L’inquisition

Jamais dans l’Histoire, une religion n’a fait preuve d’autant d’ignominie et de violence pour imposer sa doctrine. Entre le XIII° et le XIX° siècle, suivant les pays, l’Eglise de Rome a semé la terreur dans toute l’Europe traquant tous ceux qu’elle soupçonnait d’hérésie ou de commerce avec le Diable (j’aborderai ce volet dans l’article suivant).

Il n’y a pas de consensus entre les historiens quant au nombre des victimes de l’Inquisition. Les chiffres vont de plusieurs millions à quelques centaines ! L’historien Guy Bechtel a répertorié plus de 250.000 poursuites pour sorcellerie. Même si tous les procès ne se sont pas terminés par une condamnation à mort et compte tenu que la plupart des dossiers ont disparu, on peut estimer à plusieurs dizaines de milliers, si pas à quelques centaines de mille le nombre de victimes de l’Inquisition.

Mettons fin tout de suite un malentendu : l’Inquisition n’a tué personne, l’Eglise n’a pas de sang sur les mains. Si un accusé était reconnu coupable, il était « relâché ». Cet euphémisme traduit la remise du coupable, ou du moins ce qu’il en restait, au bras séculier, à la justice civile, qui appliquait la sentence au « bienheureux ». Car l’objectif de l’Inquisition était de sauver l’âme du pécheur qui s’était détourné de la seule Vérité. S’il avait abjuré, il était absous et avait gagné sa place au purgatoire.

Des débuts hésitants

Comme nous l’avons vu dans un article précédent, l’Inquisition ou Saint Office a été créé par le pape Innocent III en 1199, confirmé en 1213 pour éradiquer les hérésies cathares et vaudoises. Aujourd’hui cette institution existe toujours sous le nom de Congrégation pour la doctrine de la foi qui a été présidée par Joseph Ratzinger, avant qu’il ne devienne Benoît XVI.
Au début, la procédure était confiée aux évêques, mais dès 1235, elle sera confiée à des moines dominicains ou franciscains (les capucins) avec pour seule mission d’éradiquer les hérésies. Les inquisiteurs sont relevés de leur vœux d’obéissance, pour échapper à l’influence des évêques. Ils sont tout puissants, ils ne réfèrent qu’au pape et héritent de son autorité.

Pourquoi s’attaquer aux hérétiques, poursuivis pour crime de lèse majesté ? Le religion et l’Etat ne font qu’un. La religion est le ciment de la société médiévale, elle garantit l’ordre sociale. L’hérétique est donc considéré comme un hors-la-loi, un renégat qu’il faut extirper de la société pour éviter la contagion. L’empereur germanique Frédéric II Hohenstaufen (1198-1250) est le premier à décider que les hérétiques seraient livrés au bûcher… à moins que le juge ne décide de leur couper la langue. Le premier bûcher fut allumé à Catane, en 1224, en Lombardie, terre du Saint empire romain germanique.

Frédéric II est un personnage pour le moins ambigu. C’est lui que les cathares espéraient pour les secourir à Montségur, c’est lui qui fut assimilé à l’Antéchrist par le pape Grégoire IX. Homme très cultivé, parlant plusieurs langues dont l’arabe, il gouvernait l’Empire germanique, de la Baltique à la Sicile en passant par la Provence. Lors de la VI° croisade, le sultan Saladin (Salah al-Din), avec qui il entretenait d’excellentes relations, lui offrit la ville de Jérusalem qu’il venait de reprendre aux croisés. Mais il ne supportait par les hérétiques sur ses terres.

La procédure inquisitoriale

L’Inquisition innove par rapport au droit romain, toujours d’application au Moyen Age : une plainte ne doit plus être déposée pour instruire un procès. Une simple dénonciation anonyme ou même une suspicion pouvait amener une personne devant l’Inquisition.

Les inquisiteurs se déplaçaient dans une région accompagnés de gens d’arme, de notaires qui transcrivaient les débats, de greffiers, etc. Tout commençait par une prédication, l’inquisiteur exposait la doctrine de l’Eglise et réfutait les thèses hérétiques. Pour une durée de 15 ou 30 jours, un décret de grâce était proclamé : les hérétiques étaient appelés à confesser spontanément leur déviance. Ils échappaient alors aux sanctions du pouvoir civil, ils recevaient un châtiment religieux (pénitence, retrait dans un monastère, pèlerinage). Ce décret de grâce permettaient également les dénonciations. La terreur s’installait alors dans la région : tout un chacun craignant faire l’objet d’une malveillance de ses voisins.

Ceux qui avouaient spontanément n’étaient pas sauvés pour autant des griffes de l’Inquisition. Ils devaient faire des aveux complets : ils devaient dénoncer leur congénères qui ne s’étaient pas présentés.

