Covid-19 et religions

Cet article est inspiré d’un article du Monde des religions n°101

Arabie saoudite : Allah sur pause

Dès le 19 mars, les lieux saints de l’islam, La Mecque et Médine ont été fermés.
A ce jour (15 juin 2020), l’Arabie saoudite compte 1.011 morts (+39) sur un total de 132.048 personnes infectées d’apès le site https://www.worldometers.info/coronavirus/#countries.

Etats-Unis : liberté chérie

Pour libérer le pays du fléau, les évangélistes s’en remettent à Dieu et invitent les fidèles à venir nombreux lors des réunions de prière. Le virus se joint à eux et prospère.
117.864 morts et 2.166.529 infectés.

Jérusalem : la fin du monde est proche

Les ultraorthodoxes refusent les mesures de confinement et appellent les fidèles à la prière en l’honneur du Messie qui arrivera pour la Pâque (le 8 avril). Caramba encore raté (Tintin – l’oreille cassée (Hergé) page 12, case 3).
302 morts et 19.121 infectés.

Pour eux, se sont les femmes impudiques qui sont la cause de la pandémie.
Si on se promène à Jérusalem, on rencontre des juives portant un foulard noué à l’arrière de la tête comme un bandana. Ce sont les femmes des ultraorthodoxes, ces juifs habillés comme en Pologne au XIXe et qui parlent un dialecte allemand, le yiddish. Pour eux, les cheveux sont un atour sexuel. Mais leurs femmes ne cachent pas leurs cheveux… car elles sont rasées. Seul leur mari peut voir leur crâne nu. Et ça les excite, les bougres, car une famille moyenne comporte une dizaine d’enfants. Cette surpopulation les oblige à quitter leur quartier de Méa Shéarim pour se répandre dans toute la ville et constituer de nouveaux ghettos. Leur qualité première n’est pas la tolérance et ils le montrent : de grands panneaux interdisent aux femmes ne se conformant pas à leur coutume vestimentaire de passer à proximité de « leurs rues ». Toute contrevenante, qui ose s’aventurer se fera insulter… par ces hommes qui n’oseront pas la regarder de peur de commettre un péché.

Chrétienté : le culte des images 2.0

Non contents de vendre des images pieuses aux fidèles et de peupler les églises de statues de saints, le clergé a trouvé une manière originale de célébrer la messe lors du confinement : le prêtre officie devant les photos envoyées par leur paroissiens. L’information que j’ai ne mentionne pas comment il administre les sacrements (Eucharistie).

Le père Giesler devant ses paroissiens virtuels à Achern (Allemagne)

Bactéries et virus

Je vous livre le résultat de mes recherches suite à un questionnement personnel, … tel que je l’ai compris.

Bactéries

Une bactérie est un micro-organisme vivant dans le sens qu’elle peut se reproduire. Elle vit en communautés.
Le corps humain héberge autant de bonnes bactéries qu’il ne contient de cellules humaines.
A côté de ces bactéries inoffensives ou utiles, des bactéries pathogènes transmettent à l’homme des maladies : certaines pneumonies, les otites, la méningite, la peste, le choléra, la tuberculose, la syphilis, etc.

Pour tuer les bactéries se trouvant hors du corps humain, on peut utiliser un antibactérien comme les produits Dettol. Pour éliminer ceux qui ont infecté le corps humain, on fait appel aux antibiotiques. Un des tout premier antibiotique fut la pénicilline, découverte par Alexander Fleming en 1928 et produite industriellement à partir de 1942. Enfin, la syphilis qui sévissait depuis le XVe siècle pouvait être vaincue. Le syphilis a été appelée le mal vénitien ou le mal français. Personne n’a voulu prendre la responsabilité de la maladie, qui s’est développée au début du XVIe siècle, après la découverte des Amériques, semble avoir existé en Europe bien avant.

