter la ville contre une rançon. Ceux qui ne peuvent pas payer seront vendus comme esclaves. Alors que les prêtres quittent la ville emportant leur or, les Templiers restant paient la rançon des pauvres.

Un domaine chrétien va subsister en Terre sainte encore un siècle, accroché à quelques ports dont le dernier Saint-jean d’Acre tombera en 1291. Alors que les marchands vénitiens, génois et pisans se livrent une guerre interne, les Templiers et les Hospitaliers rassemblent leurs dernières forces et résistent sur les remparts qui finiront par céder. Bien peu pourront prendre les derniers bateaux et se réfugier à Chypre avec l’espoir de revenir. Le grand maître du Temple perdra la vie dans la bataille. En tout, six grands maîtres périront au combat.

Disparition

Tandis que les Hospitaliers s’installent à Chypre, le nouveau grand maître du Temple, Jacques de Molay, s’installe dans l’enclos du Temple à Paris. Il serait aujourd’hui dans le 5ème arrondissement de la capitale française, mais à l’époque, c’était un village fortifié hors des murs de Paris, dont il ne subsiste plus rien… que des marquages au sol. C’est dans la tour du temple (au fond à droite sur l’image) que le roi de France Louis XVI sera détenu avant son exécution.

Enclos du temple

Tout semble bien se passer entre Jacques de Molay et le roi de France, Philippe IV dit le Bel. Le roi a même confié la gestion de son trésor au Temple. Mais le vendredi 13 octobre 1207, les Templiers, les chevaliers au blanc manteau, sont arrêtés dans tout le royaume. Un mois plus tôt le roi avait fait parvenir une lettre cachetée, à n’ouvrir que le 13 octobre, à tous les baillis du royaume.

Ils sont accusés, selon les dénonciations de deux anciens Templiers exclus de l’ordre, de quatre crimes :

  • Initiation secrète accompagnée d’insultes à la croix, du reniement du Christ et de baisers infâmes.
  • Omission des paroles de consécration lors de la messe.
  • Adoration d’une idole comme image du vrai Dieu.
  • Autorisation de pratiquer le « crime contre nature », c’est-à-dire l’homosexualité.

Les interrogatoires sont menés par l’Inquisition qui n’hésite pas à recourir à la torture quand les réponses aux questions ne correspondent pas à leur attente. Les inquisiteurs dépendent des évêques qui en France sont nommés par le roi.

En Angleterre et au Portugal, les Templiers ne sont pas inquiétés. En Espagne, ils se retranchent dans leurs forteresses et dans l’Empire germanique, ils se présentent en armes lors d’un concile. C’est donc une affaire typiquement française.

Le pape Clément V, qui pourtant doit son élection à Philippe le Bel, s’insurge dès le 28 octobre et casse le pouvoir des inquisiteurs. Fin novembre, il ordonne que de tous les Templiers lui soient remis. Il prend donc les Templiers sous sa protection en feignant de suivre l’initiative du roi de France.

Le roi de France résiste et accuse le pape de simonie, d’avoir favorisé ses parents. Il garde ses prisonniers. D’autant plus que la plupart ont avoué puis se sont rétractés lors de l’intervention du pape.

En été 1308 va se dérouler un événement inexplicable. Le pape, qui réside à Poitiers, en France, demande à interroger personnellement 72 Templiers. Après l’interrogatoire de quelques-uns, ils les remet à la justice royale. On ignore ce que les templiers ont révélé pour être abandonnés par le pape. En juin 1311, l’instruction est terminée et le dossier remis au pape.

Le 3 avril 1312, après plus de 4 ans de procédures, un concile est convoqué à Vienne (en France). La lumière va être faite sur cette affaire. Mais coup de théâtre, dès la première séance, le pape donne lecture de la bulle « Vox clamantis in excelso » (la voix de celui qui pleure là-haut) dans laquelle il dissout l’ordre du Temple, « non pas par décision de justice, mais par ordonnance apostolique ». Toute personne qui posera une question sur cette affaire sera excommuniée.

Le 18 mars 1314, les hauts dignitaires de l’Ordre, sont amenés sur l’île aux Juifs, aujourd’hui disparue et devenue Square du vert Galant à la pointe ouest de l’île de la Cité à Paris. Ils vont recevoir, en public, leur sentence prononcée par l’évêque de Paris, le seul à Paris à pouvoir juger les crimes relevant de la religion. Ils sont condamnés à la réclusion à perpétuité. Mais Jacques de Molay et Geoffroy de Charnay, commandeur de Normandie, se rebellent et nient les faits. Relaps, ils sont condamnés au bûcher. Le soir même, ils sont brûlés face à la cathédrale Notre-Dame.

square du vert Galant où une stèle rappelle les faits.

Motivations de Philippe le Bel

Pourquoi Philippe le Bel s’est-il acharné sur les Templiers ? On n’a aucune certitude, les historiens pensent qu’il espérait récupérer les biens des Templiers lui dont le trésor avait fondu. Mais leurs biens fonciers ont été donnés aux Hospitaliers. Le roi a récupéré son trésor qui s’élevait à 300.000 livres plus 60.000 de frais de procès. Une livre tournois pèsait environ 80 grammes d’argent (20 sous de 4,2 g).

On a accusé Philippe le Bel d’avoir dilapidé sa fortune dans des guerres. Ce qui est faux, il a juste financé deux guerres, l’une contre son vassal le roi d’Angleterre, seigneur de Guyenne (Aquitaine) et l’autre contre le comte de Flandre lui aussi son vassal.
En fait, c’est son grand-père, Louis IX (saint-Louis) qui par ses dépenses somptuaires a ruiné le royaume. Il n’a cessé d’être en guerre. Il a mené la croisade contre les Cathares. Il a entrepris deux croisades désastreuses. Lors de la première il a été fait prisonnier et a dû payer une rançon de 500.000 livres tournois. La seconde lui a été fatale, il est mort à Tunis avant d’atteindre son objectif.
De plus, il a fait construire la Sainte-Chapelle (toujours visible) dans le palais de l’île de la Cité, pour la somme de 40.000 livres. Cette chapelle était son musée personnel où il a exposé les reliques de Passion de Jésus qu’il a achetées à l’empereur byzantin. La grand châsse en or, pour contenir la couronne d’épine, lui a coûté 100.000 livres. A l’époque, les matériaux étaient plus chers que la main-d’oeuvre.

On avance aussi une autre explication. Philippe le Bel voulait asseoir son autorité sur l’Église de France. Il ne pouvait tolérer l’indépendance d’une force religieuse comme les Templiers, qui étaient placés sous la tutelle et l’autorité exclusive du pape. Il les a donc compromis et jeté la suspicion sur leur ordre.

Coupables ou innocents

Légalement, le procès n’a pas débouché sur un verdict clair : les Templiers n’ont pas été déclarés coupables ni innocentés, l’ordre a été dissous. Comme la torture a été appliquée, il est difficile de se faire une idée à la lumière des minutes du procès.
Presque tous les accusés ont nié avoir eu des relations homosexuelles, ils ont aussi réfuté la modification des paroles de consécration, qui étaient prononcées non pas par les chevaliers mais par les chapelains dans les grands monastères. Dans les commanderies, la messe était publique.

Quelques-uns ont dit avoir aperçu une « idole » sous forme de tête, mais les descriptions données sont tellement discordantes qu’il nous faut rejeter cette accusation d’autant plus que personne n’a parlé de rites autour de cet idole. Était-ce simplement une relique, comme chaque église en possédait ?

Par contre, la plupart ont avoué avoir dû cracher sur la croix lors de leur initiation. Ils se sont démarqués du geste en affirmant qu’ils ont cru que c’était pour éprouver leur serment d’obéissance. Quelle est la signification de ce rituel ? Pourquoi à deux reprises, le pape a-t-il évité un débat public sur les « crimes » des Templiers (à Poitiers et à Vienne) ? Quel secret devait être caché à tout jamais ?
Les Templiers n’ont probablement pas renié le Christ. Ils suivaient régulièrement la messe, ils étaient très attachés au culte marital ; la dernière demande de Jacques de Molay est d’avoir les mains jointes et le regard tourné vers la cathédrale Notre-Dame. C’était donc contre la croix et le crucifié que leur aversion se portait. Avaient-ils la conviction que Jésus n’avait pas été crucifié ? On ne le saura jamais, le secret a été bien conservé. J’ai rédigé plusieurs articles sur une histoire différente de Jésus que celle présentée par les évangiles (voir la liste des articles).

Que sont devenus les Templiers ?

Leurs biens fonciers ont été attribués aux Hospitaliers de Saint-Jean.
Les Templiers qui avaient avoué ont été remis en liberté, ils pouvaient rester dans leur commanderie ou rejoindre un autre ordre. Ceux qui étaient revenus sur leurs aveux ont probablement été conduits au bûcher comme relaps.

Dans les autres territoires que ceux du roi de France, les Templiers n’ont pas été condamnés.
Au Portugal, ils ont formé un nouvel ordre, l’ordre du Christ dont le roi est devenu le grand-maître. En Aragon, toutes les possessions des Templiers ont été données à un nouvel ordre, qui se substitua aux Templiers, l’ordre de Santa Maria de Montesa, qui s’ajoute aux ordres déjà établis comme les Hospitaliers de Saint-Jean, les ordres de Santiago, Calatrava et Alcantara. La péninsule ibérique est une terre de guerre contre l’Islam qui ne gardait à cette époque que l’émirat de Grenade. Les chevaliers du Temple restaient indispensables.

L’Opus Dei. Ange ou démon ?

L’Opus Dei (Œuvre de Dieu), également appelé Prélature de la Sainte Croix est une institution de l’Église catholique fondée en 1928 en Espagne par Jose Maria Escriva de Balaguer. Elle compte près de 90.000 membres, des prêtres en minorité (moins de 2.000) et des laïcs.

Cette organisation a comme objectif de « promouvoir la sainteté au milieu du monde ».

Elle a fait l’objet de différentes controverses, notamment en ce qui concerne son aspect secret, son influence politique et l’étendue réelle de ses moyens financiers.

L’Opus Dei vu par lui-même

Vu les polémiques dont l’institution fait l’objet, laissons d’abord s’exprimer sa porte-parole : Béatrice de La Costa : « Le principal message de l’organisation est que chacun peut transformer son travail, ses loisirs et sa vie de famille en des moments de rencontre avec Dieu. Chacun peut mettre ses pas dans les pas du Christ et y trouver le vrai bonheur. Les membres sont appelés à transmettre le grand message d’amour du Christ à son entourage. »

« Les membres sont des gens heureux qui racontent autour d’eux la merveilleuse aventure de leur vie quotidienne ». Et voilà pour la publicité.

Qui est le fondateur : Jose Maria Escriva de Balaguer ?

Escriva de Balaguer est un prêtre espagnol qui a vécu la guerre civile d’Espagne (1936-1939) du côté des généraux auteurs du coup d’État et particulièrement de Franco. Pour lui, le communisme c’est le Diable. Il est viscéralement anticommuniste et antisémite. Il aurait dit : « Hitler contre les Juifs, Hitler contre les slaves, c’était Hitler contre les communistes ».

A la fin des années 60, il achète un titre de noblesse. Le petit prêtre devient le marquis de Peralta.

Il était très proche du cardinal Wojtyla qui deviendra pape sous le nom de Jean-Paul II en 1978, trois ans après la mort de Escriva de Balaguer. Ce pape transforma le mouvement en « prélature« , c’est-à-dire en « diocèse extraterritorial » : l’Opus Dei dépend directement du pape et ses membres n’ont aucun compte à rendre aux évêques. C’est le même Jean-Paul II qui canonisera Escriva de Balaguer en 2002, quelques années après sa mort, le voilà saint.

