Le déluge

Le rapport du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat), constatant un réchauffement climatique anormal, prévoit une élévation du niveau des mers de 20 à 100 cm d’ici la fin du siècle. Va-t-on vers un nouveau déluge ?

Le déluge biblique

Dans la Bible, deux faits vont courroucer Dieu : « L’homme est méchant et son cœur ne forme que de mauvais desseins » d’une part et d’autre part : «Les fils de Dieu  trouvèrent que les femmes des hommes leur convenaient et ils prirent pour femmes toutes celles qu’il leur plut » (Ge. 6,2). La Genèse nous dit que les enfants nés de cette union devinrent les héros du temps jadis, des hommes fameux. Mais des écrits apocryphes en font des décadents qui perturbent la bonne marche du monde. Le livre d’Hénoch les nomme les « veilleurs« .

Quoi qu’il en soit, Dieu décide d’effacer son œuvre. Seuls Noé, sa femme, ses trois garçons et leurs épouses trouvent grâce à ses yeux. Nous sommes en 2349 avant notre ère, Noé a 600 ans.

Dieu lui donne des instructions pour construire une arche de trois étages pour y faire entrer un couple de tous les animaux. Quelques lignes plus loin, on parle de 7 couples pour les animaux purs. Cet ajout est d’une importance capitale pour la « crédibilité » du récit, car dès que le déluge est terminé, Noé offre un holocauste à Dieu en sacrifiant taureau, brebis, agneau et autre tourterelle. S’il n’y avait eu qu’un couple, nous n’aurions pas connu ces animaux.

Quand Noé eut terminé l’embarcation, le déluge (mabboul en hébreu) se déchaîna, il plut pendant 40 jours et 40 nuits. La terre fut submergée durant 150 jours. Lorsque les eaux se retirèrent, l’arche se trouvait sur le mont Ararat. Une nouvelle humanité pouvait commencer.

Dieu donne pour nourriture aux hommes « tout ce qui se meut et possède la vie ainsi que la verdure des plantes ».  Mais il ne pourra pas manger « la chair avec son âme, c’est-à-dire le sang ». Cette simple phrase justifie encore de nos jours l’abattage rituel pratiqué tant par les juifs que par les musulmans. Mais elle pose un problème dogmatique : les animaux ont-ils donc une âme ? En relisant bien la Genèse on s’aperçoit que l’homme a été créé végétarien, la viande était réservée à Dieu. Avec Noé, il devient omnivore.

Le récit du Déluge comporte plusieurs illogismes : pourquoi Dieu garde-t-il Noé et sa famille et ne crée-t-il pas un homme nouveau, sans défaut, en se basant sur son expérience ? D’où vient le surplus d’eau qui inonde la terre ? L’eau ne se crée pas, elle a un cycle : évaporation, condensation, précipitation, écoulement.

L’épopée de Gilgamesh

Le rédacteur du récit biblique ne s’est pas posé de questions, car il s’est inspiré d’une tradition plus ancienne. Vers 1870, l’archéologue George Smith qui déchiffrait des tablettes babyloniennes trouvées à Ninive (en Irak) eut la surprise de sa vie en y trouvant un récit du déluge proche de l’histoire de Noé… au grand dam du Vatican attaché à l’antériorité de la Bible sur tout autre récit. Il venait de découvrir l’épopée de Gilgamesh. Aujourd’hui, nous savons que plusieurs versions de l’histoire circulaient en Mésopotamie, dont un texte sumérien remontant au IIe millénaire.

Le héro, Atrahasis a été choisi par les dieux pour perpétuer la race humaine dont la destruction a été décidée pour punir les hommes de ne pas avoir offert de sacrifice aux dieux, dans le texte babylonien, ou pour avoir été trop bruyants, dans le texte sumérien : « Les cris de l’humanité m’ont importuné, moi Enlil, je suis privé de sommeil par leur brouhaha« .

Le vrai déluge

Le GIEC prévoit donc une montée des eaux d’un mètre d’ici la fin du siècle. Or, dans les calanques de Marseille, on a découvert une grotte ornée de peintures rupestres vieilles de 30.000 ans, dont l’entrée est située à 37 mètres sous le niveau de la mer. On peut la visiter virtuellement : https://www.youtube.com/watch?v=voaizaRHzv8, car pour y accéder, il faudrait un brevet de plongeur de type moniteur.

Comment est-ce possible ? Il y a environ 20.000 ans, la terre était au plus fort d’une ère glacière. Le niveau des eaux était de 60 à 120 mètres sous le niveau actuel ! La calotte glacière recouvrait le nord de l’Europe jusqu’aux Pays-Bas. Les mers Noire, du Nord et Baltique n’existaient pas. Le Détroit de Béring était une terre, la Béringie. L’Europe était couverte d’une steppe à perdre de vue parcourue par des troupeaux d’aurochs, de cerfs, de chevaux et de mammouths. Le cycle de l’eau s’était arrêté. Les précipitations étaient faibles, les arbres rabougris.

Lorsque la terre s’est réchauffée, la fonte des glaciers et des calottes, a permis aux précipitions de reprendre. La neige est tombée, elle a recouvert toute la steppe, privant les animaux de leur nourriture. Puis les pluies se sont abattues, faisant reverdir les arbres et favorisant l’émergence des forêts. Le niveau des mers se mit à grimper. Cette transformation a pris 10.000 ans, au moins. Vers -6000, la Scandinavie était encore couverte de glace et de neige. Notons que la fonte des icebergs n’influence pas la hauteur du niveau de la mer, ce ne sont que des « glaçons » dans l’eau.

Si les mers du Nord et Baltique se sont formées lors de la fonte des glaces, comment s’est formée la mer Noire dont la superficie n’était pas recouverte de calotte glacière. Le spectacle a dû être grandiose : les eaux s’engouffrant dans la cuvette en des dizaines de chutes semblables à celles du Niagara !

Des hommes ont assisté à ces bouleversements qui ont séparé des communautés et provoqué des guerres, repoussant les habitants des côtes vers l’intérieur des terres. Les Aborigènes d’Australie s’en souviennent encore : leurs traditions mentionnent le dieu grenouille qui après avoir ingurgité de grandes quantités d’eau les a vomi provoquant des cataclysmes et des guerres.

Situation de la terre il y a 20.000 ans. Les zones blanches sont les calottes glacières, les grises les terres émergées.
Et aujourd’hui ?

Quelle a été la cause du réchauffement climatique voici près de 20.000 ? La terre est soumise à des cycles de périodes glaciaires suivies de réchauffements. La cause est naturelle, c’est l’orientation de l’axe de la terre et la variation de l’orbite terrestre qui déterminent le climat. Cet axe se modifie régulièrement.

Alors le réchauffement actuel est naturel, il n’est pas dû à l’activité humaine ? NON, le réchauffement actuel n’est pas naturel. Nous sommes dans une phase du cycle stable qui devrait nous conduire dans 50.000 ans vers une nouvelle période glacière. Or, cette phase est bouleversée.

La situation est beaucoup plus grave que ce que prévoit le GIEC, qui n’étudie que les variations climatiques. Toutes les ressources de la terre s’épuisent. Les métaux rares, nécessaires pour la fabrication des composants électroniques s’amenuisent : l’or, l’argent, le palladium, le lithium, le tantale, le cobalt, etc. 13 millions d’hectares de forêts disparaissent par an, soit 4 fois la superficie de la Belgique. 90 % des espèces de poissons sont exploitées au maximum ou surexploitées. On n’assiste pas à une crise écologique, mais à une catastrophe écologique. Est-il trop tard pour éviter le chaos ?

Extrait du livre « L’événement anthropocène » de Christophe Bonneuil et Jean-Baptiste Fressoz

La fête des rois ? Quels rois ?

Épiphanie

Le 6 janvier, c’est l’Épiphanie pour les chrétiens. Ce mot, qui vient du grec, signifie « manifestation » ou « apparition« . De quelle manifestation s’agit-il ? L’objet de la célébration dépend du rite de l’Église.

Les orthodoxes célèbrent le baptême de Jésus? Non pas son baptême juif, qui a eu lieu huit jours après sa naissance (selon l’Évangile de Luc), mais son baptême par Jean le Baptiste sur le fleuve Jourdain alors qu’il avait une trentaine d’années.

L’Église arménienne célèbre la naissance de Jésus.

