Du temple à l’église

Cet article a été inspiré par le dossier spécial paru dans La Monde de la Bible » n° 233 d’août 2020.

Le(s) temple(s) de Jérusalem

Au début du premier siècle de notre ère, les Judéens, les juifs de la diaspora et les étrangers, Grecs ou Romains, s’émerveillaient devant l’édification du nouveau temple de Jérusalem. Ces travaux avaient été décidés, en 20 avant notre ère, par le roi Hérode. Hérode, surnommé le Grand, à cause des travaux gigantesques qu’il a entrepris (villes, forteresses, palais). Il était Iduméen, c’est à dire Arabe. Sa famille avait été convertie de force quelques décennies auparavant. Il respectait néanmoins les convictions de ses sujets.

En y regardant de plus près, le temple était de dimensions modestes. C’est son environnement, l’esplanade, les murs de soutènement et les escaliers monumentaux qui lui donnait sa grandeur.

Le temple proprement dite est la bâtisse cubique qui émerge

En fait, le temple n’était pas accessible aux fidèles, seuls les prêtres y pénétraient et le saint des saints, la dernière chambre, où résidait l’esprit de Dieu, n’était visitée qu’une fois l’an par le grand prêtre, lors de la fête du Yon Kippour, le Grand Pardon, lorsqu’il venait demander grâce à Dieu pour les fautes d’Israël. Elle était accessible par un escalier et dissimulée par un voile. C’est le temple égyptien qui lui a servi de modèle : les fidèles restaient à l’extérieur du temple, dont la dernière salle, obscure et basse, contenait la statue du dieu que personne ne pouvait voir, exceptés les prêtres. Lors de la procession du dieu sur le Nil, sa statue était recouverte d’une pièce d’étoffe, le dissimulant aux regards de la foule. Faut-il y voir l’origine de la non représentation de YHWH… à une période récente, car les archéologues découvrent, encore aujourd’hui, des statues du dieu et de « son » Ashéra, une déesse cananéenne ?

Le temple embellit par Hérode est le second temple, inauguré en 516 avant notre ère. Le premier temple qui aurait été construit par Salomon (-970 à -931), le fils du roi David, a été détruit en 586 avant notre ère par les Babyloniens de Nabuchodonosor. Ce temple est décrit dans les moindres détails dans le premier Livre des Rois de l’Ancien Testament. Le roi phénicien de Tyr a envoyé à Salomon, un spécialiste du bronze, Hiram, qui s’occupera de la décoration. La construction du temple aurait occupé des milliers d’ouvriers pendant sept ans.

Les deux colonnes à l’entrée du premier temple ont pour nom Jakin et Boaz

Les archéologues n’ont retrouvé aucun vestige de ce temple. Ce qui n’est pas étrange en soi, Jérusalem a été maintes fois détruite et reconstruite. Mais ce qui est troublant, c’est qu’on retrouve des traces de la ville des Jébuséens, qui occupaient le site avant les Hébreux. Un autre problème se pose : la densité de population au temps de Salomon. Pour les historiens, Jérusalem n’aurait compté que 1500 habitants à cette époque répartis sur 6 hectares et l’ensemble d’Israël, pas plus de 40.000 dont 5.000 dans la région de Jérusalem (territoire de Juda). Où trouver les 153.000 d’ouvriers dont parle la Bible ? Le Coran répond à cette question dans les versets 12 et 13 de la sourate 34, qui fait référence, entre autres, à un bassin de bronze de 4,40 m de diamètre (appelé la « mer d’airain ») qui trônait devant le temple :

« … Certains djinns (NB : des êtres de feu) travaillaient sous ses ordres avec la permission de son Seigneur. Et nous aurions voué au supplice du brasier (NB : ?) quiconque parmi eux se serait éloigné de notre ordre. Ils fabriquaient pour lui tout ce qu’il (NB : Salomon) désirait : des palais, des statues, des plateaux comme des marmites bien ancrées. Ô famille de David, œuvrez par gratitude… »

Le temple et la franc-maçonnerie

La franc-maçonnerie est très influencée par la symbolique du temple de Salomon. Outre les deux colonnes Jakin et Boaz qui décorent la plupart des temples maçonniques, la légende d’Hiram, fils d’une veuve, qui est devenu, pour les francs-maçons, le maître d’oeuvre du temple préside aux rites de passage au grade de maître.