Aujourd’hui l’Opus Dei est dirigé depuis 2019 par Fernando Ocariz, théologien né en 1944, en France, sa famille ayant fui la guerre civile espagnole.

Organisation et prosélytisme

Sans entrer dans le détail, l’opus Dei comprend quatre grandes catégories de membres :

  • les numéraires, clercs ou laïcs qui s’engagent à la pauvreté, la chasteté et l’obéissance. Ils vivent en communauté dans les locaux de l’organisation.
  • les agrégés font les mêmes vœux, mais ne vivent pas en communauté.
  • les surnuméraires sont des laïcs qui vivent dans le monde mais contribuent financièrement. Ils représentent 70% des membres.
  • les coopérateurs sont des sympathisants, qui ont les mêmes devoirs que les surnuméraires… mais ils ne doivent pas être baptisés dans la foi catholique (ils peuvent être protestants).

Les membres doivent suivre un « plan de vie » qui comprend surtout des prières quotidiennes, des lectures, la confession et des chants. En se levant, ils disent « serviam« , « je vais servir« . La plupart s’infligent des mortifications suivant en cela la pensée du fondateur qui dans son livre « el camino » (le chemin) a écrit : « Bénie soit la douleur, aimée soit la douleur, sanctifiée soit la douleur ».

L’Opus Dei est très présent sur les campus universitaires où il recrute des jeunes qui deviendront cadres ou dirigeants politiques.

L’Opus Dei rencontre de grands succès en Italie, en Espagne et en Amérique latine. Aux Etats-Unis, on compte 3000 membres et son siège à New York est un bâtiment de 17 étages sur Lexington Avenue, n° 243. Une soixantaine d’autres centres ont ouverts dans le pays, la plupart sur des campus universitaires.

L’Opus Dei est présent à Bruxelles et à Strasbourg, en contact direct avec la Communauté européenne. Son journal, Europe Today, est même financé par la CEE. Dans ce journal, il défend les positions les plus réactionnaires de la droite catholique. Dans le n° 124 d’août 1994, on peut lire : « Les méthodes naturelles de contrôle de naissance sont efficaces à 99% tandis que les méthodes artificielles ne le sont qu’à 50% ». Bien entendu, l’abstinence est sûre à 100%.

Le culte du secret

Un des grands reproches fait à l’Opus Dei est son manque de transparence. Dans ses constitutions secrètes rédigées en 1950, mais divulguées en 1982, on peut lire : « Que les membres sachent bien qu’ils devront toujours observer un silence prudent quant aux noms des autres associés et qu’ils ne devront jamais révéler à quiconque qu’ils appartiennent eux-mêmes à l’Opus Dei« .

L’Opus Dei a justifié cette loi du silence par « l’humilité collective » et « l’efficacité apostolique« .
Vu ce manque de transparence, il est mal aisé d’identifier les membres effectifs de l’organisation, mais il est plus aisé de reconnaître ses sympathisants.

En Belgique, l’Opus Dei a investi l’Institut Robert-Schumann, une école de journalisme qui forme des « journalistes catholiques sûrs » et l’Université Catholique de Louvain où il avait installé deux résidences pour les étudiants. Mais c’était sans compter sur le nouveau vice-recteur, le Père Gabriel Ringlet qui a refusé de renouveler le bail des résidences tant que l’Opus Dei trichera sur son identité. Il justifie la décision du conseil d’administration comme suit : « L’Opus Dei ne vise que l’élite de la société ce qui est inacceptable pour notre université. La quête de la perfection a quelque chose de très orgueilleux et de malsain. Je ne peux accepter une religion qui lave plus blanc que blanc… la couleur des sépulcres ! Car au bout du chemin, on trouve toujours l’exclusion et le racisme. En ces temps de montée de l’extrême droite, on ne se prémunit peut-être pas assez contre les dictatures spirituelles.« 

Une pieuvre invisible

L’Opus Dei de par le monde s’étend par l’intermédiaire de sociétés écrans. On la nomme la « mafia blanche ». Elle s’est partiellement dévoilée avec la scandaleuse affaire Matesa, un homme d’affaires espagnol qui a détourné des sommes colossales. Le scandale, suivi de « suicides » et de faillites a éclaboussé la Banque du Vatican. Matesa, avant d’être retrouvé mort, avait avoué financer les activités de l’Opus Dei.

Plusieurs ministres de gouvernements de droite en France et en Espagne sont ou étaient pour le moins sympathisants de l’Opus Dei. On pense à Raymond Barre, ancien premier ministre français, qui a témoigné lors du procès en béatification de Escriva de Balaguer, attestant qu’il avait « détecté en lui des signes de sainteté ».

Plusieurs familles royales d’Europe ont des sympathies pour l’Opus Dei. La famille royale de Belgique appartient au « renouveau charismatique« , un mouvement traditionaliste proche de l’Opus Dei. Citons également la famille royale d’Espagne dont les enfants ont été éduqués par des précepteurs de l’Opus Dei, la famille de Habsbourg et de l’archiduc d’Autriche.

Dans les années 90, les PDG des sociétés AXA et AGF, des groupes Schneider et Renaut ont donné des conférences dans les locaux de l’Opus Dei à Paris.

Et si Jésus était vraiment le messie

Voir l’article : « Le Messie« 

Dans cet article, je ne vais pas adopter le point de vue des Églises chrétiennes qui ont fait de Jésus un messie, le fils de Dieu, et Dieu lui-même en 325, au Concile de Nicée (voir l’article « La nature de Jésus« ). C’est de cette époque, le IVe siècle, que datent les exemplaires des évangiles qui nous sont parvenus. Comme on le sait par le philosophe grec Celse, les textes inclus dans le Nouveau Testament ont été constamment modifiés pour les adapter à la doctrine en cours d’élaboration, on peut donc penser qu’ils ont été rectifiés une dernière fois après le concile (voir l’article « Les évangiles« ). Toute trace du Jésus historique a donc été effacée pour laisser place à un Jésus spirituel, le Jésus de la foi.
Les évangiles ont totalement occulté le contexte historique de la mission de Jésus. Le premier siècle de notre ère en Palestine est une période troublée, depuis la mort d’Hérode en -4, les Juifs attendent impatiemment la venue d’un messie, un prêtre-roi qui les délivrerait de l’occupation étrangère. Les évangiles ont sciemment ignoré le sens du mot « messie » et ont fait de Jésus un sauveur des âmes non violent alors qu’il était peut-être un libérateur prêt à employer la force pour faire valoir ses droits. (Sur la violence dans les évangiles, voir l’article : « Et si Jésus n’avait pas existé« , comme « N’allez pas croire que je sois venu apporter la paix sur la terre ; je ne suis pas venu apporter la paix, mais le glaive (Mt. 10,34)« ).

Si les évangiles ont été modifiés, il reste des traces d’une vérité qu’on a voulu cacher. Pour répondre à la question en titre : « Et si Jésus était vraiment le messie« , il me faut répondre à trois questions en fouillant les textes du Nouveau Testament :

  • Jésus était-il un descendant du roi David dont le messie devait être issu ?
  • Jésus a-t-il été considéré comme le nouveau roi des Juifs ?
  • A la disparition de Jésus, une dynastie a-t-elle perpétué son message politique ?

Descendant du roi David

Les évangélistes Matthieu (1, 1) et Luc (3, 22) nous ont livré une généalogie de Jésus pour prouver qu’il était bien un descendant de David, donc un prétendant au trône d’Israël. Les deux généalogies ne concordent pas, sauf sur la présence de David. Matthieu insiste : « généalogie de Jésus, fils de David, fils d’Abraham » (Matt. 1, 1). Luc est moins affirmatif, « il était fils, croyait-on … de David… fils d’Adam, fils de Dieu ». Pour Luc, il est donc fils de David et fils de Dieu.

Quand Jésus entre à Jérusalem, monté sur une ânesse, la foule crie « Hasanna au fils de David ». Étrange monture, pourquoi une ânesse et pas un superbe étalon ? Pour respecter la prophétie du livre de Zacharie 9, 9 : « Dites à la fille de Sion : Voici que ton roi vient à toi, humble, monté sur une ânesse et un ânon, le petit d’une bête de somme » (Matt. 21, 5)

Le roi des Juifs

Dès l’entrée à Jérusalem, Jésus est donc perçu comme le roi des Juifs. Il va tout faire pour déclencher une révolte. Il s’attaque tout d’abord aux marchands du temple. Et que se passe-t-il lors de son arrestation sur le Mont des Oliviers ? « il [Judas] prit la tête de la cohorte et des gardes fournis par les grands prêtres… » (Jean 18, 3). Pourquoi déplacer une cohorte, de 500 légionnaires à 1000 auxiliaires pour arrêter un seul homme pacifique ? Y a-t-il eu un début d’insurrection qui amena à l’arrestation de Jésus ?

Ponce Pilate le condamne à mort, la mort réservée aux agitateurs, aux déserteurs et aux esclaves en fuite. Sur le titulus, la pancarte que l’on accrochait au cou des condamnés, il a fait écrire « Jésus le nazaréen, roi des Juifs« . Tous les évangiles sont d’accord sur le sens du titulus, mais citent tous un libellé différent. Pour l’Église, c’est de l’ironie ! Drôle de façon d’ironiser. C’est plutôt un avertissement : « Voici ce que Rome fait du roi des Juifs ». N’oublions pas que la période est troublée, des rois autoproclamés apparaissent à intervalles réguliers : Judas bar Ézéchiel à la mort d’Hérode, Judas de Gamala lors du recensement de Quirinus, « l’Égyptien » (vers 60), Theudas (vers 45), un autre Jésus (vers 65), Simon bar Gioras (en 70) et Bar Kochba (132-135).

A la naissance de Jésus, Luc nous raconte la venue de mages, devenus par la suite les trois rois-mages. Ils se présentent à Hérode et demandent : « Où est le roi des Juifs qui vient de naître ? ». Ce qui déclenchera, toujours selon Luc, le massacre de tous les enfants de Bethléem. Notons que dans l’évangile de Luc, Jésus naît dans la maison de ses parents à Bethléem, pas dans une étable ou une grotte. Mais pourquoi Bethléem ? « Et toi, Bethléem, terre de Juda, tu n’es certes pas le plus petit des chefs-lieux de Juda : car c’est de toi que sortira le chef qui fera paître Israël mon peuple » (Luc 2, 6 citant le prophète Michée 5, 1).

Deux autres événements, rapportés par les quatre évangiles, sont troublants.
(1) Pourquoi Jésus se fait-il baptiser par Jean « en vue du pardon des péchés » (Marc 1, 4). Quels péchés le Fils de Dieu a-t-il commis ?
Jean est le cousin de Jésus par leur mère, il appartient à la tribu des lévites, descendant de Aaron, le frère de Moïse. Cette tribu fournit les prêtres du temple. Ne faut-il pas voir dans ce « baptême » la consécration de Jésus en tant que messie-roi, comme c’était la coutume : Samuel a consacré Saül, puis David. C’est après ce « baptême » que le ministère de Jésus commence.
La tradition de la consécration des rois par un prêtre s’est poursuivie en France où le prétendant au trône ne devenait roi qu’après avoir été oint dans la cathédrale de Reims.

(2) Lorsque Jésus demande curieusement à ses disciples qui il est d’après eux, Simon-Pierre avance timidement « Tu es le messie, le Fils de Dieu vivant ». Alors Jésus « leur commanda sévèrement de ne le dire à personne ». Pourquoi se cacher ? Sinon que l’heure de la révolte n’est pas encore arrivée.