Tandis que les catholiques célèbrent la venue des « rois-mages ».

La naissance de Jésus dans les évangiles

Seul Évangile de Matthieu parle des « mages » :

« Jésus étant né à Bethléem de Judée au temps du roi Hérode, voici que des mages venus d’Orient arrivèrent à Jérusalem et demandèrent : où est le roi des juifs qui vient de naître ?« 

Matthieu et Luc ne sont pas d’accord sur les circonstances de la naissance de Jésus. Or ce sont nos seules sources, les autres évangiles restent muets à ce sujet, et les autres livres canoniques n’en parlent pas. Voici un résumé des faits.

Dans l’ Évangile de Matthieu
  • Hérode est le roi de Judée.
  • Les parents de Jésus habitent Bethléem.
  • C’est donc dans leur maison que naît Jésus.
  • Des mages venus d’Orient parlent de sa naissance à Hérode.
  • Puis, en mission d’espionnage pour le roi, ils viennent rendre hommage à l’enfant, lui offrant de l’or, de l’encens et de la myrrhe.
  • Avertis en songe des noirs desseins d’Hérode, ils ne repassent pas par Jérusalem renseigner Hérode sur le lieu de naissance de Jésus lors de leur retour au pays.
  • Joseph avertit de même fuit avec sa famille en Égypte.
  • Hérode dupé fait assassiner tous les enfants de Bethléem de moins de deux ans. Le massacre n’est pas corroboré par l’Histoire. Alors que la tradition parlait de milliers d’enfants tués, aujourd’hui, la Catholic Encyclopedia parle d’une vingtaine d’enfants et conclut que ce petit nombre explique que l’événement n’ait pas été commenté.
  • Après la mort d’Hérode, Joseph, Marie et Jésus viennent s’installer à Nazareth, en Galilée. Étrange le choix de cet endroit ! A la même époque, la région de Sépphoris, dont Nazareth était un village, est le centre de la révolte d’un certain Judas, descendant des Hasmonéens. La révolte sera matée, dans la sang, par les légions romaines de Varus, venant de Syrie. Deux mille rebelles seront crucifiés.
Dans l’ Évangile de Luc
  • Hérode est le roi de Judée. C’est la seule correspondance entre les deux récits !
  • Joseph et Marie habitent à Nazareth en Galilée.
  • Joseph emmène sa femme enceinte à Bethléem pour participer au recensement organisé par les Romains. Il serait un descendant du roi David (qui aurait vécu 1000 ans auparavant), originaire de cette localité. Le recensement de Quirinus a eu lieu en l’an 6 ou 7, soit onze ans après la mort d’Hérode.
  • Les auberges étant complètes, Jésus naît dans une étable. On l’installe dans la crèche, c’est-à-dire la mangeoire.
  • Les bergers des environs, avertis que le sauveur venait de naître, viennent lui rendre hommage.
  • Huit jours après la naissance, Jésus est présenté au temple de Jérusalem car « tout garçon premier-né sera consacré au Seigneur ». Ses parents sacrifient « un couple de tourterelles ou de pigeons… suivant la loi« .
La naissance du mythe

Donc, l’Évangile de Matthieu parle de mages. Il ne cite ni leur nombre, ni leur nom.

Quelques dizaines d’années plus tard (au VIe siècle ?), dans un apocryphe intitulé « L’Évangile du Pseudo-Matthieu » on lit :

« Alors ils ouvrirent leurs trésors et donnèrent de riches présents à Marie et à Joseph, mais à l’enfant lui-même, ils offrirent chacun une pièce d’or. Et l’un offrit de l’or, le deuxième de l’encens et le troisième de la myrrhe »

On sait maintenant qu’ils sont trois.
Ensuite, dans un autre apocryphe, « La vie de Jésus en arabe » (VIe siècle ?), on apprend qu’ils sont fils de rois :

« Lorsque Jésus naquit à Bethléem de Juda au temps du roi Hérode, les mages vinrent de l’Orient à Jérusalem- ainsi que l’avait prophétisé Zarathoustra-, portant des offrandes d’or, de myrrhe et d’encens. Certains prétendent qu’ils étaient trois, comme les offrandes, d’autres qu’ils étaient douze, fils de leurs rois, et d’autres enfin qu’ils étaient dix fils de rois accompagnés d’environ mille deux cents serviteurs »

Avec le temps, vers le VIIe siècle, dans l’ouvrage « Excerpta Latina Barbari« , ils seront rois eux-mêmes, ils sont devenus les rois-mages et on connaît leur nom : Melchior, Balthazar et Gaspard. Ils avaient été nommés Balthazar, Melkon et Gathaspar dans l’Évangile arménien de l’Enfance datant du VIe siècle.

On attribue à la mère de l’empereur Constantin (272-337), Hélène (252-330 ?), la découverte des squelettes des trois « Rois Mages », reliés par une chaînette en or. Ce qui ne fait aucun doute sur leur origine, se dit-elle ! Rapportés dans une châsse à Constantinople, ils ont été transférés à Milan et lors du sac de la ville (1162) par l’empereur germanique, Frédéric Barberousse (1122-1190), la châsse a été amenée à Cologne où on peut toujours la voir dans la cathédrale. Étrange que les « rois-mages » aient été inhumés à Jérusalem car la tradition rapporte qu’ils sont rentrés chez eux en évitant Jérusalem.

Reliquaire contenant les corps des trois rois-mages.

Les offrandes qui ont été faites à Jésus (l’or, l’encens et la myrrhe) sont conservées dans le monastère Saint-Paul du Mont Athos… ou à Moscou !

En Grèce ou en Russie ?
Et aujourd’hui ?

En 2005, le pape Benoît XVI, en visite à Cologne, a déclaré dans son homélie :

« La ville de Cologne ne serait pas ce qu’elle est sans les Rois Mages, qui ont tant de poids dans son histoire, dans sa culture et dans sa foi. Ici, l’Église célèbre toute l’année, en un sens, la fête de l’Épiphanie. C’est pourquoi, avant de m’adresser à vous, chers habitants de Cologne, j’ai voulu me recueillir quelques instants en prière devant le reliquaire des trois Rois Mages, rendant grâce à Dieu pour leur témoignage de foi, d’espérance et d’amour ».

Benoît XVI a employé deux fois le mot « foi ». Avoir la foi, c’est croire sans se poser de question, c’est avoir confiance absolue dans la tradition.

70 : Jérusalem incendiée par les légions romaines

Contexte historique

En 63 avant notre ère, le général romain Pompée, conquiert la Syrie en battant le dernier roi grec, Mithridate VI, d’origine perse. Pour la petite histoire, notons que son frère s’appelait Mitridate Chrestos. Personne ne lui a voué un culte, car « chestos » signifie « bon ou bienfaisant ».

La Judée, dirigée par la dynastie hasmonéenne qui a acquis une quasi indépendance vers 167 avant notre ère, s’est agrandie petit à petit en profitant de la faiblesse des Grecs, descendants des généraux d’Alexandre le Grand.

A l’arrivée des Romains en Syrie, deux frères se disputent le trône de Judée : Hyrcan II et Aristobule II. Pompée intervient, prend Jérusalem et fait de la Judée un protectorat romain sous le contrôle du gouverneur romain de Syrie. Après sa victoire, Pompée visite le temple de Jérusalem, ce qui sera considéré comme une grave profanation.

Suite à la guerre qu’il a menée en Judée, Pompée ramène à Rome des prisonniers qui lorsqu’ils passeront du statut d’esclaves à celui d’affranchis constitueront les premières communautés juives de Rome. A cette époque, Babylone et Alexandrie (Egypte) comptaient déjà d’importantes communautés juives.

Avec l’accès au trône d’Antigone, le neveu d’Hyrcan II, la situation devient confuse. Les Parthes, ennemis des Romains, qui occupaient un vaste territoire à l’est de l’Euphrate, envahissent Israël.

L’empire romain et l’empire parthe sous l’empereur Auguste. La carte est extraite de l’Atlas historique mondial de Christian Grateloup que je recommande chaudement.

En 37 avant notre ère, les Romains placent Hérode sur le trône de Judée. Il sera appelé le Grand à la suite des travaux qu’il va entreprendre dans le pays : construction de villes (Césarée maritime, etc.), de forteresses (Machéronte, Massade, etc.), d’un théâtre et d’un amphithéâtre à Jérusalem et surtout il va agrandir et embellir le temple de la ville qui deviendra un des temples les plus imposants de l’Empire romain. Les travaux débuteront en 19 avant notre ère et se termineront 82 ans plus tard, en 63 de notre ère. Le gros oeuvre n’avait demandé que 7 ans et le temple semble n’avoir jamais été fermé.