Temple maçonnique. A l’avant-plan les deux colonnes Jakin et Boaz
Le temple et les premiers chrétiens

Jésus aurait connu le temple de Jérusalem en construction. Celui-ci a été inauguré en 63… sept ans avant sa destruction par les armées romaines (voir mon article sur la destruction du temple). Dans les évangiles, les parents de Jésus le présentent au temple, qui a toujours été accessible, pour racheter leur premier né. Le rachat est fixé à un pigeon et un agneau pour l’holocauste. Or Joseph et Marie ne sacrifient que deux pigeons, ce qui était toléré pour les familles pauvres ( Lévitique 12, 6-8).

Plus tard, si Jésus se rend au temple, ce n’est ni pour prier, ni pour sacrifier. Il enseigne ou sème la pagaille (voir mon article sur le procès de Jésus). L’Évangile de Jean (4, 20-24) fait même dire à Jésus lors de sa rencontre avec une samaritaine :

Croyez-moi, femme, l’heure vient où ce n’est ni sur cette montagne (NB : le mont Garizim, sacré pour les samaritains) ni à Jérusalem que vous adorerez le Père… Mais l’heure vient, elle est là, où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité : tels sont en effet les adorateurs que cherche le Père. Dieu est esprit et c’est pourquoi ceux qui l’adorent doivent adorer en esprit et en vérité.

Par contre, les Actes des Apôtres, autre livre du Nouveau Testament, nous montrent les apôtres Pierre et Jean se rendre fréquemment au temple pour prier, après la mort de Jésus. Jacques, frère de Jésus, aurait eu des cals aux genoux à force de prier. Il se rendait tous les jours au temple nous dit Flavius Josèphe.

Aux premiers temps du christianisme

Comment les premiers chrétiens honorent-ils Dieu ? Nous connaissons leurs pratiques grâce au Didachè (l’enseignement), un petit livre de la fin du Ier siècle sous-titré « Doctrine du Seigneur transmise aux nations par les douze apôtres ». Ce livre a été (re)découvert en 1873.

Les chrétiens se réunissaient dans des maisons privées ou des synagogues s’ils restaient juifs. La réunion commençait par des confessions spontanées. Suivait une prière, à réciter trois fois par jour : le « Notre Père« . On enchaînait par l’Eucharistie (qui signifie « action de grâce »), appelé aussi la « communion« . Les fidèles buvaient tout d’abord le vin en récitant une prière « Nous te rendons grâce, ô notre Père, pour la sainte vigne de David… » puis partageaient le pain : « Nous te rendons grâce, …, pour la vie et la science… ». L’Eucharistie était un repas en soi, le Didachè poursuit par : « Après vous être rassasiés, rendez grâce ainsi…« . Le repas se terminait par « Maran Atha, amen » : Seigneur vient, qu’il en soit ainsi. On écoutait ensuite les prophètes, s’il s’en trouvait un dans l’assemblée. Un prophète était une personne qui portait la parole de Dieu.
Le mot « église » vient de « ekklesia« , l’assemblée en grec.

Il n’y a donc pas de hiérarchie parmi les premiers chrétiens. L’assemblée est dirigée par un ancien, le presbytre (presbuteros). La bonne tenue est assurée par le surveillant, l’évêque (episcopos). Comme on le voit, la religion s’est développée, non pas dans le monde juif, mais grec.

Les premières églises (bâtiments)

On a l’habitude de dire que les chrétiens persécutés dans l’Empire romain, se terraient et qu’il fallut attendre l’empereur Constantin (272-337) pour voir des églises s’ériger un peu partout suite à son édit de tolérance. Rien n’est plus faux. Les chrétiens vivaient au grand jour et fréquentaient des édifices publics (voir mes articles sur les martyrs). Ces édifices étaient construits sur le modèle des basiliques romaines, des lieux de rassemblement couverts, comme des marchés. On trouvait même des chrétiens parmi les conseillers des empereurs… persécuteurs.