Sa dynastie

A la mort de Jésus, c’est Jacques son frère qui prend la tête du mouvement nazaréen installé à Jérusalem, d’après les Actes de Apôtres. Les membres de ce mouvement, qui comprend les apôtres, se comportent en Juifs respectueux de la Loi. Pierre et Jean se rendent régulièrement au temple pour prier. Néanmoins ils sont arrêtés (ils s’échappent grâce à des miracles). Pourquoi ces arrestations sinon parce qu’ils font partie d’un mouvement séditieux dont se méfient les Romains. Si on accepte l’idée d’un Jésus prétendant au trône d’Israël, on comprend mieux les persécutions dont sont victimes les premiers « chrétiens » en Judée.

Jacques est lapidé… mais étrangement, les Actes des Apôtres n’en parle pas. Il a été assassiné lors de la vacance du procurateur romain. Ce n’est donc pas une initiative romaine, mais une décision d’Agrippa II, un descendant d’Hérode qui doit voir d’un mauvais œil un prétendant au trône.
C’est Jude, un autre frère de Jésus qui prend la succession de Jacques. Puis on perd la trace du mouvement. Paul occupe alors le devant de la scène et avec lui, l’idée d’un messie-roi est totalement occultée. Il s’était opposé violemment à Jacques au sujet du message délivré par Jésus.

La rancœur de Romains ne s’arrête pas après la victoire de 70 sur les révoltés juifs. L’empereur Domitien (81-96), le frère du vainqueur, Titus(empereur de 79 à 81), s’en prend également à la famille de Jésus.

Il y avait de la race du Sauveur les petits-fils de Jude qui lui-même était appelé son frère selon la chair. On les dénonça comme descendants de David. On les amena à Domitien, celui-ci craignait la venue du Messie, comme Hérode. (Eusèbe : Histoire ecclésiastique livre III, 20)

Domitien les interrogea puis les relâcha, d’après Eusèbe qui écrit 250 ans après les faits.

Conclusion

Tout ceci n’est qu’une hypothèse, mais elle a des bases solides. Paul ne dit-il pas dans 2 Corinthiens, 11,4 : « En effet, si le premier venu vous prêche un autre Jésus que celui que nous avons prêché…« . Paul savait-il que les apôtres regroupés à Jérusalem autour de Jacques, le frère de Jésus, enseignaient une autre vision de Jésus. Paul n’avait pas connu Jésus, il l’avait vu en songe. Il a occulté les prétentions politiques du groupe pour se concentrer sur le message spirituel. Ce glissement était nécessaire pour s’imposer dans l’Empire romain. Yeshua le messie-roi, le renégat crucifié par les Romains devenait Jésus-Christ, le Sauveur, l’agneau sacrifié par les Juifs.

Note : préfet ou procurateur

Une province sénatoriale était dirigée par un préfet, issu de l’ordre équestre, qui avait tous les droits, sauf celui de lever des impôts. A sa création en 6 ou 7 de notre ère, la Judée est une province sénatoriale. C’est pourquoi le recensement, pour établir l’impôt, a été fait par Quirinus, envoyé par le gouverneur de Syrie. La légion ne séjourne pas dans ces provinces. Les troupes sont constituées d’auxiliaires.

Une province impériale était dirigée par un procurateur qui avait le droit de lever des impôts. La Judée est devenue province impériale sous l’empereur Claude (41-54).

Ponce Pilate était donc préfet comme le confirme une inscription trouvée à Césarée. Tous les auteurs chrétiens lui donnent la fonction de « procurateur« , ce qui est une erreur.

Ponce Pilate préfet de Judée

Les mystères du christianisme

« Dieu a envoyé sur terre son fils, Jésus, le messie annoncé par les prophètes, afin de sauver les hommes. Par son sacrifice, il les a arraché au péché originel. S’ils croient en lui, leur péchés leur sont pardonnés et une vie nouvelle les attend au Paradis après la mort. Et à la fin des temps, toute proche, ils ressusciteront comme Jésus ».

Les Grecs et les Romains se sont-ils laissés convaincre par ce message somme toute basique. Ont-ils adhéré à la nouvelle religion eux qui ignoraient ce que signifiait le mot « messie » et qui ignorait la notion de « péché originel », une invention chrétienne. Les Romains ne connaissent pas le péché, mais bien la faute. Leur peur ultime était de tomber dans l’oubli.
Même les Juifs ne se sentaient pas concernés par ce péché d’Adam et de Ève : le péché individuel avait été remplacé par un péché collectif, celui du peuple élu, que le grand prêtre « négociait » seul face à Dieu, enfermé dans le Saint du saint du temple de Jérusalem, le jour du yom kippour, le jour du grand pardon.

Les textes anciens qui nous sont parvenus, le Nouveau Testament et les apocryphes, sont peu diserts sur les adhésions à la nouvelle religion. Les épîtres de Paul parlent à des personnes déjà converties, ils ne nous sont donc d’aucune utilité sur ce sujet. Dans les Actes des Apôtres, un discours de Pierre, qui ne nous apprend rien, amène 3000 conversions. Mais ce sont surtout les miracles effectués par les apôtres qui conduisaient les Juifs à la conversion :  » La parole de Dieu croissait et le nombre de disciples augmentait considérablement à Jérusalem : une multitude de prêtres obéissait à la foi » (Actes 6, 7). Les apôtres semblent avoir eu plus de succès que Jésus, abandonné par la foule de Jérusalem.

Y avait-il un autre message ? Le christianisme primitif était-il une religion à mystères, comme il en existait tant dans l’Empire romain ?

Les cultes à mystères

Les cérémonies des cultes à mystères ne sont pas publiques. Il faut être initié, avoir suivi un cursus, pour y assister. Ce sont des « sociétés secrètes » comme la franc-maçonnerie de nos jours. Secrètes, mais nullement interdites par le pouvoir romain. Plusieurs empereurs y ont été initiés et il n’est pas rare qu’une même personne soit initiée à plusieurs cultes.

Dans l’empire romain, les cultes à mystères prolifèrent, mais on ignore comment se déroulaient les cérémonies, aucun document ne nous est parvenu, les réunions étaient secrètes. Cependant, on sait qu’ils répondaient à la triple question : « d’où venons-nous, que faisons-nous sur terre, qu’y a-t-il après« . Les cérémonies principales se tenaient au solstice d’hiver (victoire de la lumière sur les ténèbres) et à l’équinoxe du printemps (résurrection de la nature).

On peut citer parmi les principaux cultes :

  • Celui d’Isis, venant d’Egypte. Isis ressuscite son frère et époux Osiris (appelé Sérapis par les Romains).
  • Celui de Cybèle, la Grande déesse, la Mère des dieux venant de Grèce par la Phrygie (actuellement en Turquie). Elle est associée à Attis, un berger, un homme devenu dieu, il est le fils de la Mère. L’empereur Julien lui a consacré un ouvrage.
  • Celui de Dionysos, le dieu grec de la vigne, de l’ivresse et de la démesure. Il est le seul dieu mortel. Le préfixe « di » de son nom indique qu’il naquit deux fois, il a ressuscité.
  • Celui de Mithra.
Mithra

Son culte était très suivi dans l’empire. On a retrouvé plus de 200 temples de Mithra, les « mithraeum » surtout sur les frontières de l’empire et dans les villes. Retracer l’histoire de Mithra est compliqué, car il a souvent changé de fonction. Au départ, c’est un dieu du panthéon perse. Il est évincé lors de la réforme de Zarathoustra qui aurait vécu entre le XVe (15) et le VIe (6) siècle avant notre ère. On ne peut être plus précis ! N’ayant plus sa place dans le ciel perse occupé par Ahura Mazda, le dieu de la lumière qui lutte contre Ahriman, le prince des ténèbres, il est adopté par les Phrygiens avant de se passer dans l’empire romain. A la fin du IIIe siècle, il sera même assimilé à Sol Invictis, le dieu des empereurs comme Constantin.

Mithra tuant le taureau céleste

Mithra est le garant de l’ordre du monde, responsable de la bonne marche du cosmos. Son culte, non documenté, a été réinterprété à partir de l’iconographie étudiée par les historiens… qui ne sont pas tous d’accord entre eux. Il semble que les adeptes recevaient un grade en fonction de leur initiation, comme dans la franc-maçonnerie. Le sacrifice du taureau cosmique avait pour but de transférer sa force vers l’initié. On peut penser que celui-ci buvait le sang et mangeait la chair lors d’un sacrifice exceptionnel qui avait lieu une fois l’an. Dans les réunions normales, le sang et la chair du taureau étaient remplacés par l’eau (ou le vin) et le pain. Les repas communautaires sont une autre constante des cultes à mystères.

Les cérémonies se tenaient dans des endroits clos. L’assistance ne dépassait pas 50 personnes, des hommes uniquement, car les femmes étaient exclues du culte qui s’est surtout développé dans les légions.

Comme tous les cultes à mystères, le culte de Mithra a disparu sous le règne de Théodose Ier (347-395) qui promulgua un édit (391) interdisant tous les cultes autres que le catholicisme. Je reviendrai sur les circonstances de cette décision.
Dans les environs de Strasbourg, on a retrouve les ruines d’un mithraeum dont les hauts-reliefs avaient été détruits. Des pièces de monnaie provenant probablement de la bourse d’un adepte, tué lors de la destruction de temple, datent du règne de Théodore. On impute sa destruction aux fanatiques chrétiens dont la folie destructrice s’est libérée après l’édit.
A Alexandrie, à la même époque, l’évêque Théophile a fait détruire le temple de Sérapis dont la statue dominait le port.

Le christianisme un culte à mystères ?

Des indices

Le christianisme a-t-il été un culte à mystère ?
Dans l’épître aux Corinthiens, Paul dit : « je suis venu vous annoncer le mystère de Dieu » (Cor. 2, 1). Dans ce contexte, « le mystère évoque le plan de Dieu pour sauver le monde » (lexique du Nouveau Testament TOB). Ce plan était caché mais a été révélé en la personne de Jésus. Cette notion se retrouve dans quatre lettres de Paul (Corinthiens, Romains (11, 21), Éphésiens (3, 3) et Colossiens (1, 26)), mais également dans l’Évangile de Marc (4, 11) et dans deux passages des Actes des Apôtres (10, 7 et 17, 5).
Quel est ce mystère, ce plan caché ? Aujourd’hui on l’ignore. Les théologiens se gaussent de mots pour se justifier : c’est le mystère de la foi, le mystère de l’incarnation, le mystère de la résurrection. Pour définir le mot, on utilise le mot lui-même. Les « voies du Seigneur restent impénétrables ».
« Mais ce jour et cette heure, nul ne les connaît, ni les anges dans les cieux, ni le Fils, personne sinon le Père » (Mat. 24, 36). Même Jésus, pourtant promu dieu au IVe siècle, au concile de Nicée, ignore le mystère, le plan auquel il a participé. Mais ce mystère a-t-il été révélé aux premiers postulants, un peu comme les « pescher », les commentaires de la secte de Qumran qui expliquent chaque verset de la Bible dans le style : « ceci a été écrit en référence à… ». Ainsi les évangiles font parler Jésus en paraboles, paraboles qui nécessitent une explication, donc une initiation.

Quand le christianisme a été reconnu comme religion officielle au IVe siècle, la tradition a rapporté que les premiers chrétiens se réunissaient en secret « car ils étaient persécutés, leur religion étant interdite« . Ce qui est faux, j’ai consacré trois articles (1, 2, 3) à cette fable qui a la vie dure : les persécutions ont eu lieu au début du IVe siècle quand les empereurs face aux invasions ont demandé à tous les citoyens de leur assurer de leur soutien, ce que certains chrétiens ont refusé. Les persécutions étaient plus politiques que religieuses. Déjà en Perse, le roi des rois avait dû punir les chrétiens qui refusaient de cautionner ses guerres.

