Célibat et chasteté

Les moines catholiques prononcent les vœux de chasteté, de pauvreté et d’obéissance. Ils s’engagent à ne pas (plus) avoir de relations sexuelles, de donner leurs biens à la communauté et rejoindre le lieu que leur assignera l’évêque.

Les prêtres catholiques prononcent le vœux de célibat. C’est ce que dit l’article 277 du droit canon, alinéa 1 : « Les clercs sont tenu par obligation de garder la continence parfaite et perpétuelle à cause du Royaume des Cieux, et sont donc astreints au célibat, don particulier de Dieu par lequel les ministres sacrés peuvent s’unir plus facilement au Christ avec un cœur sans partage et s’adonner plus librement au service de Dieu et des hommes ». Et l’alinéa 3 de préciser : « Il revient à l’évêque diocésain d’édicter des règles plus précises en la matière… ». Que faut-il en conclure ? L’évêque décide !

Est-ce que cela veut dire que les prêtres peuvent avoir des relations sexuelles ? En théorie, oui. Et les évêques, archevêques, cardinaux et papes ne s’en sont pas privés du XVe au XVIIIe siècle. Il faut dire qu’à cette époque, on n’entrait pas en religion par vocation. Seul l’aîné de la famille héritait du patrimoine. Si les autres enfants voulaient trouver une place dans la société, ils devaient se tourner vers la carrière ecclésiastique où ils pouvaient acquérir puissance et richesse. Si en théorie, les prêtres pourraient avoir (légalement) des relations sexuelles, ça leur est interdit religieusement : un catholique ne peut pas avoir de relations sexuelles hors du mariage. Ouf, la morale est sauf.

Qu’en est-il des jésuites ? Ils se présentent comme des prêtres et ne vivent pas en communauté. Néanmoins, ils prononcent les mêmes vœux que les moines, plus un quatrième, celui de l’obéissance spéciale au pape en ce qui concerne les missions. Ils dépendent donc directement du pape et non des évêques, comme c’était le cas pour les templiers en leur temps.

Nos ancêtres, les Yamnayas

Les Homos sapiens

Il y a 30.000 ans, des hommes nouveaux à la peau sombre, venus d’Afrique, ont colonisé l’Europe, rencontrant les Néandertaliens installés depuis bien longtemps. L’Europe était bien différente d’aujourd’hui. On était en pleine ère glaciaire. La banquise recouvrait le nord du continent, les mers Baltique et du Nord étaient prises dans les glaces, l’eau des mers et des océans étaient bien plus basses. L’air était sec, les précipitations peu abondantes, les rares arbres étaient rabougris : le continent était couvert d’une savane herbeuse où paissaient des troupeaux de bisons, de rennes et de mammouths.

Les cultivateurs-éleveurs

Voici 9000 ans, une technique nouvelle venant de Mésopotamie, bouleverse la vie des habitants d’Europe : l’agriculture et l’élevage. Jusqu’alors, les hommes suivaient les troupeaux qui se regroupaient autour des points d’eau. Maintenant que le réchauffement s’est amorcé et que le continent prend sa forme actuelle, les précipitations deviennent plus nombreuses, les arbres poussent, les troupeaux s’amenuisent car la neige a recouvert la prairie dans un premier temps, puis les forêts ont créé des obstacles à la transhumance.

Les hommes se sont sédentarisés. Ils cultivent et élèvent des animaux. Ils deviennent esclaves de la terre : ils doivent défricher, labourer, semer, récolter… et on recommence d’année suivante. Ils inventent le travail ! Alors qu’avant les hommes prélevaient le nécessaire sur la nature, maintenant, ils amassent, ils thésaurisent : toujours plus de terre, plus de bétail. Bientôt, ils vont être exploités par des chefs et soumis à des dieux. L’humanité a basculé.

Les Yamnayas

Venus du nord de la mer Noire (territoires des actuelles Ukraine et Russie), des hordes guerrières, s’élancent vers l’ouest aux environs de l’an 3000. En 500 ans, ils vont traverser et conquérir l’Europe. Ce sont les Yamnayas. Ils sont grands, ont des haches de cuivre, ils ont domestiqué le cheval, ils digèrent le lactose, ils enterrent leurs morts dans des tombes individuelles alors qu’auparavant elles étaient collectives.

Leurs conquêtes vont bouleverser notre génome, c’est ce que révèle un article du Science et Vie d’octobre 2019. 30% à 35 % de l’ADN des Français proviennent des Yamnayas. Plus on va vers le nord, plus le génome des habitants contient des gènes de Yamnayas, jusqu’à 50%. Ce qui s’explique par la moindre densité des populations qu’ils ont rencontrées. Et bien entendu, plus on se rapproche de leur aire de départ, plus on retrouve de gènes yamnayas.