Reconstitution du temple de Jérusalem

A la mort d’Hérode, en l’an 4 avant notre ère, son territoire est partagé, selon ses souhaits, entre trois de ses fils :

  • Archélaos obtient la Judée avec Jérusalem avec le désert du Néguev.
  • Hérode dit Antipas, obtient la Samarie et la Galilée au nord de la Judée.
  • Philippe obtient les territoires à l’est du Jourdain, jusqu’à la frontière nord du royaume des Nabatéens (Pétra).

En l’an 6 ou 7 de notre ère, Archélaos est destitué par les Romains qui prennent le contrôle direct de la Judée. Elle devient une province impériale, dirigée par un préfet qui s’installera à Césarée maritime, avec une petite armée d’un millier d’hommes. C’est à cette occasion que le gouverneur de Syrie envoie son légat, Quirinus, effectuer un recensement. Ce recensement a pour objectif de déterminer l’impôt des personnes. Comme je l’ai dit par ailleurs, ce recensement ne concerne que la Judée (pas la Galilée) et a été fait 11 ans après la mort d’Hérode. La naissance de Jésus racontée dans l’Évangile de Luc est une fable. C’est le gouverneur de Syrie qui contrôle le recensement, car un préfet n’a pas de prérogatives financières sur le territoire qu’il dirige.

Sous l’empereur Claude (41-54), la Judée devient une province sénatoriale, gouvernée par un procurateur. Remarquons que Ponce Pilate n’était pas procurateur, mais préfet.

Les temps messianiques

Un des derniers livres de la Bible, le Livre de Daniel, écrit vers 150 avant notre ère, par un auteur inconnu, déclare que les temps sont venus… Dieu va envoyer un prince, un messie pour préparer le royaume de Dieu sur terre.

Le Livre de Daniel donne même la date du début de l’insurrection qui précédera l’arrivée des troupes célestes : la fin des temps (de malheur) arrivera 70 semaines d’années à partir de la première année du règne de Darius, fils d’Artaxerxés, soit Darius II dont le règne commença en -423. La fin des temps est donc prévue en 66/67 de notre ère (490 moins 423). Ceci sera l’œuvre d’un « prince messie », du « Fils de l’homme » et se soldera par « la destruction de la ville et du sanctuaire…causée par un prince qui consolidera une alliance avec un grand nombre et qui fera cesser le sacrifice et l’oblation … ».

Le Livre de Daniel est à la fois un livre apocalyptique, du grec « révélation, découverte » et messianique, qui a foi dans l’intervention miraculeuse de Dieu. Depuis la destruction de Jérusalem par les Babyloniens et l’exil qui s’en suivit (-586), la conception du temps pour les élites juives a changé. Le temps ne s’écoule plus indéfiniment, il a eu un début, il aura une fin. La fin des temps sera cataclysmique, mais une ère nouvelle, de paix et de justice : le royaume de Dieu, sera la récompense des épreuves qu’Israël endure.

Pour comprendre l’histoire du premier siècle de notre ère en Palestine, et par conséquent, le christianisme, il est important de prendre en compte le messianisme. Les évangiles de Matthieu (25, 15-25), de Marc (13,14-23) et de Luc (21-20,24) font d’ailleurs dire à Jésus :

« Quand vous verrez installé dans le lieu saint l’Abominable Dévastateur, dont a parlé le prophète Daniel, alors que ceux qui sont en Judée fuient dans les montagnes ; celui qui sera sur la terrasse, qu’il ne descende pas pour emporter ce qu’il y a dans la maison ; celui qui est aux champs, qu’il ne se retourne pas pour prendre son manteau… ».

Jésus est un annonciateur, il reprend les thèmes du Livre de Daniel : un messie va venir annonçant la fin des temps de malheur et l’arrivée du royaume de Dieu. L’idée sous-jacente au messianisme est que le dieu d’Israël ne peut pas avoir abandonné son peuple et sa terre à la domination étrangère. Un jour il manifestera sa puissance et sa justice et cela d’autant plus vite que son peuple observera fidèlement la loi. La terre est actuellement dominée par le mal. Il sera extirpé après une succession de calamités.
Dans les évangiles, ces événements sont imminents :

« En vérité je vous le dis, cette génération ne passera pas que tout cela n’arrive » (24-34).
Ou : « En vérité je vous le déclare, vous n’achèverez pas le tour des villes d’Israël avant que vienne le Fils de l’homme » (10-23).
Ou encore « Car le Fils de l’homme va venir avec ses anges dans la gloire de son père » (16-28).
Et enfin : « En vérité, je vous le dit, tout cela va retomber sur cette génération » (23-36).

Je n’ai cité que les passages de l’Évangile de Matthieu. Jésus apparaît comme l’annonciateur du Fils de l’homme, du messie. Il n’est pas ce personnage. Mais comme la prédiction ne s’est pas réalisée du vivant de Jésus, ses disciples vont annoncer son retour, cette fois en tant que messie… pour très bientôt.

Si Jésus a annoncé les événements, d’autres se sont présentés comme messies et ont lancé la révolte. Dès la mort d’Hérode, Judas bar Ezéchiel, un descendant des Hamonéens, se proclame messie et se révolte. Il attaque l’arsenal de la ville de Sépphoris, ville dont Nazareth devait être un faubourg mais qui n’est jamais citée dans les évangiles. Sa révolte est écrasée par les légions de Varus venues de Syrie et Sépphoris est détruite. Il y aura plus de 2000 crucifiés.

Le recensement de Quirinus est l’occasion pour Judas le Gaulanite (ou Judas de Gamala) de se proclamer messie. Il crée le parti des zélotes qui s’opposent dans la violence aux envahisseurs romains et pensent qu’ils seront secondés par YHWH lors de la guerre finale qui rétablira la justice divine. Ce qui reflète bien le contenu du Livre de Daniel.
La révolte est une nouvelle fois réprimée par les légions romaines venues de Syrie. On ignore comment mourut Judas. Par contre ses fils Jacques et Simon seront crucifiés vers 44.

Flavius Josephe en guerre

En l’an 66 (quelle coïncidence !), lassés par les provocations du procurateur Florus (64-66), qui puise dans le trésor du temple pour ses besoins personnels, les jeunes prêtres du Temple refusent de procéder au sacrifice journalier financé par l’empereur romain, Néron. Sous l’impulsion des zélotes, le pays entier s’embrase. La garnison romaine de la forteresse Antonia, jouxtant le temple, est massacrée.

Agrippa II et sa sœur Bérénice, qui règnent sur la Galilée, tentent de calmer les insurgés, en vain. Rome envoie la XIIe légion basée en Syrie pour rétablir l’ordre à Jérusalem, mais elle a mal estimé l’importance de la révolte, c’est un échec.

En 67, Néron décide d’envoyer Vespasien avec 3 légions (V, XII et la Xe qui avait un sanglier comme emblème). Il se met en route à partir d’Antioche, capitale de la Syrie. Il doit faire la jonction à Ptolémaïs (Saint Jean d’Acre) avec son fils Titus commandant la XVe légion, partie d’Égypte.

Et c’est ici qu’entre en scène Joseph bar Matthias, un juif né vers l’an 30 ou 40, plus connu sous le nom de Flavius Josèphe. Il va prendre une part active dans la révolte de 66. Il est chargé par Anan, le grand prêtre, de ralentir la progression des légions de Vespasien venant de Syrie. Il va donc défendre la Galilée. (C’est du moins ce qu’il racontera dans ses ouvrages.)

Après avoir résisté 40 jours, il est fait prisonnier lors du siège de Jotapata. Chose étrange, il est le seul rescapé du siège de la ville. Il va séduire Vespasien en prédisant qu’il sera le futur empereur romain. Dans la prophétie de Daniel, un prince doit voir le jour en Judée. La plupart y ont vu le messie juif, or Josephe déclare que ce prince, c’est Vespasien. Et l’avenir lui donnera raison.