Ce qui est certain, c’est que le courant gnostique délivrait un enseignement aux convertis. Pour eux, ce n’est pas la foi qui sauvait, mais la connaissance.
L’Évangile de Thomas, considéré par certains comme gnostique, est un véritable cahier de cours pour les nouveaux adhérents. Il comporte presque toutes les paraboles reprises dans les évangiles canoniques. Voici les trois premiers des 114 paroles (logia).

Voici les paroles secrètes que Jésus le Vivant a dites et que Didyme Jude Thomas a écrites.

1 Et il a dit : «Celui qui trouvera les interprétations de ces paroles ne goûtera jamais la mort.»

2 Jésus a dit : «Que celui qui cherche ne cesse pas de chercher, jusqu’à ce qu’il trouve. Et, quand il aura trouvé, il sera troublé ; quand il sera troublé, il sera émerveillé, et il régnera sur le Tout.»

3 Jésus a dit : «Si ceux qui vous guident vous disent : ‘Voici, le Royaume est dans le ciel’, alors les oiseaux du ciel vous précéderont ; s’ils vous disent qu’il est dans la mer, alors les poissons vous précéderont. Mais le Royaume est à l’intérieur de vous, et il est à l’extérieur de vous. Lorsque vous vous connaîtrez, alors on vous connaîtra ; et vous saurez que c’est vous les fils du Père vivant. Si au contraire vous ne vous connaissez pas, alors vous êtes dans la pauvreté, et c’est vous la pauvreté.

L’Évangile de Thomas peut être consulté sur le site : http://www.arsitra.org/yacs/files/article/145/evangile_de_thomas.pdf

Quel enseignement ?

On ne peut qu’imaginer l’enseignement qui aurait été prodigué aux postulants chrétiens, faute de preuves ceci n’est qu’une hypothèse.
Les cultes à mystères promettaient la résurrection après la mort pour les initiés. Mais, un dieu est mal placé pour parler de la résurrection, lui qui est immortel. Donc, Dieu envoie son fils, sous forme humaine, qui va souffrir avant de ressusciter pour montrer la voie aux hommes. Mais le monde céleste et le monde des humains sont séparés par une frontière hermétique. Il faut donc se servir d’une mortelle pour faire naître le fils de Dieu dans le monde humain. Et voilà le sauveur sur terre.
Mais comment conférer aux hommes une partie du pouvoir de Dieu pour leur permettre d’atteindre le monde d’en-haut et de ressusciter ? Pour les gnostiques, l’homme créé à partir de la matière a gardé une étincelle divine, il suffit de la retrouver par la connaissance. Pour les autres chrétiens, l’homme doit puiser sa force dans le fils de Dieu, comme les adeptes de Mithra la puisaient du taureau. Ce contact avec le fils de Dieu, c’est l’eucharistie, le partage du pain et du vin.
Les évangiles racontent le dernier repas de Jésus. Ce n’est pas un repas de Pâque juive, mais un repas essénien, tel que décrit dans les manuscrits de la secte de Qumran. Mais est-ce bien ce repas que les chrétiens perpétuent aujourd’hui ? Il semble que non.

L’eucharistie (encore) de nos jours

Toutes les cérémonies chrétiennes se terminent par la communion, au cours de laquelle, les fidèles rassemblés devant le prêtre reçoivent le pain (l’hostie),… mais plus le vin, que seul l’officiant boit par mesure d’hygiène. Ce qui est important dans cette communion, c’est que le fidèle ne mange pas du pain, mais le corps du Christ. Ce sont les paroles du prêtre lorsqu’il présente l’hostie : « le corps du Christ » (corpus Christi). Le vin est son sang. Et ce n’est pas symbolique ! Pour le catholique, l’hostie et le vin deviennent réellement le corps et le sang de Jésus. C’est la transsubstantiation : le changement s’opère tout en conservant la substance du pain et du vin. Cette communion avec le Christ est essentiel pour les chrétiens comme manger le produit des sacrifices était essentiel pour les païens qui entraient en communion avec leurs dieux. Le dogme de la transsubstantiation a été défini au concile de Latran de 1215 et confirmé au concile de Trente en 1542 après que Luther ait rejeté cette interprétation.

La pire sentence pour un chrétien est donc l’excommunication, l’exclusion de la communion qui est un obstacle à la résurrection. Donc, la résurrection est bien liée à la consommation du corps et du sang du Christ.
En 390, lors d’une saute d’humeur, l’empereur Théodose Ier ordonne de massacrer les habitants de Thessalonique qu’il avait invités à assister à des jeux. L’évêque de Milan, Ambroise l’excommunia et l’obligea à venir s’humilié en 391, lors des fêtes de Pâques. Alors que Théodose résidait à Constantinople, il a dû se déplacer à Milan, l’autre capitale de l’empire ! A cette période, les évêques commandaient aux empereurs ! Notons qu’Ambroise, évêque de Milan était plus puissant que celui de Rome (le pape). Il est probable qu’en échange de sa réintégration dans la communauté chrétienne, il dut promulguer l’édit qui interdisait tous les autres cultes. Ce qui permit aux fanatiques chrétiens de détruire impunément les lieux de cultes. Mais nombre de Romains, surtout parmi l’élite résistèrent. Athènes resta majoritairement païenne jusqu’en 529, date de la fermeture de l’école platonicienne.

Le suaire de Turin

Le suaire exposé de nos jours

Un peu d’histoire

Le suaire de Turin, ou plutôt le linceul de Turin, est une pièce de lin d’environ 4,4 mètres de long sur 1.1 de large. Il a été rapiécé car endommagé dans un incendie survenu en 1532. On devine une image d’homme supplicié de face et de dos. Il devint célèbre en 1898 lorsque le photographe Secondo Pia révéla que le linceul était l’image négative d’un homme qui pourrait être Jésus. On ignore toujours comment on a obtenu un négatif sur une étoffe, les croyants imputent ce miracle à la résurrection… dont on ignore tout du mécanisme.

Explication pour les plus jeunes qui n’ont connu que les photos numériques. Lorsqu’on photographie un objet, sa lumière entre par un petit orifice et se fixe sur une surface sensible. Les blancs sont fixés en noir (ils brûlent le film sensible) et les noirs deviennent blancs. On obtient un négatif. Pour restaurer l’image, on procède à une seconde exposition. Dans le cas du linceul, Secondo Pia a réalisé que le négatif qu’il avait obtenu révélait une image positive. Il n’avait pas besoin de l’exposer à nouveau.

Tête de l’homme (âgé ?) révélé par la photographie

Le linceul apparaît à Lirey, en Champagne vers 1350. On ignore d’où il vient, plusieurs hypothèses ont été formulées à son sujet suivant qu’on croit à son authenticité ou non. Pour les uns, il viendrait de Jérusalem via Constantinople pour les autres, il aurait été fabriqué à Lirey.

Il est intéressant de noter que lors de la construction de la collégiale de Lirey en 1353, les évêques accordent une bulle d’indulgences pour les fidèles qui visiteront l’église et les reliques. Les reliques y ont citées, mais le linceul n’apparaît pas. En 1389, l’évêque de Troyes, Pierre d’Arcis interdit l’ostension (l’exposition) du linceul, le considérant comme un faux, réalisé par une personne qu’il connaît. Mais les chanoines n’obéissent pas et le pape Clément VII autorise de montrer de nouveau le linceul aux fidèles à condition de mentionner que ce n’est pas une relique, mais que « la dite représentation n’est pas le vrai suaire du notre Seigneur Jésus-Christ ».

A partir de Lirey, le linceul a changé de mains et voyagé vers Chambéry (1502) où il aurait été endommagé par l’incendie de la chapelle du château. De là, il serait arrivé à Turin en 1578 où il sera conservé dans la cathédrale Saint-Jean-Baptiste.

Le suaire à Chambéry vers entre 1502 et 1532, date à laquelle un incendie l’endommagea.

Au Moyen-Age, plusieurs suaires ou linceuls sont montrés aux fidèles lors de l’évocation de la passion de Jésus. On en compte une quarantaine dont la majorité en France. Il y en a trois à Rome, deux à Aix-la-Chapelle et d’autres à Constantinople. Mais peu de linceuls affichent une image de crucifié, le suaire d’Oviedo (Espagne) est une des exceptions.

D’autres empreintes de Jésus

La relique la plus célèbre est le suaire de Véronique. Cette femme aurait essuyé le visage de Jésus lorsqu’il se rendait vers le lieu de son supplice, ployant sous le poids de sa croix. La figure de Jésus s’imprima miraculeusement sur le voile. C’est ce que raconte un apocryphe du VIe siècle : La vengeance du Seigneur.

Bien longtemps, cet événement a fait l’objet de la station VI du « chemin de croix » que les fidèles parcourent à Pâques. Cette station a été supprimée en 1991 par Jean-Paul II car non conforme aux évangiles. Le voile est toujours conservé au sanctuaire de Manoppello (Pescara) dans les Abruzzes, à 90 km de Rome. 

Une autre représentation de Jésus connue au VIe siècle est une toile représentant Jésus qui aurait été offerte au roi Abgar V d’Edesse, premier roi chrétien. Il régna de 13 à 50. Cette toile aurait été peinte d’après nature, donc du vivant de Jésus. Une autre version dit que la figure de Jésus serait apparue miraculeusement sur la toile.
L’objet aurait été rapporté à Paris en 1204, année du sac de la ville de Constantinople (chrétienne) par les Croisés (chrétiens) à la demande du doge de Venise (chrétien) pour payer le transport des troupes (4ème croisade). La toile figure dans l’inventaire des reliques de la Sainte-Chapelle construite en 1241. Elle aurait disparu à la Révolution française.
NB : Les chevaux de la basilique Saint-Marc de Venise ont également été volés à Constantinople. Ils ornaient l’entrée du cirque de la ville.

Vrai ou faux linceul ?

En 1978, avant une exposition (ostension) au public, une équipe de scientifiques est chargée d’analyser le linceul durant 5 jours. Leur rapport mentionne « qu’il est impossible d’exclure que le suaire soit celui décrit dans les évangiles ». En clair, « c’est possible qu’il ait contenu le corps de Jésus« .

En 1988, le pape Jean-Paul II accepte que des analyses au carbone 14 soient pratiquées sur le linceul. Trois laboratoires indépendants arrivent à une conclusion identique, la toile a été tissée entre 1260 et 1390.

Bien entendu, ce résultat n’empêche pas ceux qui veulent y croire de continuer à croire. Un site catholique qui confond information et manipulation conclut : « Les conclusions des recherches de 1978 témoignent de la vérité scientifique ainsi qu’à l’honnêteté de ces savants. On ne pourra pas en dire autant de ceux qui firent la datation au carbone 14″.

Comment aurait-on pu fabriquer ce suaire ? De nombreuses hypothèses ont été émises : on aurait pu « peindre » le corps sur le lé de tissu avec une préparation d’essence et d’huile puis ajouter du sang ou on aurait pu enduire un corps vivant ou mort des mêmes ingrédients et appuyer avec les mains sur tout le corps pour imprégner le tissu.

Que voit-on sur le suaire ?

Le plus simple est de le visualiser en 3D.

Le corps en 3 dimensions a été réalisé à l’Université et l’hôpital de Padoue, sous la direction du professeur Giulio Fanti (sans cravate sur la photo). Ce professeur aurait également inventé une nouvelle technique (personnelle) de datation qui appliquée au suaire donnerait la période de 33 à 250.
Les tâches ne sont pas sans rappeler la passion de Jésus décrite dans les évangiles : couronne d’épines, flagellation, blessure de lance dans la poitrine, clous dans les poignets et dans un pied.