Répartition du pourcentage de gènes (en noir : non impactés)

Presque tous les Européens ont un chromosome Y provenant des envahisseurs. Or, seuls les hommes ont un chromosome Y parmi les 23 paires qui nous définissent. Ce chromosome est donc hérité du père. Ce qui veut dire que seuls les Yamnayas mâles se sont reproduits à une certaine époque. Ont-ils massacré tous les hommes qu’ils ont rencontrés ou les ont-ils réduit en esclavage ?

L’article conclut : « Nous venons en droite ligne de sanguinaires conquérants… dont il nous reste peut-être certains traits. »

Paradis et Enfer

Chez les juifs

Dans le proto-judaïsme, la religion des juifs avant la destruction du temple de Jérusalem en 70 par les légions romaines de Titus, YHWH (Yahvé) n’est pas un dieu personnel, c’est le dieu de la communauté, comme tous les dieux de l’Antiquité (Amon, Baal, Zeus, Jupiter). Il ne récompense donc pas les bienfaits : à la mort, le corps retourne à la terre et l’âme vers Dieu : « Alors la poussière retournera à la terre dont elle vient et l’âme reviendra à Dieu qui l’a donnée » (Eccl. 12,7). Il n’y a pas de Paradis, il n’y a pas d’Enfer. Les bonnes actions sont récompensées dans le monde d’ici-bas.

Vu les origines diverses des livres de la Bible, on peut y retrouver des influences différentes, comme l’existence de spectres (livre des Rois) ou la résurrection (livre de Daniel). Après 70, la vision du monde à venir (la venue du Messie), la fin des temps va fortement évoluer, et la résurrection est envisagée… mais sera-t-elle physique ou spirituelle ? Le débat n’est pas clos.

Chez les chrétiens

Tout change avec le christianisme dont le Paradis devient un « argument de vente ». Pour le christianisme, le Paradis et l’Enfer sont des réalités physiques, ils existent… quelque part. Pour le chrétien, il est facile d’accéder au Paradis. Il suffit de se faire baptiser pour effacer le péché originel qui marque les hommes depuis Adam et Ève, et d’avoir la foi, c’est-à-dire croire à tout ce que le clergé dit, sans poser de question. Mais alors à quoi sert le jugement dernier si dès la mort on séjourne dans le félicitée éternelle face à Dieu ou au contraire on est soumis aux caprices sadiques de Satan et ses anges déchus ?

Face à l’incohérence de cette théologie eschatologique (concernant la fin du monde), le philosophe allemand Friedrich Nietzsche se déchaîne contre le catholicisme dans son ouvrage « L’Antéchrist » :

« Avec l’avènement du christianisme, c’est tout le sens du monde antique qui est perdu. Le contact avec la réalité cède le pas à un monde de pure fiction qui fausse, nie et dévalue cette réalité :

  • monde des causes imaginaires : Dieu, l’âme, le Moi, la Vérité.
  • monde d’effets imaginaires : péché, rédemption, grâce, châtiment, rémission des péchés.
  • monde où des êtres imaginaires, Dieu, esprits, âmes, commercent entre eux, où l’on a qu’une science imaginaire de la nature, ignorant le concept de cause naturelle.
  • monde où l’on traite d’une psychologie imaginaire de repentir, de remords, de tentation du Diable, de la présence de Dieu et des saints.
  • monde théologie imaginaire : le royaume de Dieu, le jugement dernier, la vie éternelle. »

Dans les évangiles, c’est le jugement dernier imminent qui prédomine, on ne parle pas de Paradis ni d’Enfer après la mort. Le judaïsme est toujours présent dans les débuts du christianisme.

Au fil du temps, la notion de Paradis et d’Enfer, associée à la bonté de Dieu, va poser certains problèmes : que deviennent les enfants innocents non baptisés, tous les péchés sont-ils équivalents ?

Les enfants non baptisés, sur lesquels pèsent toujours le péché originel ne peuvent pas aller au Paradis, mais ne méritent pas l’Enfer. Ils sont donc dans un état intermédiaire où ils ne souffrent pas, mais où ils n’ont pas de contact avec Dieu. Ce sont les limbes. En 2007, une commission du Vatican a « précisé » : « L’idée des limbes, que l’Église a employée pendant des siècles pour désigner le sort des enfants qui meurent sans baptême, n’a pas de fondement clair dans la Révélation, même si elle a été longtemps utilisée dans l’enseignement théologique traditionnel. » Cependant, cela « demeure une opinion théologique possible  ». Comprenne qui pourra.

