Les mystères du christianisme

« Dieu a envoyé sur terre son fils, Jésus, le messie annoncé par les prophètes, afin de sauver les hommes. Par son sacrifice, il les a arraché au péché originel. S’ils croient en lui, leur péchés leur sont pardonnés et une vie nouvelle les attend au Paradis après la mort. Et à la fin des temps, toute proche, ils ressusciteront comme Jésus ».

Les Grecs et les Romains se sont-ils laissés convaincre par ce message somme toute basique. Ont-ils adhéré à la nouvelle religion eux qui ignoraient ce que signifiait le mot « messie » et qui ignorait la notion de « péché originel », une invention chrétienne. Les Romains ne connaissent pas le péché, mais bien la faute. Leur peur ultime était de tomber dans l’oubli.
Même les Juifs ne se sentaient pas concernés par ce péché d’Adam et de Ève : le péché individuel avait été remplacé par un péché collectif, celui du peuple élu, que le grand prêtre « négociait » seul face à Dieu, enfermé dans le Saint du saint du temple de Jérusalem, le jour du yom kippour, le jour du grand pardon.

Les textes anciens qui nous sont parvenus, le Nouveau Testament et les apocryphes, sont peu diserts sur les adhésions à la nouvelle religion. Les épîtres de Paul parlent à des personnes déjà converties, ils ne nous sont donc d’aucune utilité sur ce sujet. Dans les Actes des Apôtres, un discours de Pierre, qui ne nous apprend rien, amène 3000 conversions. Mais ce sont surtout les miracles effectués par les apôtres qui conduisaient les Juifs à la conversion :  » La parole de Dieu croissait et le nombre de disciples augmentait considérablement à Jérusalem : une multitude de prêtres obéissait à la foi » (Actes 6, 7). Les apôtres semblent avoir eu plus de succès que Jésus, abandonné par la foule de Jérusalem.

Y avait-il un autre message ? Le christianisme primitif était-il une religion à mystères, comme il en existait tant dans l’Empire romain ?

Les cultes à mystères

Les cérémonies des cultes à mystères ne sont pas publiques. Il faut être initié, avoir suivi un cursus, pour y assister. Ce sont des « sociétés secrètes » comme la franc-maçonnerie de nos jours. Secrètes, mais nullement interdites par le pouvoir romain. Plusieurs empereurs y ont été initiés et il n’est pas rare qu’une même personne soit initiée à plusieurs cultes.

Dans l’empire romain, les cultes à mystères prolifèrent, mais on ignore comment se déroulaient les cérémonies, aucun document ne nous est parvenu, les réunions étaient secrètes. Cependant, on sait qu’ils répondaient à la triple question : « d’où venons-nous, que faisons-nous sur terre, qu’y a-t-il après« . Les cérémonies principales se tenaient au solstice d’hiver (victoire de la lumière sur les ténèbres) et à l’équinoxe du printemps (résurrection de la nature).

On peut citer parmi les principaux cultes :

  • Celui d’Isis, venant d’Egypte. Isis ressuscite son frère et époux Osiris (appelé Sérapis par les Romains).
  • Celui de Cybèle, la Grande déesse, la Mère des dieux venant de Grèce par la Phrygie (actuellement en Turquie). Elle est associée à Attis, un berger, un homme devenu dieu, il est le fils de la Mère. L’empereur Julien lui a consacré un ouvrage.
  • Celui de Dionysos, le dieu grec de la vigne, de l’ivresse et de la démesure. Il est le seul dieu mortel. Le préfixe « di » de son nom indique qu’il naquit deux fois, il a ressuscité.
  • Celui de Mithra.
Mithra

Son culte était très suivi dans l’empire. On a retrouvé plus de 200 temples de Mithra, les « mithraeum » surtout sur les frontières de l’empire et dans les villes. Retracer l’histoire de Mithra est compliqué, car il a souvent changé de fonction. Au départ, c’est un dieu du panthéon perse. Il est évincé lors de la réforme de Zarathoustra qui aurait vécu entre le XVe (15) et le VIe (6) siècle avant notre ère. On ne peut être plus précis ! N’ayant plus sa place dans le ciel perse occupé par Ahura Mazda, le dieu de la lumière qui lutte contre Ahriman, le prince des ténèbres, il est adopté par les Phrygiens avant de se passer dans l’empire romain. A la fin du IIIe siècle, il sera même assimilé à Sol Invictis, le dieu des empereurs comme Constantin.