Devant le tribunal le prévenu pouvait être accompagné d’un avocat… jusqu’à ce qu’une bulle papale considère que ceux qui aidaient les hérétiques étaient certainement des hérétiques eux-mêmes. Le suspect n’était pas confronté à ses dénonciateurs ni aux témoins dont il ignorait les noms. Il ne connaissait même pas le motif de sa présence devant le tribunal. La première question qu’on lui posait était : « pourquoi êtes-vous ici ? ». Une stratégie de défense était donc très difficile à établir.

L’accusé avait néanmoins certains droits : il pouvait faire appel à Rome où la cause serait jugée au vu du dossier composé par le notaire. Mais dans son « Manuel des Inquisiteurs », le dominicain catalan Nicolas Eymeric (1330-1399) précise : « Il faut rendre la procédure la plus courte possible en rejetant tout appel qui sert à éloigner le jugement ». L’accusé pouvait aussi donner la liste des personnes qui auraient pu lui nuire et dont le témoignage ne sera pas pris en compte. Tout faux témoignage était puni de la prison à vie.

Le prévenu devait jurer sur les évangiles, ce qui était contraignant pour certains hérétiques. Après avoir prêté serment, tout mensonge, tout parjure condamnait l’accusé à la prison à vie… ou au bûcher.

Pour être reconnu coupable, le prévenu devait avouer. Le but étant la sauvegarde des âmes, l’aveu et la contrition étaient très importants. Les nombreux manuels de l’Inquisiteur recèlent des astuces pour faire avouer les récalcitrants : pression morale, pression physique, privation de nourriture, privation de sommeil, questions vicieuses, ruse et enfin la torture, qui ne sera admise officiellement qu’en 1252. Un aveu sous la torture devait être réitérer par la suite… le silence était considéré comme une confirmation.

Quelles sont les sentences ?
Le jugement est prononcé en public, lors d’une cérémonie. Les peines sont énoncées en commençant par les acquittements. Puis viennent les repentants, condamnés à des mortifications durant les messes, à des séjours dans un monastère ou à des pèlerinages où ils seront probablement flagellés à chaque étape. Certains doivent porter un vêtement d’infamie qui les identifiera à vie. Les peines les plus sévères sont l’emprisonnement et la condamnation à mort. Les condamnés sont remis alors au pouvoir temporel, le bras séculier chargé d’appliquer les sanctions.

L’application des peines donnait lieu à un grand rassemblement, une grande foire, c’est l’auto da fé, l’acte de foi. Les condamnés à mort étaient voués au bûcher, ce qui n’empêchait pas, dans certains cas de leur couper des membres, de les écarteler ou de leur faire subir d’autres joyeusetés qui faisaient le bonheur de la foule. Le condamné ne montait pas sur le bûcher. Celui-ci était constitué de fagots à hauteur d’homme, disposés en U. Le condamné était placé au milieu puis on y mettait le feu. Les fagots s’effondraient sur le supplicié. Parfois, celui-ci était étranglé avant de brûler ou sa tunique était enduite de poix pour qu’il soit asphyxié avant la crémation.

La sanction s’accompagnait souvent de la confiscation des biens au bénéfice de l’Inquisition dans un premier temps, puis du pouvoir civil qui, dans ce cas, payaient les frais d’entretien des condamnés à la prison. Ce procédé sera mis à profit par les rois pour s’enrichir.

Auto da fe
Le pape perd la main

En 1301, le roi de France Philippe IV le Bel (1268-1314) sous prétexte des excès commis par l’Inquisition, en prend le contrôle. Ce qui lui permettra d’accuser les templiers d’hérésie et de sodomie et de les faire arrêter partout dans le royaume, le vendredi 13 octobre 1307. Les templiers formaient un Etat dans l’Etat, ils étaient les créanciers du roi. Philippe le Bel comptait s’emparer de leur richesse et de leur propriétés.

L’Inquisition contre la science

L’Inquisition s’est aussi attaquée aux idées nouvelles. Pour l’Eglise, Dieu a créé la terre pour l’homme. Tout ce qui l’entoure lui est subordonné. En 1600, le moine dominicain Giordano Bruno (1548-1600) est condamné au bûcher par l’Inquisition de Rome pour avoir professé que les étoiles étaient d’autres soleils autour desquelles tournaient des planètes. En 1616, les idées de Copernic sont condamnées par le Saint Office : non, la terre ne tourne pas autour du soleil. Pour la même raison, en 1633, Galilée est assigné à résidence.

L’Inquisition espagnole

La « reconquête » du territoire sur les musulmans a coûté très cher aux nouveaux souverains Isabelle de Castille (1451-1504) et Ferdinand II d’Aragon (1452-1516) qui par leur mariage réunissaient tous les territoires espagnols.