Relisons deux chroniqueurs chrétiens qui ont abondamment documenté les persécutions de IVe siècle… dont ils sont sortis indemnes.

(Lactance : De la mort des persécuteurs de l’Eglise) … l’église de Nicomédie (NB : la capitale de l’Empire d’Orient avant la construction de Constantinople) est bâtie sur une éminence que l’on peut voir du palais. Ils disputaient entre eux s’ils feraient mettre le feu à l’édifice sacré. Mais l’opinion de Dioclétien (NB : l’empereur) prévalut, il eut peur que l’embrassement ne se communiquât à plusieurs grandes maisons qui étaient voisines de l’église et qu’ainsi une grande partie de la ville ne fût brûlée.

(Eusèbe : Histoire ecclésiastique, livre VIII – sous Dioclétien) : Tout cela s’est en effet passé à notre époque, quand nous avons vu de nos yeux les maisons de prière rasées et détruites de fond en comble, les divines et saintes écritures livrées au feu… (NB : Eusèbe était présent partout où l’on persécutait ????).

(Eusèbe : Histoire ecclésiastique, livre X – sous Constantin) : … on voyait les maisons de prière se relever de nouveau de leurs ruines, et monter à une hauteur sans limite et recevoir une splendeur plus grande que celles qui avaient autrefois été ravagées.

Constantin fit construire le Saint Sépulcre à Jérusalem (à gauche), sur les emplacements supposés du tombeau de Jésus et de son lieu de crucifixion. A Bethléem, il fit élever la Basilique de la Nativité (plan à droite) sur le lieu présumé de la naissance de Jésus. Il a choisi le version de l’évangile de Matthieu qui le fait naître dans une grotte au détriment de la version de Luc, qui faisait résider la famille de Jésus à Bethléem avant d’aller s’installer à Nazareth (voir mon article sur l’invraisemblable naissance de Jésus)

Le temps de reliques

Après le Ve siècle, les églises vont se multiplier un peu partout. Elles vont devenir le lieu de culte des saints qui sont des intercesseurs en liaison avec Dieu. » Pas de lieu de culte sans relique« . Un miracle et la fortune de l’église est assurée : des centaines de pèlerins vont converger vers elle. Si les saints (martyrs) manquent, comme en Gaule, on les invente : un moine a été tué lors de l’invasion des peuples germaniques, il devient le saint patron de la paroisse. Clotilde, la femme de Clovis est faite sainte, Sigismond, un roi burgonde assassiné par sa famille, vient compléter la galerie des saints. Des centres de distribution des reliques voient le jour. On n’hésite pas à puiser dans les catacombes, ces carrières qui avaient servi de cimetières aux siècles précédents.

L’église devient un lieu saint

Au IXe siècle, les églises sont sacralisées. La première célébration de l’Eucharistie en fait un édifice sacré. C’est à cette époque que les églises vont adopter un clocher dont l’origine est controversée : certains historiens y voient un emprunt aux minarets des mosquées.

Un nouveau miracle

Vers 1140, l’Eucharistie devient un miracle permanent. Le vin et le pain (l’hostie) se transforment réellement en sang et en corps du Christ, ce n’est pas un symbole, c’est réel. L’Eucharistie assure la présence réelle de Dieu lors des messes. Etre chrétiens, appartenir à l’Eglise, oblige de se rendre à l’église. De nombreuses « hérésies » s’élèveront contre ce nouvel acte de foi, dont l’hérésie cathare. Notons que de nos jours, le vin de messe (que seul le prêtre boit) est du vin blanc ! Plusieurs raisons sont évoquées :

  • Il ne tache pas les linges d’autel, généralement très coûteux, ni le linge pour essuyer le calice et réduit donc les frais d’entretien.
  • Il est plus facile à boire tôt le matin à jeun.
  • Il ne colore pas la barbe blanche des vieux prêtres, qui avaient souvent l’air de vampires au sortir de la messe.

Il me revient que le Vatican utilise toujours du vin rouge… italien comme il se doit.

Un commentaire sur “Du temple à l’église

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s