Mithra tuant le taureau céleste

Mithra est le garant de l’ordre du monde, responsable de la bonne marche du cosmos. Son culte, non documenté, a été réinterprété à partir de l’iconographie étudiée par les historiens… qui ne sont pas tous d’accord entre eux. Il semble que les adeptes recevaient un grade en fonction de leur initiation, comme dans la franc-maçonnerie. Le sacrifice du taureau cosmique avait pour but de transférer sa force vers l’initié. On peut penser que celui-ci buvait le sang et mangeait la chair lors d’un sacrifice exceptionnel qui avait lieu une fois l’an. Dans les réunions normales, le sang et la chair du taureau étaient remplacés par l’eau (ou le vin) et le pain. Les repas communautaires sont une autre constante des cultes à mystères.

Les cérémonies se tenaient dans des endroits clos. L’assistance ne dépassait pas 50 personnes, des hommes uniquement, car les femmes étaient exclues du culte qui s’est surtout développé dans les légions.

Comme tous les cultes à mystères, le culte de Mithra a disparu sous le règne de Théodose Ier (347-395) qui promulgua un édit (391) interdisant tous les cultes autres que le catholicisme. Je reviendrai sur les circonstances de cette décision.
Dans les environs de Strasbourg, on a retrouve les ruines d’un mithraeum dont les hauts-reliefs avaient été détruits. Des pièces de monnaie provenant probablement de la bourse d’un adepte, tué lors de la destruction de temple, datent du règne de Théodore. On impute sa destruction aux fanatiques chrétiens dont la folie destructrice s’est libérée après l’édit.
A Alexandrie, à la même époque, l’évêque Théophile a fait détruire le temple de Sérapis dont la statue dominait le port.

Le christianisme un culte à mystères ?

Des indices

Le christianisme a-t-il été un culte à mystère ?
Dans l’épître aux Corinthiens, Paul dit : « je suis venu vous annoncer le mystère de Dieu » (Cor. 2, 1). Dans ce contexte, « le mystère évoque le plan de Dieu pour sauver le monde » (lexique du Nouveau Testament TOB). Ce plan était caché mais a été révélé en la personne de Jésus. Cette notion se retrouve dans quatre lettres de Paul (Corinthiens, Romains (11, 21), Éphésiens (3, 3) et Colossiens (1, 26)), mais également dans l’Évangile de Marc (4, 11) et dans deux passages des Actes des Apôtres (10, 7 et 17, 5).
Quel est ce mystère, ce plan caché ? Aujourd’hui on l’ignore. Les théologiens se gaussent de mots pour se justifier : c’est le mystère de la foi, le mystère de l’incarnation, le mystère de la résurrection. Pour définir le mot, on utilise le mot lui-même. Les « voies du Seigneur restent impénétrables ».
« Mais ce jour et cette heure, nul ne les connaît, ni les anges dans les cieux, ni le Fils, personne sinon le Père » (Mat. 24, 36). Même Jésus, pourtant promu dieu au IVe siècle, au concile de Nicée, ignore le mystère, le plan auquel il a participé. Mais ce mystère a-t-il été révélé aux premiers postulants, un peu comme les « pescher », les commentaires de la secte de Qumran qui expliquent chaque verset de la Bible dans le style : « ceci a été écrit en référence à… ». Ainsi les évangiles font parler Jésus en paraboles, paraboles qui nécessitent une explication, donc une initiation.

Quand le christianisme a été reconnu comme religion officielle au IVe siècle, la tradition a rapporté que les premiers chrétiens se réunissaient en secret « car ils étaient persécutés, leur religion étant interdite« . Ce qui est faux, j’ai consacré trois articles (1, 2, 3) à cette fable qui a la vie dure : les persécutions ont eu lieu au début du IVe siècle quand les empereurs face aux invasions ont demandé à tous les citoyens de leur assurer de leur soutien, ce que certains chrétiens ont refusé. Les persécutions étaient plus politiques que religieuses. Déjà en Perse, le roi des rois avait dû punir les chrétiens qui refusaient de cautionner ses guerres.

Ce qui est certain, c’est que le courant gnostique délivrait un enseignement aux convertis. Pour eux, ce n’est pas la foi qui sauvait, mais la connaissance.
L’Évangile de Thomas, considéré par certains comme gnostique, est un véritable cahier de cours pour les nouveaux adhérents. Il comporte presque toutes les paraboles reprises dans les évangiles canoniques. Voici les trois premiers des 114 paroles (logia).

Voici les paroles secrètes que Jésus le Vivant a dites et que Didyme Jude Thomas a écrites.

1 Et il a dit : «Celui qui trouvera les interprétations de ces paroles ne goûtera jamais la mort.»

2 Jésus a dit : «Que celui qui cherche ne cesse pas de chercher, jusqu’à ce qu’il trouve. Et, quand il aura trouvé, il sera troublé ; quand il sera troublé, il sera émerveillé, et il régnera sur le Tout.»