Dans l’Espagne musulmane, al-Andalus, les juifs ont pu prospérer relativement librement. Ils se sont enrichis par le commerce. Ils deviennent donc la cible des souverains « très catholiques » en quête de richesse. En 1492, l’année même de la « reconquête » de la péninsule espagnole qui se termine par la chute de Grenade, dernier bastion musulman, les juifs doivent choisir entre quitter l’Espagne, en abandonnant leurs biens, ou se convertir au catholicisme. Dans les territoires qui avaient déjà été reconquis, plusieurs juifs s’étaient fait baptiser pour échapper à l’humiliation et à l’ostracisme décrété par le statut de Valladolid (1412) : port de la rouelle (l’ancêtre de l’étoile jaune), habit humble fait de toile grossière, interdiction de se couper les cheveux et la barbe, interdiction d’être armé, d’avoir des amis chrétiens, d’occuper une charge officielle.

Mais par leur conversion, ils devenaient la cible de l’Inquisition qui n’avait de pouvoir que sur les chrétiens. A part en Aragon (1232), l’Inquisition n’était pas présente dans la péninsule. Les souverains vont donc demander au pape de leur envoyer des inquisiteurs, qui entrent en fonction dès 1480, mais sous le contrôle exclusif des souverains. Les confiscation de biens se feront à leur seul avantage.

L’Inquisition va s’acharner contre ces nouveaux catholiques sous prétexte qu’ils ne respectent pas le dogme… ce qui dans la plupart des cas était vrai : personne ne s’était soucié de leur apprendre le catéchisme. Déjà avant le décret d’expulsion, plusieurs juifs convertis vont faire appel au pape Sixte IV qui va prendre leur défense : en 1482, il dénonce la soif du lucre de l’Inquisition qui pour rappel est à la solde des souverains espagnols. Ceux-ci s’insurgent et le pape annule la bulle qui sermonnait l’Inquisition espagnole.

En 1516, un nouveau souverain arrive sur le trône d’Espagne : Charles Ier d’Autriche, neveu de la reine Isabelle, plus connu sous le nom de Charles Quint empereur d’Allemagne. Il n’a que 16 ans. En 1518, les Cortès lui demandent de prendre des mesures « pour que la sainte Inquisition se consacre à assurer l’exercice et le respect de la justice, à punir les mauvais et à empêcher les innocents de souffrir ». Il ne réagira pas. L’Inquisition poursuivra son oeuvre jusqu’en 1834 en Espagne, jusqu’en 1850 au Mexique. Le dernier bûcher d’Espagne a été allumé en 1781 pour une nonne mystique : Maria de los Dolores Lopez. Après s’être attaquée aux juifs convertis (les maranes), l’Inquisition s’en prendra aux musulmans à qui on a posé le même ultimatum au nom de la pureté de la race : l’exil ou la conversion. Les musulmans convertis ont été appelés morisques.

L’inquisition et la Réforme

En 1517, un nouveau danger menace Rome : à Wittenberg, un moine s’en prend à l’autorité du pape : Martin Luther. Dans cette ville, il affiche sur la porte de l’Eglise de la Toussaint 95 revendications, appelées thèses : abolition du célibat des prêtres et des vœux monastiques, dénonciation du purgatoire, du salut par les œuvres, suppression des sacrements autres que le baptême et l’eucharistie, abolition du culte des saints et des images. L’Inquisition est chargée d’éradiquer cette nouvelle hérésie. Mais sa tâche va se compliquer car plusieurs princes adhèrent au nouveau dogme. C’est différent de l’épopée cathare, où aucun prince n’était cathare, uniquement sympathisant. Ici les princes se libèrent de la tutelle de Rome, le pouvoir spirituel n’a plus de prise sur eux, finies les menaces d’excommunication qui les mettaient au ban de la société et qui exposaient leurs terres à la confiscation.

Les conséquences vont être différentes suivant les pays. En Espagne, les protestants sont condamnés par l’Inquisition et la Réforme est éradiquée. En France, une guerre civile, dite Guerres de Religion, va opposer des princes au pourvoir royal. Dans le Saint empire germanique, l’empereur Charles Quint doit s’incliner. En 1555, la paix d’Augsbourg reconnaît officiellement le luthéranisme : chaque prince peut choisir sa religion… et l’imposer à ses sujets. Il faut se rappeler que l’empereur est élu par les princes. Face à cet échec, Charles Quint abdiquera. Dans les Pays-Bas espagnols, les provinces du nord, à majorité protestantes, déclarent unilatéralement leur indépendance en 1581. S’en suit une guerre civile de 70 ans qui donnera naissance à la Hollande qui deviendra une grande puissance maritime.

Epilogue

En 2000, à l’instigation de Joseph Ratzinger, le pape Jean-Paul II a offert « sa repentance officielle » pour tous les dommages causés au nom de la religion : Inquisition, croisades, traitement des juifs et des indigènes, etc.

« Certains aspects de ces procédures et, en particulier, leur issue violente par la main du pouvoir civil, ne peuvent pas ne pas constituer aujourd’hui pour l’Eglise un motif de profond regret » déclare le cardinal Angelo Sodano. Mais la doctrine hérétique de Giordano Bruno empêche l’Eglise de lui accorder le pardon chrétien…
Et qui va accorder son pardon à l’Eglise ?

2 commentaires sur “L’inquisition

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s