Il existe des dizaines d’endroits en Europe, appelés sanctuaires à répit, où l’enfant est ressuscité un court instant pour permettre de le baptiser.

Notons que dans les débuts du christianisme, il fallait être adulte pour être baptisé. L’aspirant devait être instruit de la foi avant d’accéder au baptême. Clovis a dû se soumettre à deux ans d’étude avant d’être baptisé.

Les défunts, morts en état de grâce (ayant reçus les sacrements ad hoc), mais n’ayant pas fait une pénitence suffisante de leur vivant vont au Purgatoire, un lieu de purification, dont le terme apparaît au XII° siècle.
Il est intéressant de se pencher sur le catéchisme de 1992 :

Question 210 : Qu’est-ce que le purgatoire ?
Le catéchumène répond : Le Purgatoire est l’état de ceux qui meurent dans l’amitié de Dieu, assuré de leur salut éternel, mais qui ont encore besoin de purification pour entrer dans le bonheur du Ciel.

Question 211 (plus intéressante) : Comment est-ce que nous pouvons aider les âmes à être purifiées au purgatoire ?
À cause de la Communion des saints, les fidèles qui sont encore des pèlerins sur terre sont capables d’aider les âmes dans le Purgatoire en offrant des prières en suffrage pour eux, spécialement dans le Sacrifice eucharistique. Ils peuvent aussi les aider par des aumônes, les indulgences, et les œuvres de pénitence. 

Et voici les fameuses « indulgences ». Au début du XV° siècle l’antipape Jean XXIII permet la distribution d’indulgences pour réduire le temps de purgatoire. (Jean XXII est considéré comme antipape, car à l’époque, il y avait deux papes). En 1476, le pape Sixte IV décrète que les indulgences peuvent s’acheter. Il est ainsi à l’origine du commerce des indulgences dans l’Église catholique. On estime que l’abbaye de Montserrat en aurait fait imprimer 200 000 en trois ans, vers l’an 1500. C’est grâce à la vente d’indulgences que la basilique saint-Pierre de Rome a été construite.

Luther et Calvin vont s’élever contre ce commerce qui sera un des déclencheurs de la réforme (protestantisme).

Chez les musulmans

L’islam reprend les mêmes notions ambiguës de Paradis, d’Enfer et de jugement dernier que le christianisme. Le jugement dernier se fera même sous l’égide de Jésus.

Le Paradis est une oasis rafraîchie par des cours d’eau et ombragée par des arbres fruitiers.

« Hommes et femmes, ceux qui pratiquent les bonnes œuvres et qui croient en Dieu entreront dans le Paradis. » (Co. 4, 124). Ici, pas de rémission des péchés, le péché originel introduit par les chrétiens n’existe pas. Il suffit de croire, de se soumettre à Dieu.

L’Enfer, c’est le désert brûlant. Un des mots utilisés à de multiples reprises dans le Coran est Géhenne, un mot hébreu/araméen signifiant la vallée de Hinnom, une vallée étroite et profonde qui s’étendait au sud et au sud-ouest de la Jérusalem antique. D’autres mots sont utilisés dans le Coran : le feu, la fournaise, le brasier, etc.

« Le feu de l’Enfer est réservé aux incrédules. Ils ne seront pas condamnés à mort et leur supplice ne sera pas allégé. C’est ainsi que nous rétribuerons les négateurs» (Co. 35, 36). L’Enfer est réservé à tous les non musulmans… et aux injustes épouvantés par leur actes passés (Co. 42, 22).

Les enfants gâtés de la Péninsule arabique

Un peu de géopolitique

L’Arabie saoudite est un royaume gouverné depuis 2015 par Salmane ben Abdelaziz al Saoud (né à Riyad en 1935), le 25° fils du fondateur de l’Etat, ibn Séoud en 1932. La tribu d’ibn Séoud vivait dans le désert au centre de l’Arabie, dans la région de Riyad, ce qui explique que cette bourgade du désert soit devenue la capitale de l’Arabie saoudite. Les Séoud ont renversé le chérif de La Mecque, Hussein, pour prendre le contrôle de toute l’Arabie. Ils ont emmené avec eux des religieux rigoristes, les wahhabites.

Abu Dhabi est un émirat gouverné par Khalifa ben Zayed. Les citoyens de ce pays n’ont pas le droit de vote et la liberté d’expression y est fortement encadrée par des lois. Abu Dhabi, qui vit des rentes du pétrole, compte près de 3.000.000 d’habitants dont plus de 70% sont des travailleurs étrangers. Abu Dhabi, dont la capitale porte le même nom, est le plus important (80% du territoire) émirat des Emirats arabes unis, une fédération qui regroupe depuis 1971 sept émirats, dont Dubaï.