NB : s’il y a bien du sang sur le tissu, pourquoi ne pas avoir réalisé une analyse ADN qui aurait pu se révéler très intéressante. Pour prouver que c’était bien du sang, les scientifiques en 1978 ont pratiqué plusieurs expériences… pas toutes concluantes. Ils n’ont pas utilisé le luminol (connu depuis 1913), un produit chimique présentant une luminescence bleue caractéristique, lorsqu’il est mélangé avec un oxydant adéquat. Il est utilisé en criminalistique pour détecter les faibles traces de sang laissées sur les scènes de crime.

Le corps représenté sur le linceul présente deux problèmes.

Pourquoi le corps n’est-il pas allongé : les jambes sont repliées, suivant l’idée qu’on se fait d’un crucifié ; de même la tête est penchée vers l’avant. On ne peut pas invoquer la rigidité cadavérique puisque les mains ont été ramenées sur les parties intimes
Mais la représentation est-elle exacte ? Il semble que non : pour avoir cette position, la face avant devrait être plus grande que la face arrière, pour suivre l’emplacement des jambes. Ce qui n’est pas le cas.

Pourquoi le corps est-il maculé de sang ? Le rite funéraire juif est très strict : le corps doit être lavé et les ongles coupées avant l’ensevelissement. Dans l’Évangile de Jean, on lit (Jean 19, 40) : « Ils [Joseph d’Arimathée et Nicodème] prirent donc le corps de Jésus et l’entourèrent de bandelettes avec des aromates suivant la manière juive d’ensevelir« . Jésus est donc bien enseveli suivant le rite juif.
Notons que les traducteurs de l’évangile dans la version TOB (Traduction Œcuménique de la Bible) parlent « des bandelettes« . La Bible de Jérusalem traduit « ils le lièrent de linges ». Linges et bandelettes sont des traductions possibles du mot grec utilisé dans l’évangile.
La TOB dit que lorsqu’on ouvrit le tombeau on découvrit (Jean 20, 6) « les bandelettes et le linge qui avait recouvert la tête« . Le même passage dans la Bible de Jérusalem est traduit : « Les linges ainsi que le suaire qui avait recouvert la tête« . Donc, pas de linceul complet d’après l’Évangile de Jean, contrairement aux trois autres.

Polémique

Un mort ne saigne pas (la pompe, le cœur s’étant arrêtée), on n’aurait pas dû trouver de sang sur le linceul. Ce fait a inspiré un auteur allemand Holder Kersten qui croit à l’authenticité du suaire de Turin. Dans son ouvrage de 1997, « La conspiration de Jésus », il affirme que Jean-Paul II a accepté et orienté la datation au carbone 14, pour discréditer le suaire. Les traces de sang prouvent que Jésus n’était pas mort lorsqu’on l’a descendu de la croix, il a continué à saigner !
L’opération de préparation des échantillons a été entièrement filmée pour éviter les mises en doute. Entièrement ? Non, trente minutes n’ont pas été filmées. Elles concernent l’emballage et étiquetage des échantillons pour « respecter leur anonymat« , certains échantillons neutres ayant été ajoutés aux tests.

Conspiration ! s’écrire l’auteur allemand.
Une lectrice qui signe « Madeleine » m’avait fait connaître une théorie, développée parallèlement par Holder Kersten, basée sur les évangiles (voir les commentaires : le procès de Jésus). Tous les évangiles sont d’accord sur un point : Jésus meurt dès qu’il a bu le « vinaigre » imbibant une éponge attachée à un roseau. « Pilate s’étonna [même] qu’il soit déjà mort » (Marc 15, 44).
Madeleine donne même le nom de la drogue absorbée : « la substance qui devait imprégner la fameuse éponge : c’est un extrait de la « coque du Levant » (Anamirta cocculus), une plante toxique et narcotique qui génère une sorte de catalepsie et une rigidité cadavérique sans qu’il y ait de réelle mort. »

Donc, si Jésus n’est pas mort sur la croix, il n’y a pas eu de résurrection, mais simplement un réveil. C’est cela que Jean-Paul II voulait cacher. Il aurait donc faussé l’analyse ADN pour qu’on déclare que le suaire n’était qu’un faux… dixit Holder Kersten.

Cette théorie présente un inconvénient : qu’est devenu Jésus après sa sortie du tombeau ? Il est apparu à ses disciples durant 40 jours nous dit la tradition, mais après ?

Et si Jésus n’avait pas existé

Lors d’une conversation avec un futur moine trappiste, il m’a confié que « même si Jésus n’avait pas existé, cela ne changerait rien à sa foi. L’affirmation est déconcertante, mais très logique. Ce n’est pas un Jésus historique qui a fait l’histoire, mais le souvenir qu’il a laissé.

Qui se cache derrière le personnage de Jésus dont le nom hébreu est Yeshoua, Dieu (YWHW) sauve ? Répondre à cette question est impossible tant les souvenirs qu’a laissé le personnage sont différents parmi les transmetteurs de la tradition. Sans oublier les transformations que ces souvenirs ont subi délibérément pour coller au dogme. Ce que l’on peut affirmer, c’est que le personnage appelé Jésus était juif, ses compagnons étaient juifs respectueux de la religion juive et que leurs vies se sont déroulées en Judée en un temps très troublé où l’attente d’un sauveur du peuple, un messie était de plus en plus perceptible, jusqu’à l’éclatement de la grande révolte de 66 à 70.

Articles connexes

Sur Marcion : Jésus est un être céleste, envoyé par le vrai Dieu
Sur les esséniens : les manuscrits de la Mer Morte
Sur le Maître de Justice : maître de la secte du Yahad
Sur les gnostiques : Jésus est un éon qui guide vers le retour dans le monde divin par la connaissance
Sur le messie dans le monde juif
Sur le « verbe », le « logos » dans la monde grec

Que dit le Nouveau Testament de Jésus

Le Nouveau Testament nous présente Jésus sous plusieurs facettes : un Jésus évanescent, un Jésus discret, un Jésus autoritaire.

Épîtres de Paul

Les épîtres de Paul sont les premiers textes chrétiens d’après la tradition. Paul aurait écrit ces lettres dans les années 50. Étrange personnage que ce Paul qui part évangéliser le monde romain de langue grecque sans avoir connu Jésus. Il l’a vu en songe. Il ne connaît rien de lui, sinon qu’il est né d’une femme, qu’il a été crucifié et qu’il a ressuscité. De plus, il crée un néologisme pour le nommé : Jésus-Christ. Il affirme :

Car, je vous le déclare, frères : cet évangile que je vous ai annoncé n’est pas de l’homme et d’ailleurs, ce n’est pas par un homme qu’il m’a été transmis ni enseigné, mais par une révélation de Jésus-Christ. (Galates 1, 11-12)

Parfois on se demande s’il parle d’un personnage ou d’un concept. Cependant, on ne peut pas le juger d’après ses épîtres qui ne sont que des recadrages et des recommandations à des communautés qu’il a créées… on ne sait comment. Quels étaient les arguments qu’il a développés pour amener à croire en un personnage qu’il n’a pas connu ? On n’en sait rien.

Évangile selon Marc

L’Évangile selon Marc est le premier à avoir été écrit, apparemment durant la grande révolte des Juifs contre les Romains. Il est donc écrit par la génération suivante, probablement dans une communauté créée par Paul. La préface de l’évangile retient toute notre attention : la traduction peut être biaisée. Dans les versions françaises, on lit : « Commencement de l’Évangile de Jésus Christ Fils de Dieu ». C’est exactement ce que dit le dogme.
Le professeur Bart Ehrman, qui écrit en anglais, traduit : « Commencement de l’Évangile de Jésus, le Messie, fils de Dieu« . Ça a l’air d’être la même chose, mais à cause de la ponctuation, c’est très différent. Ici, Jésus est le messie, c’est dit clairement, alors qu’en français, on peut penser qu’on utilise la désignation de Paul : Jésus-Christ. Ensuite, en français, Jésus est le Fils de Dieu. Pas en anglais, c’est la fonction de Messie qui donne le statut de fils de Dieu. Le roi David était considéré comme un messie, il avait reçu l’onction des mains du prophète Samuel, ce qui lui conférait le statut de fils de Dieu : « Je (c’est Dieu qui parle) serai pour lui un père, et il sera pour moi un fils » (2Samuel 7, 14).

Notons l’ambiguïté de la notion d’évangile. « C’est l’Évangile de Jésus » : Jésus aurait-il écrit un évangile ? N’aurait-il pas fallu traduire par : « Commencement de la bonne nouvelle annoncée par Jésus, le Messie, fils de Dieu » ?

Dans cet évangile, la communauté de Marc se souvient de Jésus comme du messie que personne ne comprend. Il a de l’autorité, mais il est incompris aussi bien de sa famille que de ses disciples. Quand enfin Pierre croit reconnaître en lui le messie, Jésus recommande le secret : « Et il leur commanda sévèrement de ne parler à personne » (Marc 8, 30).

Les traducteurs des évangiles aujourd’hui n’emploient pas le terme hébreu « messie« , mais utilisent son interprétation grecque « christ« . Peut-être pour ne pas choisir entre les différentes significations que les Juifs donnaient à ce terme : un nouveau roi ou un messie cosmique qui détruirait les oppresseurs d’Israël et établirait le royaume de Dieu sur terre. C’est un thème récurrent dans l’Évangile de Marc.

Évangile selon Jean

Ici, on n’est plus dans le monde juif, mais dans une communauté grecque. Jésus est un être divin descendu du ciel, un être égal à Dieu. C’est exposé très clairement dans le prologue, un long poème : « [1] Au commencement était le Verbe et le Verbe était tourné vers Dieu et le Verbe était Dieu… [14] Et le Verbe s’est fait chair et il a habité parmi nous et nous avons vu sa gloire… » (Jean 1, 1-18). Le Verbe est un attribut de Dieu, il ne peut pas en être séparé, donc Jésus (le Verbe) est Dieu.

Le souvenir de Jésus dans la communauté de Jean est tout différent de celui présent dans la communauté de Marc. Ici, Jésus fait des miracles, non plus pour faire le bien, mais pour montrer sa puissance, il s’affiche comme Fils de Dieu. S’il guérit un aveugle, il déclare qu’il est « la lumière du monde », s’il procure de la nourriture, il déclare qu’il est « le pain de la vie », s’il ressuscite un mort, il déclare être « la résurrection et la vie ».

Il va même plus loin dans ses déclarations : « Moi et le Père, nous sommes un » (Jean 10, 30). A ces mots, les Juifs lui lancèrent des pierres. Il a fait plus fort : « En vérité, je vous le dis, avant qu’Abraham fût, Je Suis« . (Jean 8, 59). Cette nouvelle prétention lui a valu de nouveau d’être lapidé. Il faut savoir que « Je Suis« , est le nom par lequel Dieu s’est révélé à Moïse sur le mont Sinaï, c’est la traduction de YHWH ! Il y a donc un monde de différence entre le souvenir laissé par Jésus à Marc et à Jean. Chez Jean, il aurait pu être condamné pour blasphème, chez Marc, il fut condamné comme un perturbateur de l’ordre public, mort en brigand entre deux brigands.

Jésus serait le Maître de Justice des esséniens

J’ai déjà consacré un article au Maître de Justice. Ce personnage apparaît dans les manuscrits trouvés dans les grottes surplombant le site de Qumran dès 1947. Ces documents nous livrent peu de choses sur la vie du personnage. Il semble être le fondateur d’une secte appelée Yahad (l’Unité). Il aurait « reçu de Dieu la révélation du sens caché des Écritures« . Son autorité est fondée sur sa faculté à interpréter les textes bibliques, à expliquer la Loi.

