Les Berbères contre les Arabes

Introduction

Les Berbères occupaient ce qu’on appelle aujourd’hui le Maghreb (ⵜⴰⵎⴰⵣⵖⴰ en berbère), c’est à dire le couchant. Dans l’Histoire, ils ont reçu plusieurs dénominations. Les Grecs les appelaient les Libyens, pour les Phéniciens qui ont fondé Carthage, c’étaient des Numides et pour les Romains, des Maures. Le mot « berbère » vient de « barbare », nom que donnaient les Grecs puis les Romains à tous les peuples dont ils ne comprenaient pas la langue ou qui avaient une culture différente.
Les Berbères formaient plusieurs tribus très indépendantes les unes des autres. Il n’était pas rare qu’ils combattent dans des camps différents, comme ce fut le cas lors des guerres puniques, durant lesquelles ils appuyaient et les Carthaginois et les Romains.

Les Berbères occupent cette région depuis la « nuit des temps ». Ils ont laissé des peintures rupestres à Tassili n’Ajjer, dans le Sahara algérien. Ces peintures ont plus de 10.000 ans. A cette époque, le Sahara était une savane qui s’est asséchée progressivement avec la fin de la dernière ère glacière (voir l’article sur le Déluge).

La région fut conquise par les Vandales vers 430. C’est tout un peuple germanique qui s’installe dans le nord de l’Afrique. Ils n’occupent que les terres agricoles proches de la côte, surtout dans l’est, aujourd’hui en Tunisie. Les Berbères jouissent alors d’une très grande autonomie dans les zones montagneuses et désertiques. Ils sont en majorité chrétiens et leur culture est un mélange d’éléments maures et byzantins. Un de leur roi se présentait comme « le roi des Maures et des Romains« , un autre comme « chef et empereur, qui ne fut jamais déloyal envers les Maures et les Romains« .

En 530, les Romains de Byzance reprennent le contrôle de la région et tentent d’imposer leur autorité. Les Berbères se révoltent. Il faudra quatre ans aux Byzantins (544-548) pour mater le soulèvement… mais la confiance était rompue, jamais une paix complète ne fut rétablie.

Islamisation

En 647, les premiers contingents arabes font leur apparition dans ce qui est aujourd’hui la Tunisie (la province Proconsulaire pour les Romains). Ils ne rencontrèrent pas une grande résistance de la part des Byzantins. Les Arabes fondent la ville de Kairouan, à 160 kilomètres au sud de l’actuelle Tunis, une ville de garnison d’où ils vont pouvoir mener la conquête du reste du Maghreb.

En 670, les Arabes s’aventurent plus à l’ouest, en Maurétanie romaine. Mais là, ils vont se heurter aux armées d’un certain Kusayla qui a réussi à fédérer les Berbères et les Byzantins. En 689, il prend même Kairouan. Mais cette occupation ne sera que temporaire. Les Arabes se réorganisent, des troupes fraîches arrivent d’Égypte et de Syrie.

En 695, puis en 698, Carthage, qui était restée byzantine, tombe. Les Arabes peuvent progresser vers l’ouest. Mais ils vont devoir faire face à une nouvelle opposition dans les Aurès, dans le nord-est de l’Algérie moderne. Une femme, Dihya, appelée la Kahina (prophétesse) a rassemblé une armée de Berbères. Elle va mener la vie dure aux conquérants de 692 à 697.

Au fur et à mesure des conquêtes, l’islamisation progresse. Les Arabes enrôlent des Berbères dans leurs armées et les convertissent. En 708, les Arabes prennent Tanger à l’extrême ouest du Maghreb. Mais la conquête n’est pas complète. La région est un vrai patchwork. Certaines régions sont toujours aux mains des Berbères et les Byzantins résistent encore à certains endroits, comme dans le port de Ceuta, aujourd’hui ville espagnole du Maroc.

La conquête de l’Espagne

L’Espagne est un royaume wisigoth divisé en principautés autonomes. La Septimanie autour de Narbonne (grosso modo le Languedoc-Roussillon actuel) et les Vascons (la Gascogne, le Pays basque) ont déjà fait sécession. Depuis plus d’un siècle, les Wisigoths sont devenus catholiques alors qu’ils étaient ariens (voir l’article). Ce changement fut néfaste aux Juifs brimés puis persécutés.