Le Qatar était pressenti pour faire partie des Emirats arabes unis, comme le Bahrein, mais ils ont choisi leur indépendance. L’émirat est gouverné par Tamim al-Thani. Le pays est surtout producteur de gaz. Le Qatar (capital Doha) compte près de 2.000.000 d’habitants, les plus pollueurs du monde en terme de rejet du CO2. Curieusement, il est membre de l’Organisation internationale de la francophonie.

Préambule

Dans la période 2013-2015, de nouveaux hommes forts arrivent au pouvoir dans la Péninsule arabique alors que le prix du baril amorce une chute due à l’exploitation du gaz de schiste aux Etats-Unis qui gagne son indépendance énergétique. Ces nouveaux dirigeants ont été élevés dans le luxe et la démesure contrairement à leurs pères qui ont connu la vie du désert. L’exploitation du pétrole n’a débuté que dans les années 1950-1960 et n’a enrichi les producteurs qu’après la crise pétrolière de 1973.

Les amis

Le plus médiatisé de ces personnages est Mohammed ben Salmane, dit MBS, né en 1985, fils du roi d’Arabie saoudite, nommé ministre de la Défense en 2015.
Il lance un grand projet « Vision 2030 » pour diversifier l’économie et réformer la société. Il a déclaré :

« Nous retournerons à un islam modéré, tolérant et ouvert sur le monde et toutes les autres religions »
« Nous n’allons pas passer 30 ans de plus de notre vie à nous accommoder d’idées extrémistes et nous allons les détruire maintenant ».
« Les lois de la charia sont très claires. Comme les hommes, les femmes doivent s’habiller de manière décente… ce qui ne signifie pas porter une abaya ou un foulard noir »

Depuis 2018 les femmes ont accès au marché de l’emploi, elles peuvent créer et gérer leur entreprise sans passer par un tuteur, elles peuvent posséder le permis de conduire. Un tuteur est toujours indispensable pour voyager ou entreprendre des études. N’oublions pas que les Françaises sont restées sous la dépendance de leur mari jusqu’en 1965 ! Elles ne pouvaient pas ouvrir un compte en banque ni travailler sans l’accord de celui-ci.

En Arabie, les cinémas ont ré-ouverts et un festival rock est même prévu : le Jeddah World Fest.

Vue des spectateurs lors d’un concert

Mais ce prince héritier est un impulsif, adepte depuis son enfance des jeux vidéo violents. Les observateurs disent de lui qu’il tire puis il réfléchit. Dès son entrée en scène, il fait arrêter des princes, des ministres et des hommes d’affaire.
En 2015, il lance une intervention militaire au Yémen dont j’ai déjà parlé.
En 2017, il retient prisonnier le président libanais Saad Hariri, en vacances en Arabie, et le force à démissionner. La raison ? Saad Hariri s’est allié aux chiites pro-iraniens pour former son gouvernement. Le président reviendra sur sa démission dès qu’il eut regagné son pays. Saad Hariri est membre de ces grandes familles corrompues qui s’enrichissent au Liban. Il a la nationalité française, saoudienne et libanaise !
Enfin, en octobre 2018, MBS ordonne l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi dans l’ambassade d’Arabie à Istanbul… ce qui va le décrédibiliser aux yeux du monde politique.

Dans l’émirat voisin d’Abu Dhabi, Mohammed ben Zayed, dit MBZ, né en 1961, frère de l’émir est nommé ministre de la Défense. C’est l’homme fort des Emirats arabes unis… au sens propre. MBZ est un paranoïaque. Le moteur de son ascension, c’est l’armée la plus puissante et la mieux entraînée de la région. Il organise chaque année le plus grand salon de l’armement du monde dans sa capitale. Il invite régulièrement des personnes influentes à assister à la démonstration de la puissance de son armée sur un immense terrain d’entrainement, un immense plateau hollywoodien. Le pays possède un char d’assaut pour 2500 habitants… proportionnellement 100 fois plus que la France ! On le considère comme le mentor de MBS qu’il a suivi dans sa guerre au Yémen. Lors du débarquement de son armée au Yémen, tous les observateurs pensaient que la guerre serait « courte et joyeuse ». En fait, c’est un bourbier, le Vietnam des agresseurs.