La conquête du territoire va prendre de longs mois. Car à Rome, des troubles ont éclaté à la mort de Néron en 68. Cette année verra se succéder trois empereurs, proclamés par leurs légions. Et à ce petit jeu, c’est Vespasien, soutenu par les généraux du Danube, qui l’emportera. Il part à Rome en juillet 69, confiant les légions à son fils Titus qui, en 70, assiège Jérusalem.

Dans la ville encerclée, les vivres commencent à manquer. Trois factions rivales défendent encore la cité : Eléazar ben Simon commande les zélotes qui sont retranchés dans l’enceinte intérieure du Temple, Jean de Gischala défend le parvis extérieur du Temple et Simon bar Gioras, un chef de bande, règne sur le reste de la ville.

Titus fait ériger un mur de 7 kilomètres autour de la ville, pour ce faire, il fait abattre tous les arbres des environs. A titre de comparaison, l’enceinte construite autour de Paris par Philippe Auguste ne mesurait que 5 kilomètres. Il profite des sabbats, jours chômés par les juifs, même en temps de guerre, pour ériger une terrasse face à la partie nord du temple, le point le plus exposé, les autres côtés étant protégés par des ravins.

Enceintes de Paris

En juillet 70, les légions de Titus donnent l’assaut. C’est la curée, le temple est incendié et une bonne partie de Jérusalem s’enflamme. Le trésor du temple, dont la ménorah, le chandelier à sept branches, est ramené à Rome et exhibé lors du triomphe de Titus. Le butin et la vente des esclaves serviront, entre autres, à construire le fameux Colisée.

La ménorah rapportée par les légionnaires romains (détail de l’arc de triomphe de Titus à Rome)

Les fils de la lumière n’ont pas triomphé des forces du mal… mais la prophétie de Daniel s’est réalisée dans sa totalité. Ne prédisait-elle pas : « la destruction de la ville et du sanctuaire… causée par un prince qui consolidera une alliance avec un grand nombre et qui fera cesser le sacrifice et l’oblation … ». La fin du temple marque le début du judaïsme moderne qui a dû se redéfinir sans lieu de culte et de sacrifices… et celui du christianisme qui souhaitait prendre la relève.

La tradition chrétienne veut que les disciples de Jésus aient quitté la ville de Jérusalem lors de l’insurrection pour se réfugier dans les grottes des environs de Pella. J’estime qu’au contraire, ils ont pris une part active à la révolte espérant le retour de Jésus au terme de la catastrophe annoncée. La communauté chrétienne de Jérusalem aurait disparu dans la guerre.

Flavius Josephe écrivain

Vespasien et son fils Titus, qui lui succéda à la tête des légions romaines en Judée, ont utilisé Joseph comme interprète. Après la chute de Jérusalem, il s’installe à Rome, sous la protection de Vespasien et de ses fils Titus et Domitien, dont il prend le nom de famille « Flavius », en tant qu’affranchi. Il est donc connu sous le nom de Flavius Josèphe. Il est notre principale source pour connaître l’histoire de la Judée de -175 à la chute de forteresse de Massada, tombée en 73, dernier bastion de résistance juive lors de la révolte contre les Romains.

Il a écrit quatre ouvrages :

  • La Guerre des Juifs (vers 75). En 7 livres, il développe les causes de la révolte de 66 et détaille celle-ci. Il rédige en fait l’histoire des 2 siècles précédents : de l’avènement des Hasmonéens à la destruction du temple de Jérusalem.
    Les copies que nous possédons (en grec) datent des Xe et XIe  siècles.
  • Autobiographe. C’est la suite du précédent où il justifie sa conduite lors de la guerre contre les Romains. Il ne faut pas oublier qu’il est un traître pour les Juifs.
  • Antiquités juives (vers 93). En 20 livres il raconte, pour le public romain et grec, l’histoire des Juifs de la création du monde jusqu’au procurateur Gessius Florus (64).
  • Contre Apion (vers 95). Dans ce document, il défend le peuple juif et le judaïsme qu’Apion avait critiqué. Apion était mort sous l’empereur Claude.
On remet ça !

En 132, sous l’empereur Hadrien, les Juifs se révoltent à nouveau sous la conduite d’un messie : Bar Kokhba, « le fils de l’étoile » (de David). Il faudra trois années aux Romains pour venir à bout de la guérilla. Les conséquence seront terribles : les Juifs se verront interdire l’accès à Jérusalem, qui sera entièrement détruite et rebâtie. Elle prendra le nom d’Aelia Capitolina, du nom de famille d’Hadrien (Aelius) et des attributs de Jupiter (capitolin) dont le temple sera construit sur l’emplacement du temple juif. La Judée deviendra la Palestine. Le messie vaincu sera renommé Bar Koziba dans le Talmud, « le fils du mensonge ».

Cette nouvelle défaite va creuser le fossé entre le judaïsme et le christianisme. Marcion, un penseur chrétien ne va-t-il pas prôner d’abandonner de la Bible hébraïque (l’Ancien Testament) et de rejeter YHWH comme dieu ? Le fossé deviendra infranchissable au IVe siècle, lorsque le concile de Nicée (325) fixera la date de Pâques au dimanche suivant la Paque juive. Jusqu’alors, il n’était pas rare que les juifs et les chrétiens célèbrent ensemble les fêtes de Pâque(s) et de la Pentecôte.

Le disciple que Jésus aimait

Dans l’Évangile de Jean, apparaît un personnage non nommé, appelé « le disciple que Jésus aimait ». Qui est-il ? La version officielle veut que ce soit Jean lui-même, qui aurait rédigé son évangile sur l’île de Patmos, où il avait été déporté par les Romains lors des (hypothétiques) persécutions de Domitien. Comme cet évangile est le dernier à avoir été écrit selon la chronologie la plus couramment admise, on fait de Jean un centenaire !

Mais dans cet évangile,  les fils de Zébédée (Jean et son frère Jacques), n’apparaissent qu’au chapitre 21 et c’est un ajout pour donner une importance à Jean.

Cet amour pour Jean n’est cité que dans un texte tardif, l’Assomption de Marie. Marie dit de Jean qu’elle appelle « père Jean »  : « Souviens-toi qu’il t’a aimé plus que les autres ».

Faire de Jean le disciple que Jésus aimait est très ambigu. Léonard de Vinci et plusieurs autres peintres ne s’y sont pas trompés, qui ont représenté un Jean androgyne dans la Cène, dans des positions particulièrement équivoques.

Plusieurs tableaux de la scène : Léonard di Vinci (1495), Andrea del Castagno (1447) et en bas, Soeur Marie Agnès Godard (1670)

Lors de sa crucifixion, Jésus confie sa mère à ce disciple. La tradition chrétienne voit donc Marie accompagnant Jean à Delphes. Or Jean, qui est un apôtre, n’a pas assisté à la crucifixion d’après les évangiles : les apôtres se sont tous enfuis. Dans les Actes de Jean, datés du IIe siècle, mais considérés comme hérétiques dès le IVe siècle et condamnés par le concile de Nicée de 787, Jean apparaît comme un homme chaste recherchant la souffrance, mais jamais il ne se présente comme le disciple que Jésus aimait. Il ne connaît d’ailleurs pas Jésus, ni l’Ancien ou le Nouveau Testament. Pour lui Jésus est synonyme de Dieu, un et unique. Ce qui explique la condamnation de ce livre. Dans ces actes, il serait mort à Ephèse.

Il y a d’autres candidats au titre de disciple aimé. Le premier est Marie-Madeleine, c’est ce que disent les manuscrits de Nag Hammadi. Si Jésus et Marie-Madeleine entretenaient une relation, il est naturel que Jésus confie sa mère à sa compagne. Et Marie-Madeleine était bien présente lors de la crucifixion contrairement à Jean et aux apôtres, toujours d’après nos seules sources, les évangiles.

Marie-Madeleine est un personnage secondaire, dans les évangiles, mais elle a fait couler beaucoup d’encre. Qui est-elle ? Le pape Grégoire Ier en a fait une prostituée au VIe siècle, ce qui n’apparaît pas dans les évangiles, et au XXe siècle, plusieurs auteurs en ont fait la femme de Jésus. Que faut-il penser ?

En fait, il n’y a pas de Marie-Madeleine dans les évangiles, mais une série de Marie, dont une est dite de Magdala, une ville située près du lac de Génésareth (actuellement mer de Galilée). Tous les évangiles sont d’accord : cette Marie, que nous appelons Marie-Madeleine, a assisté à la crucifixion et a été la première à découvrir le tombeau vide et à rencontrer Jésus ressuscité. Mais qui est-elle ? Seul Luc nous dit que Marie de Magdala accompagnait Jésus dans ses voyages de prédication. C’est un grand honneur qu’une femme soit citée parmi les disciples de Jésus.

