La généalogie de Jésus

Non seulement les évangiles nomment les frères de Jésus (voir l’article), mais ils donnent la liste de ses ancêtres, ou du moins de son « père », Joseph. Ce qui embarrasse bien le dogme catholique : pourquoi Dieu aurait-il des ancêtres humains ?

Deux évangiles reprennent in extenso la généalogie de Jésus. Matthieu la fait remonter à Abraham et Luc la pousse jusqu’à Adam. Ces deux listes de noms ne correspondent pas, le seul ancêtre commun est le roi David ! Cette discordance n’a pas empêché le cardinal français Danielou (1905-1974) d’affirmer que les évangélistes avaient fait un travail d’historiens en consultant les archives de la famille de Jésus… une famille pauvre d’un petit hameau de Galilée, s’il faut en croire la tradition !

Intéressons-nous aux arbres généalogiques. Prenons comme exemple, les ancêtres directs de Joseph, « père » de Jésus.
Pour Matthieu : Eléazar engendra Mathan qui engendra Jacob qui engendra Joseph.
Pour Luc : (dans l’ordre inverse) Joseph fils de Héli, fils de Matthat, fils de Lévi, fils de Melchi

Au premier coup d’œil, on voit les différences : Joseph est-il le fils de Héli ou de Jacob ? Si vous vous posez la question, c’est que vous n’avez rien compris. C’est Eusèbe de Césarée qui le dit dans son Histoire ecclésiastique (livre I, chapitre 7) écrite au IVe siècle : les deux généalogies sont exacts et strictement identiques.
Explication : Joseph est bien le fils de Jacob. Mais à la mort de celui-ci, sa veuve épousa le frère de Jacob, Héli. Joseph devint donc le fils d’Héli. Et voilà. Il reste à appliquer le même raisonnement à tout le tableau. On en déduit que les hommes mourraient avant leur femme et qu’il y avait toujours un frère non marié pour épouser sa veuve, en vertu de la loi du lévirat (NB : levir veut dire beau-frère en hébreu) : « Lorsque des frères demeureront ensemble, et que l’un d’eux mourra sans laisser de fils, la femme du défunt ne se mariera point au dehors avec un étranger, mais son beau-frère ira vers elle, la prendra pour femme, et l’épousera comme beau-frère » (De. 25, 5).

Bien joué Eusèbe ! Il justifie même son explication en soulignant que Matthieu dit « Jacob engendra Joseph », alors que Luc dit « Héli est le père (non géniteur) de Joseph ».
Seulement, la loi du lévirat pose une condition au remariage : « que l’un d’eux mourra sans laisser de fils« . Ce qui n’est pas le cas puisque « Jacob avait engendré Joseph« . Et la démonstration s’effondre.

Mais pourquoi donner la généalogie de Joseph alors qu’il n’est pas le père de Jésus ? Les chrétiens n’ont pas pu choisir : soit Jésus est un descendant de David par Joseph et il peut prétendre au titre de Messie, le roi promis aux Juifs. Soit il n’est pas le fils Joseph, mais de Dieu et il n’est pas Messie. Jésus ne peut pas être le fils de Dieu, Dieu lui-même ET Messie (Christ en grec).

Les auteurs anciens sont de beaux parleurs mais de piètres logiciens. Dans l’Antiquité, on croit ceux qui ont un beau discours, les rhétoriciens, même si on ne le comprend pas ou qu’il n’est pas cohérent.
A la réflexion, il semble que ce soit toujours la même chose aujourd’hui.

5 commentaires sur “La généalogie de Jésus

  1. Bonjour,

    Dans l’évangile selon Thomas, logion 101, Jésus dit : « Celui qui ne haïra pas son père et sa mère COMME MOI ne pourra être mon disciple (etc). » Ensuite il les oppose à son Père et sa Mère céleste.

    Cela ne montre-t-il pas que Jésus avait un père terrestre et qu’il le haïssait ? Tout comme il haïssait sa mère terrestre, n’en déplaise aux mariolâtres. J’ai investigué longtemps sur un Jésus historique et j’en suis arrivée à la conclusion qu’il s’agissait probablement d’un des fils d’Hérode le Grand (Hérode Simon Boêthus, petit-fils du grand-prêtre Simon Boêthus, celui-là même qui prit l’enfant Jésus dans ses bras, ce qui se comprend mieux si on pense qu’il était son propre petit-fils). Or lequel des fils d’Hérode le Grand pouvait, à juste titre aux yeux de Rome (dont Pilate), prétendre à être « roi des Juifs » sinon celui que Hérode avait lui-même couché sur son testament… avant de le destituer à cause de la faute de sa mère Mariamne 2 (tiens, une Marie) qui n’aurait rien dit du complot relatif à l’empoisonnement d’Hérode, lequel la répudia pour cette raison ?