En 711, le roi Wittiza meurt. Un noble du nom de Rodéric brigue le pouvoir. Il fait appel au comte byzantin de Ceuta, Julien, qui lève une armée de Berbères et organise la logistique pour son passage vers l’Espagne. Les troupes berbères sont commandées par le musulman Tariq ben Zayd, commandant de la place de Tanger. C’est le début de l’occupation musulmane de l’Espagne. Avec l’aide des communautés juives et s’alliant à des nobles wisigoths en échange de leur indépendance, les musulmans vont progressivement conquérir une grande partie de la péninsule espagnole.

Tariq va laisser son nom au rocher de Gibraltar (Djebel Tariq, le mont de Tariq).

La révolte des Berbères

Mais bientôt, le calife Abd al-Malik mène une politique pro-arabe. Les Berbères, bien que musulmans, sont considérés comme des citoyens de seconde zone, ils doivent payer l’impôt comme les non-musulmans. En Espagne, les Arabes se sont appropriés les meilleures terres. Les Berbères adhèrent alors à des mouvements radicaux s’opposant au calife. Des révoltes éclatent dans tout l’ouest du Maghreb, les Berbères chassent les Arabes du pouvoir et constituent des royaumes indépendants.

Notons que la politique élitiste pro-arabe des Omeyyades leur sera fatale. En 747, ce sont des convertis non-arabes qui vont se révolter dans l’est de la Perse et porter au pouvoir la dynastie des Abbassides. Le calife va quitter Damas pour s’établir en territoire perse et fonder la ville de Bagdad.

Le Maghreb au VIIIe siècle : des royaumes berbères indépendants. En rose, les régions contrôlées par les Berbères.
Les empires indépendants

En 1061, alors que le califat de Bagdad perd un a un ses territoires (voir l’article sur la fin des califats), une tribu berbère venant du grand sud désertique prend le contrôle de tout le Maghreb, du fleuve Sénégal à la Méditerranée. Cette riche tribu qui contrôle les routes caravanières de l’ouest, fonde l’empire almoravide. A l’initiative d’un religieux radical, elle est mue par l’esprit de guerre sainte. Elle installe sa capitale à Marrakech.
Le calife de Cordoue fait appel à eux pour contenir les rois chrétiens du nord de l’Espagne qui contestent son pouvoir. Mais à la mort du calife, les Almoravides chassent les derniers Omeyyades et prennent le contrôle de l’Espagne (al-Andalus).

Divers émirats, indépendants et concurrents, vont se partager ce territoire, ce sont les taïfas (faction en arabe). Al-Andalus ne forme plus un Etat unique.

En 1147, une autre tribu berbère, issue des monts Anti-Atlas, dans le sud du Maroc actuel, va s’imposer et créer un nouvel empire sur les ruines de l’empire almoravide. Ce sont les Almohades dont le nom signifie « les unificateurs« . Eux aussi sont conduits sur le chemin du djihad par un prédicateur radical qui prône une morale rigoureuse. En Andalus, ils repoussent les assauts des rois chrétiens à Alarcos en 1195, mais ils sont défaits en 1212 à Las Navas de Tolosa face aux 12.000 hommes des royaumes chrétiens coalisés (Aragon, Castille, Léeon, etc.). Ils délaissent alors Al-Andalus et se replient sur le Maghreb où ils furent supplantés par une autre dynastie berbère, les Mérinides, qui subsista jusqu’en 1465.
En Andalus, ils furent remplacés dès 1237 par une dynastie arabe, les Nasrides, qui régna sur le dernier bastion musulman, le royaume de Grenade, jusqu’en 1492.

Les richesses des Almohades leur ont permis de bâtir de somptueux édifices telle la mosquée de Séville dont le minaret a été incorporé à la cathédrale après la reconquête de l’Espagne. Ce minaret est appelé « Giralda« .

Cathédrale de Séville. La Giralda s’élève à gauche.

Toutes les cartes de cet article sont extraites de l’Atlas historique mondial de Christian Grataloup (Les Arènes) que je recommande vivement.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s