Il aurait vécu au Ier siècle avant notre ère selon une des hypothèses le concernant. C’est cette période qui le relie à Jésus… à partir du Talmud qui fait de Jésus le disciple de rabbi Yeoshoua ben Pera‘hiya. D’après ce texte du Talmud, Jésus serait né la quatrième année du règne d’Alexandre Jannée, soit en 99 avant notre ère.

Le Maître de Justice est persécuté par le grand prêtre du temple de Jérusalem (appelé le prêtre impie dans les textes de Qumran) et il doit s’enfuir, probablement à Qumran ou à Damas.

Le Commentaire des Psaumes, dont des fragments ont été retrouvés dans les grottes 1 et 4, dit que le Maître de Justice est le Juste mentionné dans le psaume 37 (de la Bible) et qu’il a été mis à mort et ressuscité par Dieu :

« L’impie guette le juste et cherche à le mettre à mort. Yahvé ne l’abandonnera pas dans sa main et ne le laissera pas condamner quand il sera jugé » [Psaume 37, 32-33]. L’explication de ceci concerne le prêtre impie, qui a guetté le juste et l’a mis à mort, mais Dieu a délivré son âme de la mort et il l’a réveillé par l’esprit qu’il a envoyé vers lui. Et Dieu ne l’a point laissé périr quand il a été jugé.

En résumé, le Maître de Justice vécut au Ier siècle avant notre ère, comme Jésus dans le Talmud. Il fut un brillant prédicateur, interprète de la Loi, fondateur d’une secte. Il est mort, condamné par les prêtres du Temple et il ressuscita. C’est très peu pour prêter foi à cette identification, mais assez pour ne pas rejeter le parallèle entre la secte de Qumran et les premiers chrétiens : la secte disparaît quand les chrétiens apparaissent.

Jésus aurait été un fils de Judas le Galiléen

Un peu avant sa mort, Luigi Cascioli m’avait fait parvenir son livre la « Fable de Christ » dans lequel il argumente sur l’usurpation d’identité de Jésus. Sur base de ce livre, dont le sous-titre est sans ambages, il a intenté un procès à l’Église catholique, en fait au curé de son village, non seulement pour « usurpation d’identité » mais aussi pour « abus de crédulité populaire ». Il fut débouté et condamné à payer 1600 EUR : la Justice italienne ne s’immisçant pas dans une controverse religieuse. Il se tourna alors vers la Cour européenne des Droits de l’Homme à Strasbourg. Il n’a pas eu l’occasion d’en connaître le verdit, il est décédé en 2010.

Pour Luigi Cascioli, un ancien séminariste, Jésus serait Jean, fils de Judas le Galiléen (ou Judas de Gamala). Judas se révolta contre le recensement de Quirinus en 6 ou 7 de notre ère, lorsque les Romains annexèrent la Judée. Jésus/Jean aurait donc été un révolutionnaire comme son père, un zélote et aurait été crucifié comme tel, comme ses frères Jacques et Simon, ce que relate Flavius Josèphe dans le livre XX des Antiquités Juives. Remarquons que Simon et Jacques sont aussi des frères de Jésus, cités dans les évangiles, normal si « Jésus » est bien le fils de Judas le Galiléen.

A Fadus succéda Tiberius Alexander (46-48) … C’est aussi à ce moment que furent accablés les fils de Judas le Galiléen qui avait excité le peuple à se révolter contre les Romains lorsque Quirinus procédait au recensement de la Judée, comme nous l’avons raconté précédemment. C’étaient Jacques et Simon.

Luigi Cascioli n’apporte aucune preuve directe, mais de nombreux soupçons, à commencer par une affirmation du philosophe de langue grecque, Celse (IIe siècle), dans son ouvrage le « Discours véritable ».

Celui à qui vous avez donné le nom de Jésus était en réalité le chef d’une bande de voleurs dont les miracles qui lui sont attribués ne sont que des manifestations utilisant la magie et des tours ésotériques. La vérité est que tous ces soi-disant faits ne sont que des mythes que vous vous avez fabriqués sans pour autant être en mesure de donner à vos mensonges une teinte de crédibilité.

Des temps troublés, des temps messianiques

Luigi Cascioli insiste sur l’état insurrectionnel qui régnait au premier siècle de notre ère en Judée. Ces temps messianiques commencent avec la révolte de Judas et se terminent avec la grande révolte de 66-70(74) qui aboutit à la destruction des forces juives.
Cet état de révolte, d’insoumission est très bien décrit dans le « Rouleau de la Guerre » trouvé dans les grottes de Qumran. Les sectaires du Yahad, ou les esséniens si l’on veut, n’ont rien de pacifiques, ils se considèrent comme les « fils de la lumière » qui doivent détruire à tout prix les « forces des ténèbres », les « Kittim« , les envahisseurs romains. Le Livre de l’Apocalypse, dans le Nouveau Testament, défend les mêmes idées, celles du combat du Bien contre le Mal. Ils attendent la venue d’un messie pour les guider dans leur combat et s’asseoir sur le trône d’Israël.

Assur [Rome] tombera et personne ne l’aidera, la domination des Kittim disparaîtra en faisant succomber l’impiété sans laisser aucune trace et il ne restera même pas un refuge pour les fils des ténèbres. Le jour où les Kittim tomberont, il y aura un grand massacre en la présence du dieu d’Israël. (extrait du Rouleaux de la Guerre)

On vient de voir que deux des fils de Judas de Gamala avaient été crucifiés en 46-48 sous le procurateur romain Tiberius Alexander, qui soit-dit en passant était le neveu du philosophe juif Philon d’Alexandrie (mort en 45). Vers 52, sous le procurateur Félix, une forte armée se masse au sud de Jérusalem, elle est commandée par un autre fils de Judas, Jean… d’après Luigi Cascioli. Voici ce qu’en dit Flavius Josèphe dans le livre XX des Antiquités Juives :

Les actes des brigands remplissaient ainsi la ville d’impiétés de cette sorte… Beaucoup les écoutèrent et furent châtiés de leur folie, car Félix les livra au supplice quand on les amena devant lui. À ce moment-là vint à Jérusalem un Égyptien qui se disait prophète et qui conseilla à la populace de monter avec lui au mont appelé le Mont des Oliviers, qui se trouve en face de la ville, à cinq stades de distance. Il répétait, en effet, aux gens qu’il voulait leur montrer de là comment sur son ordre les remparts de Jérusalem s’écrouleraient et il promettait de leur frayer ainsi un passage. Félix, lorsqu’il apprit cela, ordonna à ses soldats de prendre les armes et, s’élançant hors de Jérusalem avec beaucoup de cavaliers et de fantassins, il attaqua l’Égyptien et ceux qui l’entouraient ; il en tua quatre cents et en fit prisonniers deux cents. L’Égyptien lui-même s’échappa de la mêlée et disparut. À nouveau les brigands excitaient le peuple à la guerre contre les Romains, en disant qu’il ne fallait pas leur obéir, et ils incendiaient et pillaient les villages de ceux qui leur résistaient.

Flavius Josèphe ne parle pas de Jean, mais d’un Égyptien ! « C’est une interpolation des scribes chrétiens pour effacer toute trace de Jean martèle Luigi Cascioli : que viendrait faire un étranger dans une révolte messianique en Judée ?« 

Malgré la sympathie que m’inspire cet homme qui va au bout de ses convictions, je dois avouer que tout n’est pas « irréfutable » dans sa démonstration. Jean, le fils de Judas le Galiléen, n’a pas plus d’existence historique que Jésus. Flavius Josèphe ne le cite pas parmi les fils de Judas.
Mais pourquoi Luigi Cascioli a-t-il choisi Jean, que personne ne cite alors que Judas avait un autre fils Jaïr dont on ne connaît peut-être pas la destinée, mais qui est le père de deux révolutionnaires cités par Flavius Josèphe : Ménahem qui défendit Jérusalem en tant que chef des sicaires lors du siège soutenu par Titus et Éléazar qui commandait les défenseurs la forteresse de Massada. NB : certains historiens font de Ménahem un fils de Judas, si c’est le cas, c’était un vieillard ! Son père s’est révolté 60 ans avant le siège de Jérusalem.

NB : Quelle est la différence entre un zélote et un sicaire ? Pas facile à dire, certains affirment que « sicaire » était le nom que les Romains leur donnaient car ils assassinaient avec un petit poignard (sica) et que « zélote » était celui qu’ils se donnaient, car ils étaient zélés dans la dévotion à Dieu.

Comment passe-t-on de Jean à Jésus ?

Voici la théorie de Luigi Cascioli : après la destruction du temple et des armées juives, le parti religieux du mouvement révolutionnaire change de stratégie. Dieu a puni les Juifs du parti politique armé pour avoir mal compris son message et tenter une action impie. Le messie ne sera pas un roi guerrier, mais un Sauveur spirituel qui apportera la paix et la vie éternelle, comme dans les cultes à mystères qui font fureur dans l’Empire. Le changement se reflète dans le dernier chapitre du Livre de l’Apocalypse (qui parle très peu de Jésus), après les catastrophes, les combats et la désolation vient la paix :

Au milieu de la place (de Jérusalem) … est un arbre de vie produisant douze récoltes… et son feuillage sert à la guérison des nations. Il n’y aura plus de malédiction. Le trône de Dieu et de l’agneau sera dans la cité et ses serviteurs lui rendront un culte. (Ap. 22, 2-3)

Mais qui est ce Sauveur ? Est-il à venir ou est-il déjà venu ? Dans les autres cultes, il est déjà venu. Il faut donc en trouver un. Mais qui, puisque personne ne l’a reconnu ? Un homme ayant existé ou un être céleste ?On choisit donc un prédicateur. Or l’ Égyptien, Jean pour Cascioli, se disait prophète, il fera donc l’affaire : il est normal qu’on ne l’ait pas reconnu, c’était prévu dans les écritures :

Comme un surgeon il (le Messie) a grandi comme une racine en terre aride ; sans beauté, sans éclat pour attirer nos regards et sans apparence qui nous eût séduit ; objet de mépris, abandonné des hommes, homme de douleur, familier de la souffrance… (Isaïe 53, 2-3)

Le parti religieux construira la vie du Messie d’après des passages de la Bible : tout était écrit, mais on n’a pas compris. Cet homme dont il valait mieux taire le nom, on l’appellera Yeshoua, le Sauveur en hébreu, donc Jésus. Il a maintenant un nom, on peut l’ajouter aux appellations génériques précédentes de Christ, Seigneur ou Sauveur. Christ devient Jésus-Christ.

Des traces dans les évangiles ?

Trouve-t-on dans les évangiles une trace de Jean, le zélote, fils de Judas de Gamala ? Changeons la question pour pouvoir y répondre : trouve-t-on des traces d’un révolté ayant passé son enfance à Gamala ? La réponse est OUI.
Dans les évangiles, la famille de Jésus réside à Nazareth. Cette ville est au bord de la mer, Jésus monte dans une barque pour prêcher. Elle se trouve à flanc d’un escarpement rocheux d’où on veut le précipiter. Or Nazareth est dans une plaine vallonnée à 40 km de la mer de Galilée (le lac de Génésareth). La description de Nazareth correspond en tout point au village de pêcheurs de Gamala.