Nous connaissons Marie-Madeleine par d’autres textes que les évangiles canoniques, ceux trouvés à Nag Hammadi, en Égypte en 1945. Parmi ces documents, deux font la part belle à Marie-Madeleine : l’Évangile selon Marie et l’Évangile selon Philippe. Ce sont des ouvrages gnostiques (secte chrétienne considérée comme hérétique) qui remontent probablement au IIe siècle. Contrairement aux évangiles canoniques, ils ne racontent pas l’histoire de Jésus, mais regroupent des paroles qu’il aurait prononcées. Dans ces deux ouvrages, Marie-Madeleine apparaît comme la disciple préférée de Jésus.

Dans l’Évangile de Marie, on lit : « Pierre dit à Marie : Sœur, nous savons que le Sauveur t’aimait plus qu’aucune autre femme ».

Dans l’Évangile de Philippe, c’est encore plus explicite :

32.  Il  y  avait  trois  femmes  qui  étaient  proches  du  Seigneur :  sa  mère  Marie  et  sa  sœur et  Marie-Madeleine, qu’on  appelait  sa  compagne (= sa femme). En  effet,  sa  sœur  était  une  Marie,  sa  mère  et  sa  compagne aussi.

55. … Quant à Marie-Madeleine, le Sauveur l’aimait plus que tous les disciples et l’embrassait souvent sur la bouche. Le reste des disciples lui dirent : « Pourquoi l’aimes-tu plus que nous tous ? ». Le Sauveur répondit et leur dit : « Pourquoi ne vous aimai-je pas comme elle ? »

L’honnêteté nous oblige à dire que le verset 55 est en mauvais état, certaines parties manquent. Mais la traduction ne semble pas faire de doute. Le baiser n’a peut-être rien de sexuel, car dans un autre apocryphe gnostique, c’est Jacques que Jésus embrasse sur la bouche (voir ci-après).

James Tabor, professeur à l’université de Caroline du Nord, qui défend l’idée d’une dynastie succédant à Jésus, voit dans le disciple bien aimé Jacques, le frère de Jésus. Et ici aussi, il est logique que Jacques, devenant le chef de famille, prenne soin de sa mère. De plus, dans la seconde Apocalypse de Jacques, on lit : « Et il me baisa la bouche et m’embrassa, en disant : mon bien-aimé ». C’est Jacques, son frère, qui parle de Jésus.

Un autre candidat est Lazare, frère de Marthe que Jésus a ressuscité. Dans un apocryphe (livre non repris dans la nouveau Testament) appelé l’Évangile Secret de Marc, on peut lire ces passages pour le moins curieux :

  • « Et il (Jésus) entra aussitôt à l’endroit où se trouvait le jeune homme (dans le tombeau), étendit la main et le ressuscita en lui saisissant la main. Le jeune homme l’ayant regardé l’aima ».
  • « Et après six jours, Jésus lui donna un ordre et le soir venu, le jeune homme se rend auprès de lui, le corps nu enveloppé d’un drap. Et il resta avec lui cette nuit-là, car Jésus lui enseignait le mystère du royaume de Dieu ». Notons, que dans l’évangile canonique attribué à Marc, un jeune homme s’enfuit nu, délaissant son drap lors de l’arrestation de Jésus (Ma. 14, 51-52).
  • « Et là (à Béthanie), se trouvaient la sœur du jeune homme que Jésus aimait et sa mère et Salomé »

Que penser de ces extraits ?

Ils feraient partie d’une lettre de Clément d’Alexandrie (150-215) à un certain Théodore, dont une copie datée de la fin du XVIIIe ou du début du XIXe siècle aurait été retrouvée au monastère de Mar Saba (près de Jérusalem) par le professeur Morton Smith de l’Université de Columbia en 1958. Personne d’autre n’a vu cette lettre copiée sur les pages de garde d’un ouvrage d’Ignace d’Antioche. Plusieurs universitaires mettent en doute l’authenticité de ce texte et plusieurs soupçonnent même Morton Smith de s’être livré à cette supercherie. D.H. Atkinson concluant : « C’est une belle et gaie (Morton Smith était homosexuel ) plaisanterie pleine d’ironie au détriment de tous les spécialistes imbus d’eux-mêmes, qui non seulement manquent d’humour, mais qui  croient que ce prétendu fragment d’évangile nous vient de la première lettre connue du grand Clément d’Alexandrie »

Nous avons tenu à rapporter cette histoire pour montrer la difficulté d’avoir des certitudes sur les textes qui nous sont parvenus.

L’Église s’est mise dans un bel embarras en refusant à Jésus aussi bien une femme qu’un frère.

Célibat et chasteté

Les moines catholiques prononcent les vœux de chasteté, de pauvreté et d’obéissance. Ils s’engagent à ne pas (plus) avoir de relations sexuelles, de donner leurs biens à la communauté et rejoindre le lieu que leur assignera l’évêque.

Les prêtres catholiques prononcent le vœux de célibat. C’est ce que dit l’article 277 du droit canon, alinéa 1 : « Les clercs sont tenu par obligation de garder la continence parfaite et perpétuelle à cause du Royaume des Cieux, et sont donc astreints au célibat, don particulier de Dieu par lequel les ministres sacrés peuvent s’unir plus facilement au Christ avec un cœur sans partage et s’adonner plus librement au service de Dieu et des hommes ». Et l’alinéa 3 de préciser : « Il revient à l’évêque diocésain d’édicter des règles plus précises en la matière… ». Que faut-il en conclure ? L’évêque décide !

Est-ce que cela veut dire que les prêtres peuvent avoir des relations sexuelles ? En théorie, oui. Et les évêques, archevêques, cardinaux et papes ne s’en sont pas privés du XVe au XVIIIe siècle. Il faut dire qu’à cette époque, on n’entrait pas en religion par vocation. Seul l’aîné de la famille héritait du patrimoine. Si les autres enfants voulaient trouver une place dans la société, ils devaient se tourner vers la carrière ecclésiastique où ils pouvaient acquérir puissance et richesse. Si en théorie, les prêtres pourraient avoir (légalement) des relations sexuelles, ça leur est interdit religieusement : un catholique ne peut pas avoir de relations sexuelles hors du mariage. Ouf, la morale est sauf.

Qu’en est-il des jésuites ? Ils se présentent comme des prêtres et ne vivent pas en communauté. Néanmoins, ils prononcent les mêmes vœux que les moines, plus un quatrième, celui de l’obéissance spéciale au pape en ce qui concerne les missions. Ils dépendent donc directement du pape et non des évêques, comme c’était le cas pour les templiers en leur temps.

La chasse aux sorcières

Cet article fait suite à l’article intitulé « L’Inquisition« .

Au XVI° siècle, l’Eglise est en train de perdre son combat contre la Réforme sauf en Espagne et dans des principautés de la péninsule italienne. Rome se doit de réagir, de montrer sa toute puissance et elle en a les moyens : l’Inquisition est un véritable outil de terreur. Elle va s’attaquer maintenant à une autre hérésie, celle des adeptes du Diable, la sorcellerie. La chasse aux sorcières va s’étendre à tous les pays, catholiques comme protestants.

L’Eglise contre le Diable

Dès 1468, le pape Innocent VIII a confié à l’Inquisition la lutte contre la sorcellerie. En ce temps-là, le Diable est omniprésent pour les chrétiens, il vit à leurs côtés. Le Diable, c’est le subterfuge qu’a trouvé l’Eglise pour justifier la présence du mal dans la création d’un dieu bon et miséricordieux. Tout le mal est l’oeuvre du Diable : les mauvaises récoltes, les épidémies (la peste), l’impuissance masculine, la stérilité, les revers de fortune, etc. Mais le Diable est un hypocrite, il n’agit pas à visage découvert : il se sert des hommes qui ont la faiblesse de lui faire confiance, de passer un pacte avec lui en échange d’un pouvoir maléfique qui leur permettra de dominer les autres quitte à perdre leur âme.