MBZ et MBS

MBZ a fait des Emirats arabes unis une destination touristique de premier ordre grâce à l’édification d’hôtels de luxe, la construction d’îles artificielles et surtout en affichant une grande tolérance en matière de mœurs. Ce qui n’a pas empêché certains membres de sa famille d’être accusés de tortures, notamment par la justice belge.

MBZ investit également dans la culture, il a fait construire une superbe succursale du Louvre pour laquelle son ami MBS a acheté le tableau de Léonard de Vinci, le « Salvator Mundi », le tableau le plus cher du monde : 400 millions de dollars ! Ces nouveaux dirigeants sont de grands enfants, ils ont besoin de s’affirmer… et ils en ont les moyens.
Récemment, MBZ a reçu le pape François.

L’ennemi

Le dernier des nouveaux venus est Tamim al-Thani, né en 1980. Il est l’émir du Qatar. Personnellement, il est peu connu, mais c’est un acteur important. N’a t-il pas obtenu l’organisation de la coupe du monde de football 2022, n’est-il pas propriétaire du Paris Saint-Germain… alors qu’il est supporter de Manchester United qui a éliminé miraculeusement le PSG de la coupe des champions (0-2 puis 1-3) ? Sa reconnaissance dans le monde, il la recherche par le sport. Il a également investi dans la télévision. La chaîne al Jazeera, c’est lui. Il possède les chaînes de sports payantes BeIN, bien connues en France. BeIN possède les droits de retransmission de tous les événements sportifs majeurs.

Tamim al-Thani (à gauche) lors d’une compétition sportive

Chacun veut s’affirmer sur la scène internationale. S’il n’y a pas de rivalité entre MBZ et MBS, ce n’est pas le cas avec Tamim al-Thani qui a eu l’outrecuidance de déclarer que l’organisation de la coupe du monde de football avait été attribuée à tous les Arabes : il s’érigeait alors en représentant du monde arabe. Les tensions se sont exacerbées en 2011 lors des printemps arabes : la chaîne al Jazeera a donné la parole à des extrémistes islamiques, les Frères musulmans, qui ont appelé à la révolte en Libye… et en Arabie saoudite où la famille Séoud est considérée comme ayant usurpé le pouvoir et le contrôle des lieux saints de l’islam. L’Arabie saoudite fera d’ailleurs capoter le printemps arabe en Egypte, où les Frères musulmans briguaient le pouvoir, en finançant le coup d’Etat du maréchal al-Sissi. Pour éviter la contagion révolutionnaire, 130 milliards de dollars ont alors été injecté dans le budget de l’Arabie saoudite pour acheter la paix sociale en augmentant les fonctionnaires, c’est-à-dire la majorité de la population.

En 2015, le Qatar refuse de participer à l’invasion du Yémen. C’est la goutte qui fait déborder le vase, le 5 juin, l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis rompent leurs relations diplomatiques et économiques avec le Qatar, bientôt suivis par plusieurs pays musulmans. La frontière terrestre avec l’Arabie est fermée, les avions qatari ne peuvent plus survoler ses voisins et ses bateaux ne peuvent plus accoster dans leurs ports. La raison officielle de cet ostracisme est double : le Qatar est accusé de financer des groupes terroristes et d’être proche de l’Iran. Il y a un fond de vérité dans ces assertions. Le Qatar finance effectivement plusieurs factions rebelles en Syrie… mais la Turquie et les Etats-Unis font de même. Il soutient également les associations dominées par les Frères musulmans. Pour l’autre point, le Qatar et l’Iran se partagent l’exploitation d’un gisement gazier dans le Golfe persique… ce qui oblige le Qatar à rester en bon terme avec son colocataire.

Irrité de voir les Saoudiens branchés sur les télévisions qatari pour les événements sportifs, MBS a facilité le piratage des 10 chaînes de BeIN : les chaînes BeOutQ étaient nées. BeOutQ doit se comprendre comme « dégage Qatar ». BeOutQ, qui ne paie aucun droit de retransmission, émet à partir d’ArabSat le même contenu que BeIN avec quelques secondes de retard. Malgré les plaintes déposées par le Qatar, BeOutQ est toujours actif.

En mai 2017, Trump effectue sa première visite à l’étranger dans la Péninsule arabique avec son conseiller pour le Proche Orient, Jared Kushner, son beau-fils, totalement ignorant des problèmes de la région. Trump, comme à son habitude, affiche un avis sur tout et lâche cette phrase assassine : « Si vous pouvez résoudre le problème avec le Qatar, allez-y« … avant de se rétracter lorsqu’on lui souffle à l’oreille que la plus importante base américaine de la région se trouve au Qatar !

