Marcion

J’estime que Marcion est l’un des personnages les plus importants dans l’évolution du christianisme… bien qu’il ait été jugé hérétique par ses pairs.

Marcion est né vers 85 à Sinope sur la Mer Noire. Son père était un riche armateur qui aurait été évêque. Vers 140, il est accueilli dans la communauté de Rome. Il y apporte, outre une grosse somme d’argent, un évangile et dix lettres de Paul.

Se basant sur cet évangile, ne se revendiquant d’aucun apôtre, et sur les épîtres de Paul, il professe une doctrine déviant du dogme qui peu à peu se développe dans le christianisme. Il argumente sa vision du Christ dans un recueil : Antithèses.

En fait, on ne connait rien de Marcion, sinon les commentaires de ses adversaires parmi lesquels Tertullien, un Romain de Carthage (vers 160-225), qui lui consacra pas moins de cinq livres, plus ou moins cent pages A4 actuelles. Tertullien est un juriste et sa démonstration est très élaborée, mais contre toute attente, alors qu’il connait les quatre évangiles et le livre de l’Apocalypse, il ne s’y réfère que rarement, il puise tous ses arguments dans l’Ancien Testament qu’il maîtrise parfaitement. Lorsqu’il critique les conclusions que Marcion tire des lettres de Paul, qu’il a apportées, Tertullien ne fait jamais mention d’une différence avec les épîtres qu’il aurait à sa disposition, mais l’accuse de les avoir mutilées. N’existaient-elle pas avant Marcion ?

Quelle était la thèse de Marcion ? En l’an 15 du règne de Tibère, soit en 29, Jésus est descendu du ciel, pur esprit de salut et de rédemption, comme le dit Tertullien. Jésus n’est donc pas né de Marie et n’a pas comme père Joseph : il est le fils de Dieu, sinon Dieu lui-même. Mais ce dieu n’est pas YHWH, mais un dieu d’amour et de paix qui ne s’était jamais manifesté, ce dieu ne juge pas, il pardonne. YHWH n’est que le créateur de cette terre où règne le mal.  Pour Marcion, si Dieu est capable de colère, de haine, de jalousie, et de vengeance, c’est qu’il est changeant et corruptible, dont mortel. Il rejette les écrits juifs et prône une séparation totale d’avec les juifs. Il réprouve également le mariage et encourage la chasteté car comme les chrétiens de l’époque, il attend la fin du règne du mal et l’avènement du royaume de Dieu.

Tertullien tente de contrer Marcion par un phrase étonnante : « l’intelligence débile de l’homme forge plus facilement des dieux nouveaux, qu’elle ne se tourne vers le Dieu véritable, déjà manifesté à ses regards par ses œuvres »… alors que le christianisme vient de naître !

A la lecture du Adversus Marcionem (Contre Marcion) de Tertullien, on a l’impression que tous les messages d’amour ne se trouvaient pas dans les évangiles qu’il lisait. Si ce sont des ajouts tardifs, il n’est pas étonnant qu’il soit impossible à partir des évangiles d’avoir une vision unique du message de Jésus, comme nous l’avons souligné dans notre livre. C’est ainsi que Tertullien lit dans l’évangile de Marcion :

  • Le Dieu nouveau nous enjoint de « tendre l’autre joue et d’abandonner après notre tunique, notre manteau lui-même. »
  • Donner à tous ceux qui vous demandent.
  • Et selon que vous voulez que les hommes vous fassent, faites-leur aussi de même.
  • Ne jugez point et vous ne serez pas jugé. Donnez et il vous sera donné.
  • Des femmes riches, et parmi elles la femme de l’intendant d’Hérode, s’attachaient aux pas de Christ et l’assistaient de leurs biens.
  • etc.

A chaque fois, Tertullien argumente que ces préceptes se trouvent déjà dans l’Ancien Testament. Doit-on en conclure qu’il n’était pas nécessaire de les reprendre dans les évangiles… ce qui sera néanmoins fait par la suite.

Dans un article précédent j’ai dit que le récit de la naissance de Jésus dans les évangiles était un ajout tardif. Tertullien nous en apporte quelques indices, sinon quelques preuves. Alors que les évangiles disent que le recensement a été fait par Quirinus, Tertullien le fait exécuté par Sextius Saturninus. Il dit aussi que la famille de Jésus vint s’établir à Nazareth pour échapper à Archélaos, fils d’Hérode.

Par son apport en textes et par sa vision déviante du christianisme, Marcion a forcé les pères de l’Eglise qui vont lui succéder à préciser leur pensée et à définir le dogme qui ne sera définitif que lors du concile de Nicée, réuni par l’empereur Constantin, en 325.

 

Un commentaire sur “Marcion

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s