Certains passages des évangiles font plus penser à un révolutionnaire, un zélote, qu’à un doux agneau :

  • N’allez pas croire que je sois venu apporter la paix sur la terre ; je ne suis pas venu apporter la paix, mais le glaive (Mt. 10,34)
  • Pensez-vous que je sois apparu pour établir la paix ? Non, je vous le dis, mais la division (Lc. 12,51)
  • Si quelqu’un vient à moi sans haïr son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères, ses sœurs, jusqu’à sa propre vie, il ne peut être mon disciple (Lc. 14,26)
  • Seigneur, permets-moi de m’en aller d’abord enterrer mon père… [Jésus répond] Suis-moi et laisse les morts enterrer leurs morts (Lc. 10,16)
  • Mais maintenant, que celui qui a une bourse la prenne, de même celui qui a une besace, et celui qui n’en a pas vende son manteau pour acheter un glaive (Lc. 22,36)
  • Je suis venu jeter un feu sur la terre, et comme je voudrais que déjà il fût allumé (Lc. 12,49)
  • Quant à mes ennemis, ceux qui n’ont pas voulu que je règne sur eux, amenez-les ici et égorgez-les en ma présence (Lc. 19,27)
  • Jésus dit : « J’ai jeté le feu sur l’univers et je veille sur lui jusqu’à ce qu’il l’embrase » (Thomas, logon 10)
  • Jésus dit : « Certainement les hommes pensent que je suis venu pour répandre la paix sur la terre. Mais ils ne savent pas que je suis venu y jeter la discorde, le feu, l’épée et la guerre… » (Thomas logon 17). On retrouve les mêmes propos dans Lc. 12,51 et dans Mt. 10,34.

Enfin, le choix de ses disciples n’est pas très judicieux pour un prédicateur, fils de Dieu, mais se comprend mieux pour un messie-roi qui veut reconquérir le pouvoir.
Nous trouvons deux zélotes, des frères de Jésus : Simon le zélote et Juda (Jude) le zélote.
Simon-Pierre est appelé Barjona, que les traducteurs ont rendu par fils de Jonas (bar Yona), alors que son père s’appelle Jean (Yehohanan en hébreu) dans les Actes de Pierre. « Barjona » en araméen signifie « hors-la-loi ». Si on l’appelle Pierre ou Képhas, c’est à cause de sa carrure.
J’ai consacré un artricle à Judas Iscariote, non pas l’homme de Kériote, mais plutôt le sicaire.
Ce n’est pas tout, les fils de Zébédée, Jean et Jacques sont dit « boanerges« , les fils du tonnerre.

Enfin, il faut se poser une question essentielle : pourquoi Jésus et ses disciples craignent-ils d’être persécutés ? Ce sont des juifs respectueux des Lois. Si les Juifs ne persécutaient pas les esséniens – qui vivaient en marge de la Loi, rejetaient le temple et ses sacrifices et suprême blasphème, avaient adopté un autre système de mesure du temps (solaire) que celui imposé par Dieu (lunaire) -, ils n’avaient aucune raison de persécuter les disciples de Jésus.

Conclusions

Même si Jésus, l’insaisissable, n’est pas Jean, le mystérieux, le raisonnement ci-dessus n’est pas inutile et amène une question essentielle : pourquoi au deuxième siècle, les théologiens chrétiens qui ont « connu » un Sauveur historique n’ont-ils pas réussi à convaincre ceux qui l’imaginaient céleste, comme Marcion ou les maîtres gnostiques Valentin, Basilide, Ptolémée ou Carpocrate. Pourquoi y a-t-il eu autant de sectes ayant des souvenirs tellement différents de Jésus ? Et qui peut dire que l’Église ait choisi le bon ?

La transmission de la tradition

Cet article est inspiré du livre de Bart Ehrman : Jésus avant les évangiles (Bayard 2017)

Avant d’être mis par écrit, les récits de la Bible, des évangiles et du Coran ont été colportés oralement. Le sens des récits s’est-il transmis correctement, intégralement ? Jusqu’il y a peu, on croyait que les peuples de l’oralité cultivaient une très bonne mémoire et que lors des récitations des récits traditionnels, les auditeurs corrigeaient le transmetteur s’il s’égarait. Les récentes études en sociologie, psychologie, neurosciences et anthropologie n’ont pas corroboré ces hypothèses.

La mémoire ne se constitue pas par image : on ne mémorise par une scène en entier, mais des flashes. Lors de la restitution des souvenirs, on comble les vides par des associations avec des souvenirs analogues issus d’expériences similaires. Les souvenirs sont une construction, ils varient dans le temps, en fonction des interlocuteurs et du milieu où ils sont évoqués. Les souvenirs se déforment.

Comment se transmet la tradition

Milman Parry et son élève Albert Lord ont mené des études sur l’oralité. Au départ, ils voulaient comprendre comment de longs poèmes comme l’Iliade ou l’Odyssée s’étaient transmis. Ils ont étudié la tradition de la poésie épique chantée, encore de nos jours, dans l’ancienne Yougoslavie. Ils ont donc enregistré plusieurs performances des chanteurs. Et consternation ! ils ont constaté que si l’essentiel demeure, les détails sont modifiés, parfois considérablement. L’interprète modifie le chant en fonction de ses intérêts, mais aussi du temps qui lui est alloué ou de ce que l’auditoire veut entendre.

Des expériences semblables ont été menées au Ghana par Jack Goody, sur plusieurs années. Il s’est aperçu que certains éléments essentiels du mythe raconté par les Lodagaa avaient disparus entre 1951 et 1970.
A quelques jours d’intervalle, le même récitant passait de 1646 versets à 2781… vu l’intérêt de l’interlocuteur. Il brode, ajoute des détails, vagabonde. Que va raconter l’interlocuteur de la première version et celui de la seconde ?

Ces études et bien d’autres montrent que plus on raconte, plus on modifie le récit et quand le souvenir d’une personne sert de base au souvenir d’une autre, il n’y a aucune chance que l’on retrouve l’information initiale.

Les conteurs ne cherchent pas à reproduire les traditions avec exactitude, ce n’est pas leur souci principal. L’auditoire aussi bien que le contexte affectent la manière dont l’histoire est racontée ou l’enseignement transmis. Le témoignage original est perdu et on ignore si le noyau essentiel de l’histoire survit.

La mise par écrit, à un moment donné, va figer le récit. Un « original » va alors servir de référence. On quitte l’oralité pour l’écrit.

Conséquences sur les textes sacrés

Le Coran

De nos jours, le Coran doit être récité tel qu’il a été consigné dans la version de Médine, composée au Caire en 1923 à partir de corans plus anciens. Dans les écoles coraniques, les élèves mettent trois ou quatre ans pour apprendre par cœur les quelques 6236 versets du Coran, souvent sans en comprendre le sens : le Coran se récite en arabe quelque soit la langue de l’élève.

En est-il toujours été ainsi ? Le Coran a-t-il été de tout temps considéré comme immuable : « chaque terme dans la langue du Coran a un certain poids, chaque voyelle a sa raison d’être et le simple fait d’omettre une voyelle peut être lourd de conséquence », comme on peut lire dans l’introduction du Coran de Médine.

Le Coran aurait été mis par écrit sous le calife Uthman vers 650, vingt ans après la dernière révélation (voir l’article sur le Coran). Avant cette mise par écrit (et aussi par après), la récitation était beaucoup plus libre comme le prouve le hadith des sept ahruf (ahruf peut être pris ici dans le sens de différences).
Le récit met en scène Umar, le deuxième calife et un compagnon du prophète. Ils ne sont pas d’accord sur la façon de réciter des versets. Ils demandent donc l’arbitrage de Mahomet. Umar récite les versets et Mahomet avalise la récitation en disant : « C’est bien ainsi qu’ils m’ont été révélés ». Umar jubile. Mahomet demande alors au compagnon de lui donner sa version. Mahomet confirme : « C’est bien ainsi qu’ils m’ont été révélés ». Même si cette histoire n’est pas vraie, elle montre que dans la période du proto-islam, le fond était plus important que la forme et que très vite, du vivant même de Mahomet, les versets récités divergeaient. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle le Coran a été mis par écrit.

Les évangiles

La modification des souvenirs est encore plus marquée dans les évangiles. Ils sont au nombre de quatre et ils différent grandement sur les détails, mais aussi sur l’essentiel. Dans les évangiles synoptiques, Jésus annonce l’arrivée imminente du royaume de Dieu sur terre. L’Évangile de Jean, écrit plus tard lorsque qu’il est patent que la promesse n’a pas été tenue, n’insiste plus sur le royaume de Dieu sur terre, mais sur une vie éternelle dans l’au-delà.

Bert Ehrman cite un cas intéressant : le voile du temple qui se déchire.
Dans l’Évangile de Marc, le plus ancien (15, 38), on lit :

… Jésus expira. Et le voile du sanctuaire se déchira en deux, du haut en bas.

Dans l’Évangile de Matthieu (27,51-53), l’événement prend une tout autre ampleur :

Et voici que le voile du sanctuaire se déchira en deux, du haut en bas ; la terre trembla, les rochers se fendirent ; les tombeaux s’ouvrirent, les corps de nombreux saints défunts ressuscitèrent : sortis des tombeaux, ils entrèrent dans la ville et apparurent à un très grand nombre de gens.

Pourquoi cette différence ? Il est malaisé de répondre à cette question. Bart Ehrman tente une explication : le sanctuaire du temple de Jérusalem, le saint du saint est l’endroit où Dieu était sensé demeurer. Le voile se déchirant, Dieu sort du temple et tout le peuple, plus seulement les prêtres, ont accès à Dieu. Dans les versions les plus anciennes de l’Évangile de Marc (IVe siècle), le récit de la résurrection est absent. C’est la mort de Jésus et non sa résurrection qui sauve les hommes.

Matthieu vient après Paul qui a basé tout son discours sur la résurrection, lui qui n’a pas connu Jésus, qui ne l’a vu qu’en songe. Matthieu parle donc de la résurrection, mais ne sait que faire avec le voile du temple. Il ajoute donc des détails… incongrus.

La Bible hébraïque

On n’a pas de récits parlant de différences de récitation, comme pour le Coran, ni de plusieurs versions comme pour les évangiles, on peut néanmoins penser que les récits ont été modifiés lors des transmissions successives. On peut en voir des exemples dans le récit de Moïse repris par quatre livres différents de la Torah, où dans la vie des rois qui sont contées dans les Livres des Rois et dans le Livre des Chroniques.

Lors de la conquête d’Israël par les Assyriens en 722, un grand nombre d’Israélites ont fui vers la Judée, emportant avec eux leurs traditions orales. Ces récits ont été fusionnés avec les récits des Judéens pour constituer une histoire unique, créant la filiation Abraham (Judée), Isaac (ajout) et Jacob (Israël).

Conclusions

Les textes « saints » reprennent souvent des souvenirs déformés de récits colportés par plusieurs générations de conteurs dont l’objectif principal n’étaient pas la vérité historique.

Jacques, des apôtres de Jésus

Le nom des apôtres de Jésus ne semble pas avoir été un sujet très important pour les premiers chrétiens. Leurs noms ont vite été oubliés. Ainsi l’Évangile de Jean n’en cite que cinq. Et dans les évangiles synoptiques, la liste est constante à une exception près, Jude n’est cité que par Luc et est remplacé par Thaddée dans les autres évangiles :

  • Dans l’Évangile de Luc (6, 12-16) on trouve : Simon (appelé Pierre), André (son frère), Jacques, Jean, Philippe, Barthélemy, Matthieu, Thomas, Jacques (d’Alphée), Simon (appelé le Zélote), Jude (de Jacques) et Judas.
  • Dans l’Évangile de Marc (3, 13-19) : Simon (appelé Pierre), Jacques (de Zébédée), Jean (son frère), André, Philippe, Barthélemy, Matthieu, Thomas, Jacques (d’Alphée), Thaddée, Simon (le Zélote) et Judas.
    Il semble que cette liste ait été « retravaillée », car dans le récit du recrutement de Matthieu, le percepteur des taxes, Marc le nomme « Lévi d’Alphée » (Marc 2, 14). Ce qui ne simplifie pas les choses comme on va le voir.
  • Dans l’Évangile de Matthieu (10, 1-4) : Simon (appelé Pierre), André (son frère), Jacques (de Zébédée), Jean (son frère), Philippe, Barthélemy, Thomas, Matthieu, Jacques (d’Alphée), Thaddée, Simon (le Zélote) et Judas.