En 1486, deux moines dominicains, Heinrich « Institoris » Krämer et Jakob Sprenger publient un livre détaillant le pouvoir des adeptes de Satan, la façon de les débusquer et de les combattre : le Malleus malificarum, le Marteau des sorcières. Car ce sont les femmes, que l’Eglise considère comme faibles et inférieures intellectuellement, qui sont les plus exposées aux tentations du Diable. N’est-ce pas la femme qui est à l’origine du péché ? Il suffit de lire le chapitre 3 de la Genèse pour se convaincre… du contraire ! C’est beau d’avoir la foi, de croire tout ce qu’on dit, mais c’est mieux de vérifier. Voici la séquence des événements :

  1. Dieu crée l’homme (Ge. 2, 7)
  2. Dieu interdit à l’homme de manger du fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal (Ge. 2, 16)
  3. Dieu crée la femme (Ge. 2, 22)

La femme était donc ignorante du commandement de Dieu. Les seuls responsables du péché originel sont Dieu et l’homme.

Notons que le Malleus malificarum, qui connut 31 rééditions, fut mis à l’index par le Vatican parce qu’ il ne respectait pas le dogme. Il donnait trop d’importance au Diable, qui n’a aucun pouvoir sur les perturbations atmosphériques. C’est bon à savoir.

Revenons aux sorcières. Si quelque chose ne va pas dans un village, une sorcière est mise en cause. (Je vais utiliser le féminin, car la plupart des procès concerne des sorcières). C’est souvent une veuve, habitant à l’écart du village, qui prodigue des remèdes aux villageois, mais qui peut aussi leur jeter des sorts. Elle connaît les plantes. On fait appel à elle pour les accouchements mais aussi les avortements. Elle a le mauvais œil. Elle participe aux sabbats qui se tiennent dans les clairières, présidés par un démon qui, dans un simulacre de messe, conforte son pouvoir sur ses disciples.

Des inquisiteurs ont publié des livres reprenant les déclarations des invités aux sabbats, comme Pierre de Lancre, envoyé par Henri IV pour nettoyer le Pays basque (Tableau de l’inconstance des mauvais anges et des démons, 1612). Il y recense les aspects du Diable, tantôt un bouc avec 2, 3 ou 4 cornes, tantôt un géant monstrueux, tantôt un arbre, etc. Il apparaît dans le noir ou éclairé de mille feux. De Lancre en conclut que le Diable peut prendre toutes les apparences et qu’il faut redoubler de vigilance… au lieu de voir dans ces descriptions l’imagination d’esprits naïfs.

Une simple accusation peut envoyer une sorcière au bûcher. Pourtant dans ces XVIe et XVIIe siècles, les choses ont changé : la justice est rendue par le pouvoir civil, le parlement régional (le conseil municipal). Les procès sont souvent publics, c’est un spectacle. Les accusés sont maintenant confrontés aux accusateurs et aux témoins. Les inquisiteurs ne font qu’instruire l’affaire et mener les exorcismes, car il faut faire avouer les démons qui ont pris possession de l’âme des sorcières. Les moines restent néanmoins tout puissants car ils ont les moyens d’impressionner les juges. Rares sont les sorciers et les sorcières qui sortent blanchis des accusations, car le Diable laisse des marques sur ses adeptes. Un moment important du procès est la recherche de ces marques, recherche qui confine à la perversion sexuelle : la victime est mise à nu, complètement rasée, les yeux bandés. Un médecin recherche dans les moindres recoins une altération de la peau et y enfonce une aiguille. Si la sorcière ne crie pas, on a trouvé une marque du Diable… mais on continue l’investigation, le spectacle doit durer. Parfois, pour convaincre les juges, le médecin ne fait que poser l’aiguille sur la peau, évitant ainsi la douleur et le cri. Mais ce n’est pas très utile, car si on ne trouve pas de marque, c’est la preuve qu’on a affaire à une grande sorcière : le Diable a caché ses marques. On perquisitionne également au domicile des accusées pour trouver des statuettes de cire, le pacte signé avec le Diable, des onguents, des clous, etc. Inutile d’invoquer un alibi : il est connu que les sorcières ont le pouvoir de bilocation !

Souvent, l’accusée, de bonne foi, doute et avoue tout ce que l’inquisiteur veut entendre : elle est bonne chrétienne et croit fermement au Diable. L’autorité de la Faculté de médecine a détecté des marques, l’autorité religieuse l’accuse, ça doit donc être vrai.

Sorcière au bûcher (XVIIe siècle)
Les possédées

A côté des sorciers et sorcières qui ont pris contact avec le Diable, qui sont conscients de leur faute, on trouve les possédées. Un sort leur a été jeté par un sorcier. Le Démon a pris possession de leur corps à leur insu, ou plutôt les démons. On peut en compter des milliers ! Ils viennent se présenter à tour de rôle : Belzébuth (le seigneur des mouches en araméen), Lucifer (le porteur de lumière en latin), Asmodée (le démon de la peur), Astaroth (l’ancienne déesse Astartée), et bien d’autres.

Le Diable s’attaque à une autre classe de la société : les religieuses. Il s’attaque aux citoyens des villes alors que les sorcières relevaient d’un phénomène rural. Les procès de possession sont les plus documentés et ils concernent principalement des religieuses. La possession semble contagieuse, car souvent tout le couvent est infecté. Les inquisiteurs ont beaucoup à faire car les démons qu’ils exorcisent se relaient et tourmentent la victime dont le corps se tord et prend des positions pour le moins inconfortables. Lors des exorcismes, les démons dénoncent le sorcier qui a envoûté la malheureuse. C’est très paradoxale, le Diable dénonce ses propres adeptes. Il y a donc un double procès, celui des possédées, victimes, et celui du sorcier, souvent un prêtre, qui les a mis dans cet état.

Les procès les plus connus sont ceux d’Urbain Grandier, confesseur des nonnes du couvent des ursulines de Loudun (vers 1632) et de Louis Gaufridy de Marseille qui aurait ensorcelé Madeleine de Demandolx, une ursuline également, dont il fut le confesseur (vers 1610). Si le premier n’a jamais avoué, le second s’est repenti avant de revenir sur ses aveux. Ils ont néanmoins subi le même sort : le bûcher… et la torture. Voici la condamnation proposée par les inquisiteurs au Parlement d’Aix-en-Provence au sujet de Louis Gaufridy : « Il sera dégradé des ordres sacrés, fera amende honorable, tête et pieds nus, la corde au cou, tenant un flambeau. Il sera tenaillé en tous les lieux et carrefours d’Aix avec des tenailles ardentes en tous les endroits du corps. Il sera brûlé tout vif par un feu de bûches… après avoir subi la question ordinaire et extraordinaire pour dénoncer ses complices. »

Car même condamné, le sorcier est torturé : n’est-il pas allé aux sabbats dans lesquels il a rencontré d’autres sorciers ? Il doit les dénoncer, ce qui va donner de l’ampleur au procès, l’accusé désignant d’autres innocents, comme à Salem, dans la colonie britannique du Massachusetts en 1692.

Avec la recherche des marques, la torture est un autre moyen d’arriver aux aveux. Dans un premier temps on se contente de priver l’accusé de sommeil ou de lui imposer la présence de moines qui l’encouragent à avouer et qui empêchent le Diable de lui venir en aide. Puis on en vient aux tourments : on simule la noyade, on écrase les doigts, les genoux ou on utilise l’estrapade, entre autres. La différence entre la question ordinaire et extraordinaire réside dans la durée ou la violence de la séance. Ainsi, pour l’estrapade (voir illustration ci-après), dans un premier temps, la corde est peu solide, quand on fait violemment retomber l’accusé, la corde casse et il est projeté par terre. Ensuite, la corde, plus solide, le maintient à quelque distance du sol, brisant ses articulations lors de la chute.

Illustration d’un livre de Mille de Souvigny (1541)

Notons que ces procès visent souvent des prêtres ouverts aux idées nouvelles, parfois proches des protestants, rebelles à l’autorité.

Trop c’est trop !

En 1644, dans le village maléfique de Mâlain en Bourgogne où une grotte sert d’entrée aux Enfers (le Trou du Diable), les récoltes ont été mauvaises. Un habitant dénonce une sorcière. Ce seront bientôt une douzaine d’accusés, hommes et femmes, sur une population de 600 âmes, qui vont comparaître devant les juges. Ils sont directement soumis à l’ordalie de la baignade : un jugement de Dieu qui consiste à jeter les accusés pieds et poings liés dans un lac, une rivière ou un puits. Si le prévenu coule, c’est qu’il était innocent. Six se noient. Ils sont enterrés en bons chrétiens dans le cimetière entourant l’église. Malheur aux autres, ils sont amenés devant l’Inquisition qui prononce deux exécutions et des bannissements.