    Ainsi tout s’éclaire : Jésus était bien « l’unique » candidat légitime au trône de Judée (ce que Pilate qui dicta le titulus ne pouvait ignorer) mais il en fut empêché par un père qu’il se prit à haïr pour l’avoir destitué, à cause de la faute d’une mère qu’il se prit à haïr car ce fut à cause d’elle qu’il fut injustement destitué. D’ailleurs ne la répudie-t-il pas publiquement dans les synoptiques (Matthieu 12:48 par exemple) ?

    Cela ferait de Jésus un homme né en -17, qui avait 46 ans en l’an 30 (Jean 2:20) et 49 ans en l’an 33 (Jean 8:57).

    Qu’en pensez-vous ?

    J'aime

  2. Je vous remercie de vos commentaires.
    Personnellement, je pense que plus personne de connaissait la vie de jésus quand les évangiles ont été finalisés dans la seconde moitié du IIe siècle. Sa naissance a été ajoutée après l’affirmation de Marcion qui prétendait que Jésus était un éon descendu sur terre, divin mais non humain.
    Certains ont vu en Jésus le fils de Judas de Gamala, qui se prétendait descendant des Hasmonéens, seuls prétendants légitimes à la royauté. Hérode était un imposteur, il était Iduméen. Ceux-ci avaient été circoncis de force par Jean Hyrcan. il n’était donc pas juif.
    Si Hérode avait eu un fils survivant (en plus de ses trois successeurs), je crois que Flavius Josèphe en aurait parlé.

    J'aime

    1. Mais ce fils existait bel et bien et Flavius Josèphe en a parlé : c’est le fameux Hérode qui vivait à Césarée Maritime, en Samarie. Quand Jésus quitte la Samarie, Jean 4:43-45 dit :

      « Or, après les deux jours, il partit de là, et s’en alla en Galilée ; CAR Jésus lui-même rendait témoignage qu’un prophète n’est pas honoré dans son propre pays. Quand DONC il fut venu en Galilée, les Galiléens le reçurent, ayant vu toutes les choses qu’il avait faites à Jérusalem pendant la fête ; car eux aussi allaient à la fête. »

      « Car Jésus lui-même rendait témoignage qu’un prophète n’est pas honoré dans son propre pays. »

      Cela prouve bien que son propre pays était la Samarie, qu’il quitte parce qu’il n’y est pas honoré. Ensuite les Galiléens le « reçurent », ce qui prouve aussi que la Galilée n’était pas son propre pays (puisque c’est le pays – la tétrarchie – de Hérode Antipas).

      Donc Jésus était cet Hérode et il était marié à Hérodiade. Et voyez comme Jean-Baptiste est virulent envers le fait qu’Antipas prend Hérodiade pour concubine, alors que son mari est encore vivant. Pourquoi JB serait aussi virulent, si ce n’est parce que son propre ami est cocufié ? Sinon il n’y aurait pas de raison que JB s’en mêle, au péril de sa vie. Ensuite Jésus et Hérodiade eurent une fille, Salomé. Et comme par hasard, on voit une Salomé au tombeau (et strictement rien dans les textes ne prouve qu’il s’agisse de la mère des fils de Zébédée). Quoi de plus normal que Salomé aille pleurer son propre père ?

      Enfin, oui Hérode le Grand était Iduméen par son père, Antipater. Donc Jésus était en partie Iduméen (et la famille d’Hérode respectait la circoncision, voir AJ XX). Mais c’est une raison supplémentaire pour que les juifs de Jacob/Israël veuillent le mettre à mort, car Esaü/Edom était leur ennemi. Savez-vous que pour le Moyen-Age, les Juifs c’était Israël et les chrétiens c’était Edom ? Pour quelle raison ?

      J'aime

  3. Merci Marianne pour votre commentaire.
    Cette partie de l’Histoire est très spéculative, car les sources sont peu claires tant il y a de personnages portant le même nom.
    Pour bien comprendre :
    Hérode dont parle Marianne, n’est pas Hérode Antipas, tétrarque le Galilée et de Samarie, mais un autre fils d’Hérode le Grand, Hérode Boëthos.
    Philippe n’est pas le tétrarque des territoires actuellement en Jordanie, c’est un autre nom de Hérode Boëthos (aussi appelé Hérode Philippe). Donc, Salomé, qui danse pour Hérode Antipas, et qui d’après les évangiles serait la cause de la mort de Jean le Baptiste, est la fille de Hérode Boëthos et d’Hérodiade.

    L’histoire de Jean le Baptiste dans les évangiles est probablement un ajout de propagande pour attirer ses fidèles vers le christianisme. Les dates des évangiles et des faits historiques ne concordent pas. Voir mon article sur les Nabatéens.

    J'aime

Répondre à mja1970 Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s