Ne prenons pas parti, ne plaignons pas le pauvre émir du Qatar. Il possède une fortune personnelle estimée à 2,5 milliards de dollars. Il a probablement puisé dans cette cassette pour acheter l’organisation de la coupe du monde de football 2022. Pour cette coupe, on estime que la construction des stades va provoquer, à terme, la mort de plus de 4000 « esclaves » hindous et népalais, victimes d’accidents sur les chantiers peu sécurisés.

En guise d’épilogue

Deux petites anecdotes en conclusion.

Les Emirats arabes unis ont organisé la coupe d’Asie des nations 2019, rassemblant 56 pays… dont le Qatar. L’Australie tenante du titre a été éliminée en quart de finale par le pays organisateur : les Emirats (0-1). Ceux-ci ont été éliminés en demi-finale… par le Qatar (0-4). Le Qatar qui a remporté la coupe en battant le Japon 3-1.

Au sommet du G20 2018 organisé en Argentine, Mohammed ben Salamne a été snobé par la plupart des invités suite à l’assassinat de Jamal Khashoggi à Istanbul deux mois auparavant. Cette isolation a été mise à profit par Poutine pour se rapprocher des Arabes, espérant des retombées économiques.

Inspiré par le documentaire : Golfe : la guerre des princes.

1991 : le bal des dupes

Le 2 août 1990, les troupes irakiennes envahissent leur petit voisin du sud, le Koweït. Saddam Hussein, le président de l’Irak, invoque trois prétextes :

  • Le surproduction du Koweït et des Emirats arabes a fait chuté le cours du pétrole de 19 à 10 $ le baril, faisant perdre 7 milliards de dollars par an à l’Irak.
  • L’Irak accuse le Koweït de creuser de nouveaux puits en oblique sous sa frontière.
  • Enfin, l’Irak considère le Koweït comme une province détachée de l’Irak par la Grande Bretagne en 1922.

Mais la vraie raison est ailleurs. La guerre meurtrière qui a opposé l’Irak à l’Iran vient de se terminer sans vainqueur. Guerre durant laquelle les Etats-Unis ont livré des missiles et des armes chimiques à l’Irak. L’Irak est exsangue et les pays qui ont financé la guerre réclame le paiement des dettes. Le Koweït a prêté 15 milliards de dollars à l’Irak, l’Arabie saoudite 45 milliards.

L’invasion a chassé l’émir du Koweït, cheikh Jaber Al-Ahmad, vers les Etats-Unis qui l’accueillent à bras ouverts bien qu’ils aient soutenu Saddam Hussein durant sa guerre contre l’Iran. Pour sa part, l’Arabie saoudite s’inquiète. La CIA lui a fait parvenir des photos d’une incursion des troupes irakiennes sur son territoire, photos qui ne seront jamais publiées. Fake news. L’Arabie demande l’aide des Etats-Unis. Après d’âpres discussions plus de 100.000 militaires américains sont déployés dans le nord de l’Arabie. C’est l’opération Bouclier du désert.

Cette installation des Américains va avoir des conséquences aussi énormes qu’inattendues. Un certain Oussama Ben Laden, dont la famille est très proche du pouvoir saoudien et qui a fait ses preuves militaires en Afghanistan avec le soutien des Américains, propose au roi Fadh d’utiliser sa milice pour défendre le pays contre les Irakiens. A la suite du refus du roi, il l’accuse de corruption et d’autoriser des infidèles à souiller le sol sacré de l’Arabie saoudite. Son passeport saoudien lui est retiré… l’histoire d’Al-Qaïda est en marche.

Aux Etats-Unis la propagande anti Saddam Hussein s’organise. De héros, il devient un monstre, un autre Hitler qui projette d’envahir tous ses voisins. Une ING se constitue : « Citizens for free Koweit » . L’émir Jaber loue les services de l’agence de communication Hill and Knowlton pour un montant de 12 millions de dollars (de l’époque). Cette agence fournit des films de propagande aux médias, elle analyse les réactions de la population américaine par une série de questions faisant appel à sa sensibilité. Enfin, elle tient son sujet. Le 14 octobre 1990, une toute jeune fille Nayirah, présentée par les médias comme une infirmière, dévoile l’innommable devant une commission du sénat américain : des soldats irakiens ont fait irruption dans une maternité de Koweït City et ont embarqué les couveuses pour les transporter en Irak, jetant au sol les nouveaux-nés. Elle est en pleurs : 22 bébés ont été assassinés.

