Invasion musulmane ou conquête arabe ?

Vers 630, un grand bouleversement va changer à jamais la géopolitique du Moyen Orient, détruisant l’empire perse et mettant à mal l’empire romain de Byzance. Que s’est-il passé ? Notre source la plus complète nous vient de l’islam. D’après la tradition, à la mort de Mahomet (632), son beau-père, Abu Bakr, lui succède et en deux ans de règne, va convertir toutes les tribus de la péninsule arabique et les fédérer dans un projet commun : répandre la nouvelle foi. C’est son successeur, Umar (634-644) qui va lancer la conquête et envahir la Palestine, la Syrie, l’Egypte et l’Irak. A sa mort, un autre beau-fils du prophète, Uthman (644-656) va continuer l’oeuvre d’expansion et compiler le Coran. Enfin, le dernier gendre et neveu de Mahomet, Ali (656-661), nommé calife à 56 ans, va entrer en conflit avec les compagnons du prophète et  provoquer la scission de l’islam : ces fidèles créant le courant chiite.

Mais, ce récit occulte certains évènements historiques et ignore des écrits chrétiens ou juifs qui pourraient nous amener à revoir cette légende. Énumérons d’abord ces faits.

  • La conquête s’est faite sans grand impact sur les populations existantes. Certains se sont même réjouis du changement de gouvernement. Les monastères et les églises ont été protégés.
  • Alors que le siège de Jérusalem va durer de 2 à 4 ans, les reliques dont la « Sainte-croix » ne sont pas mises en sécurité, elles restent dans la ville.
  • La conquête s’est doublée d’une guerre en clans. Trois des quatre successeurs de Mahomet ont été assassinés (Umar, Uthman et Ali).
  • Un document musulman connu sous le nom de « charte de Yathrib » indique que Mahomet a pris la tête d’une coalition de huit tribus arabes et de leurs alliés juifs.
  • La présence de juifs au sein des troupes arabes est corroborée par un écrit chrétien mentionnant que les juifs chassés d’Edesse par l’empereur byzantin se sont alliés aux Arabes.
  • Jean de Damas (676-749), ancien conseillé d’un calife, fait de l’islam une hérésie chrétienne.
  • Où sont passés les deux fédérations de tribus arabes contrôlant les déserts de Palestine, de Syrie et d’Irak : les Ghassanides au service de Byzance et les Lakhmides au service des Perses. Ces Arabes sont chrétiens, bien que non orthodoxes.
  • Pourquoi les premières pièces de monnaie frappées par les califes arborent-elles une croix ? D’autres faisant enfin référence à Mahomet (vers 685, après 50 ans de silence sur le prophète) sont ornées du symbole perse d’Ahura-Mazda.
    Monnaie3
  • Jérusalem est sous la menace des Arabes dès 634, le patriarche ne peut pas se rendre à Bethléem pour la messe de Noël, mais la ville ne tombe, sans combat, qu’en 636 ou 638.
  • Comment les successeurs de Mahomet ont-ils pu enrôler des dizaines de milliers de combattants alors qu’en 1917, les Anglais, avec le concours du chérif de la Mecque à qui ils avaient promis la création d’un immense royaume arabe, n’ont réuni que 2000 hommes pour combattre les Turcs ?

Hypothèse

Les disciples de Mahomet, « marchant sur le chemin de Dieu« , comme le proclame la charte de Yathrib envisagent de prendre Jérusalem et d’y reconstruire le temple, ce qu’ils feront dès la chute de la ville mais il sera probablement détruit par un tremblement de terre car en 670, un pèlerin le décrit en piteux état. Ils envahissent le sud de la Palestine et menacent la ville.
La fédération des Ghassanides, qui ne sont plus payés par les Byzantins au bord de la faillite suite à la guerre qu’ils ont menée contre les Perses de 616 à 622, en profitent pour se payer sur le pays (qu’ils contrôlent) au cri de « cette terre est à nous« . Ils prennent Damas en 634 et font leur jonction avec les Arabes de Mahomet qu’ils aident à prendre Jérusalem : ce sont des guerriers habitués aux sièges qui s’allient à des bédouins rompus aux razzias.

La conquête vire très vite à l’anarchie, chaque chef de tribu ayant son propre plan d’action. Les dissensions tournent à la guerre civile : des chefs sont assassinés (Umar et Uthman), d’autres font sécession comme Ali et Ibn Al-Zubayr. A cela se superpose les convictions religieuses : disciple de Mahomet, juifs et chrétiens. Il faudra attendre Abd al-Malik (calife en 685), probablement un Ghassanide, pour qu’une paix relative s’impose. Il prône l’association de Mahomet et de Jésus comme prophètes. Le Dôme du Rocher qu’il fait construire en 692 et qui est la première construction musulmane a être parvenue jusqu’à nous, en est la preuve : les textes qui ornent les panneaux du déambulatoire intérieur sont à la gloire des deux personnages.

domedurocher.png


Pour rétablir la paix, il renvoie les chef de tribus chez eux et instaure une armée de métier. Les fonctionnaires grecs et perses qui étaient restés en place sont progressivement remplacer par des Arabes et la langue officielle devient l’arabe.

Dans l’islam sunnite, Jésus est un personnage très important : c’est lui qui présidera au jugement dernier. Il n’est pas mort, mais il est monté au ciel. Par contre, dans l’islam chiite, il ne joue aucun rôle, c’est l’imam caché qui reviendra à la fin des temps : la mahdi. Notons que les chiites, les partisans l’Ali, ont peu côtoyer les tribus chrétiennes, ils se sont dirigés vers le sud de l’Irak actuel d’où ils se dont toujours opposés aux califes omeyyades, issus de la fédération ghassanide.

3 commentaires sur “Invasion musulmane ou conquête arabe ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s