3 Jésus a dit : «Si ceux qui vous guident vous disent : ‘Voici, le Royaume est dans le ciel’, alors les oiseaux du ciel vous précéderont ; s’ils vous disent qu’il est dans la mer, alors les poissons vous précéderont. Mais le Royaume est à l’intérieur de vous, et il est à l’extérieur de vous. Lorsque vous vous connaîtrez, alors on vous connaîtra ; et vous saurez que c’est vous les fils du Père vivant. Si au contraire vous ne vous connaissez pas, alors vous êtes dans la pauvreté, et c’est vous la pauvreté.

L’Évangile de Thomas peut être consulté sur le site : http://www.arsitra.org/yacs/files/article/145/evangile_de_thomas.pdf

Quel enseignement ?

On ne peut qu’imaginer l’enseignement qui aurait été prodigué aux postulants chrétiens, faute de preuves ceci n’est qu’une hypothèse.
Les cultes à mystères promettaient la résurrection après la mort pour les initiés. Mais, un dieu est mal placé pour parler de la résurrection, lui qui est immortel. Donc, Dieu envoie son fils, sous forme humaine, qui va souffrir avant de ressusciter pour montrer la voie aux hommes. Mais le monde céleste et le monde des humains sont séparés par une frontière hermétique. Il faut donc se servir d’une mortelle pour faire naître le fils de Dieu dans le monde humain. Et voilà le sauveur sur terre.
Mais comment conférer aux hommes une partie du pouvoir de Dieu pour leur permettre d’atteindre le monde d’en-haut et de ressusciter ? Pour les gnostiques, l’homme créé à partir de la matière a gardé une étincelle divine, il suffit de la retrouver par la connaissance. Pour les autres chrétiens, l’homme doit puiser sa force dans le fils de Dieu, comme les adeptes de Mithra la puisaient du taureau. Ce contact avec le fils de Dieu, c’est l’eucharistie, le partage du pain et du vin.
Les évangiles racontent le dernier repas de Jésus. Ce n’est pas un repas de Pâque juive, mais un repas essénien, tel que décrit dans les manuscrits de la secte de Qumran. Mais est-ce bien ce repas que les chrétiens perpétuent aujourd’hui ? Il semble que non.

L’eucharistie (encore) de nos jours

Toutes les cérémonies chrétiennes se terminent par la communion, au cours de laquelle, les fidèles rassemblés devant le prêtre reçoivent le pain (l’hostie),… mais plus le vin, que seul l’officiant boit par mesure d’hygiène. Ce qui est important dans cette communion, c’est que le fidèle ne mange pas du pain, mais le corps du Christ. Ce sont les paroles du prêtre lorsqu’il présente l’hostie : « le corps du Christ » (corpus Christi). Le vin est son sang. Et ce n’est pas symbolique ! Pour le catholique, l’hostie et le vin deviennent réellement le corps et le sang de Jésus. C’est la transsubstantiation : le changement s’opère tout en conservant la substance du pain et du vin. Cette communion avec le Christ est essentiel pour les chrétiens comme manger le produit des sacrifices était essentiel pour les païens qui entraient en communion avec leurs dieux. Le dogme de la transsubstantiation a été défini au concile de Latran de 1215 et confirmé au concile de Trente en 1542 après que Luther ait rejeté cette interprétation.

La pire sentence pour un chrétien est donc l’excommunication, l’exclusion de la communion qui est un obstacle à la résurrection. Donc, la résurrection est bien liée à la consommation du corps et du sang du Christ.
En 390, lors d’une saute d’humeur, l’empereur Théodose Ier ordonne de massacrer les habitants de Thessalonique qu’il avait invités à assister à des jeux. L’évêque de Milan, Ambroise l’excommunia et l’obligea à venir s’humilié en 391, lors des fêtes de Pâques. Alors que Théodose résidait à Constantinople, il a dû se déplacer à Milan, l’autre capitale de l’empire ! A cette période, les évêques commandaient aux empereurs ! Notons qu’Ambroise, évêque de Milan était plus puissant que celui de Rome (le pape). Il est probable qu’en échange de sa réintégration dans la communauté chrétienne, il dut promulguer l’édit qui interdisait tous les autres cultes. Ce qui permit aux fanatiques chrétiens de détruire impunément les lieux de cultes. Mais nombre de Romains, surtout parmi l’élite résistèrent. Athènes resta majoritairement païenne jusqu’en 529, date de la fermeture de l’école platonicienne.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s