Mais l’action en justice ne s’arrête pas là. Des proches portent l’affaire devant le Parlement de Dijon. Le jugement est sans appel : les accusés sont relâchés, trois des accusateurs sont pendus sur la place de la ville, les autres envoyés aux galères. Les temps changent.

Note : l’étymologie du mot Mâlain n’a rien de maléfique, mais vient du latin « Mediolanum », nom donné à plusieurs villages se trouvant « au milieu ». Milan ou Melun ont la même origine.

En 1660, le Parlement de Paris sceptique lors du procès des possédées du couvent des ursulines (encore) d’Auxonne ne prononce aucune condamnation, mais disperse les nonnes dans plusieurs couvents.

Le sorcellerie n’existe pas !

Les procès en sorcellerie vont s’attaquer à des personnages de plus en plus importants : la rumeur accuse des courtisans de faire appel à des empoisonneurs ou de participer à des messes noires.

En 1672, le roi Louis XIV et son ministre Colbert signent une ordonnance déclarant que la sorcellerie n’existe pas, mais que « le pays est infesté de devins, bohémiens et empoisonneurs ». Leurs méfaits seront poursuivis et punis pour vols, escroquerie ou assassinats.

Ainsi prend fin la chasse aux sorcières en France.

Je laisse la conclusion à Roland Villeneuve qui dans un livre sur les procès de sorcellerie déclare : « Ici, la réalité dépasse de loin les fictions sadiennes. L’homme jette le masque et apparaît dans toute sa haine, sa bêtise et sa lubricité. »

Note : Le Marquis Donatien Alphonse François de Sade (1740-1814) était homme de lettre, homme politique et philosophe athée, viscéralement anticlérical. Ses livres ne sont que le reflet d’une époque.

L’inquisition

Jamais dans l’Histoire, une religion n’a fait preuve d’autant d’ignominie et de violence pour imposer sa doctrine. Entre le XIII° et le XIX° siècle, suivant les pays, l’Eglise de Rome a semé la terreur dans toute l’Europe traquant tous ceux qu’elle soupçonnait d’hérésie ou de commerce avec le Diable (j’aborderai ce volet dans l’article suivant).

Il n’y a pas de consensus entre les historiens quant au nombre des victimes de l’Inquisition. Les chiffres vont de plusieurs millions à quelques centaines ! L’historien Guy Bechtel a répertorié plus de 250.000 poursuites pour sorcellerie. Même si tous les procès ne se sont pas terminés par une condamnation à mort et compte tenu que la plupart des dossiers ont disparu, on peut estimer à plusieurs dizaines de milliers, si pas à quelques centaines de mille le nombre de victimes de l’Inquisition.

Mettons fin tout de suite un malentendu : l’Inquisition n’a tué personne, l’Eglise n’a pas de sang sur les mains. Si un accusé était reconnu coupable, il était « relâché ». Cet euphémisme traduit la remise du coupable, ou du moins ce qu’il en restait, au bras séculier, à la justice civile, qui appliquait la sentence au « bienheureux ». Car l’objectif de l’Inquisition était de sauver l’âme du pécheur qui s’était détourné de la seule Vérité. S’il avait abjuré, il était absous et avait gagné sa place au purgatoire.

Des débuts hésitants

Comme nous l’avons vu dans un article précédent, l’Inquisition ou Saint Office a été créé par le pape Innocent III en 1199, confirmé en 1213 pour éradiquer les hérésies cathares et vaudoises. Aujourd’hui cette institution existe toujours sous le nom de Congrégation pour la doctrine de la foi qui a été présidée par Joseph Ratzinger, avant qu’il ne devienne Benoît XVI.
Au début, la procédure était confiée aux évêques, mais dès 1235, elle sera confiée à des moines dominicains ou franciscains (les capucins) avec pour seule mission d’éradiquer les hérésies. Les inquisiteurs sont relevés de leur vœux d’obéissance, pour échapper à l’influence des évêques. Ils sont tout puissants, ils ne réfèrent qu’au pape et héritent de son autorité.

Pourquoi s’attaquer aux hérétiques, poursuivis pour crime de lèse majesté ? Le religion et l’Etat ne font qu’un. La religion est le ciment de la société médiévale, elle garantit l’ordre sociale. L’hérétique est donc considéré comme un hors-la-loi, un renégat qu’il faut extirper de la société pour éviter la contagion. L’empereur germanique Frédéric II Hohenstaufen (1198-1250) est le premier à décider que les hérétiques seraient livrés au bûcher… à moins que le juge ne décide de leur couper la langue. Le premier bûcher fut allumé à Catane, en 1224, en Lombardie, terre du Saint empire romain germanique.

Frédéric II est un personnage pour le moins ambigu. C’est lui que les cathares espéraient pour les secourir à Montségur, c’est lui qui fut assimilé à l’Antéchrist par le pape Grégoire IX. Homme très cultivé, parlant plusieurs langues dont l’arabe, il gouvernait l’Empire germanique, de la Baltique à la Sicile en passant par la Provence. Lors de la VI° croisade, le sultan Saladin (Salah al-Din), avec qui il entretenait d’excellentes relations, lui offrit la ville de Jérusalem qu’il venait de reprendre aux croisés. Mais il ne supportait par les hérétiques sur ses terres.

La procédure inquisitoriale

L’Inquisition innove par rapport au droit romain, toujours d’application au Moyen Age : une plainte ne doit plus être déposée pour instruire un procès. Une simple dénonciation anonyme ou même une suspicion pouvait amener une personne devant l’Inquisition.

Les inquisiteurs se déplaçaient dans une région accompagnés de gens d’arme, de notaires qui transcrivaient les débats, de greffiers, etc. Tout commençait par une prédication, l’inquisiteur exposait la doctrine de l’Eglise et réfutait les thèses hérétiques. Pour une durée de 15 ou 30 jours, un décret de grâce était proclamé : les hérétiques étaient appelés à confesser spontanément leur déviance. Ils échappaient alors aux sanctions du pouvoir civil, ils recevaient un châtiment religieux (pénitence, retrait dans un monastère, pèlerinage). Ce décret de grâce permettaient également les dénonciations. La terreur s’installait alors dans la région : tout un chacun craignant faire l’objet d’une malveillance de ses voisins.

Ceux qui avouaient spontanément n’étaient pas sauvés pour autant des griffes de l’Inquisition. Ils devaient faire des aveux complets : ils devaient dénoncer leur congénères qui ne s’étaient pas présentés.

Devant le tribunal le prévenu pouvait être accompagné d’un avocat… jusqu’à ce qu’une bulle papale considère que ceux qui aidaient les hérétiques étaient certainement des hérétiques eux-mêmes. Le suspect n’était pas confronté à ses dénonciateurs ni aux témoins dont il ignorait les noms. Il ne connaissait même pas le motif de sa présence devant le tribunal. La première question qu’on lui posait était : « pourquoi êtes-vous ici ? ». Une stratégie de défense était donc très difficile à établir.

L’accusé avait néanmoins certains droits : il pouvait faire appel à Rome où la cause serait jugée au vu du dossier composé par le notaire. Mais dans son « Manuel des Inquisiteurs », le dominicain catalan Nicolas Eymeric (1330-1399) précise : « Il faut rendre la procédure la plus courte possible en rejetant tout appel qui sert à éloigner le jugement ». L’accusé pouvait aussi donner la liste des personnes qui auraient pu lui nuire et dont le témoignage ne sera pas pris en compte. Tout faux témoignage était puni de la prison à vie.

Le prévenu devait jurer sur les évangiles, ce qui était contraignant pour certains hérétiques. Après avoir prêté serment, tout mensonge, tout parjure condamnait l’accusé à la prison à vie… ou au bûcher.

Pour être reconnu coupable, le prévenu devait avouer. Le but étant la sauvegarde des âmes, l’aveu et la contrition étaient très importants. Les nombreux manuels de l’Inquisiteur recèlent des astuces pour faire avouer les récalcitrants : pression morale, pression physique, privation de nourriture, privation de sommeil, questions vicieuses, ruse et enfin la torture, qui ne sera admise officiellement qu’en 1252. Un aveu sous la torture devait être réitérer par la suite… le silence était considéré comme une confirmation.