Nayirah devant la commission du sénat américain

Amnesty International surenchérira, ce n’est pas 22 bébés mais 74 ! Nayirah continue : « Les Irakiens ont tout détruit au Koweït. Ils ont vidé les supermarchés de nourriture, les pharmacies de médicaments, les usines de matériel médical, ils ont cambriolé les maisons et torturé des voisins et des amis. J’ai vu un de mes amis après qu’il ait été torturé par les Irakiens. Il a 22 ans mais on aurait dit un vieillard. Les Irakiens lui avaient plongé la tête dans un bassin, jusqu’à ce qu’il soit presque noyé. Ils lui ont arraché les ongles. Ils lui ont fait subir des chocs électriques sur les parties sensibles de son corps. Il a beaucoup de chance d’avoir survécu. »

Mme Thatcher enjoint George Bush d’intervenir. Le Conseil de sécurité de l’ONU est convoqué. Un pédiatre koweïtien vient témoigner : il a vu la tombe de 122 enfants tués dans les maternités. La résolution 678 du 29 novembre 1990 adresse un ultimatum à l’Irak, qui a jusqu’au 15 janvier 1991 pour évacuer le Koweït, sous peine d’intervention militaire

Le 12 janvier 1991, le Sénat américain vote l’intervention militaire par 52 oui contre 47 non. Le 17, le journaliste Alexander Cockburn dénonce la supercherie dans un article : il y aurait 122 couveuses à Koweït City alors que le plus grand hôpital de Los Angeles n’en compte que 13. Mais c’est trop tard, la guerre est déclarée : c’est l’opération Tempête du désert. Trente quatre nations vont s’attaquer à l’Irak. La guerre durera 5 semaines.

Epilogue

La plupart des infrastructures de l’Irak ont été détruites. Le montant des réparations est estimé à 500 milliards de dollar. On estime à 150.000 le nombre d’Irakiens qui ont perdu la vie.

Le dernier convoi irakien, militaire et civil, à quitter le Koweït a été pulvérisé par l’aviation américaine.

732 puits de pétrole koweïtiens ont été incendiés et 20 millions de tonnes de pétrole déversés sur le sol.

La guerre a coûté aux alliés plus de 100 milliards de dollars, surtout financés par l’Arabie saoudite..

Le journaliste John Martin de la chaîne ABC a retrouve le médecin qui a témoigné à l’ONU. Ce n’est pas un pédiatre, mais un dentiste et il ne souvient plus où les enfants ont été enterrés. Un autre journaliste, Andrew Whitley a enquêté dans les 3 hôpitaux de Koweït City : les couveuses étaient bien en place et aucun enfant n’avait été tué par les soldats irakiens. Mais tant les infirmières que les médecins étaient convaincus que si leur maternité avait été épargnée, ça s’était bien passée dans les autres.

John Mac Arthur du magazine Harper’s a identifié l’héroïne de l’histoire, Nayirah. Elle s’appelle Nayirah Al-Sabah, c’est la fille de l’ambassadeur du Koweït à Washington, membre de la famille royale.

L’opinion publique est prête, les organismes de communication ont bien rôdé leur discours, les politiciens sont toujours aussi naïfs. Tout est prêt pour le deuxième acte : les armes de destruction massives.

Inspiré par le documentaire 1991, première guerre du Golfe de Bénédicte Delfaut

Les calendriers

Calendrier hébraïque

Le calendrier hébraïque a évolué au fil du temps. Au départ, il comportait 12 mois lunaires de 29 ou 30 jours, soit 354 ou 355 jours par année. La découpe du mois en semaines, probablement héritée des Babyloniens, correspond au temps mis par Dieu pour créer le monde. La semaine débute la nuit du dimanche au lundi. Le septième jour, shabbat, est chômé : Dieu se reposa le septième jour.

Les Hébreux étant un peuple de cultivateurs, les travaux des champs et les fêtes religieuses qui les accompagnaient se décalaient de 11 jours tous les ans par rapport à l’année solaire, aussi appelée année tropique.

Le premier mois de l’année est le mois de Nissan. Il doit obligatoirement commencer après l’équinoxe de printemps, car c’est la période de germination de l’orge. Un mois commence toujours à la nouvelle lune. La Pâque est fêtée à la pleine lune du mois de Nissan (le 15), elle célèbre la sortie d’Egypte. Pour rapprocher l’année lunaire de l’année solaire (équinoxe) on ajoutait des jours intermédiaires… selon le bon vouloir du grand prêtre, puis du Sanhédrin.

Ce n’est que sous la domination grecque que le calendrier se réforma. On adopta le cycle métonique qui était déjà connu des Babyloniens. Ils avaient remarqué que la durée de 19 années solaires était très proche de celle de 235 mois lunaires. Or, 19 années de 12 mois font 228 mois. Il suffit donc d’ajouter un mois supplémentaire dans 7 années sur 19 (235 – 228 = 7) pour que les années restent proches des années solaires. On ajouta donc un mois, juste avant le mois de Nissan, aux années 3, 6, 8, 11, 14, 17 et 19.

