Ces étranges fils de Dieu de la Genèse

La Genèse nous parle des fils de Dieu qui trouvèrent que les filles des hommes leur convenaient. Qui sont ces mystérieux personnages qui cohabitent avec les hommes avant le déluge ?

Le premier livre de la Bible, la Genèse est un livre étonnant. On y trouve deux récits de la création. Tout d’abord, c’est Élohim, ou plutôt, les élohim, car la terminaison im est la marque du pluriel en hébreu (voir l’article Élohim est-il un pluriel ?) qui crée l’homme. Il le crée « mâle et femelle (Gn. 1, 27).

Puis on efface tout et on recommence avec YHWH qui crée Adam puis avec une côte de celui-ci, il crée Eve (Gn. 2, 7-23).

Adam connut Eve qui donna naissance à deux fils : Abel et Caïn. Caïn tua son frère par jalousie : Dieu préférant le fumet d’un barbecue à l’odeur du pain cuit. Caïn épousa sa sœur Awan (d’après le Livre des Jubilés 4, 9 : ce livre est un apocryphe juif probablement du IIe siècle avant notre ère).
Eve enfanta un autre fils : Seth qui épousa une autre de ses sœurs, Azura (Jubilés 4, 11). C’est lui le père des patriarches, donc notre père à tous… si on croit au créationnisme, rejetant les travaux sur l’évolution.

Mais ceci n’est rien eu égard aux versets 1 et 2 du chapitre 6 de la Genèse. L’action se situe juste avant le déluge, lorsque Noé eut 500 ans :

Lorsque les hommes commencèrent d’être nombreux sur la face de la terre et que des filles leur furent nées, les fils de Dieu trouvèrent que les filles des hommes leur convenaient et ils prirent pour femmes toutes celles qu’il leur plut (Gn. 6, 1-2).

Les Nephilim étaient sur terre en ces jours-là quand les fils de Dieu s’unissaient aux filles des hommes et qu’elles leur donnaient des enfants ; ce sont les héros du temps jadis, ces hommes de renom (Gn. 4).

La traduction œcuménique de la Bible (TOB) précise pour ces versets : « A plusieurs endroits le texte de la Bible est obscur« .
Nephilim est parfois traduit par « géants », parfois par « ceux qui sont tombés ».

Voici un texte qui embarrasse très fort les milieux religieux et à plus d’un titre. Dieu était seul, que viennent faire les fils de Dieu dans cette histoire. Si ce sont des anges, comment peuvent-ils s’accoupler aux femmes des hommes… ils sont asexués ! Dans l’Évangile de Matthieu ne lit-on pas : « Car, à la résurrection, les hommes ne prendront point de femmes, ni les femmes de maris, mais ils seront comme les anges de Dieu dans le ciel.« .

De nos jours, les Églises ont échafaudé une réponse officielle pour leurs fidèles. Les fils de Dieu sont les enfants de Seth et les filles des hommes, celles de Caïn, le maudit. Les uns sont bénis de Dieu, les autres rejetés.

Ce qui ne fait que générer un autre problème. Pourquoi l’union des maudits et des bénis donne t-elle des hommes de renom ?

Nous savons qu’il en allait tout autrement dans l’Antiquité grâce au Livre d’Hénoch dont la date est encore discutée : entre le Ve et IIIe siècle avant notre ère. Ce livre, dont des fragments ont été retrouvés à Qumran, est un livre canonique dans la religion « orthodoxe » éthiopienne.

Le Livre d’Hénoch

Hénoch est l’arrière-grand-père de Noé, le seul des patriarches qui n’est pas mort, il est monté directement au ciel. Comme tous les livres attribués à une personne, le livre d’Hénoch n’a pas été écrit par Hénoch, mais parle de lui.

Au début du chapitre 4, on lit :

Il arriva que lorsque les humains se furent multipliés, il leur naquit des filles fraiches et jolies. Les anges, fils du ciel, les regardèrent et les désirèrent. Ils se dirent l’un à l’autre : « Allons nous choisir des femmes parmi les humains et engendrons des enfants ».

Ici, pas de doute, ni d’interprétation, ce sont des anges que le livre appelle « veilleurs« , sous-entendu, du ciel. Ils sont conscients qu’ils enfreignent les lois de Dieu, mais ils se soutiennent et persistent. Ils sont deux cents.
Les femmes conçurent des géants qui « dévorèrent tout le labeur des hommes ». Ils tuèrent et dévorèrent les hommes puis se dévorèrent entre eux. Ils burent le sang. (Hénoch 7, 4-5).

Les anges pervertirent les humains (Hénoch 8, 13) :

  • Azaël (ou Azazel) apprit aux hommes à fabriquer des armes. Il leur montra les métaux et la manière de les travailler.
  • Shemêbaza leur enseigna les charmes et la botanique.
  • Mermoni leur enseigna les exorcismes et la magie.
  • Baraqiel, l’astrologie.
  • Kokabiel, les signes des étoiles, etc.

Ces anges sont les anges déchus. Ceux qui étaient restés fidèles à Dieu intercèdent auprès de lui pour sauver les hommes. C’est ainsi que Dieu décida d’un déluge et se résolut à sauver Noé et sa famille. C’est Hénoch qui est chargé d’annoncer la sentence aux veilleurs. Ils le prient d’intercéder en leur faveur auprès de Dieu. Mais celui-ci refuse.

Toute l’humanité, sauf les élus, ont été engloutis par le déluge. Pourtant, des géants reviennent dans le récit biblique, à commencer par Goliath terrassé par David. Og est un autre de ces géants, d’après le Deutéronome (3, 11) on peut encore voir son cercueil de fer, qui mesure neuf coudées de long et quatre coudées de large (environ quatre mètres sur deux). A côté de ces individualités, la Bible mentionne des peuplades : les fils d’Anak d’Hébron, des Nephilim, qui effraient les Hébreux qui devaient entrer en Canaan (Nb. 13, 33) ou les Emim, du pays de Moab, nombreux et de haute taille (Dt. 2, 9-11).

Des anges sur terre ?

Tout ceci n’est qu’une légende sans fondement historique. Mais ça nous apprend deux choses. Tout d’abord, au moment de la finalisation des récits bibliques, plusieurs versions de la même histoire circulaient : les enfants engendrés par les anges sont des « hommes de renom » dans la Genèse et des géants dépravés dans le Livre d’Hénoch.
Ensuite, la frange fondamentaliste des courants chrétiens ne cèdent en rien sur la véracité des « livres saints« . Si un récit était remis en cause, on pourrait discuter de l’historicité de tous les récits. Ce qu’ils veulent éviter à tout prix. Donc, on donne une explication plausible aux textes.
Pour les musulmans, le dogme du Coran incréé, émanation d’Allah et les hadiths paroles inaltérables de Mahomet procèdent de la même logique : empêcher toute discussion et toute remise en cause.

C’est donc une légende, mais… les anges sont-ils venus sur la terre ? Oui, s’il faut en croire l’Église catholique. Ils sont venus débarrasser la terre des dragons. Si vous allez en pèlerinage au Mont-Saint-Michel, vous pourrez honorer les « reliques » de l’ange Michael (Saint-Michel). Elles auraient été rapportées du sanctuaire du mont Gargano dans le sud de l’Italie, à la demande de l’ermite Aubert, fondateur de la première église bâtie sur le Mont au Ve siècle.

N’oublions pas un autre ange, Gabriel, qui a fait plusieurs visites sur terre, porteur de messages pour Marie et Mahomet.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s