Quelles sont les sentences ?
Le jugement est prononcé en public, lors d’une cérémonie. Les peines sont énoncées en commençant par les acquittements. Puis viennent les repentants, condamnés à des mortifications durant les messes, à des séjours dans un monastère ou à des pèlerinages où ils seront probablement flagellés à chaque étape. Certains doivent porter un vêtement d’infamie qui les identifiera à vie. Les peines les plus sévères sont l’emprisonnement et la condamnation à mort. Les condamnés sont remis alors au pouvoir temporel, le bras séculier chargé d’appliquer les sanctions.

L’application des peines donnait lieu à un grand rassemblement, une grande foire, c’est l’auto da fé, l’acte de foi. Les condamnés à mort étaient voués au bûcher, ce qui n’empêchait pas, dans certains cas de leur couper des membres, de les écarteler ou de leur faire subir d’autres joyeusetés qui faisaient le bonheur de la foule. Le condamné ne montait pas sur le bûcher. Celui-ci était constitué de fagots à hauteur d’homme, disposés en U. Le condamné était placé au milieu puis on y mettait le feu. Les fagots s’effondraient sur le supplicié. Parfois, celui-ci était étranglé avant de brûler ou sa tunique était enduite de poix pour qu’il soit asphyxié avant la crémation.

La sanction s’accompagnait souvent de la confiscation des biens au bénéfice de l’Inquisition dans un premier temps, puis du pouvoir civil qui, dans ce cas, payaient les frais d’entretien des condamnés à la prison. Ce procédé sera mis à profit par les rois pour s’enrichir.

Auto da fe
Le pape perd la main

En 1301, le roi de France Philippe IV le Bel (1268-1314) sous prétexte des excès commis par l’Inquisition, en prend le contrôle. Ce qui lui permettra d’accuser les templiers d’hérésie et de sodomie et de les faire arrêter partout dans le royaume, le vendredi 13 octobre 1307. Les templiers formaient un Etat dans l’Etat, ils étaient les créanciers du roi. Philippe le Bel comptait s’emparer de leur richesse et de leur propriétés.

L’Inquisition contre la science

L’Inquisition s’est aussi attaquée aux idées nouvelles. Pour l’Eglise, Dieu a créé la terre pour l’homme. Tout ce qui l’entoure lui est subordonné. En 1600, le moine dominicain Giordano Bruno (1548-1600) est condamné au bûcher par l’Inquisition de Rome pour avoir professé que les étoiles étaient d’autres soleils autour desquelles tournaient des planètes. En 1616, les idées de Copernic sont condamnées par le Saint Office : non, la terre ne tourne pas autour du soleil. Pour la même raison, en 1633, Galilée est assigné à résidence.

L’Inquisition espagnole

La « reconquête » du territoire sur les musulmans a coûté très cher aux nouveaux souverains Isabelle de Castille (1451-1504) et Ferdinand II d’Aragon (1452-1516) qui par leur mariage réunissaient tous les territoires espagnols.

Dans l’Espagne musulmane, al-Andalus, les juifs ont pu prospérer relativement librement. Ils se sont enrichis par le commerce. Ils deviennent donc la cible des souverains « très catholiques » en quête de richesse. En 1492, l’année même de la « reconquête » de la péninsule espagnole qui se termine par la chute de Grenade, dernier bastion musulman, les juifs doivent choisir entre quitter l’Espagne, en abandonnant leurs biens, ou se convertir au catholicisme. Dans les territoires qui avaient déjà été reconquis, plusieurs juifs s’étaient fait baptiser pour échapper à l’humiliation et à l’ostracisme décrété par le statut de Valladolid (1412) : port de la rouelle (l’ancêtre de l’étoile jaune), habit humble fait de toile grossière, interdiction de se couper les cheveux et la barbe, interdiction d’être armé, d’avoir des amis chrétiens, d’occuper une charge officielle.

Mais par leur conversion, ils devenaient la cible de l’Inquisition qui n’avait de pouvoir que sur les chrétiens. A part en Aragon (1232), l’Inquisition n’était pas présente dans la péninsule. Les souverains vont donc demander au pape de leur envoyer des inquisiteurs, qui entrent en fonction dès 1480, mais sous le contrôle exclusif des souverains. Les confiscation de biens se feront à leur seul avantage.

L’Inquisition va s’acharner contre ces nouveaux catholiques sous prétexte qu’ils ne respectent pas le dogme… ce qui dans la plupart des cas était vrai : personne ne s’était soucié de leur apprendre le catéchisme. Déjà avant le décret d’expulsion, plusieurs juifs convertis vont faire appel au pape Sixte IV qui va prendre leur défense : en 1482, il dénonce la soif du lucre de l’Inquisition qui pour rappel est à la solde des souverains espagnols. Ceux-ci s’insurgent et le pape annule la bulle qui sermonnait l’Inquisition espagnole.

En 1516, un nouveau souverain arrive sur le trône d’Espagne : Charles Ier d’Autriche, neveu de la reine Isabelle, plus connu sous le nom de Charles Quint empereur d’Allemagne. Il n’a que 16 ans. En 1518, les Cortès lui demandent de prendre des mesures « pour que la sainte Inquisition se consacre à assurer l’exercice et le respect de la justice, à punir les mauvais et à empêcher les innocents de souffrir ». Il ne réagira pas. L’Inquisition poursuivra son oeuvre jusqu’en 1834 en Espagne, jusqu’en 1850 au Mexique. Le dernier bûcher d’Espagne a été allumé en 1781 pour une nonne mystique : Maria de los Dolores Lopez. Après s’être attaquée aux juifs convertis (les maranes), l’Inquisition s’en prendra aux musulmans à qui on a posé le même ultimatum au nom de la pureté de la race : l’exil ou la conversion. Les musulmans convertis ont été appelés morisques.

L’inquisition et la Réforme

En 1517, un nouveau danger menace Rome : à Wittenberg, un moine s’en prend à l’autorité du pape : Martin Luther. Dans cette ville, il affiche sur la porte de l’Eglise de la Toussaint 95 revendications, appelées thèses : abolition du célibat des prêtres et des vœux monastiques, dénonciation du purgatoire, du salut par les œuvres, suppression des sacrements autres que le baptême et l’eucharistie, abolition du culte des saints et des images. L’Inquisition est chargée d’éradiquer cette nouvelle hérésie. Mais sa tâche va se compliquer car plusieurs princes adhèrent au nouveau dogme. C’est différent de l’épopée cathare, où aucun prince n’était cathare, uniquement sympathisant. Ici les princes se libèrent de la tutelle de Rome, le pouvoir spirituel n’a plus de prise sur eux, finies les menaces d’excommunication qui les mettaient au ban de la société et qui exposaient leurs terres à la confiscation.

Les conséquences vont être différentes suivant les pays. En Espagne, les protestants sont condamnés par l’Inquisition et la Réforme est éradiquée. En France, une guerre civile, dite Guerres de Religion, va opposer des princes au pourvoir royal. Dans le Saint empire germanique, l’empereur Charles Quint doit s’incliner. En 1555, la paix d’Augsbourg reconnaît officiellement le luthéranisme : chaque prince peut choisir sa religion… et l’imposer à ses sujets. Il faut se rappeler que l’empereur est élu par les princes. Face à cet échec, Charles Quint abdiquera. Dans les Pays-Bas espagnols, les provinces du nord, à majorité protestantes, déclarent unilatéralement leur indépendance en 1581. S’en suit une guerre civile de 70 ans qui donnera naissance à la Hollande qui deviendra une grande puissance maritime.

Epilogue

En 2000, à l’instigation de Joseph Ratzinger, le pape Jean-Paul II a offert « sa repentance officielle » pour tous les dommages causés au nom de la religion : Inquisition, croisades, traitement des juifs et des indigènes, etc.

« Certains aspects de ces procédures et, en particulier, leur issue violente par la main du pouvoir civil, ne peuvent pas ne pas constituer aujourd’hui pour l’Eglise un motif de profond regret » déclare le cardinal Angelo Sodano. Mais la doctrine hérétique de Giordano Bruno empêche l’Eglise de lui accorder le pardon chrétien…
Et qui va accorder son pardon à l’Eglise ?