La peste dans l’Histoire

Au VIe siècle, en plusieurs vagues successives à partir de 541, avec un pic en 592, la peste envahit l’Empire byzantin et affecta l’Europe et, dans une moindre mesure, la Perse. L’empire byzantin était à son apogée, sur le point de conquérir tout le bassin méditerranéen. La mort de l’empereur Justinien, victime de la peste mit un point final à l’expansion byzantine. De puissant, l’empire devient une proie facile pour les Perses tout d’abord, à partir de 603, pour les Arabes ensuite, à partir de 634.
La peste aurait fait en quinze épidémies jusqu’en 767, de 25 à 50 millions de victimes.

En 1347,  la peste noire envahit toute l’Europe. Elle arrive dans des navires de commerce en provenance de la péninsule de Crimée. On pense qu’elle avait été apportée par les Tatars de la Horde d’Or. En cinq ans, cette pandémie fait 25 millions de victimes humaines sur une population totale d’environ 75 millions d’habitants.

Elle reviendra épisodiquement jusqu’à nos jours. En 2003, une épidémie s’est déclarée à Oran en Algérie.
Paris a été infecté de 1428 à 1438, en 1466, en 1499, en 1522, en 1531 et en 1544.

Virus

Le virus est un micro-organisme qui ne peut pas se reproduire par ses propres moyens. On le classe souvent dans la catégorie des « non vivants » bien qu’il se nourrisse, produise des déchets et évolue. Le virus est un parasite, c’est une cellule très simple, elle ne contient que de l’ADN, le génome du virus, sa base de données pour se répliquer. Le virus doit s’attacher à une cellule (humaine par exemple) pour utiliser ses mécanismes de reproduction.

Les virus propagent des maladies comme les grippes saisonnières et épidémiques, le sida, l’ébola, la varicelle, la rougeole, les cornavirus tel le covid-19 et le SRAS (apparu en 2003), etc.
Pour se protéger efficacement d’un virus, il faut vacciner. Mais chaque virus nécessite un vaccin particulier. Pour s’attacher à une cellule, le virus utilise des spicules (petites épines, ce sont des protéines) que l’on représente par des pointes. Chaque virus a des spicules différentes d’où la difficulté de créer un vaccin. Le vaccin crée dans le corps humain des anticorps capables de repérer le virus et de l’attaquer.

Le savon détruit la membrane externe du virus et le rend inoffensif. L’alcool contenu dans les gels hydroalcooliques dénature ses protéines. Actuellement (fin avril 2020) il n’y a aucun médicament spécifique pour guérir le Covid-19.

La grippe espagnole

En 1918, une pandémie de grippe a fait de 20 à 50 millions de morts. Certaines réévaluations récentes avancent le chiffre de 100 millions de victimes alors que la population mondiale en 1918 est estimée à moins de 2 milliards de personnes. La guerre qui se terminait avait fait 18 millions de morts, civils et militaires.

Le virus avait été apporté par les soldats américains qui venaient combattre en France. Le grand prophète du XXIe siècle, Trump, a admis que le virus était d’origine géographique étasunienne, mais les soldats américains avaient été infectés par des travailleurs chinois. Sacré Donald.

Elle prit le nom de grippe espagnole car l’Espagne, non impliquée dans la guerre, donc non soumise à la censure, fut le seul pays à publier des articles relatifs à l’épidémie.

Covid-19 et religions

Le roi du Maroc, Mohammed VI, a instauré un couvre-feu la nuit pour éviter que les musulmans se rassemblent pour fêter la rupture du jeûne en cette période de ramadan (23 avril 2020 au 23 mai).

L’Est est la région de France la plus touchée par le virus. Du 17 au 21 février 2020, un grand rassemblement évangélique s’est tenu à Mulhouse organisé par l’Eglise de la porte ouverte chrétienne. Ce rassemblement serait à l’origine de la propagation du virus en Alsace et dans les départements adjacents.