Le départ du calendrier, qui correspond au dimanche 6 octobre -3761 du calendrier julien, fut fixée en 358 de notre ère. Ce jour correspond à la création du monde selon la Bible.

Aujourd’hui, les juifs utilisent le calendrier grégorien, le calendrier international. Le calendrier hébraïque ne sert qu’à déterminer les dates des fêtes.

Calendrier musulman

Les musulmans ne se sont pas posé tant de questions, ils utilisent toujours le calendrier lunaire de 12 mois de 29 ou 30 jours, soit une année de 354 ou 355 jours… sans synchronisation avec l’année solaire. Les mois glissant de façon rétrograde par rapport à l’année solaire. Le mois commence lorsque le premier croissant de lune est visible à l’œil nu. Ce qui veut dire que le mois ne commence pas à la même heure dans tous les pays. Parfois pas le même jour !

Le départ du calendrier a été fixé au 16 juillet 622 qui correspond au début de l’année lunaire qui vit Mahomet quitter La Mecque pour Médine (le 24 septembre). Le Coran interdit expressément d’ajouter un mois pour synchroniser le calendrier et l’année solaire. Ce qui indique clairement que les rédacteurs du Coran n’étaient pas des cultivateurs.

Calendrier chrétien

Le calendrier chrétien est l’héritier du calendrier romain mâtiné de la semaine juive.

Il semble qu’au départ, le calendrier romain, sous la royauté, ne comportait que 10 mois de 31 ou 30 jours :

  • Martius (en l’honneur du dieu Mars),
  • Aprilis (en l’honneur de la déesse étrusque de la fertilité : Apru),
  • Maius (à l’étymologie douteuse : la déesse Maïa ou les ancêtres : Maiores),
  • Iunius (pour Junon)
  • puis ça se simplifie : Quintilis (cinquième mois), Sextilis (sixième mois), September, October, November et le dixième mois, December.

Au fil du temps, deux mois furent ajoutés après December, Ianuarius en l’honneur du dieu Janus et Februarius dédié à Pluton, le dieu des Enfers (aussi appelé Februus).

Le calendrier comptait 3 jours de référence :

  • les calendes : premier jour du mois.
  • les nones : le cinquième ou le septième jour du mois, suivant celui-ci (en mars, mai, juillet et octobre, les nones tombent le septième jour).
  • les ides : le treizième ou quinzième jour du mois.

Pour désigner un jour, on disait le jour avant/après les calendes de mars par exemple ou le 4ème jour après les ides d’avril. Pas très simple.

A l’époque de Jules César, il existait un décalage de trois mois entre le calendrier civil et les saisons. Il décréta que l’année comporterait 365 jours et que tous les quatre ans, on ajouterait un jour au mois de février. C’est le calendrier julien. Pour aligner le calendrier, l’année 46 avant notre ère, compta 445 jours !

En l’honneur de Jules César, le mois de sa naissance, Quintilis devint Iulius (juillet).
On célébra aussi l’empereur Auguste en lui attribuant un mois, Sextilis, mois de sa mort qui devint Augustus (août). Mais ce mois n’avait que 30 jours. On le fit passer à 31 jours et on décala les autres mois.

Lorsque le christianisme s’imposa dans l’Empire romain, la semaine de 7 jours fut adoptée, et on donna aux jours le nom des planètes connues : Lune, Mars, Mercure, Jupiter, Vénus, Saturne et Soleil (sunday). Ce n’est que plus tard que le jour du Soleil devint le jour du Seigneur (dominus) dans les langues latines, soit dimanche.

Au concile de Nicée en 325, il avait été établi que la résurrection de Jésus (Pâques) serait célébrée le dimanche qui suit la Pâque juive, soit le premier dimanche qui suit la première pleine lune du printemps. En 325, l’équinoxe du printemps correspondait au 25 mars. En 1579, le pape Grégoire XIII, s’inquiéta que l’équinoxe tombât le 11 mars. Il demanda à des mathématiciens et des astronomes de calquer l’année civile sur l’année tropique : le calendrier subit sa dernière réforme. Seront considérées comme bissextiles les années divisibles par 4 mais pas par 100 (1700, 1800, 1900)… sauf si elles sont divisibles par 400 (1600, 2000, 2400). Le calendrier fut d’application en octobre 1582. Cette année-là, le jeudi 4 octobre fut suivi du vendredi 15 octobre.