Pour sa part, l’Évangile de Jean ne donne pas de liste, mais cite, dans le texte : Simon-Pierre, André (son frère), Philippe, Nathanaël (un vrai Israélite), Thomas (dit Didyme).

Les Actes des Apôtres reprend la liste de l’Évangile de Luc, ce qui semble logique puisqu’on attribue aux deux textes le même auteur.
Les Actes sont plutôt une compilation qu’un texte écrit à une seule main. La livre comporte deux parties distinctes : (1) Pierre et Jean à Jérusalem et (2) les voyages de Paul. Ce sont des scènes juxtaposées plutôt qu’un récit continu. Dans la partie consacrée à Paul, on passe de la troisième personne du singulier (il) à la première du pluriel (nous).

Dans les Actes des Apôtres, on apprend que Judas a été remplacé par Matthias.

Jacques fils de Zébédée

Jacques, fils de Zébédée est aussi appelé Jacques le Majeur. C’est le seul apôtre dont les textes canoniques (le Nouveau Testament) nous livrent une vie « complète ». En effet, Jacques meurt dans les Actes des Apôtres. Ce qui est exceptionnel. Alors que les évangiles et les Actes des Apôtres ont été rédigés après la mort de la plupart des protagonistes, on ne parle que de la mort de Jacques… en une ligne :

A cette époque-là, le roi Hérode entreprit de mettre à mal certains membres de l’Église. Il supprima par le glaive Jacques, frère de Jean.

C’est bref, comme la biographie de Jacques : il fut un disciple de Jésus et a été exécuté par le glaive sous Hérode. Il s’agit ici d’Hérode Agrippa Ier, éduqué à Rome, où il fréquente les l’empereurs Caïus, dit Caligula et Claude. Caïus reçut ce surnom, qu’il détestait, lorsqu’il était enfant. Il accompagnait son père Germanicus sur les champs de bataille. On l’habillait comme un légionnaire ce qui lui valu le surnom de « petite godasse« .
Hérode Agrippa est le neveu d’Hérode Antipas, tétrarque de Galilée jusqu’en 39, et le petit-fils d’Hérode le Grand. Son nom latin est Marcus Julius Agrippa. Son amitié avec les empereurs l’a conduit aux plus hautes fonctions au Proche Orient, où il est devenu le maître de tous les territoires auparavant gouvernés par son ancêtre Hérode le Grand, dont la Judée en 41. Il est mort en 44. La mort de Jacques se situerait donc entre 41 et 44.

Mais Jacques va connaître une résurrection triomphale.
En 844, dans la Galice, au nord-ouest de l’Espagne, le roi d’Asturie, Ramire Ier (842-850), vient de subir une cuissance defaite devant le calife abd al-Raman II (822-852). Il s’est réfugié sur la colline de Clavijo. Là, il voit en songe un ange qui lui enjoint de tenter une offensive. Au cours du combat qui s’ensuit, un chevalier monté sur un cheval blanc, lance au poing, pourfend les Maures et assure la victoire des chrétiens. Ce cavalier n’est autre que saint Jacques surnommé depuis « Matamore« , le tueur de Maures.

Comment s’est-il retrouvé là ?
C’est saint Jérôme de Stridon (347-420), le traducteur de la Bible du grec en latin, grand pourvoyeur de légendes chrétiennes qui est à l’origine de ce miracle. Il a imaginé qu’avant de mourir à Jérusalem, Jacques serait allé évangéliser l’Espagne. Chaque contrée avait besoin d’un saint patron et Jacques était disponible.

Il aurait donc quitté l’Espagne après un bref et peu fructueux séjour avant de mourir à Jérusalem. Or, au IXe siècle, un ermite aurait été guidé vers un champ (campo) où tombaient des étoiles (estrella). A l’endroit de l’impact, dans un cimetière romain, il découvrit la tombe de saint Jacques. Compostelle était né.
A sa mort, son corps aurait été placé dans une barque en pierre, sans voile ni gouvernail. La barque aurait traversé la Méditerranée en 7 jours, passé les colonnes d’Hercule (détroit de Gibraltar), bifurqué à droite pour remonter vers le nord et aborder en Espagne à Iria Flavia (aujourd’hui Padron, la destination finale du pèlerinage de Compostelle… pour les courageux), port construit par l’empereur Vespasien, qui ne revêtira la pourpre que plus de 30 ans (en 68) après la mort de Jacques.

Jacques le Mineur, fils d’Alphée

La vie de Jacques le Mineur nous serait restée inconnue ou au mieux confuse (il est mort à plusieurs endroits !) si saint Jérôme de Stridon ne s’en était mêlé. Afin de respecter le dogme de la virginité perpétuelle de Marie, mis à mal par l’apparition des « frères de Jésus » dans les évangiles, il a fait des frères, des cousins. L’idée prend de l’ampleur au IXe siècle : on raconte que Marie aurait eu deux sœurs : la première appelée Marie et la seconde appelée Marie. Rien de très original.

La première, aussi appelée Salomé, a épousé Zébédée et a eu deux fils : Jean et Jacques (le Majeur, dont on vient de parler).
La seconde, aussi appelé Jacobé, est l’épouse d’Alphée dont elle a eu quatre fils : Jacques (le Mineur), Simon, Joset et Jude, soit les frères de Jésus dans les évangiles, qui deviennent alors ses cousins. Dans l’Évangile de Jean, elle est la femme de Clopas. On en conclut qu’Alphée s’appelait également Clopas.

Du coup, d’un personnage secondaire, Jacques émerge dans la lumière. Jacques le Mineur est Jacques le Juste, frère du Seigneur, qui dirigea la communauté de Jérusalem à la mort de Jésus. Il prit la tête du mouvement chrétien en essayant de lui garder une connotation juive. D’après Flavius Josèphe, dans le livre XX des Antiquités juives, il sera lapidé en 62.

Ayant appris la mort de Festus (60 à 62), l’empereur envoya Albinus (62 à 64) en Judée comme procurateur. Le roi enleva le pontificat à Joseph le grand-prêtre et donna la succession de cette charge au fils d’Anan, nommé lui aussi Anan…. [Il] était d’un caractère fier et d’un courage remarquable ; il suivait, en effet, la doctrine les sadducéens, qui sont inflexibles dans leur manière de voir si on les compare aux autres Juifs, ainsi que nous l’avons déjà montré. Comme Anan était tel et qu’il croyait avoir une occasion favorable parce que Festus était mort et Albinus encore en route, il réunit un sanhédrin, traduisit devant lui Jacques, frère de Jésus appelé le Christ, et certains autres, en les accusant d’avoir transgressé la loi, et il les fit lapider.

Le successeur de Jacques, si on en croit la tradition, ne sera personne d’autre que son frère Simon… un autre apôtre, nommé de Zélote. Donc, les derniers apôtres cités, Jacques, Simon et Jude seraient les frères de Jésus. J’ai consacré un article aux frères de Jésus.

Le professeur James Tabor (universités de Caroline du Nord et de Notre-Dame) dans son livre la « Véritable histoire de Jésus » va plus loin dans cette voie. Pour lui, Alphée ou Clopas serait le frère de Joseph et aurait épousé Marie, mère de Jésus, à la mort de Joseph. Les frères de Jésus seraient bien ses frères par la chair. Une dynastie constituée de ses frères aurait dirigé son mouvement à sa mort. Nous allons voir que cette théorie n’est pas sans fondement.
Si Simon était bien un zélote, il a dû prendre part à la guerre de 66-70 contre les Romains et la communauté de Jérusalem aura disparu.

Les Maries

Que disent les évangiles des différentes Maries (citations reprises de Wikipédia). Elles se trouvaient au pied de la croix lors du supplice de Jésus et elles ont accompagné son corps vers le tombeau.

  • Mt 27,56 : « Parmi les femmes qui étaient au pied de la croix, il y avait Marie de Magdala, Marie, mère de Jacques et de Joseph , et la mère des fils de Zébédée (Salomé). »
  • Mt 28,1 : « Marie de Magdala et l’autre Marie vinrent visiter le sépulcre. »
  • Mc 15,40 : « Il y avait aussi des femmes qui regardaient à distance, parmi elles Marie de Magdala, et Marie, mère de Jacques le petit et de Joset , et Salomé… »
  • Mc 15,47 : « Or Marie de Magdala, et Marie, mère de Joset regardaient où on l’avait mis.»
  • Mc 16,1 : « Lorsque le sabbat fut passé, Marie de Magdala, Marie, mère de Jacques , et Salomé, achetèrent des aromates, afin d’aller embaumer Jésus. »
  • Jn 19,25 : « Près de la croix se tenaient sa mère, la sœur de sa mère, Marie, femme de Clopas, et Marie de Magdala. »
  • Lc 24,10 : « Celles qui dirent ces choses aux apôtres étaient Marie de Magdala, Jeanne, Marie, mère de Jacques, et les autres qui étaient avec elles. »

On remarque que Salomé est nommé, par contre, on ne connaît pas le nom de la « mère de Jacques » et la mère de Jésus n’apparaît pas dans ces listes, sauf dans l’Évangile de Jean (en gras). Ce qui est très étrange. Sauf si Marie mère de Jacques et de Joset est aussi la mère de Jésus (passage souligné).

On m’opposera que Jésus sur la croix a confié sa mère à l' »apôtre qu’il aimait » et qu’il ne l’aurait pas fait si sa mère avait eu un mari ou un enfant pour prendre soin d’elle. Mais cet épisode n’est raconté que par le seul Évangile de Jean. Évangile dans lequel Jésus est crucifié le jeudi, lors que sa troisième visite à Jérusalem. Alors que les autres évangiles situent sa mort le vendredi, lors de son premier séjour à Jérusalem.
La vie de Jésus a été construite par la tradition à partir d’éléments disparates. Sa naissance a été empruntée à l’Évangile de Luc, son ministère à l’Évangile de Matthieu et ses dernières paroles à l’Évangile de Jean. La vie de Jésus est un récit théologique et hagiographique, pas une biographie écrite par un historien.

Que sont devenues les Maries ?

La légende raconte que Salomé, Jacobé et Marie de Magdala (Marie-Madeleine) ont pris place dans une barque en pierre, sans voile ni gouvernail (tiens, tiens) qui aurait accosté dans le sud de la France dans le village qui porte aujourd’hui le nom de Saintes-Marie de la Mer, en Camargue.
Leurs reliques ont été découvertes de 1448 par le roi René, comte de Provence, roi de Naples et de Sicile. Le tombeau de Marie de Magdala est vénéré dans une grotte, où elle se serait retirée, à Plan-d’Aups-Sainte-Baume dans le département du Var.

Pour ajouter à la confusion

Vers le IVe siècle, des listes des apôtres et des disciples ont fleuri dans le monde chrétien. Ces recensions sont largement différentes et nous laissent dans l’indécision la plus complète. Mais nous ne sommes pas les seuls à nous y perdre. Que penser de saint Épiphane de Salamine (315-403), père de l’Église, lorsqu’il arrive au neuvième apôtre :

9. Jacques surnommé Thaddée, frère du Seigneur selon la chair, …

10. Thaddée dit aussi Lebbée,  frère du précédent, surnommé Jude de Jacques…

11. Jude, frère du Seigneur, à la suite de Jacques son frère…

Jacques est nommé Thaddée, Thaddée est nommé Jude… et Jude comme l’appelle-t-on ?
Pour Épiphane, Jacques et Jude, de même que Thaddée, sont bien les frères de Jésus… saint Jérôme n’était pas encore passé par là.